Élus par d’autres élus

Dans ce quatrième grand sondage annuel, les députés à Ottawa décernent leurs étoiles. Sans partisanerie. Et ils nous réservent quelques surprises !

Élus par d’autres élus
Photo : Adrian Wyld/PC

Les députés déplorent souvent les combats de coqs de la période des questions. C’est pourtant à l’un des pugilistes les plus aguerris des Communes, le ministre des Transports, John Baird, qu’ils ont donné le titre de parlementaire de l’année 2010. Dans un sondage annuel (mené depuis quatre ans pour les maga­zines L’actualité et Maclean’s), ce ministre a même récolté davantage de votes auprès des députés des autres partis qu’auprès de ceux de son caucus !

« Dans le système actuel, John Baird « performe » très bien, ce que les députés de l’opposition reconnaissent, même s’il les fait rager », explique Marc Chalifoux, vice-président exécutif de l’Institut Historica-Dominion, coorganisateur du concours. « Il est efficace et ne se laisse pas manger la laine sur le dos. Ils ont du respect pour cela. Il est aussi responsable de dossiers importants depuis des années et béné­ficie très nettement de la confiance du premier ministre. »

Le sondage, mené par Ipsos Reid, donne aux députés l’occasion de souligner, au-delà des lignes de partis, la qualité du travail de leurs pairs. Cette année, 202 députés sur les 307 ont répondu, soit 66 % d’entre eux. La participation a été particulièrement grande parmi la députation bloquiste (92 %), suivie de celle du NPD (89 %), des libéraux (77 %) et des conservateurs (47 %).

« Les députés voient des choses que ni les journalistes ni les citoyens ne perçoivent, dit Marc Chalifoux. Ils sont conscients des exigences de ce métier en dehors des 45 minutes de la période quotidienne des questions. C’est un travail méconnu, mais qu’eux comprennent, ce qui en fait de bons juges. »

Deux grands absents de ce palmarès : le premier ministre, Stephen Harper, et le chef libé­ral, Michael Ignatieff. Les députés semblent pourtant sensibles au leader­ship, puisque les chefs bloquiste et néo-démocrate ainsi que l’ex-aspirant à la direction du Parti libéral Bob Rae sont finalistes pour le titre de parlementaire de l’année. Les trois sont aussi arrivés en tête dans la catégorie du meilleur orateur. Bob Rae l’a finalement emporté, grâce lui aussi à un plus grand nombre de votes des députés d’autres partis.

L’ironie de la chose, c’est que le chef qui obtient le plus de votes… est celui qui dirige la formation avec laquelle personne ne veut être officiellement associé : Gilles Duceppe, du Bloc québécois. Il a ravi à John Baird la palme du député le plus au fait des dossiers d’actua­lité, et a perdu de peu celle du parlementaire de l’année, obtenant deux voix de moins que le ministre des Transports. Gilles Duceppe a aussi, comme l’an dernier, raflé la deuxième place dans la catégorie du meilleur orateur.

Le respect manifesté en 2009 à l’égard des députés bloquistes ne s’est pas démenti. En plus du chef, deux députés figurent parmi les finalistes d’une catégorie. L’un d’eux – Robert Bouchard, de Chicoutimi-Le Fjord – a d’ailleurs ravi le titre de député représentant le mieux ses électeurs.

Encore une fois, des femmes sont identifiées comme les étoiles montantes de la politique fédérale. Finaliste l’an dernier, la jeune conservatrice Kelly Block a terminé en tête cette année, suivie de la bloquiste Carole Freeman (Châteauguay-Saint-Constant). Cependant, aucune femme n’a été finaliste dans les autres catégories.

Pour les députés, dit Marc Chalifoux, ce sondage est l’occasion de souligner ce que leur confrérie fait de mieux. Un baume pour des élus trop souvent dénigrés et frappés de plein fouet par le désenchantement des électeurs. De plus, les parlementaires sont plongés depuis l’automne 2009 dans un jeu de souque à la corde autour des pouvoirs du Parlement. Ils ont gagné la première manche avec la décision du président de la Chambre, Peter Milliken, au sujet des documents concernant les prisonniers afghans. Ils sont toutefois sous haute pression en ce qui a trait à l’examen de la gestion du Parlement par la vérificatrice générale, Sheila Fraser.

ET LES GAGNANTS SONT… >>

MÉTHODOLOGIE


Ipsos Reid a demandé aux députés fédéraux de suggérer, pour sept catégories, le nom de deux collègues méritants de leur formation et de deux parlementaires des autres partis. Chaque réponse était pondérée de manière à ne pas avantager les formations ayant le plus de sièges.

 

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie