Élections: Pourquoi je suis craintif

Du fond du cœur :

https://www.youtube.com/watch?v=R8Qcjwj7hy8&feature=player_embedded

Laisser un commentaire

Bonjour M. Lisée, je trouve triste que les souverainistes ne constatent pas le danger qui nous guette. Un gouvernement minoritaire avec comme opposition la CAQ, nous ne sommes pas plus avancés. Vous avez tout à fait raison c’est la droite contre la gauche. À mon sens Legault est pire que Charest. Il a une vision comptable de l’État et je dois dire que beaucoup de personnes encouragent cette vision. Encore une fois QS et ON savent très bien ce qui peut se passé pourtant cela n’a pas l’air de les déranger et cela m’enrage. À trop vouloir en sautant les étapes n’aide en rien notre cause.

Vous avez entièrement raison n’oublions pas la vague orange au fédéral. Pour l’CAQ, elle peu bien aller chercher le vote anglo très bon pour nous. Mais SVP au plan national ns sommes notre pire ennemie ns semblons improviser laïcité,RIP et la 101 au CEGEP qui je crois n’avait pas été adopté lors du congrès. D’autre part, notre plan budgétaire pour sa part me semble un très bon plan et réaliste basé sur la réalité d’une croissance faible du PIB bravo a l’équipe pour cet argument massue. Je suis avec notre chef et c’est ensemble que ns vaincrons. JE me souviens.

Je suis de ceux qui sont craintifs. Je suis de Terrebonne et je sais que les électeurs ici veulent se défaire du « dictateur » Charest. « Dictateur » parce qu’il n’a aucun soucis des cris du peuple. Son arrogance et condescendance ne sont surpassées que par celles des caquistes. Non mais, y a-t-il plus aguerris que les Legault et Barrette pour démontrer que ce que le peuple veut n’est qu’un inconvénient au « Harperisme » que ces 1% de bien nantis démontrent en privilégiant moins d’emplois, moins de services, plus de privé et que nos enfants et nos aînés ne sont que des statistiques.
OUI J’AI PEUR et à ceux qui liront ceci,s’il vous plait, RÉVEILLEZ-VOUS.
Jean Pierre Dugal

Savez-vous que Bcp de monde (dont moi) pensent que la meilleure chose qui puisse arriver actuellement au Quebec est un Gvt Minoritaire Péquiste..!!et ce qui serait encore mieux C un QS qui détiendrait le rôle de faiseur de majorité … avec un PLQ out et des quaquistes remis a’ leur place..Wow quel scénario de tonnerre…!!

Sauf le respect que je vous dois, M. Lisée, au lieu de prendre les Québécois pour des cons en leur assénant des truismes (soit il pleut, soit il ne pleut pas), pourquoi ne pas indiquer clairement les circonscriptions que vous craignez perdre à cause de la division du vote? Au moins, les électeurs sauront réellement à quoi s’en tenir et seront peut-être alors tentés de voter «stratégique» s’ils jugent que c’est pertinent.

Bonjour. À mon tour de lancer mon cri du cœur. Avec Jacques Parizeau qui appuie ON, nous allons encore être distrait pendant 24-48 heures. Est-ce qu’il va y avoir une journée où nous sommes capables de faire passer notre message?

Cette élection risque de représenter un jalon dans le déclin du Québec, cette espèce de déconnexion entre les Québécois et leurs intérêts que Monsieur Lisée a bien documenté dans Sortie de Secours en 2000. L’émergence de la CAQ, parti champignon, sans racines, avec très peu de vrais militants et sans vie démocratique interne digne de ce nom est très symptomatique d’une certaine « municipalisation » du Québec (jusqu’au nom du parti qui inclut le nom du chef qui est inspiré de ce que l’on voit dans les villes). Une sorte de renoncement tranquille à nos aspirations les plus fondamentales (et que représente François Legault à merveille, lui qui il y a quelques années était lui-même un « caribou » et qui pour faire peur nous les présente maintenant hyper nombreux alors qu’ils ont toujours été une minorité dans un parti de 90 000 membres). Le message selon lequel il faut « régler nos problèmes » et s’occuper des « vraies affaires » avant de penser à faire la souveraineté est le résultat direct des deux échecs référendaires. Puisque le Québec n’a pu faire son indépendance, c’est parce qu’il est « nul », parce qu’il n’a pas été « compétent » pour gérer ses affaires et « régler ses problèmes » (objectif illusoire, toutes les sociétés au monde ont des problèmes à régler). Mais si le Québec est présenté comme systématiquement « mal géré » et « tourne en rond depuis 40 ans », il s’ensuit qu’il ne devrait pas faire l’indépendance. D’où le vote pour le « NON » de François Legault. Le PQ, et même Jean Charest, ont raison de dénoncer les voltefaces et circonvolutions de Legault sur cette question (il prône un « NON silencieux » et ne ferait pas campagne dans un référendum tout en disant qu’un NON serait catastrophique), mais on remarquera que la CAQ n’en a pas encore souffert dans les sondages.

L’émergence de Québec Solidaire et Option Nationale n’est que le complément de ce phénomène, c’est-à-dire le refuge de plusieurs souverainistes dans des partis structurellement incapables de faire quoi que ce soit sur le front de l’indépendance (ou même de la « défense des intérêts du Québec »), l’un parce qu’il est trop à gauche pour ne jamais prendre le pouvoir et l’autre parce qu’il propose une démarche du « tout pour le tout » que les Québécois n’accepterons jamais, car elle serait suicidaire. C’est le refuge dans une certaine stérilité que masque un discours hyper militant et qui sera à terme fatale pour le mouvement souverainiste si le PQ ne revient pas « aux affaires » sous peu. Une quatrième défaite électorale consécutive serait très dure et aurait un effet de démobilisation terrible sur le PQ. Sans compter la perte d’expertise (et donc de sérieux et de projection dans le réel) qui vient avec l’exercice du pouvoir sur une base régulière. Richard Desjardins dit même qu’il préfère « attendre 150 ans » plutôt que de « voter utile » cette année. Le Québec ne peut évidemment se permettre « 150 ans » de Charest-Legault. Et il ne peut se permettre le cynisme et la déconsidération du politique qui se profile de plus en plus. Un peuple sur la défensive ne peut pas mépriser le politique sans que cela lui soit fatal à plus ou moins brève échéance (les Américains ou les Français eux, peuvent se le permettre).

Même cette controverse autour des RIP est très révélatrice, car l’ADQ, que la CAQ a avalée, était en faveur d’une telle idée (mais avec beaucoup moins de balises que ce que le PQ propose). Je ne dis même pas que les RIP sont une bonne chose (comme Madame Marois, j’ai toujours été très sceptique à cet égard), mais le fait que les anciens adéquistes piétinent leurs convictions d’hier sur ce sujet sous le seul prétexte que le PQ défend maintenant les RIP, et sans qu’ils semblent en payer le prix politique représente bien cette déconnexion où les Québécois ont tendance à se retourner contre ce qu’ils approuvent pourtant dans les sondages (une laïcité plus « stricte », une plus grande protection du français, des élus plus imputables à leurs électeurs) dès que l’ombre d’une « condition gagnante » est à l’horizon. Tout cela vient de la peur d’un troisième échec (ce que Monsieur Lisée appelait la peur des Québécois d’avoir l’air « de looser ») et François Legault a habilement (et démagogiquement) joué sur cette peur mercredi soir quand il a dit que « On ne peut se permettre de perdre un troisième référendum ».

Mais tout n’est pas perdu. Si Pauline Marois devient première ministre le 4 septembre, même minoritaire, sa stature sera ipso-facto rehaussée et elle sera dorénavant jugée sur ce qu’elle accomplira à son poste. De plus, les gouvernements minoritaires sont généralement réelu au moins une fois, et souvent majoritaire. C’est pour cela qu’il faut continuer à convaincre autour de nous. Finalement, les sondages indiquent que les électeurs péquistes sont de loin les plus convaincus alors que les Solidaire et ceux d’ON dont les plus susceptibles de changer d’opinion d’ici l’élection. Le PQ a donc une réserve potentielle de votes « à gauche » qui pourrait faire la différence et ce vidéo fait oeuvre très utile.

Je veux préciser une chose quand à la fin de mon commentaire précédent. Évidemment, un gouvernement majoritaire serait HAUTEMENT PRÉFÉRABLE à un gouvernement minoritaire, mais il faut bien sûr éviter la catastrophe que serait une autre défaite électorale. Désolé de laisser entendre qu’une pluralité serait presque aussi bonne qu’une majorité ce qui n’est pas du tout ce que je pense.

Si le PQ prenait l’engagement, de facon claire et precise, de revoir le mode de scrutin pour faire une place aux partis comme QS ON ou les verts, peut etre que leurs partisans auraient une bonne raison de voter »strategique ».

Mais c’est tellement malhonnête de dire ça après que vous ayiez jeté la proportionnelle aux poubelles et dit non à un front commun! C’est tellement manipulateur cette façon de faire!

Nous les électeurs indécis attendons qu’un jour quelqu’un nous explique clairement deux choses:

1- qu’est-ce qui ira vraiment mieux dans un Québec Souverain. (Si c’est une si bonne chose faut nous le dire en clair et ensuite on trouvera bien le moyen d’y arriver)

2- Quelle sera la composition ethnique et culturelle des québécois à partir de ce moment? (Si c’est pour ressembler au Canada pourquoi tout ce trouble ?)

Mais au lieu de cela on nous barbotine les oreilles avec la plomberie: RIP, budget, bon gouvernement, conditions gagnantes, réferendum, etc, etc, et quoi encore….

Il vous reste une semaine pour nous donner les réponses à ces questions.

Sinon ? peut-être bye bye PQ… (vous vous souvenez de la vague orange qui a emporté le Bloc).

Bref nous les indécis il arrive qu’on finisse par se décider…

=

d accord avec vous les gens veulent du changement mais ils changent 4 trente sous pour une piastre avec legault et charest du pareille au meme les gens ne suive vraiment pas la politique ca parait

Êtes-vous si enlisé dans le système Britannique qu’il n’est plus possible pour vous de voir une façon nationale de faire de la politique? Pourquoi est-ce si compliqué de voir le PQ, QS, ON se lier? On le dit majoritairement, le QC, mais surtout l’ASSNAT, a besoin de sang neuf. J’entend ici de propositions (non pas promesses) claires, structurées, qui reposent sur une efficience démontrée, détachées de tout copinage à visé pécuniaire. Je vois un gouvernement majoritaire progressiste comme la société que nous sommes, au Québec. Option nationale, ce n’est pas le PQ, ni QS, dans la racine (objectif ultime) de ce que sont AUJOURD’HUI ses mouvements. Je souhaite voir un gouvernement majoritaire qui oeuvre ensemble, non pour le parti ou sa défense, mais pour la population, et ce, quel que soit l’allégeance PQ, QS, ON…

Un scénario envisageable, c’est celui que le PQ gagne, mais minoritaire. Ici, à moins de l’extraordinaire scénario que QS ait la balance du pouvoir, il faudra concevoir l’idée que dans cette position, la CAQ aura le beau jeu.

En effet, elle pourra former le gouvernement avec le parti de son choix, ou nous replongera en élection. S’il semble impensable, l’existence d’un gouvernement PQ-CAQ, le contraire me paraît cependant logique… d’autant plus que Legault a déjà annoncé de lui-même cette possibilité en juillet dernier.

En contrepartie, que ce soit par la formation d’un gouvernement CAQ-PLQ ou par celle d’un PQ minoritaire précipité en élection, ce scénario s’avèrerait hautement instable pour le gouvernement pris dans cette situation… ce qui est loin d’être mauvais pour la réorganisation des forces souverainiste… 😉

Vous ne serez pas élu et vous retournerez vous battre contre les moulins à vent à L’Actualité.

C a q === libéral.( Selon l’exécrable presse le transfert des libérobibites vers la c a q serait commencé.Le cash se cherche une cache,pourquoi? se le cacher.

Je suis Péquiste depuis 1970 et le demeure: :En en attendant et espérant une véritable démocratie au Québec Libre ,
Il faut en finir avec ces royautés de 4 ans qui n’ont de (démocratique) que le choix d’un bouffon au service des lobbys.
Merci Monsieur Lisée pour votre dévouement afin que croisse l’intelligence politique en ce pays.

Nous ne voulons pas de gouvernement majoritaire du PQ, nous voulous du PQ minoritaire. Pas envie d’attendre 4 ans de mauvais gouvernement Marois et ensuite se retrouver avec les libéraux pour 10 ans. C’est maintenant ou jamais qu’il faut se débarrasser de la vieille garde du PQ et marcher vers un Québec moderne. Un Québec qui répond aux aspirations de tous les Québécois et non gouvernement pour un Québec replié sur lui même que propose Marois.

Ce que je déplore le plus dans cette élection, c’est la partisanerie… Je serais dans votre circonscription M. Lisée, je voterais pour vous à 100 mille à l’heure! Mais comme je vis dans la circonscription de Viau, comté d’Emmanuel Dubourg, fief Libéral de loooongue date du PLQ, j’suis désolée, mais je vais voter avec le coeur, et il balance entre Option Nationale et Québec Solidaire! Y aurait fallu s’allier, ne pas vous mangez entre vous PQ, ON, et QS… À cause de la partisanerie, la droite a encore une chance de vaincre au Québec… Et elle décourage les électeurs envers la classe politique qui demandent ensuite aux québécois de s’unir, alors qu’elle-même se divise…

Je suis craintive quand j’entends des gens crier haut et fort de voter avec le coeur. C’est le temps de penser, non pas de rêver. Il faut que le PQ amasse tous les comtés possible pour que Mme Marois puissent entrer. Je n’ai rien contre QS et ON, mais, ils ne prendront pas le pouvoir, alors votons stratégique. Je ne comprends plus Jacques Parizeau, un homme intelligent comme lui. Comme s’il était obligé de faire son petit coup pendable à la dernière minute. L’intelligence ne va pas toujours de pair avec le discernement.

La haine du PQ est si grande à QS et ON que ces deux partis souhaitent en fait l’élection de la CAQ ou du PLQ…

QS et ON sont-ils motivés par la souveraineté et le progressisme ou par la rancoeur et la mesquinerie?

1. Le PQ n’est absolument pas un parti de gauche : c’est un parti centriste.

2. M. lisée, sauf tout le respect que je vous dois, votre ton paternaliste – que tous les péquistes aprtagent – est plein d’arrogance : s’il y a division du vote, la faute revient au PQ, qui a refusé catégoriquement une alliance avec les autres aprtis souverainistes lorsque l’idée était sur la table.

3. S’il y a division du vote, c’est aussi à cause du mode de scrutin pourri qu’est le nôtre et que le PQ ne remet jamais en question.

Bref, mon vote ne vous appartient pas : laissez le paternalisme et l’arrogance; si QS et ON raflent des votes souverainistes, c’est que leurs programmes sont nettement plus clairs et plus intéressants que le vôtre.

M. Lisée, seul le PQ doit mériter sa victoire ou sa défaite le 4 septembre prochain.

La culture du mendiant incrustée dans les gènes du PQ suite aux résultats du référendum de 1995 est d’un ridicule consommé. Alors que nous n’étions qu’à un demi point d’une majorité absolue en faveur de la pleine souveraineté politique du peuple québécois, Bouchard et sa suite ont abdiqué, ils ont alors cessé d’oeuvrer au projet d’indépendance du Québec se cantonnant au seul objectif de garder le pouvoir d’intendance coloniale de la Province of Kwibek entre leurs dents. Quel détournement de l’Histoire !!! Quelle honte !

Honteuse, également, la motion votée à l’Assemblée nationale contre le citoyen Yves Michaud en l’an 2000, action digne d’un régime totalitaire. Je me souviens !

Devenu quêteux de pouvoirs d’intendance coloniale, il n’est pas surprenant de voir votre parti venir mendier « des votes » à vos adversaires. Tout simplement pathétique !!!

Bonjour Monsieur Lisée,
Pour ma part, je voudrais interpeller les gens qui voudraient voter Québec solidaire ou Option nationale. J’en connais quelques-uns parmi mes amis et mes collègues. Voter PQ n’est pas si difficile que ça dans les circonstances. Cela ne m’empêchera pas de critiquer et de descendre dans la rue ou de signer une pétition pour un référendum populaire si jamais le PQ n’est pas à l’écoute des citoyens. Les engagements du PQ sont suffisamment proches de mes aspirations pour voter stratégique. Toute ma vie j’ai oeuvré dans le milieu communautaire encore aujourd’hui avec des valeurs de justice sociale et solidarité et souvent j’ai été critique envers les différents gouvernements du PQ. Je n’ai pas honte de dire que je voterai stratégique même si mes attentes ne sont pas complètement répondus. Le printemps érable m’a convaincu que quand les citoyens veulent faire entendre leurs points de vue, ils peuvent se mobiliser en nombre et parler fort. Avec un gouvernement du Parti québécois, les élus entendront les demandes des citoyens et sauront gérer cela avec diligence, respect et transparence. Ça j’en suis certaine, il y a au PQ des gens qui sauront y voir, à commencer par vous M. Lisée.

Peut-être ne remarquez-vous pas que les gens n’en veulent pas de votre souveraineté. Si les sondages sont favorables au PQ et que ça ne se traduit pas en votes, vous avez de sérieuses questions à vous posez au Parti du genre: les québécois en ont assez de remettre la dette aux générations futures ou encore, qu’ils en ont assez de payer pour faire engraisser la fonction publique.

Le sondage Leger est un peu stressant. Je supporte votre vision puisque je voterais ON si caq et plq était très faible. Mais ce n’est pas le cas et je voterai pour le PQ et surtout l’équipe de candidats exceptionnels qui l’entourent. Question: où est CROP ?

@benoit laliberté

Faut arrêter de charrier ou de faire semblant. La CAQ n’ira jamais chercher le vote anglo. C’est quoi cette lubie ? Les anglos et leurs assimilés vont voter à 98,9% pour le parti Libéral garantissant ainsi à ce parti 30 sièges en partant. Là où le vote sera divisé, c’est chez les francos. La performance de Françoise David risque de coûter cher au PQ. Faut arrêter de jouer à Franfreluche, les gains de QS ne se feront qu’aux dépens du PQ et strictement du PQ. Trouvez-moi un chrétien ou whatever qui vous dira: moi j’hésite entre Amir Khadir et Jean Charest ? Bullshit !

Au risque de vous décevoir, le PQ, malgré tous les sondages bidons, pourrait très bien se retrouver pour une deuxième fois comme le deuxième groupe d’opposition. Je vous laisse le soin de choisir entre la CAQ ou le PLQ comme opposition officielle. Pour ma part, j’opte pour le PLQ au pouvoir et cela, à cause du soutien inconditionnel des anglos.

M. Lisée, vous avez parfaitement raison d’être craintif.

Ceci est bel et bien l’élection où nous devons éviter un gouvernement minoritaire, avec Legault qui clame sur toutes les tribunes que s’il se retrouve dans l’opposition avec un gouvernement minoritaire, il ne collaborera pas et le fera tomber dès que possible. Pour indiquer clairement à la CAQ que vous ne voulez pas de leur ménage à la tronçonneuse, pour démontrer avec éloquence à Charest que vous en avez assez de son régime corrompu, il faut bien voter pour un parti qui a des chances de former le gouvernement, non?? J’ai beaucoup aimé Françoise David au débat, je ne m’en cache pas, et j’aurais aimé que Pauline Marois présente une défense aussi vibrante de la souveraineté (pourquoi ne lui avez-vous pas écrit un discours, M. Lisée?), mais il reste que QS ne formera pas le gouvernement, et même si ses députés détenaient la balance du pouvoir dans un contexte de gouvernement minoritaire, ça donnerait quoi au bout du compte? Le NPD, au fédéral, sous la gouverne du regretté Jack Layton, que j’appréciais beaucoup comme bien des gens, a détenu la balance du pouvoir, et n’a guère pu empêcher Stephen Harper de gouverner presque comme s’il était majoritaire entre 2006 et 2011.
M. Lisée a raison, il faut voter PQ le 4 septembre.

Les québécois n’aiment pas voter et une élection, ça coûte cher, ils vont sûrement y penser à deux fois avant de voter pour les tiers partis ou pour la CAC de François Legault; un parti assis entre deux chaises qui va s’écrouler au moment de faire ses choix entre les valeurs québécoises et canadiennes.

Le P.Q. Minoritaire serait une catastrophe pas a cause du P.Q. mais bien a cause de Legault qui dit en plein débat qu’il ferait tout ce qu’il peut pour plonger la province dans un autre élection pensant qu’il pourrait prendre le pouvoir et Les Libéraux en profiterait eux aussi pour changer de position en plus je ne crois pas que Mme David pourrait avoir assez de ressource pour subir une deuxième élection. Soyons franc et honnête le parti Q.S. ne peut pas prendre le pouvoir et je serais surpris qu’il ait la balance du pouvoir alors Mme David travailler pour le peuple et empêcher que le vote indépendantiste soit diviser en vous alliant au P.Q. Il sera encore temps que vous ayez le pouvoir quand le Québec sera un pays car les Charets et Legault ne seront plus de la partie.

Ce n’est pas pour me faire plaisir que je voterai QS, mais bien parce que c’est le parti qui correspond le plus à mes convictions. Si vous vouliez tant le vote des gens comme moi, vous auriez adopté un programme qui correspond à nos convictions et à nos valeurs. Or, vous avez choisi de ne pas le faire. Assumez et j’assumerai!

De ne pas entendre les Syndicats sur les 7000 emploies me fait frissonner somme nous a la fin de l’air syndicaliste avec le pouvoir qu’ils détiennent c’est malheureux de voir cela. C’est a croire que Legault a raison. Les seul a se tenir debout que nous avons entendu un peut c’est le syndicat des infirmières mais pas pour les coupures mais pour une augmentation des ressources et de pouvoirs. Le feu est éteins y a t’il encore de la braise? si oui soufflons tout ensemble pour que le flammes renaisse

Chers ON:

Le PQ a encore enormément à offrir au Québec.

La traversée du désert, depuis 2003 et depuis la defaite de 1995 – qui a fait mal a tout le monde – est encore incomplète: oui, il reste tant de chose a améliorer dans ce parti qui a autrement chané des choses fondamentales qui sont maintenant des évidences au Qc.

Ce parti est un parti de debats passionnés, d’engeulades magistrales, de discussions scholastiques sur la manière et le comment. Savez-vous quoi? C’est un parti vivant, c’est un exercice en équilibre démocratique et en compromis. Depuis 1968.

Quand le PQ a été créé, il n’existait rien de similaire, pas d’alternative au PLQ et à l’UN. le RIN était à peu près la seule chose proche, avec un leader charismatique, un programme pleins de bonnes intentions.

Le PQ a alors offert une vaste alliance: des gens prêts a gouverner, avec de l’expérience au gouvernement, avec une approche démocratique têtue…

Ce parti n’a jamais changer, au fond: il est vous, avec vos aspirations et votre impatience. Mais aujourd’hui, on souffre de la peine qu’on a encore de 1995 et 2003, de l’humiliant résultat de 2007… Et des pitreries du vieux chef, encore amers de ne pas etre le petit pere du peuple.

Revenez-en: aujourd’hui, c’est la dernière charge des cosaques.

Si une alliance CAQ/PLQ passe, malgré l’ampleur de ce que nous avons vécu dans les 9 dernières années et malgré l’ampleur de la crise des derniers mois, tout le mouvement souverainiste sera dans une bien inconfortable situation. Il risque une marginalisation, orphelin comme il ne l’a pas été depuis la fondation… du PQ.

Ça fait peur de voir la meilleure chance d’enfin battre Charest être mise en péril par des marges de 2,3,4% prises par ON, ici et là. Les conséquences et les enjeux sont énormes.

La proportionelle c’est une belle idée, une idée qui devrait être, qui aurait donc du… Mais est-ce l’enjeux de l’élection actuelle? Serez-vous plus proche de la proportionelle avec Charest et Legault?

Legault, justement: il était l’aile droite du PQ, il a quitté. Le PQ trop à droite? L’aile droite n’est plus. Réinvestissez le PQ, c’est l’heure!

Le PQ a pleins de défauts. Mais ses qualités et la sommes de ses parties sont une richesse et une opportunité qui ne peut être snobbée à cause de perceptions jésuitiques sur son approche à la souveraineté.

Savez-vous quoi? Le PQ a porté la souveraineté depuis + de 40 ans! La mémoire collective du parti sait une chose ou deux sur la difficulté de porter la souveraineté. Aujourd’hui, c’est vraiment l’heure de faire les fins sur les moyens d’y parvenir?

Oui, le PQ est imfarpait et certaines des critiques contre le parti sont très justes. Entre autre, il communique terriblement mal sur tant de choses.

Mais les objectifs de battre Charest et de former un bon gouvernement pour tous, qui offre également l’avenue la plus crédible et probable vers l’indépendance, ce n’est pas qu’une question d’emballage.

C’est aussi le devoir des électeurs de réaliser que dans le systême parlementaire imparfait que nous avons, avec un seul tour et où le candidat avec le plus de votes gagne, les choix sont durs mais sont finaux.

Et particulièrement dans ce contexte, voter PQ n’est pas une tare.

Aussant a été élu il y a a peine 4 ans avec ce parti. Il y paniqué, comme nous tous il y a quelques mois, quand le PQ a semblé etre sur le point d’implosé. Oh que nous avons eu peur.

Il semblerait qu’on s’est tous fait avoir par ceux qui avaient un avantage à nous faire croire ça.

Le PQ est maintenant, 8 mois après la crise, sur le point de prendre le pouvoir. Pauline Marois n’est pas parfaite, mais elle est à la tête d’une équipe résiliente et capable de gouverner, dès le 5 septembre.

On peut sentir la nervosité et l’agitation des forces opposées. La férocité des attaques. On peut sentir des manoeuvres sous la table, parfois maladroites, parfois très adroites (et à droite) pour diviser.

Dans le monde actuel, dans cette élection, voter PQ c’est aussi votre opportunité de faire survivre l’idée, comme indépendantistes et comme progressistes.

Votez PQ, vous pouvez le faire avec enthousiasme. C’est votre parti.Aussant a été élu il y a a peine 4 ans avec ce parti. Il y paniqué, comme nous tous il y a quelques mois, quand le PQ a semblé etre sur le point d’implosé. Oh que nous avons eu chaud.

Il semblerait quon s’est tous fait avoir par ceux qui avaient un avantage à nous faire croire ça.

Le PQ est maintenant, 8 mois après la crise, sur le point de prendre le pouvoir. Pauline Marois n’est pas parfaite, mais elle est à la tête d’une équipe résiliente et capable de gouverner, dès le 5 septembre.

On peut sentir la nervosité et l’agitation des forces opposées. La férocité des attaques. On peut sentir des manoeuvres sous la table, parfois maladroites, parfois très adroites (et à droite) pour diviser.

Dans le monde actuel, dans cette élection, voter PQ c’est aussi votre opportunité de fairevivre l’idée, comme indépendantistes et comme progressistes.

Cessez d’avoir peur. Votez PQ. Vous pouvez le faire avec enthousiasme. C’est votre parti.

Bonjour Monsieur Lisée, Avec Parizeau … que j’appelais M. qui appuie JMO, après ses déclarations post-référendaires, Lisette qui démissionne. Je salue la prestation de Madame David mais j’ajoute qu’elle n’a aucune pression, aucun cadre ni la responsabilité de réaliser ses promesses électorales. Mais je partage ses vues. Pauline Marois est devant la possibilité d’atteindre un gouvernement majoritaire et ce sont ses propres troupes qui lui font faux bonds… Avoir Legault comme opposition c’est navrant, ce ne sont pas les syndicats qui lui attachent les mains. Depuis 1969 qu’on se bat pour notre pays… et ils semblent que les séparatistes se divisent jour après jour… Plus on attend à s’unir et moins on aura de chance de réussir notre projet de pays libre. La majorité du gouvernement est essentielle, ensuite on marche vers la prochaine étape, cessons de nous nuire.

Kadir en appelle à un vote non-stratégique tout en affirmant que sa stratégie est de former une opposition au PQou d’avoir la balance du pouvoir d’un gouvernement péquiste, ce n’est pas de la stratégie ça! Il affirme que l’élection du PQ est certaine ce qui permet aux électeurs de voter pour lui. Ainsi on arrivera à un gouvernement de gauche. Rien n’est moins certain. Ce parti qui n’arrive pas à décoller dans les songages ( 7%) affirme péremptoirement qu’il est le fiduciaire de la souveraineté alors qu’il a appuyé le NPD au détriment du bloc. QS, comme n,importe quel parti a un branding, celui du plus vrai que vrai, du plus pur que pur, mais les faits démentent de plus ne plus l’image. Une chose est très claire pour moi je ne veux pas être dirigé par des gens qui pensent que sur tous les sujets ils éclairent le monde de la pensée de leur politiques les plus vrais, les plus purs et les plus à gauche. La gauche recueille actuellement environ 43%, se diviser c’est saper les mouvements des étudiants. Marois a payé très cher et eu un courage formidable dans son appui aux étudiants. Ce n’est pas Kadir qui a subi chaque jour les foudres de Charest. Charest sait très bien que Kadir est inofensif pour lui, il a peur du PQ et un vote pour Kadir c’est un vote de moins pour le PQ. Vous ne voulez pas de hausse des frais de scolarité et de gaz de schiste. il n’y a dans le système actuel qu’une seule solution. Pour la proportionelle on en reparlera, ce n’est pas en votant QS qu’on l’aura c’est certain.

Mme Deschêne :
Le système de scrutin au Québec est au mieux non représentatif de l’électorat, au pire malhonnête. Le PQ n’a jamais cherché à réformer ce système, qui a tour à tour favorisé le PQ ou le PLQ.
QS et ON savent effectivement bien ce qu’il se passe, et refusent de se plier au petit jeu malsain PQ/PLQ pour appeler l’électorat en jouant sur la peur de l’autre parti.

M. Lisée :
Combien d’occasions le PQ a manqué de réformer ce système de scrutin? Vous êtes responsables de cette situation, avec le PLQ. Maintenant vous venez brailler à la caméra, et racoler comme le pire des vendeur d’assurances les voix des petits partis qui, eux, proposent des changement qui _empêcheraient_ cette situation absurde de vote stratégique?
Vous racolez, et vous jouez sur la peur, en cherchant à culpabiliser l’électorat de voter selon _ses_ convictions. Comment peut-on oser dire à un électeur que voter selon ses convictions pour le parti ou le candidat qu’il pense être le meilleur est une erreur? Pour aider un candidat d’un autre parti qui serait, d’après son parti, moins pire que celui de l’autre vieux parti d’en face?
Vous voulez vous faire élire non pas sur la qualité de votre programme ou vos candidats, mais sur la peur d’une réélection du parti d’en face. Vous êtes prêts à troquer le peu de semblant de démocratie que le système offre pour faire peur, et encore une fois jouer de la situation au détriment des petits et jeunes partis.
Vous me faites honte, vous et le reste de vos camarades de parti qui se complaisent dans le statu-quo d’un système archaïque et malhonnête.
Vous me faites honte, vous et le reste de vos camarades de parti racoleurs et vendeurs de peur.

Peut-être qu’une défaite et qu’un gouvernement minoritaire perdu au bon vouloir d’un système aberrant que vous avez contribué à entretenir vous réveillera, vous ou le parti d’en face.

Aie,c est fini les peurs;je ne parle pas pour M.Lisée,il va bien sûr voter Pq,c est un candidat
Pour paraphraser une citation célèbre,un peu modifiée;VOUS ETES PAS TANNES DE VOUS FAIRE NIAISER, PAR LE MOUTON FRISÉ ET TOUS LES AUTRES,GANG DE CAVES.
Il ne s agit pas juste de soif d indépendance,Québec a nous,mais il n existe qu UN SEUL parti qui vise et sera capable de l atteindre,car il a été fondé il y aplus de 40 ans,
en quarante ans il a le droit de connaître deux échecs a l examen,le prochain sera le bon;moi j y
crois depuis 39 ans;a bon entendeur,salut

Bonjour JF

Ce qui nous aide pas c’est la position que vient de prendre ton ancien boss M. Parizeau. Cheap shot pour un ancien PM du PQ. Tu réagis comment ?

@M. Cloutier: En espérant que ça puisse répondre à vos questions:
Selon Too Close to call (désolé au site de L’actualité, qui fait confiance à Three-hundred-eight), il y a six circonscriptions péquistes qui sont en danger à cause de la montée de la CAQ et de QS, et qui sont en avance sur le PQ.
Dans les Laurentides:
-St-Jérôme, adversaire: Jacques Duchesneau, CAQ (1); Candidat PQ: Gilles Robert
Dans Lanaudière:
-Terrebonne, adversaire: Gaétan Barrette, CAQ; Candidat PQ: Mathieu Traversy
-L’Assomption, adversaire: François Legault, CAQ; Candidat PQ: Lizabel Nitoi
Dans Montérégie
-Johnson, adversaire: Stéphane Legault, CAQ; Candidat PQ: Yves-François Blanchet
Dans Montréal:
-Gouin, adversaire Françoise David, QS (2); Candidat PQ: Nicolas Girard
Dans Centre-du-Québec
-Drummond – Bois-Franc, adversaire: Sébastien Schneeberger, CAQ; Candidat PQ: Annie Jean

(1): J’ai beaucoup de respect pour M. Duchesneau mais je crois que son passage à la CAQ a été un mauvais « move » et qu’il aurait dû rester « gérant d’estrade ». Je crois aussi que son entrée en politique lui a fait perdre en crédibilité, puisqu’il n’est plus impartial, maintenant qu’il est en politique partisane. Selon moi, vaux mieux une personne qui n’est pas une tête d’affiche qui est dévoué à sa communauté qu’une tête d’affiche qui ne s’investit pas.

(2): J’ai aussi beaucoup de respect pour Mme. David et comme vous, je crois qu’elle a fait une excellente performance au débat des chefs, mais je pense qu’il faut empêcher la réélection de Charest et réitérer la confiance envers un député très compétent et probablement un ministre très compétent qui se dévoue pour sa communauté. Je voudrais, comme M. Lisée, que Mme. David soit élue ultérieurement, mais pas dans Gouin.

Les circonscriptions péquistes où un parti adverse menace l’avance du PQ (PQ en avance, écart très serré) :
Dans Abitibi:
-Rouyn-Noranda – Témiscamingue, adversaire: Mélissa Turgeon, PLQ; candidat PQ: Gilles Chapadeau
Dans Québec:
-Jean-Lesage, adversaire: Johanne Lapointe, CAQ; candidat PQ: Pierre Châteauvert
Dans Estrie:
-Orford, adversaire: Pierre Reid, PLQ; candidat PQ: Michel Breton
Dans Lanaudière:
-Berthier, adversaire: François Benjamin, CAQ; candidat PQ: André Villeneuve
Dans Laurentides:
-Argenteuil, adversaire: Lise Proulx, PLQ; candidat PQ: Roland Richer
-Blainville, adversaire: Daniel Ratthé, CAQ; candidat PQ: Bernard Généreux
-Groulx, adversaire: Hélène Daneault, CAQ; candidat PQ: Raymond Archambault
Dans Mauricie:
-Maskinongé, adversaire: Jean Damphousse, CAQ; candidat PQ: Patrick Lahaie
-Trois-Rivières, adversaire: Andrew D’Amours, CAQ; candidat PQ: Djemila Behhabib
Dans Montérégie:
-Iberville, adversaire: Claire Samson, CAQ; candidat PQ: Marie Bouillé
-Montarville, adversaire: Nathalie Roy, CAQ; candidat PQ: Monique Richard
-Saint-Hyacinthe, adversaire: Pierre Schetagne, CAQ; candidat PQ: Émilien Pelletier
-St-Jean, adversaire: Yvan Berthelot, CAQ; candidat PQ: Dave Turcotte
-Soulanges, adversaire: Lucie Charlebois, PLQ; candidat PQ: André Bouthillier
Dans Montréal:
-Laurie-Dorion, adversaire: Gerry Sklavounos, PLQ; candidat PQ: M. Badiona Bazin
-Verdun, adversaire: Henri-François Gautrin, PLQ; candidat PQ: Thierry St-Cyr

Les circonscriptions qui pourraient passer au PQ par quelques centaines de voix contre un adversaire d’un autre parti (Autre parti en avance, PQ 2e, écart très serré)
Dans Gaspésie:
-Bonaventure, adversaire: Damien Arsenault, PLQ; candidat PQ: Sylvain Roy
Dans Laval:
-Fabre, adversaire: Gilles Ouimet, PLQ; candidat PQ: François-Gycelain Rocque
-Milles-Îles, adversaire: Francine Charbonneau, PLQ; candidat PQ: Robert Carrier
-Vimont, adversaire: Jean Rousselle, PLQ; candidat PQ: Linda Tousignant
Dans Montérégie:
-Laporte, adversaire: Nicole Médard, PLQ; candidat PQ: Simon Bélanger
Dans Montréal:
-Anjou – Louis-Riel, adversaire: Lise Thériault, PLQ; candidat PQ: Martine Roux
Dans Outaouais:
-Hull, adversaire: Maryse Gaudreault, PLQ; candidat PQ: Gilles Aubé
-Papineau, adversaire: Alexandre Iraca, PLQ; candidat PQ: Jean-François Primeau
Dans Québec (si vous êtes en forme, l’écart est plus grand):
-Jean-Talon, adversaire Yves Bolduc, PLQ; candidat PQ: M. Neko Likongo

À tous les péquistes, militants des autres partis qui veulent tasser Charest et limiter Legault, qui lisent ce message, vous savez maintenant où les élections se joueront. Voici où le vote stratégique sera primordial. Je sais que ce sont des sondages, mais ils permettent de tracer une tendance.
À ceux qui habitent dans une de ces circonscriptions, si vous vous activez à convaincre les gens du vote stratégique du PQ, nous pourrons aller contre les pronostics et tasser Charest tout en empêchant Legault de ramasser trop de circonscriptions.
Et surtout, nous pourrons soulager les craintes de M. Lisée!!
Bonne fin de campagne!!

Il n’est plus temps de pleurer et de culpabiliser les Québécois. Vous n’aviez qu’à faire front unis.

Ce qui arrivera sera de votre faute, à moins que la situation soit exactement ce que vous vouliez pour voler le vote des autres parties. Dans tous les cas, que ça soit un mauvais choix ou une tactique malhonnête dans tous les cas je ne voterais pas pour vous même si vous être le candidat PQ dans mon compté de Rosemont….

Vous aviez raison de dire que je vais voter pour me faire plaisir…

Vous aviez raison de dire que je vais voter pour me faire plaisir…

Mois aussi je suis craintif, M. Lisée.
M. Aussant est un homme de calibre exceptionnel.Le Québec a besoin de lui à l’Assemblée nationale.
Vous savez que dans Nicolet-Bécancour, c’est la CAQ qui est en avance sur ON. Par quelques points.
Dans Johnson, c’est la CAQ qui mène par quelques points devant le PQ. De même, dans Drummond-Bois Francs.
Alors pourquoi craindre, plutôt qu’aider, l’élection de Jean_Martin Aussant? Pourquoi donner le comté de Nicolet-Bécancour à la CAQ plutôt qu’à M. Aussant?
Un échange de bons procédés pourrait permettre au PQ de gagner deux comtés et à M. Aussant de siéger à l’Assemble nationale.
La réflexion est parfois plus productive que la crainte.

Plaidoyer intéressant quoique misant sur un sentiment négatif au départ…

Je crois qu’il reste suffisamment de temps pour un autre type de ralliement :

– Pauline Marois représente parfaitement les électeurs qui sont indécis à cause d’une insécurité face au changement. Ce sont 19% des électeurs en ce moment. Elle devrait leur parler avec son coeur pour les convaincre que voter PQ, ce n’est pas dangereux. Le cadre budgétaire est rigoureux, les RIP sont encadrés et l’Assemblée nationale élue (i.e. tous les députés de tous les partis) aura le dernier mot pour prendre les décisions importantes. On aura donc à la tête du gouvernement une femme responsable, et non un clown machiavélique usé depuis 9 ans ou un assoiffé de pouvoir qui lance des slogans de vendeur de char et qui croit qu’on gère l’État comme si c’était sa propre compagnie privée.

– et que les passionnés de la souveraineté, qu’on appelle parfois les purs et durs, soient rassurés. Pauline Marois avait été choisie par Parizeau lui-même en 1988 pour faire un retour en politique et elle l’a accompagné dans la campagne du Oui en 1995. Elle rêve d’indépendance et les conditions pourraient permettre à M.Parizeau, à son tour, d’accompagner bientôt Pauline Marois dans la promotion de la souveraineté (si la population en fait la demande).

-ça prendra toujours des gens plus passionnés que d’autres pour raviver l’espoir et faire siffler le train qui s’arrête trop longtemps en gare. Le PQ a toujours été le lieu de ces discussions animées et il faut avouer que Pauline a rassemblé une équipe qui fait une large place à tous les types de souverainistes (ce qui lui avait d’ailleurs causé quelques maux d’estomac l’an dernier !) Faites-lui confiance, elle parle au peuple par ses gestes et non juste en paroles creuses, comme d’autres le font. Elle fera une grande première ministre et ça donnera des idées aux Québécois; notre monde est en évolution et on peut réussir lorsqu’on a le courage de ses convictions.

M. Lisée, merci pour la délicatesse dont vous faites preuve, la façon non agressive que vous utilisez pour livrer votre message. Je persiste et signe, l’Assemblée nationale à cruellement besoin de quelqu’un comme vous et je souhaite le plus sincèrement du monde que vous soyez élu (d’autant plus que vous représentez mon comté). Votre capsule nous démontre bien que vous êtes un grand homme qui saura faire bouger les choses… autrement. Cependant, cet automne, j’ai découvert Option nationale et m’identifie davantage à leurs idées, à leur plateforme… tout en demeurant attachée au Parti québécois. Pour plusieurs, ce sera une élection des plus émotives… oscillant entre la stratégie et les convictions. Cela confirme qu’il serait grand temps de changer de mode de scrutin!

@ Alexandre
Facile: https://docs.google.com/file/d/0B9hKZEGlI3lXc1NIa3Q3SlFmYzg/edit?pli=1

À suivre jusqu’au dernier jour.

Je me permets deux exceptions Aussant et David. Ils ont plus de voix que le PQ et c’est au PQ de se ranger. De plus ils seraient très utiles à l’AN. Dommage pour N.Girard mais on ne peut faire d’omelette sans casser des oeufs.

Je crois qu’au final, les Exécutifs d’ON et QS agiront de façon responsable.

D’autre part la peur n’est jamais bonne conseillère. Surtout au coeur de l’action.

Gouvernement minoritaire PQ avec l’opposition CAQ et PLQ ça devrait en motiver plusieurs qu’en une semaine, il pourrait ne plus y avoir de gouvernement PQ.

Juste à adopter les valeurs les plus importantes d’ON et QS, ils vont fusionner. C’est pas compliqué.

Dans son allocution, lors de l’assemblée sur la souveraineté, Amir Kadir a parlé de s’opposer aux «partis de pouvoir« de donner une voix au peuple pour une saine opposition. Passons sur le fait qu’il met dans le même paquet le PQ et le PLQ. Passons aussi sur le fait que pour lui vraisemblablement, la CAQ, un plus jeune parti que QS, pourrait prendre le pouvoir. D’ailleurs la réthorique de QS ressemble à celle de la CAQ : on est pur, on est propre, on n’a pas touché au pouvoir, on est pas corrompu par le pouvoir. Mais est-ce à dire que si on choisit QS on serait certain que le peuple ne serait pas au pouvoir? Mais n’est-il pas vrai que le peuple c’est toujours les citoyens. Mais on peut aussi dire que si l’on vote pour le PQ ceux qui veulent la souveraineté auront le POUVOIR (oh comme c’est sal et dangereux) de réaliser l’indépendance du Québec?

Tout à fait d’accord avec MichelineM. Votre témoignage, on le sent, vient vraiment de vos tripes. Et je partage votre inquiétude quant aux conséquences de la division du vote souverainiste/progressiste. Le spectre d’avoir un gouvernement de droite aux deux paliers principaux de notre système politique me déplaît, pour ne pas dire m’apeure.

Mais les mots de Françoise David résonnent : le PQ avait tout le temps de réformer le mode de scrutin alors qu’il était au gouvernement et il ne l’a pas fait. Il n’aura que lui-même à blâmer le 4 septembre si par malheur (et ça vient vraiment de mes tripes soyez-en convaincu) il ne forme pas un gouvernement majoritaire.

J’entendais Dominique Champagne hier à la radio faire la liste des ministres d’un gouvernement idéal. Le noyau de ce conseil des ministres était péquiste, mais on comptait aussi dans le lot Françoise David, Jean-Martin Aussant et même François Legault. Bien sûr cela est utopique, mais il me semble qu’une forme de scrutin qui permettrait à la population d’élire les personnalités politiques qu’elle considère incontournables au parlement, peu importe leur parti, serait un puissant antidote au désengagement citoyen qui se traduit par une participation de moins en moins grande à la grand-messe politique qui a lieu tous les quatre ans.

J’ai eu ma carte du PQ pour la première fois au début des années 80. Je l’ai eu quelques années. Je l’ai reprise il y a quelques années parce que je ne vois pas quel autre véhicule politique peut nous mener à la souveraineté et à une société plus égalitaire. Mais si François David ou Jean-Martin Aussant était candidat dans ma circonscription, je me poserais très très sérieusement la question de faire défection …

P.S. Ma carte est échue depuis mai 2012. Je renouvelle plus par devoir que par conviction profonde. Je devrais renouveler cette semaine, par principe …

@Serge William
Vous avez raison.
M. Aussant, talentueux et sincère, est un atout à l’Assemblée nationale. C’est tout le Québec qui gagnerait à ce qu’il y siège.
Mme Marois, dans un geste noble et généreux, peut l’aider à être élu dans Nicolet-Bécancour. Et par le fait même, elle priverait la CAQ d’un siège.

Je suis tellement convaicu de mon choix, que je vais voter cette apres midi par anticipation pour le parti québecois .De cette façon je ne diviserai pas mon vote.Je demeure dans le quartier Ste Marie St Jacques

Le slogan de campagne de Québec solidaire «Debout» est tourné en dérision par M.Gilles Duceppe: «Leur slogan, c’est «Debout’, pis aux élections fédérales c’était à genoux devant le NPD!», raille M. Duceppe, n’ayant toujours pas digéré qu’Amir Khadir ait avoué avoir voté pour le NPD aux élections fédérales de mai 2011.

Malheureusement, plusieurs personnes pensent souvent qu’ils vont gagner le concours du plus pur.
Il n’y a qu’un seul gagnant, celui qui remporte l’élection. Les autres sont tous perdants. Ils ont tous des défauts, aucun ne correspond exactement à ce qu’on voudrait.
Pour un souverainiste, le parti qui concilie le mieux le désir d’avoir un pays et le besoin d’acquérir le pouvoir pour le faire, c’est le PQ.
Pour un électeur de gauche, le parti qui concilie le mieux les idéaux d’équité sociale et acquérir le pouvoir, c’est le PQ.

Tous les détails ici sur le vote par anticipation de 7 jours pour faire gagner les libéraux et l’establishment anglophone:

Vote par anticipation

Les 26 août 2012 et 27 août 2012, les bureaux de vote par anticipation seront ouverts de 9 h 30 à 20 h. Les bureaux sont aménagés pour les personnes à mobilité réduite.

Pour connaître l’adresse de votre bureau de vote par anticipation >>
L’adresse de votre bureau de vote par anticipation est également indiquée sur l’avis (exemple) qui vous a été transmis par la poste.

Cinq journées supplémentaires pour voter
Vous ne pouvez voter le jour du scrutin ou les jours prévus pour le vote par anticipation? Cinq journées supplémentaires vous sont offertes pour exercer votre droit de vote au bureau de votre directeur du scrutin ou à l’un des bureaux désignés.

Les dates et les heures retenues pour ces journées supplémentaires sont :

• 24 août 2012, de 9 h à 21 h;
• 25 août 2012, de 9 h à 17 h;
• 28 et 29 août 2012, de 9 h à 21 h;
• 30 août 2012, de 9 h à 14 h.

Pour connaître l’adresse du bureau du directeur du scrutin ou l’un des bureaux désignés >>
Nouveauté!

Un électeur qui réside temporairement dans une autre circonscription que celle de son domicile peut y exercer son droit de vote tout en votant pour un candidat de sa circonscription.

M. Lisée a risqué gros en se joignant au PQ. Malheureusement, Mme Marois s’est mis trop souvent les pieds dans la bouche dernièrement, encore ce matin dimanche.

En ce sens, c’est carrément manquer de respect envers l’intelligence des indépendantistes d’utiliser la peur, et non seulement, de l’élection de la CAQ ou du PLQ, mais en plus, de l’élection du PQ minoritaire. Le message qu’on reçoit c’est que le PQ ne veut absolument aucun député, ni Khadir ni David ni Aussant.

On comprend que Marois veut être seule à la tête pour gouverner la province de Québec, comme ça a été fait en alternance depuis 40 ans.

Bref, M. Lisée aurait dû se joindre à Option nationale. Marois n’a aucune raison de s’inquiéter des RIP puisque même les indépendantistes pressés ne signeront pas une pétition pour un référendum si c’est Pauline au pouvoir, et M. Lisée le sait.

Une chance qu’on a Option nationale pour récupérer les bons éléments du PQ.

Pour reprendre votre expression, M. Lisée, vous avez joué dans le film du parti québécois conservateur de droite avec Lucien Bouchard. Alors comprenez que beaucoup d’électeurs sont septiques quant aux ambitions progressistes du PQ.

Je vous admire M. Lisée et si vous étiez à la tête du PQ, je serais péquiste.

Votre rhétorique ici n’est toutefois pas digne de votre nom. Un vote selon nos convictions n’est pas un vote « pour se faire plaisir ». C’est un vote réel, honorable comme il se doit.

Forcer des gens à voter pour vous parce que c’est stratégique, c’est se complaire dans un système électoral très imparfaitement démocratique qui vous avantage (vous aurez sans doute une proportion de sièges plus élevée que de votes, tant de sièges volés aux plus petits partis à qui des citoyens donnent leur vote. Ces citoyens perdent leur vote, et c’est ça la tragédie.

J’en suis un de ces citoyen qui doit choisir entre perdre mon vote stratégiquement, ou perdre mon vote avec mon coeur. J’aimerais que mon vote ait la valeur qui lui revient : un vote, mon vote. Et non un vote qui s’auto-détruit ou ton vote.

Bref, vous voulez que les gens votent stratégiquement pour vous, même s’ils en ont marre de voter stratégiquement élection après élection (l’urgence de voter stratégiquement est toujours la même, et le sera toujours)?

J’ai une solutions bien simple : Dites-nous que vous trouvez regrettable que certains électeurs doivent voter stratégiquement encore und fois, mais promettez que ceci est la dernière élection où l’on devra le faire, promettez-nous clairement que si le PQ est élu, les prochaines élections seront faites avec un mode de scrutin proportionnel. Promettez-nous que vous allez tout faire pour qu’à l’avenir on puisse toutes et tous voter avec notre coeur, et que ce vote compte, que l’on soit à Westmount, dans Gouin, à Québec ou dans Rosemont.

Ainsi vous allez rentrer aux élections, peut-être majoritaire, vous aurez la latitude de faire ce que vous avez à faire durant votre mandat, et lors de la prochaine élection, le Québec sera plus démocratique, la gauche sera divisée, certes, mais unie en même temps, on passera dans un mode politique de coalition. C’est différent, mais c’est l’avenir, c’est moderne, c’est démocratique.

En attendant, mon vote va à Québec Solidaire. Si j’entends cette promesse de votre chef, je m’engage à voter PQ stratégiquement, pour une dernière fois (sauf si c’est vous à la tête la prochaine fois, mais ce ne serait plus stratégique, ce serait par conviction).

Merci de votre attention M. Lisée, et dans tous les cas, bonne chances à votre parti le 4 septembre.

M. Lisée,

Je comprends et partage vos craintes. Et je suis moi aussi convaincue que dans le cas d’une défaite péquiste, bien des gens regretteraient leurs choix.

Après avoir beaucoup hésité entre le PQ et QS, j’ai décidé de voter PQ. Dans les conditions actuelles, je pense que c’est ma responsabilité en tant que citoyenne de voter pour le seul parti progressiste ayant la possibilité de prendre le pouvoir. Quoi qu’il arrive, le 5 septembre, je ne me réveillerai pas avec l’impression d’avoir failli à mon devoir moral.

M. Lisée,
Le vote pour moi n’a jamais été une question de plaisir mais une notion démocratie. En ce qui me concerne, voter est une responsabilité qui nous incombe et malheureusement, au Québec, nous avons l’habitude de toujours voter « contre » et de ne jamais voter « pour » et les politiciens entretiennent ce sentiment quand ça fait leur affaire. Moi, je vais y penser en plaçant mon « X ».

Dans la plupart des comtés où le PQ n’est pas en avance, même en additionnant le vote QS et ON, le PQ ne parviendrait pas à gagner le comté. Alors, le vote stratégique…

De plus, je rappelle que le PQ a rejeté du revers de la main le projet d’alliance avec QS et ON.

Dans Nicolet-Bécancour, ON est le parti qui peut déloger la CAQ. Le PQ n’a pourtant appelé au vote stratégique pour ce comté.

Cher monsieur Lisée,

Le message suivant concernant le vote stratégique est à l’attention du Parti Québécois à qui j’en ai d’ailleurs déjà fait part. Si je prends soin de vous l’envoyer c’est parce que, d’une part, vous vous êtes exprimé avec votre vidéo sur le sujet qui motive mon commentaire et, d’autre part, vous me semblez être une personne de raison qui puisse éventuellement, d’ici les élections ou après, corriger le tir au sein du Parti Québécois.
— — —

Cela fait quelques semaines que je discute politique avec bien du monde et il s’avère que le choix électoral à faire est assez difficile pour ceux qui veulent une option de gauche ou de centre-gauche. QS, ON ou PQ?
De plus en plus de gens autour de moi, moi inclu, ne souhaitons pas voter stratégique. Nous souhaitons voter pour un parti et un programme qui nous rejoingnent le plus possible. En ce sens, le PQ est un choix qui passe plutôt mal pour une raison bien simple: vous ne voulez pas instaurer un nouveau mode de scrutin plus représentatif et démocratique. Ex.: proportionnel mixte ou alternatif.
Si vous n’aviez pas mis de côté ce point dans votre programme et que vous nous promettiez maintenant d’instaurer un nouveau mode de scrutin proportionnel lors d’un premier mandat, je suis persuadé que vous gagneriez d’avantage de votes pour les élections du 4 septembre. Peut-être même que c’est ce qui vous permettrait d’être majoritaire. Je suis convaincu que vous obtiendriez plus de vote de la gauche qu’en comptant uniquement sur l’actuel vote stratégique. Avec une telle promesse, le PQ récupérerait mon vote.

Comprenez que je nous souhaite un pays et qu’il me semble bien sûr que l’option la plus simple pour y accéder est celle du PQ. Mais en refusant d’instaurer une composante proportionnelle au scrutin vous n’incarnez pas le changement politique souhaité par une bonne partie de la population.
La contrainte du vote stratégique est une aberration démocratique. Son élimination devrait être une priorité pour tout gouvernement démocratiquement responsable.

Soit dit en passant, des trois grands partis actuels, c’est le PQ que je souhaite voir prendre le pouvoir lors du 4 septembre prochain. Mais, à moins d’un changement à son programme, ce sera sans mon vote.

Bon une autre controverse qui vient obstruer le message de la journée avec la réponse de Madame Marois sur ce que devrait faire les « conservateurs souverainistes. Mais là franchement je vais me porter à sa défense, car je crois qu’il y a de très bonnes raisons de croire qu’elle avait mal compris la question (ce qui nous arrive tous dans la vie).

En regardant bien l’extrait, on voit qu’elle commence à rire et à ne pas vouloir répondre à la question (avec un air de « quelle question bizarre vous me posez là). C’était une réaction d’une certaine logique si elle avait effectivement compris » conservateur fédéraliste ». C’est pour cela qu’on lui a reposé la question. D’ailleurs elle a détourné la tête vers son attachée de presse dès qu’elle a entendu le mot « conservateur » (en pensant sans doute que « fédéraliste » allait suivre). La seconde fois, elle a probablement tenu pour acquis que la question était la même (effectivement) et écoutait sans doute distraitement. De là sa réponse.

Remarquez que je n’aurais pas décrit la CAQ comme un parti « conservateur ». Il y a certainement des idées « de droite » dans le programme de ce parti (et plus encore dans la rhétorique, notamment un certain anti syndicalisme primaire) mais je ne crois pas qu’un parti qui a 94 propositions qui partent dans toutes les directions puisse être décrit comme « conservateur » au sens profond du terme. Je ne trouve pas le cadre financier de la CAQ très « conservateur » et Madame Marois a elle-même vanté le côté « conservateur » (dans le sens de modeste et réaliste) du sien vendredi. Elle aurait dût parler d’ailleurs de partis « de droite » plutôt que « conservateurs » car il me semble que cette première expression est perçue de façon plus péjorative que la seconde même si Stephen Harper fait du tort au mot « conservateur » par chez nous.

Texte un peu long mais dégageant de l’empathie; cependant, vous feriez un meilleur président du Québec que moi, je le concède: l’âge, la diplomatie, les diplômes et l’énergie.

Il s’adonne, coïncidence, que Mme Dorion est candidate d’Option nationale dans mon comté. Faisant juste un peu moins pire qu’entrepreneur ou qu’équipe, faisant parti, je trouve que vous avez été plutôt tendre dans votre équivalent du « bienvenue dans la ligue Nationale » et là, je ne parle pas d’improvisation mais de hockey.

L’épine de Damoclès que vous avez placé au dessus de nos têtes est-elle utile, futile ou providentielle ? Poser la question n’est pas y répondre. Voyons les statistiques.

Au simulacre d’élection que j’ai produit le 1 août à l’aide du simulateur de Bryan Breguet, le PQ menait tout juste majoritaire avec 64 élus; PLQ 46, CAQ 12, QS 2 et ON 1. J’avais remplacé les pourcentages des sondages qu’il produit par mes impressions sur des tableaux de chiffres rapportant le nombre d’abonnés au twitter des partis politiques québécois ainsi que les clics d’amour à leur facebook et à leurs rangs trimestriels mondiaux chez Alexa et rangs mensuels canadiens. Si vous aimez les nombres, c’est là :

http://laqueste.wordpress.com/

À ma récidive du 8 août, encore 64 PQ mais cette fois 40 PLQ et 18 CAQ; Khadir, David et Aussant, réélu.

En reprise à temps lundi le 13, le PQ menait avec 76 élus contre quelque 26 survivants au PLQ et quelque 21 survenants de la CAQ et survivants de l’ADQ, Khadir et Aussant réélu mais pas David.

Au suivant simulacre le 20 août dernier, même simulateur, mêmes sources d’impressions, 81 PQ élus, je ne retrouve pas le détail du reste.

Aujourd’hui, 27 août, aux lendemains du 19 et cette semaine là, j’observe qu’en abonnés, en clics J’aime et aux rangs d’Alexa, les PQ, QS et ON continuent de dominer le PLQ et la CAQ. Quelques shows de boucane des fonds de grille. Le 25 août Breguet titre : Nouveau sondage Léger montre une situation très stable. Je remets mon simulacre du 20, sans plus.

Restez en mode lecture pour le 3 septembre.

S’abonner est un geste rationnel, dire j’aime exprimer un sentiment affectif/émotif et le rang d’Alexa une donnée objective pas facile à interpréter.

C’est pas facile de faire court et simple.

« Je remets mon simulacre du 20, sans plus. »

Hier 28, j’ai refait.

Au simulacre d’élection que je produis pour hier 27 août je modifie mes % ainsi du 21 au 28 août et ça donne les nombres de députés suivants :

24,0 ** 22,0 ** 21 PL
36,0 ** 35,0 ** 83 PQ
26,0 ** 25,0 ** 18 CA
08,5 ** 10,0 ** 02 QS
01,5 ** 01,5 ** 00 PV
04,0 ** 05,0 ** 01 ON
00,0 ** 01,0 ** 00 PC

Autrement dit, 21 députés libéraux, 83 péquistes, 18 caquistes, 2 solidaires et un Option nationale.

Mes changements aux pourcentages sont inspirés de l’augmentation pour la semaine du nombre d’abonnés aux twitters des partis politiques, du nombres de clics J’aime à leurs pages Facebook et à la réduction de leur rang, gain de positions, trimestriel mondial chez Alexa.

En l’absence d’une place pour le Parti conservateur du Québec au simulateur, de l’Union citoyenne du Québec et d’Équipe autonomiste, j’ai soustrait un point de pourcentage au total des pourcentages entrés en le soustrayant du PLQ et de la CAQ. »

Les internautes ont une réelle préférence pour le PQ mais en proportion du nombre de membres, ON fait fureur, plus que QS, sans tenir compte du fait qu’elle a 4 fois moins de membres.

voyez : http://laqueste.wordpress.com/facebook-et-partis-stats/

@ François Sarrasin
Monsieur…vous ne croyez pas que si nous, nous avons compris la question, madame Marois l’a aussi comprise. C’est trop facile de donner deux réponses différentes et s’en laver les mains en disant je ne l’avais pas comprise… Elle aurait pu le dire sur le champ à la 2e qu’elle ne l’avait pas comprise, vous pensez pas !

Moi aussi je suis craintif.
Mon nom se compose de 5 syllabes, Il apparait au générique de films quebécois comme Mon Oncle Antoine, Le Temps d’une Chasse, Les Beaux Souvenirs, La Grande Séduction et bien d’autres…
J’habite le Quebec depuis 1967, je ne suis pas catholique, ne porte aucun signe religieux ostentatoirement.
Oui j’oubliais: je suis nait en France de parents polonais et lituanien et quand je pense à eux, je ne regarde pas les petits nuages sur lesquels ils seraient sensés rencontrer René Lesvesque.
Pourrais-je donc prétendre à la nationalité quebécoise?

Vous aviez jusqu’à un certain point raison s’il faut trouver un coupable mineur, mais le coupable substantiel est le PLQ et l’autre coupable mineur la faiblesse du PCQ …

En tout cas, c’est pas ON, c’est QS !

Les 11 comtés en questions et leurs taux de participation sont :

2 597 ** 1 948 ** 0 651 PLQ Jean-Lesage, 71,11
1 196 ** 0 897 ** 0 080 CAQ La Prairie, 82,5
1 475 ** 1 106 ** 1 078 CAQ L’Assomption, 80,82
7 844 ** 5 883 ** 2 483 PLQ Laurier-Dorion, 70,18
1 334 ** 1 000 ** 0 769 PLQ Maskinongé, 77,98
2 013 ** 1 510 ** 0 227 PLQ Papineau, 66,51
1 858 ** 1 393 ** 0 269 PLQ Richmond, 79,26
4 084 ** 3 063 ** 2 306 PLQ Saint-Henri-Saint-Anne, 68,13
2 903 ** 2 177 ** 0 897 CAQ Saint-Jérôme, 75,41
1 609 ** 1 207 ** 0 994 PLQ Trois-Rivières, 75,23
2 449 ** 1 837 ** 0 524 PLQ Verdun, 71,23

Rendons à ON ce qui revient à ON et à QS ce qui revient à QS : QS 29 362 votes, 77 %; ON 8 738, 23 %; ensemble 38 100.

L’impact de QS est trois fois plus grand que celui d’ON. Le nombre de vote qu’il s’est mérité, première colonne, est toujours supérieur à la majorité du gagnant, troisième colonne; l’impact, 75 % de ce nombre deuxième colonne, encore suffisant dans tout les comtés pour dépasser la majorité du PLQ ou de la CAQ.