Encore la Reine

Ma collègue Hélène Buzzetti révélait dans le Devoir de ce matin que toutes les ambassades canadiennes devront  dès cette semaine accrocher bien en vue un portrait de la Reine d’Angleterre aux côtés des habituelles photos du gouverneur général, du premier ministre et du ministre des Affaires étrangères. (Son texte étant verrouillé, je ne peux vous offrir un lien.)

Le Canada a beau être un membre du Commonwealth, il n’est plus une colonie. Cette insistance à vouloir afficher ces symboles aux relents coloniaux nous ramène au moins 50 ans en arrière, avant cette époque où Lester B. Pearson s’efforçait de donner au Canada une identité qui lui soit propre sur la scène internationale. Et c’est carrément sur ce front, dans les lieux où le Canada s’affiche à l’étranger, que le gouvernement Harper se donne des airs de vassal.

Les conservateurs imposent l’image de la Reine et ressuscitent les vieilles étiquettes royales de l’aviation et de la marine. Quelle sera la prochaine cible de cette déconstruction? La poste? Le drapeau?

Laisser un commentaire

Vous vous trompez madame Cornelier. Ce n’est pas vrai que la monarchie est un amusement accessoire au Canada. La Monarchie est à la base du système par lequel nous sommes dirigés.

C’est ce qui fait que le peuple n’est pas souverain. Tous les citoyens (dans mon cas à mon corps défendant je vous l’assure)sont des sujets de la site Sa, Majesté.

C’est ce qui fait que la Constitution a été écrite sur ce principe, sans que le peuple ait un mot à dire. Et cela a littéralement blindé le système contre toute dérogation.

Dans tous les pays que je considère évolués, la constitution est écrite par le peuple. Ici elle l’a été par des zèbres s’arrogeant ce qui revient au peuple dans une république.

Nous ne sommes pas en République madame. Si nous l’étions ce serait différent. Mais nous sommes dans un régime Monarchique.

Et on peut bien ne pas en être content, tant qu’on ne l’abolira pas, c’est ça qui va définir nos rapports avec l’État.

L’angleterre elle-même pourrait abolir la Monarchie d’un coup de cuillère à pot. Mais le Canada ne le peut pas.

Voilà pourquoi vous et nous en sommes réduits à exprimer de la mauvaise humeur sans pouvoir changer la situation d’un iota. À moins d’une révolte ou d’un «Coup» comme y disent.

Mais ça, qui le fera? Quantà moi je ne perdrai ni mon âme ni ma vie pour réformer le Canada.

Bof. Cessons de faire l’autruche en cachant les portraits et les symboles de cette reine…espéront plutôt que plus nous les auront devant les yeux plus la majorité des gens voudront s’en départir. Les cacher ne fait que garder le statut quo de manière hypocrite. La réalité est que nous n’avons jamais réclamer explicitement notre indépendance!

C’est du bonbon pour les souverainistes. Mais Pauline refuse d’en parler
D’ailleurs, si jamais vous faites une entrevue avec une grosse pointure péquiste (il n’en reste plus beaucoup…), posez-lui la question:
« Plus de 80% des Québécois sont contre la monarchie, pourquoi que vous n’en faites pas un thème central de votre politique? Pourquoi, par exemple, que vous n’exigez pas qu’on retire la Reine sur nos billets de 20 piasses »?

Le 6 février 1952, le roi George VI mourrait d’un cancer du poumon à l’âge de 56 ans. Sa fille aînée lui succédait officiellement quelques temps plus tard sous le patronyme d’Élizabeth II. Quoique la composition de son royaume se soit transformée quelque peu depuis. Elle est encore à ce jour reine du Royaume-Uni, du Canada, d’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de la Jamaïque et de quelques autres territoires comme les Iles Anglo-Normandes par exemple qui se trouvent toutes proches de la Normandie française et dont les eaux territoriales sont dans celles de la République Française.

Ainsi nous célèbrerons bientôt le Jubilé de diamant du règne de notre souveraine. Peu de têtes couronnées peuvent se targuer d’avoir régné aussi longtemps qu’elle, seule la reine Victoria (encore impératrice en son temps) a régi à ce jour plus longtemps.

C’est une page importante de l’histoire du Canada en cette union particulière et unique des fleurs de lys et de la rose que nous nous apprêtons à vivre et à célébrer. Par cette alliance du cœur et de l’esprit dans sa forme la plus noble de la tradition et la consécration de l’invention humaine par l’avènement du meilleur matérialisé par l’opiniâtreté des canadiens à former une communauté sensible et unique qui glorifie comme nulle autre pareille l’ensemble des valeurs qui ennoblissent l’humanité.

Devenait-il par le fait même à propos que notre gouvernement bien aimé célèbre dignement ce Jubilé de diamant ? Je pense que oui !

Était-t-il équitable que ce gouvernement s’appropriât pour lui tout seul le bénéfice de cet évènement qui appartient pourtant à 100% de la population canadienne ; 100% des loyaux sujets de sa Majesté partout dans le monde ? Je pense que non !

Si nous prenons le temps d’observer la chose d’un point de vu du marketing et de la communication ; il nous faut constater que notre État canadien fait une bien piètre mise en marché de ce produit haut de gamme puisque historiquement rare qui nous fait reculer en effet du point de vu de la visibilité médiatique sur la scène internationale à plus de cinquante ans en arrière.

Quand nous avions la possibilité exceptionnelle de tirer avantage de cet évènement unique pour nous positionner dans le cadre de la monarchie à la pointe des nations d’avant-garde, promouvoir un Canada mature et moderne en harmonie du lègue des valeurs morales que confèrent usuellement la noblesse du cœur dans la plus belle et la plus audacieuse de ses apparences.

Mais rien de bien étonnant dans tout cela quand on regarde les mimiques hypocrites et les génuflexions pantomimes de nos dignitaires lors de la récente visite du duc et de la duchesse de Cambridge.

En 1997, j’ai prêté allégeance à la reine d’Angleterre et à ses héritier de bon cœur et de bonne foi. Je suis un loyal sujet de sa Majesté au même titre que monsieur Harper. Pas un citoyen de la caste inférieure parce que j’ai aussi choisi de vivre au Canada et en français conformément aux principes fondamentaux de la philosophie des lumières et en accord avec les termes du Traité de Paris de 1763 (toujours en vigueur). Cette dichotomie persistante et exacerbée par le pouvoir actuel pourrait porter un jour ou l’autre un coup fatal à l’unité canadienne.

Symbole par ici, symbole par là, gouverneur général par ici et lieutenant-général par là, portrait de la reine par ici, Pelland par là…..ouais. Combien ça coûte tout ça….ils ont dit qu’il coupait pis qu’il s’occupait d’économie….peut-être qu’ils auraient pu attendre parce que la madame reine va mourir tantôt et ce sera a recommencer avec les portraits….ça c’est de la mauvaise administration. « Moé » la reine j’la traîne dans mes poches pis j’la sors juste pour payer un café….autrement c’est la carte débit pouir pu y voir la face.

Les Conservateurs étant… conservateurs, il ne faut pas s’étonner de les voir ressortir les symboles monarchiques. C’est aussi, peut-être, une façon pour le Canada de se poser en « société distincte » des États-Unis.

J’adore M.Harper, il fait remonter à la surface tout ce qui est ridicule dans le système Canadien. Parfois, il est important de toucher le fond pour mieux rebondir. Il faut ce qu’il faut!

Vous avez noté la quasi absence des partis de l’opposition sur des questions tels que la royauté, le directeur des communications du PM aux propos douteux face aux Francophones et au Québec. Craignent-ils de s’aliéner l’électorat anglo et ethnique?

Est-ce que je pourrai également m’en procurer un au Ministère du Patrimoine canadien afin de l’afficher bien en vue dans mon salon?

@ Guylaine Jobin

Tout à fait d’accord avec vous, et j’ajouterais que la monarchie constitue un anachronisme coûteux et dont la pertinence est, à mon sens, douteuse.

Diviser pour mieux régner.

Ce gouvernement choisi ses camps. Au lieu de gouverner pour le bien de tous, il fait ses élections en favorisant les conflits.

En brisant les consensus, il brise la base du centre et des libéraux. En polarisant les débats il s’assure de pouvoir gouverner par les extrèmes.

Le québec social, séparatiste, francophone est la minorité parfaite au pays à marginaliser. Avec son directeur des communications il est de bon ton de faire du québec bashing.

Il y a au moins un symbole canadien qui assurera la division, un symbole que les francophones ne s’approprirons jamais, la royauté britanique.

C’est le symbole parfait pour faire valoir la suprématie anglo-saxone au pays.

C’est aussi un bon moyen de faire voir aux étrangers que l’héritage francophone est très minime et qu’il s’agit d’un pays très majoritairement britanique…

Y’a rien de bon là dedans pour nous.

Si quelqu’un au Québec se sent fragilisé par l’apparition de quelques photographies de notre reine, c’est que son « identité » québécoise est plutôt…fluette.

Merci monsieur Claude Jean. Votre référence que j’ai consultée sommairement me semble des plus intéressantes. Et toujours d’actualité comme vous dites.

L’actualité à laquelle vous faites référence se décline de plusieurs façons. Bourassa écrit que si les canadiens français étaient tous restés au pays, il domineraient au lieu d’être dominés.

Quand on voit la zizanie qui fait rage parmi les souverainistes, je crois bien que les «canadiens français» sont en train comme ça semble être leur habitude de reproduire au plan intérieur, leurs erreurs du passé, en se divisant à qui mieux mieux.

La Reine d’Angleterre peut dormir sereine sur ses deux oreilles. Le danger s’il y a ne vient pas de nous.

@ Pierre Trembaly #11

Remarque des plus pertinentes. Ça fait courir le hamster dans mon cerveau…

@ Claude Jean #12

Merci pour le lien, très instructif. Une autre démonstration de l’adage: «plus ça change, plus c’est pareil».

J’ai vu deux films sur Netflix = la semaine dernière Topaz d’Hitchcock, cette semaine un film avec Jean Reno. Dans l’un on voyait la photo de John Kennedy dans un bureau du gouvernement, dans l’autre celle de Sarkozy dans une station de police.

Ce à quoi les Québécois s’objecteraient donc le plus c’est que ce n’est pas la photo de Stephen Harper que l’on retrouve dans les bureaux et missions étrangères et dans nos stations de police.

Pas moi. Je n’ai aucun accord ou désaccord politique avec la reine. La reine est apolitique et représente le peuple dans son ensemble; un chef politique représente le gouvernement qu’il dirige selon l’idéologie du parti qui l’a choisit. Le premier ministre ne représente pas le peuple; il parle seulement et uniquement au nom de son gouvernement. Jamais je ne me prosternerai devant un chef politique.

En passant, en tant que journaliste vous ne devriez pas écrire reine d’Angleterre. Elizabeth II n’est pas reine d’Angleterre. Elle est reine du Royaume Uni de la Grande-Bretagne, reine du Canada, de l’Australie, etc., elle est même duc de Normandie, mais le titre de reine d’Angleterre n’existe pas.

Hahaha!

La reine, si Harper veut la ramener, c’est peut-être parce qu’elle coûte plus cher par capita aux canadiens qu’aux britanniques…

Blague à part, la royauté n’est qu’un relent fétide de la soumission du peuple à un souverain pour des raisons divines.

Dans une société laïque (par athée, sachez différencier les termes SVP avant de critiquer) où c’est le peuple qui a officiellement le pouvoir, qu’est-ce que cet artefact du passé fait encore ici?

Pourquoi, si on n’est pas anglican, devrait-on reconnaître le droit divin du sang bleu royal britannique de dominer? (de surcroît, la reine est de descendance allemande, lisez votre histoire)

Pourquoi devrait-on donner notre allégeance à une figure archaïque du pouvoir totalitaire tel qu’il était pratiqué au moyen-âge?

Comment peut-on montrer qu’est-ce que la démocratie de par le monde alors qu’on est toujours à genoux devant le symbole le plus fort de la non-démocratie, le pouvoir divin?

La reine, avec tout le respect que je dois à cette femme, n’est qu’une femme et rien d’autre. Je ne reconnaît même pas un pouvoir supérieur au Premier Ministre, il n’est qu’un homme avec un mandat, s’il ne fait pas le travail, on peut le virer.

Tous les humains sont égaux, un point c’est tout! Alors la reine, ce n’est qu’une mascotte qui coûte cher…

Les plus populaires