Entrevue : La longue route de Thomas Mulcair

Si le NPD prend le pouvoir à Ottawa cet automne, le Québec aura au Conseil des ministres une force inégalée depuis une génération, dit Thomas Mulcair. Rencontre avec un homme qui veut lutter contre les changements climatiques, retaper les infrastructures…

Photo : Chantal Poirier/Le Journal de Montréal
Photo : Chantal Poirier/Le Journal de Montréal

Il est en tête des sondages et aspire au poste de premier ministre, pourtant, Thomas Mulcair sent encore le besoin de se présenter aux Canadiens anglais. «Au Québec, je suis dans la vie publique depuis une trentaine d’années, mais je veux que les gens de tout le Canada apprennent à me connaître», dit-il.

C’est la raison pour laquelle le chef du Nouveau Parti démocratique fait paraître son autobiographie, même s’il a affirmé il y a moins d’un an ne pas vouloir écrire ce type d’ouvrage !

Dans Le courage de ses convictions — à paraître le 1er août chez Michelle Tisseyre Éditeur —, Thomas Mulcair, 60 ans, aborde sa jeunesse à Laval au sein d’une famille nombreuse, catholique et peu fortunée. Cet avocat, qui a notamment enseigné la traduction juridique, raconte son passage au Conseil supérieur de la langue française, à Alliance Québec et à l’Office des professions du Québec, sa relation tumultueuse avec le chef libéral Jean Charest lorsqu’il était ministre de l’Environnement et son arrivée au NPD sous Jack Layton. À trois mois des élections fédérales, L’actualité a rencontré Thomas Mulcair dans son bureau de circonscription, à Outremont.

Lorsque Justin Trudeau a publié son autobiographie, l’automne dernier, vous avez rigolé, disant que ce n’était pas votre style. Moins d’un an plus tard, vous lancez la vôtre. Que s’est-il passé ?

J’ai changé d’idée. Mon amie et éditrice Michelle Tisseyre m’a convaincu que, dans le reste du Canada, les gens avaient besoin de me connaître. Ma femme, Catherine, m’a beaucoup aidé, et j’ai écrit de nombreux passages sur mon BlackBerry alors que j’étais en déplacement. Je suis probablement la personne qui a les pouces les plus rapides maintenant !

Dans ce livre, qu’est-ce que les Québécois vont apprendre ?

Qu’il y a un fil conducteur dans mon action publique. Que ce n’est pas de la théorie quand je dis que je me bats pour la justice sociale. Tout le monde peut dire la même chose — je connais très peu de gens qui se vantent d’être contre la justice sociale ! —, mais ce sont les actions qui comptent. Par exemple, à l’Office des professions, j’ai mené un combat vigoureux pour que le Collège des médecins punisse davantage les infractions sexuelles des médecins. Quand j’étais ministre de l’Environnement, j’ai tenu tête à bien du monde pour faire respecter les lois du Québec.

Vous êtes l’une des rares personnes à avoir travaillé au Conseil supérieur de la langue française et à Alliance Québec, qui défend les droits linguistiques des anglophones. Quelles perspectives cela vous donne-t-il sur le français au Québec ?

Ça me donne une compréhension des deux langues officielles au Canada, et de l’importance de la langue pour l’identité d’une minorité.

J’ai travaillé avec Camille Laurin, le père de la loi 101, et avec Claude Ryan, lorsqu’il était ministre libéral et devait statuer sur l’affichage du français au Québec, à la fin des années 1980. J’ai aidé Ryan à trouver le compromis qui fait que, aujourd’hui, les grands panneaux d’affichage le long des routes sont en français seulement, pour garder le visage francophone de Montréal.

J’ai aussi été responsable, pour le gouvernement du Manitoba, de la traduction en français de toutes les lois votées dans cette province depuis 100 ans, après que la Cour suprême eut donné raison, en 1979, aux Franco-Manitobains. Je suis probablement la seule personne qui ait lu au complet toutes les lois du Manitoba !

Que pensez-vous de la situation du français au Québec ?

Le français aura toujours besoin d’être protégé et choyé. Il faut en faire la promotion. Les forces externes pour l’anglais ont toujours été redoutables, et c’est plus vrai que jamais avec les réseaux sociaux.

À Ottawa, je suis fier que notre députée Alexandrine Latendresse [NDLR : députée de Louis-Saint-Laurent] ait fait adopter une loi pour que tous les hauts fonctionnaires indépendants du Parlement, comme le vérificateur général ou le directeur général des élections, soient bilingues dès leur nomination — ce qui n’était pas le cas avant. En 2011, Stephen Harper a nommé Michael Ferguson, unilingue anglophone, au poste de vérificateur général. Ça ne pourrait plus se produire.

On a aussi proposé un projet de loi pour que, au Québec, les employés d’une entreprise de compétence fédérale aient le droit de travailler en français — parce que ce n’est pas encadré. Ça concerne beaucoup de monde, dans les ports, les aéroports, les banques et le secteur des télécommunications. Les conservateurs et les libéraux ont voté contre cette loi.

On va suivre de près les efforts du Québec, qui veut obliger les entreprises à afficher une raison sociale en français [NDLR : à tout le moins un descriptif en français]. On est 100 % d’accord avec le gouvernement du Québec sur ce point. Et puisque des entreprises ont tenté de se soustraire à cette obligation en utilisant l’échappatoire de la loi fédérale sur les marques de commerce, on va être aux côtés du Québec s’il faut modifier la loi fédérale pour forcer les entreprises à bouger.

Dans le livre, vous affirmez que si vous accédez au poste de premier ministre, vous laisserez tomber votre citoyenneté française, obtenue parce que votre femme, Catherine, est française. Pourquoi ?

C’est un sujet de discussion délicat avec ma femme ! Mais il y a un précédent. Michaëlle Jean a fait la même chose lorsqu’elle a été nommée gouverneure générale du Canada. Je ne peux pas dire aux Canadiens que je vais garder une double allégeance, même symbolique.

Photo : Nathan Denette/La Presse Canadienne
Rachel Notley (Photo : Nathan Denette/La Presse Canadienne)

Est-ce que la remontée du NPD fédéral dans les sondages est le fruit de la victoire-surprise de Rachel Notley en Alberta ?

Non, c’est le résultat de quatre ans de travail acharné dans l’opposition. Dès 2006, lors de mes premières conversations avec Jack Layton, le plan était de démontrer qu’on pourrait gouverner. Pour la première fois en 150 ans, les gens sentent qu’ils ont une autre option que celle des deux vieux partis libéral et conservateur. Jack Layton disait que le mot «impossible» n’existait pas. La victoire de Rachel Notley, c’est un peu ça. Ceux qui pensaient qu’on ne pourrait jamais aspirer au pouvoir se disent que c’est finalement possible. Cela a ouvert les yeux à bien du monde.

Il reste encore des mois avant les élections du 19 octobre. Le NPD a-t-il atteint un sommet dans les sondages trop rapidement ?

Je préfère être en avance qu’en retard ! Mais je suis très lucide, il me reste encore trois mois de travail dans tout le Canada.

Pour beaucoup de Canadiens, passer d’un gouvernement conservateur bien campé à droite à un gouvernement néo-démocrate de gauche, c’est un grand écart politique. Comment les convaincre que c’est réaliste ?

Certains dossiers démontrent qu’il n’y a pas une grande différence entre les libéraux et les conservateurs. C’est le cas avec  la loi antiterroriste C-51, que Justin Trudeau a appuyée parce qu’il ne voulait pas se faire attaquer par les conservateurs. Il faut avoir le courage de ses convictions. On m’a dit que j’étais fou de m’opposer à cette loi, parce que les sondages montraient que 82 % des Canadiens y étaient favorables. Mais plus le sujet était abordé, plus on voyait d’anciens premiers ministres et d’anciens juges de la Cour suprême se prononcer contre cette loi, et plus l’opinion publique changeait. Mais il fallait se battre.

C’est la même chose pour le pipeline Keystone XL vers les États-Unis. Trudeau et Harper sont d’accord, alors que le NPD est contre.

Quelle est votre position sur le pipeline Énergie Est, qui traverserait le Québec jusqu’au Nouveau-Brunswick ?

Tu ne peux pas approuver Énergie Est.* Harper a démantelé les lois environnementales, alors on ne peut plus faire d’évaluation sérieuse des projets d’oléoducs. Il faudrait aussi évaluer les émissions de gaz à effet de serre qui seront produits en amont, en Alberta. Mais le NPD est d’accord avec le principe de déplacer les ressources naturelles de l’ouest vers l’est du pays, plutôt que de les exporter à l’état brut vers l’étranger et de se priver ainsi de milliers de bons emplois. Mais il faut le faire correctement, ce qui n’est pas le cas actuellement. En plus, l’idée d’un port à Cacouna, en pleine pouponnière de bélugas, était une folie complète !

Est-ce que le retour de Gilles Duceppe au Bloc québécois change la donne ?

On ne choisit pas ses adversaires. En 2011, les Québécois ont voté massivement pour un parti qui représente le progrès et l’espoir. J’ai confiance qu’ils feront la même chose pour remplacer Stephen Harper par une option progressiste. Je compte bien augmenter le nombre de sièges du NPD au Québec.

C’est ambitieux. Vous y avez fait élire 59 députés sur 75 sièges en 2011. Ce n’est pas pour rien qu’on a parlé alors d’une vague orange…

Je sais, mais on peut encore faire mieux. J’ai l’intention de remporter des circonscriptions libérales, comme NDG-Westmount.

Le Bloc québécois vous accuse de ne pas avoir défendu les intérêts du Québec depuis quatre ans…

C’est tout ce qu’il lui reste à dire. Mais la réalité, c’est qu’on a bien travaillé. J’ai déjà donné l’exemple de notre loi sur le bilinguisme des hauts fonctionnaires du Parlement. Si le NPD accède au pouvoir, le Québec aura, autour de la table du Conseil des ministres, une force inégalée depuis une génération.

Quel sera le thème dominant de la prochaine campagne électorale ?

Qui peut battre Stephen Harper et le remplacer. Le NPD représente le vrai changement progressiste. Les libéraux ont pris l’habitude de clignoter à gauche avant les élections, et de tourner à droite une fois au pouvoir. C’est la meilleure façon de provoquer un accident avec les Canadiens !

Notre plan est concret. On veut baisser l’impôt des PME, augmenter celui des grandes entreprises. On va mettre en place un système pancanadien de garderies au rabais et dédommager financièrement le Québec, qui a déjà son programme. On va ramener l’âge de la retraite à 65 ans, puisque Harper l’a augmenté à 67 ans, même s’il n’avait pas le mandat pour le faire. On va améliorer le régime de pensions du Canada pour les travailleurs. On va lutter contre les changements climatiques. On va aider les villes à retaper leurs infrastructures, parce qu’elles possèdent 60 % des infrastructures au pays, mais ne récoltent que 8 % de l’assiette fiscale.

Comment allez-vous financer toutes ces mesures coûteuses sans ramener le Canada en déficit ?

On travaille avec des experts crédibles pour élaborer nos politiques — on n’a pas d’autre choix, tout le monde va nous surveiller. On ne va pas ramener le pays en déficit. Une étude du ministère fédéral des Finances montre que ce sont les gouvernements provinciaux néo-démocrates qui ont le meilleur bilan en matière de gestion des fonds publics. Le NPD a gouverné dans six provinces et un territoire jusqu’à maintenant, avec beaucoup plus de succès que d’échecs.

Est-ce que l’abolition du Sénat sera un sujet de la campagne électorale ?

Je vais en faire un enjeu. Les deux tiers des Québécois veulent l’abolir. C’est une position historique du NPD, et ça commence par un mandat le 19 octobre. C’est difficile, il faut travailler avec les provinces, mais ce n’est pas impossible.

Le Québec est contre l’abolition du Sénat, Philippe Couillard l’a dit clairement…

C’est la position classique du Québec, qui se sent exclu de la Constitution de 1982, et avec raison, car la province n’a pas signé le document. Je le comprends. Mais je refuse de penser que nos institutions, même aussi antidémocratiques que le Sénat, ne peuvent plus s’améliorer.

Est-ce qu’on peut abolir le Sénat sans ouvrir un cycle de négociations constitutionnelles plus large, qui inclurait les demandes du Québec et des Premières Nations ?

Je cherche un mandat fort pour abolir le Sénat, pas pour lancer une négociation constitutionnelle. Je vais prendre mon bâton de pèlerin pour convaincre les premiers ministres provinciaux. Dans le cas du Québec, on peut répondre à certaines revendications par d’autres moyens. Par exemple, la demande historique sur le droit de retrait des programmes fédéraux, avec pleine compensation financière, c’est aussi la position de notre parti depuis 2006. On peut en faire une loi ou un accord officiel, qui sera très difficile à résilier.

Pour ce qui est des autochtones, j’ai eu plus de rencontres sur ce dossier que sur tout autre sujet depuis que je suis chef. Pour eux, l’objectif n’est pas de jouer dans la Constitution, mais de la faire respecter. Ils veulent qu’on respecte leurs droits, leurs traditions et les traités.

.     .     .

* : Dans le processus d’édition de l’entrevue, L’actualité avait modifié une citation afin de raccourcir un long passage sur la position du NPD à l’égard du projet Énergie Est («On est contre ce pipeline»). Le chef du NPD n’a pas dit textuellement «On est contre ce pipeline», comme nous l’avons écrit dans la version originale de l’entrevue. Il a déclaré : «Tu ne peux pas approuver Énergie Est». La version présente de ce texte a été modifiée en conséquence.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

23 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Va-t-il abandonner sa nationalité française s’il devient Premier ministre du Canada?

« Dans le livre, vous affirmez que si vous accédez au poste de premier ministre, vous laisserez tomber votre citoyenneté française, obtenue parce que votre femme, Catherine, est française. Pourquoi ?

C’est un sujet de discussion délicat avec ma femme ! Mais il y a un précédent. Michaëlle Jean a fait la même chose lorsqu’elle a été nommée gouverneure générale du Canada. Je ne peux pas dire aux Canadiens que je vais garder une double allégeance, même symbolique. »

Sa femme: elle est à droite (près de Sarko) et est sioniste! Comme Harper!!
Personne n’en parle. Au Canada, les journalistes ne fouillent pas dans la vie privée de nos politiciens. (vous pourriez imagines la femme d’Obama candidate pour les Tories en Grande-Bretagne?)

« Si le NPD prend le pouvoir… » (sic)

C’est sûr que vous ne pourrez JAMAIS débuter votre article de cette façon si vous en faites un sur le Bloc!!!

Ceci dit, si vous voulez faire du Canada la Grèce de l’Amérique, votez NPD sinon, la seule alternative valable est de voter Conservateur.

Je ne voie pas le lien avec la situation de la Grèce elle est loin d’être la même que celle du Canada. En plus, dans le programme du NPD, l’aspect économique permet développer l’economie de façon responsable et durable et s’attaque aux bonne cible pas comme les conservateurs et les libéraux.

Bonjour monsieur Francois 1

Pourriez vous développer votre thèse puisque le problème de la Grèce à l’intérieur de l’Union Européenne est tout à fait différente de celle du Québec. Les provinces de l’ouest ont voté pour des gouv. NPD durant 35 ans après la deuxième guerre et c’est grâce à eux qu’ils ont les meilleurs avantages sociaux et plus taux d’imposition et taxation au Canada sans compter la création d’une « assurance maladie » en Sask qui fut copiée par l’ensemble des provinces 20 ans plus tard.

M. ALec Castonguay, pourquoi n’ avez-vous pas interroger M. MuLcair face à sa position inacceptable concernant le NIQAB et la
BURQA des femmes musulmanes.?

J’ allais voter NPD. Mais maintenant, je n’ ai d’ autre choix que de voter BLOC.!

Si la position d’un individu sur une simple coiffe religieuse doit l’empêcher de gouverner la Canada,nous avons un problème.

Nos propres religieuses québécoises ont pendant longtemps porté une coiffe religieuse.

Wow ! Quelle menace ! Les musulmans comptent pour 3 % de la population du Québec, la moitié de ceux-ci seulement pratiquent leur religion, 50 % sont de femmes, 50 % de celles-ci sont des adultes et un petit pourcentage seulement de celles qui restent croient que le port du voile est requis. Vous avez peur d’un souris.

Un des meilleur ministre de l’environnement que nous avons eu au Québec. Je vais porter attention à ce qu’il a à dire. Ça fait changement des loose cannons de bas étages qui pullulent…

J,ai apprécié les propos de Mulcair … je vais relire bien sûr et m »nformer adéquatement sur tous les candidats et leurs programmes,

C’est la valse de Monsieur Mulcair sur Énergie Est qui m’inquiète. Si je traduis on peut approuver Énergie Est à la sauce NPD. Le courage c’est oui et c’est comment? Monsieur Mulcair sait que les québécois ne veulent pas d’Énergie est parce que la province va servir de voie de passage avec toutes les conséquences sur l’environnement sans bénéficier des retombées économiques. Quelles sont les modalités de compensation advenant une fuite du pipeline?

Si le Québec veut rester membre de la communauté canadienne, il n’a pas d’autre choix que de favoriser le maintien du Sénat. Celui-ci devrait être modernisé, soit, mais il assure un meilleur équilibre des intérêts régionaux au Canada, la présence d’un cercle de réflexion (et de révision des lois en devenir) qui dépasse l’horizon de quatre ans et, enfin, un contre-pouvoir utile contre la puissance immodérée du cabinet du premier-ministre dans le système parlementaire britannique.
De plus, il ne faut surtout pas oublier que la pente naturelle du NPD, c’est la centralisation, requis par l’interventionnisme accru de l’État dans l’économie et la société. Les citoyens ont d’autant plus besoin, avec un gouvernement de gauche à Ottawa, de pouvoirs compensatoires. Les gouvernements provinciaux ne suffisent pas: il nous faut un Sénat.

Au sujet du Sénat, je suis d’accord avec vous. Il doit être modernisé et non pas aboli.

Thomas Mulcair….un homme impliqué qui fait la différence avec des politiciens sans scrupule. Bien sûr, si rien ne change on peut toujours se plaindre que c’est pareil….et continuer de jouer les victimes.

Peu importe qui deviendra le prochain Premier ministre du Canada, on ne peut qu’espérer qu’il aura un mandat minoritaire. J’en ai assez des excès de toutes sortes que l’on doit endurer pendant 4 années. Harper d’un côté, Couillard de l’autre. Je trouve tout de même que nous avons très peu de candidats potables. Trudeau ne vaut strictement rien. Mulcair n’est pas celui qu’il prétend être. Son double discours me trouble sérieusement. Il dit une chose aux canadiens anglais pour leur plaire et vient dire le contraire aux Québécois qui avalent tout ce qu’il dit sans vérifier si cela est sa véritable nature. Et c’est, sans compter que son expérience comme ministre se résume à des passages dans des ministères ridicules. Il surfe encore sur la vague de popularité envers Jack Layton, mais Mulcair n’est pas Layton. Et les points de convergence se font plutôt rares. Il y a Harper que l’on a assez vu, mais qui, tristement, en étant minoritaire serait peut-être un moindre mal. Il ne serait certainement pas pire que Trudeau et il a surtout l’expérience que Mulcair n’a pas.

Dans ma circonscription,

si le PCC risque de l’emporter, je voterai pour le parti le mieux placé pour le battre.
Si le PCC n’a aucune chance de l’emporter, je voterai avec ma tête et mon coeur: NPD.

Depuis 10 ans, Stephen Harper détruit le Canada et sa renommée dans le monde. Il ne respecte pas les juges, leurs décisions et le système judiciaire du Canada. Il musèle les scientifiques, les défenseurs des droits de l’Homme, les femmes autochtones. Il démolit Poste Canada et fait sournoisement la même chose avec Radio-Canada. Il ne respecte pas les journalistes en ne les rencontrant pas pour répondre à leurs questions et, à travers eux, il ne respecte pas les citoyens canadiens qui aiment être informés.

Je n’aime pas la politique de Stephen Harper et Stephen Harper ne m’aime pas. Bonne affaire. Les papiers du divorce seront prêts à être signés le 19 octobre 2015.

)Le Canada a besoin d’un Homme politique (qui à l’exterieur du pays replace l’entregent de ce pays au niveau de considération et de respect que le Monde lui reconnaissait il y a encore 20 ou 30 ans :, au temps ouù l’on parlait à l’etranger de l »Eldorado canadien » alors qu’il se demene dans une léthargie et surtout qu’il se libére de la colonisation que lui impose les USA : il n’y a que voir les queues de voiture aux postes frontiéres des canadiens qui vont faire leurs achats ( de nourriture ,,!!) aux USA . A l’ONU on lui prefére le Portugal !
et sur le plan interieur : que le citoyen ( et non les grandes entreprises) soit placé au centre des preoccupations , que la medecine ne soit à deux vitesses , l’une pour les riches l’autre pour le citoyen normal ( on n’a vu autant de nouveaux retraités qui lorsqu’ils sourient nous montre leur bouche édentées car ils ne peuvent se soigner. )Des exemples sont nombreux et malheureusement réels = » Canada ton pays fout le camp !Reveille-toi »