Étudiants: aux frontières de l’humour sur Sun News

Je suis un grand partisan de l’humour. Mais je ne suis pas certain du montage qui précède cette entrevue, sur Sun News.

Notez aussi que l’analyste Éric Duhaime n’a tout simplement pas eu le temps d’informer le journaliste qu’il était, lui aussi, contre la hausse…

Laisser un commentaire

« Many things are funny in our province ». Vraiment? Peut-être qu’ils trouvent ça drôle dans d’autres provinces, mais qu’ils ne viennent pas jouer les surpris si on décide de faire nos « funnies » dans un pays séparé. On pourra leur faire une vidéo: plein de gens en accéléré qui s’en vont voter OUI le jour du grand soir… Et comme on ne se séparera pas en sauvage, ils pourront toujours garder Eric Duhaime s’ils le veulent.
Quoi que sans Quebec à basher, je me demande bien ce qu’ils pourraient en faire. Danser la claquette, avec Ezra Levant, peut-être? Ça ferait un numéro de Laurel et Hardy. Ils sont toujours très drôle, les films de Laurel et Hardy.
Surtout quand ils sont muets.

Éric Duhaime n’a pas l’air intéressé de s’afficher contre la hausse chez Sun. Caméléon.

Le tout début annonçait le reste, j’ai donc tout de suite changé de poste…

P.S. Erratum: « l’analyste Éric Duhaime » au lieu de « l’analyse Éric Duhaime ».

Je suis surpris par la tournure des événements et la nature du débat public sur la question jusqu’à présent. Le débat s’est presque exclusivement centré sur les frais de scolarité. Le PLQ et les figures publiques opposées aux étudiants se limitent d’ailleurs presque exclusivement à cet aspect – comme si plus de 80 jours de manifestations se limitaient à la simple augmentation des frais de scolarité. Le problème du désillusionnement de la jeunesse n’est tout simplement pas traité. Que l’universitaire Joseph Facal ne voit pas la complexité du problème est totalement sidérant. Il est étrange qu’on qualifie souvent les couts associés à la scolarité comme un investissement pour l’avenir de la jeunesse, sans toutefois discuter des priorités des institutions universitaires et la place qu’elles accordent à l’enseignement. Combien de fonds sont alloués à la recherche, aux laboratoires et aux nouveaux bâtiments? Quel type d’enseignement est offert aux étudiants lorsque presque tous leurs professeurs sont embauchés pour leurs compétences en recherche? Force est à constater que la « nouvelle » université n’est pas centrée sur le besoin des étudiants, mais sur ceux des chercheurs et des indicateurs de performance en recherche – notamment dans les sciences naturelles. Les hausses des frais de scolarité ne sont-elles pas une source de financement pour la recherche fondamentale, au profit d’un environnement axé sur l’éducation et le développement personnel et professionnel?

Je viens de terminer le bouquin d’Éric Duhaime « L’état contre les jeunes ». A part décrire un conflit de générations, c’est mince comme argumentaire. Et en plus, il n’y a aucun tableau ni aucun chiffre, juste des constats lancés et quelques conseils à la fin. Dans la série « les uns contre les autres », il y a effectivement les jeunes contre les vieux. Je pourrais aussi lui suggérer les travailleurs contre les chômeurs, les Blancs contre les Noirs, les non-grévistes contre les grévistes, les souverainistes contre les fédéralistes…Bref, il pourrait allonger la liste.

Pas eu le temps de dire qu’il était contre la hausse en 7 minutes… Je crois que c’est plutôt de la mauvaise foi comme tjrs. Duhaime module son discours selon l’auditoire, en bon populiste qu’il est… Pathétique…

Éric ne lui dit pas non plus. Il semble être en faveur par le ton et le propos de son intervention. Mais Éric n’est pas a un raccourcis près.

Le pire, c’est que Sun News, c’est Québécor et son idéologue « fédéraliste hégémonisant »… Les québécois qui se tapent sur eux-mêmes pour ne pas froisser le RoC qui paye plus cher son école, c’est l’aspect pathétique d’une colonie.

Donc, est-ce qu’Éric Duhaime a été « abrégé au montage », ou est-ce qu’il parle des deux côtés de la bouche ?

Évidemment que Duhaime ne dira pas qu’il est contre la hausse…parce qu’il est pour la hausse.

Lorsqu’il prétend être contre la hausse, c’est pour promouvoir le mépris envers les babyboomers. Pour que les jeunes méprisent la social-démocratie qui serait supposément au service des babyboomers.

Et le montage d’introduction est tout simplement de mauvais goût.

Et Éric Duhaime qui invente des mensonges à son ami rocanadien sur la CLASSE.

On rit de Sun News, mais maintenant on devrait regarder LCN et V qui s’approche de plus en plus de ce genre de médiocrité.

M. Duhaime cultive avec fougue – mais sans doigté ni adresse – la caricature et l’exagération au sujet de l’actualité politique et sociale du Québec.

En fait, cela en fait un valet haut-de-gamme des droitistes et du lobby anti-Québec (Sun News et consorts) du RoC…

Il faudrait qu’il nous explique quelles expériences traumatisantes qui l’auront fait cheminer de cette manière…

Éric Duhaime, selon ce qu’on pourrait croire de ses commentaires, devrait logiquement maintenant envoyer un chèque au gouvernement pour payer le manque à gagner du gouvernement lorsqu’il était lui-même aux études. L’a-t-il fait ?

De plus Duhaime ne mentionne pas que le conflit a été entièrement planifié par Charest et son gouvernement pour servir d’écran de fumée à ses propres turpitudes.

Remarquable n’est-ce pas !

Votre gourou économique (Fortin) est pour la hausse aussi. Ça fait tilt dans les synapses?

Duhaime fait son frais avec ses ti-namis corrompus de la drette. Mais il est bien tranquille face à l’adversité. On a pu le voir aller le petit peddler face à Lisée à »Tout le monde en parle ». Il était très tranquille le petit Duhaime.

@Rod:

Je n’ai pas capté ce terme dans mon visionnement, mais « bursary » est un terme anglais parfaitement convenable pour parler d’une bourse universitaire.

Je commence à croire que PKP, nationaliste québécois, travaille pour s’assurer que lors d’un éventuelle référendum sur la souveraineté, le ROC se déchaine sur le Québec. Pas très propre, mais probablement efficace…

Wow… Sun News ou Le monde selon les défenseur du capitalisme et la réalité de la guerre/propagande (gauche/droite) des médias!!!

@ Rod

A bursary is strictly an office for a bursar and his or her staff in a school or college.

In modern English usage, the term has become synonymous with « bursary award », a monetary award made by an institution to an individual or a group to assist the development of their education.

http://en.wikipedia.org/wiki/Bursary

J’aimerais seulement mentionner a Éric Duhaime que la prochaine fois qu’un commentateur lui mentionne qu’il y a beaucoup d’histoires bizarres qui viennent du Québec, Il n’est pas obligé de s’excuser au ROC car il ne représente d’aucune manière officielle le Québec et les Québécois.

Eric Duhaime et Pauline Marois…même combat?

Eh ben…

Elle est en bonne compagnie!

@ Denis Drouin (# 16):

« Éric Duhaime, selon ce qu’on pourrait croire de ses commentaires, devrait logiquement maintenant envoyer un chèque au gouvernement pour payer le manque à gagner du gouvernement lorsqu’il était lui-même aux études. L’a-t-il fait ? » (sic)

Idem pour les 1,000 profs syndiqués qui n’enseignent pas et les 200 zartisses qui vivent à NOS crochets mais qui appuient les vandales.

« PKP, nationaliste québécois, »

???

Papa Péladeau, fondateur d’entreprise et « self-made man » (donc un entrepreneur) était un nationaliste québécois, mais fiston, lui, est clairement un « businessman » (un homme d’affaires*) néo-libéral. Au fond, un homme « sans patrie ».

Le néo-libéralisme n’est concerné que par l’argent et le pouvoir et pense en terme de monde « globalisé » où la finance, sans frontière, a toute liberté de circulation.
Et où les nations ne sont que des « particularismes », des « tranches de marchés » à exploiter (comme les groupes d’âges, etc.) et les États que des courroies de transmission chargés d’assurer la libre circulation des capitaux, les « bonnes » conditions pour la « création de richesse » (au profit des « créateurs de richesse »), ce qui inclut la « sécurité » et le contrôle des « ressources humaines » que nous sommes.

*Il y a clairement une différence majeure entre un entrepreneur, qui bâtit une entreprise à laquelle il consacre sa vie et un « homme d’affaires » qui brasse de l’argent et qui n’a aucune fidélité particulière envers ses entreprises qui ne sont que des sources de revenus (pouvant même être démantelées ou vendues si le besoin s’en fait sentir)

c’est drole mais j’ai entendu exactement le contraire des affirmations de l’imam duhaime dans la bouche de 2 étudiants anglophones de mcgill sur les ondes de VPR la semaine derniere sur le même sujet et deviner quoi ,ils y vantaient les mérites du systême québecois d’éducation en comparaison avec celui des usa et du roc,c’est dire les perceptions,j’espere pour eux que leurs parents ne les ai pas entendu.lol

Éric Duhaime est détenteur d’un baccalauréat en science politique de l’Université de Montréal et d’une maîtrise en administration publique de l’École nationale d’administration publique (ÉNAP), Éric Duhaime a passé plus d’une décennie à travailler comme conseiller politique pour différents chefs de partis à Ottawa et à Québec, notamment pour Stockwell Day (du temps de l’Alliance canadienne, Mario Dumont (de 2003 à 2008, alors que celui-ci dirigeait l’Action démocratique du Québec) et Gilles Duceppe, se laissant porter par les opportunités. D’ailleurs, à ses débuts en politique, il a été bénévole pour un parti qu’il pourfend à présent, le Parti Québécois, à une époque où celui-ci avait le vent dans les voiles. Il a également travaillé pour l’Institut économique de Montréal, un think tank d’obédience néolibérale.(source; wiki)biz pour un libertarien ,la moitié de sa vie sur un banc d,école et l’autre le nez dans le derrière d’un politicailleux deux choses qu’il méprisent au plus haut points,quand même dur dur a suivre le bonhomme et certainement pas a une contradiction près.mais comme le disait falardeau, liberté québec c’est pas une marque de yogourt.lol

« J’aimerais seulement mentionner a Éric Duhaime que la prochaine fois qu’un commentateur lui mentionne qu’il y a beaucoup d’histoires bizarres qui viennent du Québec, Il n’est pas obligé de s’excuser au ROC car il ne représente d’aucune manière officielle le Québec et les Québécois. »

– Mathieu Boies

Tout à fait d’accord avec Mathieu Boies.

M. Duhaime a de toute manière la manie de s’excuser ou de demander aux autres de s’excuser. Comme si la place publique était un immense confessionnal. Il y a là un étrange rapport de force que M. Duhaime cultive avec le monde extérieur. Un filon à creuse, je peux me permettre.

L’autre marotte de M. Duhaime, c’est de demander aux autres d’avouer quelque chose, une pensée ou une opinion, comme s’il occupait un poste de juge de dernière instance.

Mais je vais vous faire un aveu que vous ne partagerez avec personne d’autre: j’écoute en cachette – un sac brun sur la tête – le volet où M. Duhaime vient déblatérer à l’émission « Franchement Martineau ». Parfois c’est dur à prendre de se taper autant d’inepties à la minute, mais de voir les deux clowns s’auto-congratuler, c’est quelque chose que je trouve incontournable comme exercice d’estime de soi… 😉

Vous riez toujours Môsieur Lisée après les événements d’une rare violence à Victoriaville ? Ça vous amuse toujours:

http://youtu.be/JmdZ5zzzfMk

Il est beau votre Québec, il sera beau votre pays si jamais il voit le jour…

Monsieur Duhaime est autre bel exemple de petits Québécois qui crachent sur leur nation pour bien se faire voir de leurs maîtres anglo-saxons. Quelle belle lâcheté de la part de ce petit bonhomme que d’aller se cacher dans les médias anglophones pour dénigrer les Québécois! Le petit Duhaime est le genre de Québécois qu’adorent nos bons « amis canadians » : un lâche, traître, méprisant envers sa propre nation, de droite (comme eux), malhonnête (corrompu comme un libéral) et liche bottines. Tout comme l’est notre petit premier ministre!

Le petit monsieur Duhaime, qui n’est pas foutu de faire son travail de journaliste de façon compétente, honnête et éthique, ne mérite pas d’avoir une chronique dans le Journal de Montréal. Un journal qui se dit québécois! Ne trouvez-vous pas qu’il y a, en ce moment au Québec, quelque chose de malsain dans nos médias? La liberté de presse est-t-elle toujours présente au Québec, en particulier dans nos grands réseaux de télévisions et de journaux? Les médias québécois font-ils partie des institutions québécoises que les libéraux auraient, eux aussi,réussi à corrompre?

Supposons un moment que nous adoptions les valeurs de droites de ce petit monsieur, qui est contre les revendications étudiantes. Ce petit monsieur aurait-il l’honnêteté d’aller jusqu’au bout de son raisonnement en nous disant ce qu’il pense de la subvention de 400 millions de nos dollars que ce gouvernement libéral corrompu a octroyés à son patron pour la construction de l’amphithéâtre de Québec?

S’il n’est pas au courant, je l’informe que les Québécois, dont les étudiants et leurs parents qui manifestent dans les rues, ont SUBVENTIONNÉ un montant de 400 M$ pour la construction de l’amphithéâtre de Québec à son patron, l’empire Quebecor! De plus, c’est ce même empire Quebecor qui ira empocher tous les bénéfices, soit les millions de dollars en droits de toutes sortes et services associés de convergence, tels que, télévision, journaux, téléphonie mobile, etc., et nous rien! N’est-ce pas ce que l’on pourrait appeler du B.S. de riches?

Comme société, il me semble que nous aurions avantage à implanter un système universel de gratuité scolaire, plutôt que de subventionner des entreprises multimillionnaires qui nous méprisent et qui nous exploitent. Il est prouvé que les pays qui s’en sortent le mieux actuellement et qui s’en sortiront le mieux à l’avenir sont les pays qui ont implanté un tel système de gratuité scolaire. On ne cesse de nous répéter que nous ferons face à une pénurie de main-d’oeuvre compétente et bien formée.

Avons-nous été consultés sur les choix de société qu’a faits ce gouvernement du parti libéral? Les choix des libéraux sont maintenant clairs : 1) restreindre l’éducation supérieure; 2) subventionner les entreprises multimillionnaires; 3) donner nos ressources naturelles; 4) installer un système généralisé de corruption dans la société et l’appareil de l’État québécois; 5) fermer les yeux sur les fraudeurs et amis du parti libéral; 6) ne pas défendre les droits des Québécois face à un gouvernement fédéral qui nous méprise, etc. Est-ce vraiment surprenant de la part d’un gouvernement libéral? Cela n’a-t-il pas toujours été la marque de commerce des libéraux, fédéraux et provinciaux?

Depuis trop longtemps, les libéraux méprisent les Québécois, les écrasent, les divisent, les appauvrient, les flouent, les fraudent, les manipulent, tentent d’augmenter l’écart entre les riches et les pauvres et tentent de les rendre de plus en plus ignorants!

Le gouvernement de Jean Charest a mis sur la table 400 millions de nos dollars dans un projet très risqué, et ce, sans aucune garantie. En vérité, tous les risques sont pour les Québécois et tous les bénéfices seront pour l’empire Quebecor. Faut-il s’étonner que la majorité des articles de journaux du Journal de Montréal et les commentaires des analystes du réseau TVA soient favorables à ce gouvernement libéral corrompu et méprisants envers les Québécois, dont nos jeunes adultes : les étudiants?

Les articles de journaux du Journal de Montréal et les commentaires des analystes du réseau de TVA favorables envers le gouvernement libéral ne sont-ils pas qu’en réalité un retour d’accesseur de la part de l’empire Quebecor envers leur ami Jean Charest pour le remercier d’avoir subventionné son amphithéâtre de Québec?

En retour de la subvention de 400 millions de nos dollars à l’empire Quebecor, je suggère que nous allions chercher un loyer juste et équitable, de la part de l’entreprise privée bénéficiaire des largesses de notre gouvernement, tenant compte des risques énormes que nous allons assumer dans ce projet. Je suggère un montant de 40 millions de dollars par années, ce qui représente la totalité de l’augmentation des frais de scolarité décrétés par ce gouvernement libéral! Et en plus, pourquoi ne pas aller chercher une part des bénéfices qu’ira chercher Quebecor dans ce projet d’amphithéâtre, puisque nous sommes les principaux investisseurs?

» bel exemple de petits Québécois qui crachent sur leur nation »

comme toujours, critiquer le Québec = crime de lèse-majesté. Mais « skier » sur l’Alberta = patriotisme

« Comme société, il me semble que nous aurions avantage à implanter un système universel de gratuité scolaire, plutôt que de subventionner des entreprises multimillionnaires »

Dans un cas comme dans l’autre, c’est du gaspillage

» les pays qui s’en sortent le mieux actuellement et qui s’en sortiront le mieux à l’avenir sont les pays qui ont implanté un tel système de gratuité scolaire »

s’en sortir mieux? La chômage dans l’UE dépasse encore les 10%. Aussi, plusieurs pays « gratuits » sont fortement contingentés

« les choix de société »

ça n,existe pas

« les libéraux méprisent les Québécois, les écrasent, les divisent, les appauvrient, les flouent, les fraudent, les manipulen »

Comme le PQ

» je suggère que nous allions chercher un loyer juste et équitable, de la part de l’entreprise privée »

donc, tu veux les faire fuir

Les plus populaires