Étonnant: Mitt Romney paierait encore moins d’impôts au Canada!

Greed is even better in Canada !

C’est une spécialiste de la banque CIBC qui a fait le calcul. Aux États-Unis, le taux marginal d’imposition n’est que de 35% mais les feuilles d’impôts de Romney, rendues publiques ce mardi, ont démontré que le richissime homme d’affaires n’avait un taux effectif (fédéral) que de 15%. C’est que ses revenus ne sont pas de travail mais de rendement sur investissement, ce qui change tout ! (Oui, les ouvriers n’ont qu’à faire comme lui, après tout!)

Jamie Golombek, comptable et directrice de la planification fiscale et des successions à la CIBC Toronto, calcule que si Mitt Romney avait été résident canadien, il aurait encore économisé un point de pourcentage:14,2% plutôt que 15,4%

Sommes-nous donc susceptibles d’être les bénéficiaires d’un « exode des cerveaux les plus riches » des USA vers le paradis fiscal qu’est le Canada? Cela dépend de la province. Golombek calcule ensuite les impôts des États et provinces pour trouver qu’au total, un Mitt Romney habitant en Ontario paierait un peu plus (22,7%) qu’à sa résidence américaine (21,8%) au New Hampshire (je crois, ce n’est pas précisé).

Le calcul n’est pas fait pour le Québec mais si Romney déménageait à Calgary, il gagnerait le gros lot, avec un taux effectif d’imposition total de 16,1% ! La raison: le fisc albertain est beaucoup plus généreux envers les dons charitables. Les importants chèques de Romney à l’église mormone seraient donc plus largement récompensés par les autres contribuables albertains, en manque à gagner.

Bénéfice supplémentaire pour un Romney déménageant en Alberta: il pourrait pratiquer son français !

On peut lire le texte complet dans le National Post de ce samedi.

Laisser un commentaire

« Bénéfice supplémentaire pour un Romney déménageant en Alberta: il pourrait pratiquer son français ! »..

Elle est bonne. Vous avez vu « l’étude » de l’Institut Fraser « le bilinguisme » au Canada!

« Intitulée Official Language Policies of the Canadian Provinces Costs and Benefits, chiffre les services à la minorité de langue anglaise du Québec à 50 millions de dollars, la somme la plus faible, selon le rapport, versée aux minorités de langues officielles au Canada. Les auteurs de ce rapport sont Olivier Coche, François Vaillancourt, Marc Antoine Cadieux et Jamie Lee Ronson »- Tiré de IMPÉRATIF FRANCAIS-

Inutile de préciser aussi que l’économie canadienne se porte mieux que l’économie américaine, surtout dans le cas de l’Alberta.

Voilà qui démolit un argument de la gauche.

Bonjour,

Et dire que Bakounine, un des grands penseurs du Fédéralisme pour contrer les velléités identitaires et revanchardes du nationalisme s’est totalement éloigné de Karl Marx, leurs visions concernant les grandes fortunes familiales diamétralement opposées ont occasionné la rupture totale des deux acolytes. Car le camarade vitamine que fut Bakounine ne voulait surtout pas que les grandes fortunes familiales perdurent et empêchent ainsi l’humain de naître en égaux dans la vie. En interdisant les héritages de générations en générations qui dorment dans le secret des banques suisses. Faut bien spécifier que Karl Max ne portait pas le prénom de Mohammed. N’est ce pas ?

Tout en étant de l’extrême centre de l’échiquier politique de façon rationnelle tout en ayant le coeur au centre gauche, pourquoi ne pas établir les charges fiscales avec un unique taux de taxation, soit 10 % par exemple sans aucunes mesures comme échappatoire. Vous voulez gagner un million par année, vous payez $ 100,000.00 d’impôt. Vous voulez vous contenter de $ 50,000.00 vous aurez à payer $ 5,000.00 point final. Et pourtant, cette mesure fiscale fut qualifiée de mesure d’extrême droite il y a plusieurs années.

En conclusion, cela permettrait aux malheureux qui en veulent toujours PLUS de se calmer et de se SLACKER la POULIE et de SLACKER la laisse qui leur sert de bien paraître et non d’Etre…… Au plaisir, John Bull.

On en a beaucoup d’américains et de riches de partout dans le monde qui viennent passer pas mal de temps au Mont-Tremblant et a Montréal. Si on s’occupait plus de notre développement régional et touristiques on en aurait davantage.
Quand c’est le gouvernement qui contrôle tout il n’y a pas grand développement. Pourquoi ne pas avoir aussi des coopératives dans le domaine des casinos?
Boisbriand, Brossard, Sherbrook, Rimouski, Chicoutimi, Fermont, Rouyn, Gaspé, Québec, Trois-Rivières, Baie-Comeau, Sept-Iles, Carleton ça peut-être jeudi soir, vendredi, samedi et dimanche et même saisonier été, période des fêtes, semaine de relâche et longues fin de semaines action de grâce et pâques.
Non pas que je soit amateure, mais si c’est coopératif et qu’ils réinvestissent dans le développement d’entreprises coopératives c’est un loisir qui crée du développement économique et développement touristique. Dans les futurs sites miniers ça pourrait être un bon levier de développement économique régional.

Je suis comptable et je suis très étonné de cette information. Je doute grandement des calculs de madame Golombek. À 140 000 %, le taux marginal combiné au Canada passe à 48.2 %. Alors quand on gagne 10 000 000 $, me semble que ce taux devrait être le taux moyen aussi!

@M. Guindon:

– Quel est le taux d’imposition sur les dividendes?

– Quel est le taux d’imposition sur les gains en capital?

– Quel est le taux d’imposition sur les dons de charité (Mormons)?

De plus, le monsieur a des comptes bancaires aux Bermudes et aux Îles Caïman. D’après vous, a-t-il payé des impôts US sur l’argent qu’il a expédié sous le soleil des tropiques?

En ajoutant cela, son taux effectif d’imposition pourrait bien s’approcher du 10%.

Je ne suis pas comptable, mais je sais quand même compter.

@David

L’économie de l’Alberta se porte à merveille (pour l’instant) grâce aux sables bitumineux. Cela n’a pas grand chose à voir avec la gauche ou la droite, mais plutôt avec l’exploitation d’une richesse naturelle. Nous n’en sommes pas encore rendus à l’heure de vérité, alors que l’Alberta devra débourser des sommes colossales pour nettoyer les dégâts. Les albertains regretteront peut-être un jour leur imprévoyance et leur néo-libéralisme en matière fiscale.

Si l’on considère le fait que le Canada offre un meilleur filet social que les USA et que son secteur financier et bancaire est plus étroitement encadré, je ne vois pas du tout en quoi le succès de son économie puisse démolir les arguments de la gauche, il démolit plutôt ceux des individualistes qui ne pensent qu’à leur poche.

@Claude Guindon

Vous êtes un bizarre comptable si vous ne connaissez pas la différence entre taux marginal et taux effectif et que vous ignorez le traitement fiscal des rendements sur investissements.

@ Linda Hart

Avoir du pétrole n’est pas synonyme de richesse.

Il y a du pétrole dans plusieurs pays africains et d’Amérique du Sud mais ils sont tous pauvres contrairement à l’Alberta.

Sans compter que la gauche bloque l’exploitation du pétrole et du gaz de shale au Québec…

Mais ce billet montre qu’il est inutile de taxer les riches pour répartir la richesse. Le Canada taxe moins les riches que les USA et nous sommes plus égalitaires.

Mais.. M. Lisée… Mitt Romney paierait peut-être plus d’impôt au Canada après votre GÉNIALE idée de l’impôt post-universitaire (il est diplômé de droit).

Soyons sérieux : l’IPU est une mesure complètement irréfléchie.
1) Cela présuppose que les études universitaires ne bénéficient pas à toute la société! Si j’étudie en histoire, par exemple, je vais partager mon savoir autour de moi, je vais mieux voter, etc.
2) C’est une blocage psychologique pour aller à l’université. Entre un administrateur qui a fait une majeure en études cinématographiques et un autre qui ne l’a pas fait… pourquoi le premier devrait-il payer moin d’impôts que le premier? Quel lien avec son salaire?
3) Les études universitaires ne sont pas d’abord et avant tout un investissement pour un meilleur salaire. C’est un bien collectif : la société toute entière bénéficie d’une éducation plus grande pour tout le monde! Le savoir n’est pas une marchandise!
4) L’IPU est une fausse solution à un faux problème : le sous-financement des universités est un mal-financement. Lié à l’administration. (pourquoi les cadres sont-ils passés de 20% à 25% des employés de l’UdeM?)
5) L’application de l’IPU engendrerait des sommes ridicules en terme de gestion. Augmenter l’impôt d’un point ferait le travail.

Si Mitt Romney déménageait en Alberta mais continuerait de recevoir des revenus d’investissements provenant des USA il continuerait de payer des impôts aux USA.

Même s’il renoncait a sa citoyenneté américaine, il continuerait de payer des impots sur ces investissements aux USA. Un citoyen et résident canadien paie de l’impôt aux USA pour les revenus d’investissements de sources américaines. Les gains sur investissements de sources étrangeres sont également taxables au Canada mais le fisc canadien tient compte des sommes payées en impôts aux USA. En plus du IRS il y a les impôts des états. Si les sources des investissements de M.Romney proviennent de quinze ou vingt états, il y a un impôt a payer dans chaque état . Au Canada par contre, on est imposé selon la province de résidence au 31 décembre, et non selon la province dans laquelle le gain est obtenu.

@Lorraine King:
Si tu es résident américain et que tu as des revenus provenant de source canadienne, payeras-tu de l’impôt au Canada?