« Enfin », la laïcité

Est-ce qu’un raëlien hassidique en turban pourrait siffloter les grands succès de Sœur Sourire en passant devant une école ? Mathieu Charlebois répond à toutes les questions qui se cachent derrière le projet de loi sur la laïcité.

Photo: Daphné Caron

En tant que chroniqueur politique, il semble qu’il est de mon devoir de parler constamment… de religion. Allons-y donc, puisqu’on ne peut pas y échapper.

La semaine dernière, François Legault a pris le crucifix dans ses mains. Il a fait une courte pause, avant de déclarer : « Non, ça ne m’inspire pas de joie. On l’enlève. » Et c’est ainsi que la technique Marie Kondo nous a finalement débarrassés du crucifix de l’Assemblée nationale.

C’est tout un revirement, parce qu’en octobre dernier le ministre Simon Jolin-Barrette expliquait encore que le crucifix de l’Assemblée nationale était un objet patrimonial sans aucune signification religieuse. Qu’est-ce que c’est, exactement, un crucifix patrimonial ? C’est comme un crucifix normal, sauf que le petit Jésus dessus a été crucifié pour avoir dit que la tourtière du Lac-Saint-Jean n’était pas une tourtière. Patrimoine.

Alors, si on résume : le Parti libéral n’a pas voulu l’enlever, le Parti québécois n’a pas voulu l’enlever non plus, et la CAQ promettait il y a encore deux mois de ne pas l’enlever, et tout ce beau monde a voté à l’unanimité pour qu’on l’enlève. Les voies de la laïcité sont impénétrables.

Tout ça se passait quelques jours seulement après l’annonce du retrait du crucifix de l’Hôtel de Ville de Montréal. Après tout, quiconque a déjà pris le métro à l’heure de pointe sait qu’il n’y a pas de bon Dieu à Montréal. Dieu ne nous laisserait jamais souffrir de la sorte.

Ces deux événements ont servi de prélude au dépôt du projet de loi 21, la Loi sur la laïcité de l’État. Un projet de loi si important que François Legault a fait la version « Nos Compliments » d’une adresse à la nation pour en parler.

[youtube]QaEvxExis34[/youtube]

Ce qu’on comprend dès la première phrase de la vidéo, c’est que ce n’est pas l’effet qu’il aura dans la vie quotidienne du citoyen moyen qui rend le projet de loi important. Non. Il est important parce que : « Ça fait plus de 10 ans qu’on en parle », « Y est temps » et « Enfin ! ». Trois arguments forts.

« Enfin », on  va pouvoir arrêter de demander à nos députés de théoriser sur des cas hypothétiques. Est-ce qu’une infirmière pourrait porter le voile, madame la ministre ? Est-ce qu’une téléphoniste du ministère de l’Agriculture pourrait porter une burqa les jours impairs ? Est-ce qu’un raëlien hassidique en turban pourrait siffloter les grands succès de Sœur Sourire en passant devant une école ?

Tous ces cas fictifs sont maintenant réglés avant même d’avoir eu le temps d’arriver dans la vraie vie. Et on viendra me dire que le gouvernement n’est pas efficace !

Bon… On brime peut-être quelques droits et libertés en chemin, en plus de briser quelques rêves, mais on ne fait pas de frittata sans casser de patates, comme dit le proverbe espagnol. Et surtout : c’est justifié parce que ça fait longtemps qu’on en parle.

Je pourrais vous donner mon opinion. Je pourrais vous dire que je ne crois pas qu’on avait un vrai problème de signes religieux au Québec. Du moins, rien qui ne justifie l’intensité des débats.

Je pourrais vous dire que je ne comprends pas trop pourquoi on a impliqué les professeurs dans toute cette histoire. Et pas tous les profs : juste ceux du public, et éventuellement les enseignants de maternelle quatre ans… mais pas les éducatrices de CPE. Si j’ai bien compris. Les règles sont tellement arbitraires qu’on les croirait écrites par une religion.

Pour ne rien manquer de l’actualité politique, écoutez Esprit politique, un balado présenté par Marie-France Bazzo, avec Alec Castonguay, Philippe J. Fournier et Mathieu Charlebois… et un invité différent à chacun des épisodes !

Je pourrais aussi vous dire que je trouve ça absurde la quantité d’énergie qu’on met à nier que tout ça surfe sur un courant d’islamophobie qui existe pour de vrai.

Je pourrais, mais ça ne servirait à rien, parce qu’on me ressortirait toujours cet argument de poids : ça fait longtemps qu’on en parle. J’ai même l’impression que c’est le seul « problème » que règle le projet de loi. Il va nous permettre de pouvoir dire : « voilà, ça, c’est réglé ».

Et maintenant que c’est réglé, qui sait quelles nouvelles lubies et fixations on va pouvoir concevoir collectivement autour de la religion musulmane ? C’est vraiment excitant. C’est comme le début d’un temps nouveau.