Élections Canada enquête, le Parti conservateur se défend

Le 2 mai dernier, plusieurs électeurs de circonscriptions convoitées par les conservateurs ont reçu des appels où un message enregistré, prétendument d’Élections Canada, les informait faussement du changement d’adresse de leur bureau de scrutin. Certains ont ainsi fait des kilomètres pour rien et, craint-on, ont fini par ne pas voter. Alerté le jour même par la femme d’un candidat, Élections Canada a commencé une enquête qui l’a mené jusqu’à une entreprise offrant un service d’appels automatisés et proche des conservateurs. Personne n’a prouvé que le Parti conservateur ait été derrière ce stratagème ou l’ait approuvé, mais l’enquête se poursuit. Une histoire fascinante et complexe, et à lire, que racontent deux journalistes de Postmedia News et qui a déjà fait monter le NPD aux barricades. Le PC a répliqué tout aussi rapidement en émettant un communiqué niant toute participation à ce geste illégal.

Voici le texte du communiqué qui n’était pas disponible sur le site web du PC au moment d’écrire ces lignes:

Déclaration de Jenni Byrne, directrice de campagne nationale 2011 du Parti conservateur du Canada, sur les reportages médiatiques sur des appels frauduleux.

Le Parti conservateur du Canada a mené une campagne propre et éthique et ne tolérerait jamais de telles pratiques.  Le Parti n’a jamais fait de tels appels, et si un membre d’une campagne locale est impliqué, il ne participera pas à une future campagne.

La suppression des électeurs est extrêmement grave et si quelque chose d’inapproprié s’est produit, les responsables devraient être traduits en justice.

Nous avons passé toute la campagne à identifier nos partisans et nous avons travaillé fort pour qu’ils aillent voter. Notre travail est de gagner des voix.  Nous ne nous livrons pas à la suppression d’électeurs.

MISE À JOUR:

Comme le montre le communiqué, le parti refuse toute responsabilité dans cette affaire, jure avoir mené une campagne propre et laisse déjà entendre que si blâme il y a, il pourrait revenir à un membre d’une campagne locale  En voyage dans l’Arctique, le premier ministre Stephen Harper a été interrogé sur le sujet. «Je n’ai absolument connaissance de rien au sujet de ces appels et si des gens ont fait quelque chose de mal, nous nous attendons évidemment à ce qu’ils fassent face aux conséquences de la loi», a-t-il répondu, esquivant ensuite cette question: «À quel moment un chef doit-il prendre la responsabilité pour la conduite de ses troupes?»

Rien ne prouve que le PC soit coupable et l’enquête se poursuit. M. Harper était donc en droit de ne pas répondre. Mais il ne pourra esquiver à nouveau si son parti est mis en cause. Après tout, le Parti conservateur a déjà plaidé coupable pour un stratagème qui lui a permis de dépenser plus que ne le lui permettait la loi en 2006. C’est aussi le PC qui a orchestré le faux sondage destiné à déstabiliser le député libéral Irwin Cotler en laissant croire qu’il s’apprêtait à démissionner.

Laisser un commentaire

Merci de nous tenir informer si rapidement des manquements à la loi électorale. J’ai manqué votre billet sur l’affaire Duceppe et le détournement de fonds publics d’un montant avoisinant le million de dollars en faveur du Bloc! C’est sûrement mon erreur, je fais des recherches pour le retrouver. Continuer votre bon travail d’information juste et impartial.

Tiré du communiqué:
« Le Parti n’a jamais fait de tels appels »

Ben non, ils font faire cela par d’autres. Ce qui fait que le communiqué est vrai, mais n’écarte pas l’implication du PCC dans un stratagème plus large, ce qui n’est pas démenti dans le communiqué d’ailleurs.

Tiré encore du communiqué:
« les responsables devraient être traduits en justice »

C’est l’avantage d’utiliser un tier pour faire le sale boulot, on n’a qu’à le traduire en justice, mais comme une compagnie est une personne morale, ça ne finira qu’en dissolution et on pourra recommencer après avoir réouvert sous un nouveau nom!

Bref, le communiqué dit clairement « Nous, on n’a pas fait ça! », mais en aucun cas il est dit qu’ils n’encouragent pas ce genre d’action, ni qu’ils ne sont pas impliqués de près ou de loin dans ce genre de stratagème. En fait, ce communiqué ne dit rien sauf qu’ils ont eu des actions légales et éthiques, en aucun cas ils démentent qu’ils ont eu ou endossé des actions illégales ou non éthiques. Tout est une question de perception ici…

Utiliser les trous de la législation pour arriver à ses fins en détournant l’esprit des lois tout en manipulant l’information et la vérité, les conservateurs en sont les champions…

Je ne sais pas si les conservatives continuent de transmettre leurs ordres de mission dans une boite téléphonique.

Et je ne sais pas non plus si ils continuent de transmettre leurs ordres de mission sur une bande magnétique qui s’autodétruit en faisant pshhht,tout en s’évaporant dans un petit nuage de fumée cinq secondes après avoir été écoutée…

Ah ah ah! Sacré Stephen va! Mais non tu n’est au courant de rien. Tout le monde te crois.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mission_impossible

S’il ne s’agit pas uniquement de donateurs, comment peut on savoir qui pourrait voter pour le PLC? Dans mon temps, on faisait du porte à porte et on notait les conversations, nos impressions si à telle adresse les résidents pourraient voter pour notre candidat, ou si une personne avait un signe d’un parti, et lequel, sur son terrain. Cette information était remise au bureau du candidat et des volontaires appelaient le jour de l’élection pour encourager nos partisans à aller voter, ou pour leur offrir de les conduire au bureau de scrutin.

Si j’ai bien compris, on parle de plusieurs circonscriptions, une douzaine en Ontario, d’autres au Manitoba et en Nouvelle-Écosse, donc d’un geste planifié et organisé. Ce ne sont pas des individus qui se sont levés un matin, chacun avec pareille idée en tête, et l’information nécessaire à portée de la main.

Si ce n’est pas un parti politique, ce serait un groupe criminel organisé. M. Harper devrait être plus prudent quant aux gens qu’ils placent dans son entourage et éviter ceux qui ont des dossiers criminels pour fraudes multiples, de nommer sénateurs des gens qui sont sous enquête par Élections Canada, ou juge un consigliere de la mafia. M. Harper est très imprudent. Si tels gestes ont été commis par son parti sous sa gouverne il en porte entièrement la responsabilité.

@ Martin Beaulieu

Dans le cas de Duceppe, rien n’est prouvé comme illégal. De plus, son cas est toujours à l’étude.

Et s’il avait enfreint une règle, tous les juristes se mettraient contre lui, ce qui n’est pas le cas. Son pouvoir de dépenser était discrétionnaire, le texte de loi le dit clairement. C’est un quiproquo sur une interprétation. Légalement, il avait le droit. Est-ce éthique? C’est une autre question. Mais si on se base sur ce que ça coûte aux contribuable pour mesurer l’importance de la faute, il faudra aller voir M. Clement qui a fait dépenser bien plus dans son compté en court-circuitant le système d’appel d’offre, ce qui est illégal.

Par contre, si M. Duceppe avait enfreint les règles électorales, comme dans le cas ici, le discours serait différent. Et de plus, quand on est rendu à la seconde infraction aux règles électorale (je vous rappelle que c’est le fondement même de la démocratie), on peut douter de l’intégrité et du caractère démocratique du parti en cause, celui qui forme le gouvernement.

Quand le parti conservateur vent sa salade sur son imputabilité et que l’on voit les cas de Clement, d’Oda, des dépenses électorales, du mensonge de Harper sur la légitimité des coalitions ainsi que de cette tactique téléphonique, on est en droit de se demander si ce gouvernement n’est pas basé sur une image frauduleuse. De mémoire d’homme, aucun gouvernement n’est autant enlisé dans les fraudes et les mensonges que ce gouvernement.

Même le scandale des commandites est de la p’tite bière en comparaison de ce qui se trame au Reform Party (rebaptisé PCC)…

Les plus populaires