Étudiants: fracture générationnelle

Le sondage Léger/QMI de ce matin est clair: l’appui populaire à la cause des étudiants s’effrite. Et c’était avant le vandalisme de ce lundi, que tous les leaders étudiants devraient condamner sans la moindre nuance.

Sous cet effritement, on trouve cependant une fracture générationnelle importante. Les chiffres de Léger montrent que deux majorités sont en présence:

La majorité des moins de 35 ans sont favorables à la cause étudiante;
La majorité des plus de 35 ans sont DÉfavorables à la cause étudiante.

Dans sa chronique de ce mardi, Jean-Marc Léger conclut ceci, dans sa « lettre au baby-boomers« :

Pour une fois que les jeunes se lèvent, il faut les écouter, il faut les comprendre et il faut les encourager. On crée des enragés et on les empêche de mordre. Ne les brisez pas et donnez-leur une chance de réussir là où vous avez échoué.

Car ce sont ces jeunes qui seront vos médecins, vos entrepreneurs, vos politiciens et vos leaders de demain qui paieront la dette que vous leur aurez léguée.

Chers boomers, vous devenez vieux à partir du moment où vous ne comprenez plus les jeunes.

 

Laisser un commentaire

Ce n’est peut-être pas tant la cause que la manière dont elle a été construite. Qui la financent, l’organisent et les tout les moyens mis en oeuvres pour l’atteindre.

Le texte entier est une vraie perle. À lire absolument.

Et oui, on se retrouve comme en mai 68, là où la jeunesse « paresseuse » qui ne voulait pas entrer dans le « moule bienveillant » des vieux s’est libérée.

Aujourd’hui, les jeunes d’antan sont les vieux d’aujourd’hui et leurs enfants veulent leur part. L’histoire se répète inlassablement…

Les «Boomers» et l’art du déni:

Ils ont troqué leur col Mao
Contre un joli costume trois-pièces
Ils ont troqué leurs idéaux
Contre un petit attaché-case
Citoyens de Paris ma ville
La plage est loin sous les pavés
Vivez en paix dormez tranquilles
Le monde n’est plus à changer

Ce n’était alors que jeunes imbéciles
Le poil au menton
Ce n’était alors que jeunes imbéciles
Les voilà vieux cons

Ils ont troqué leur col Mao
Pour une tenue plus libérale
Le vieux slogan du père Guizot
Est devenu leur idéal
Nos soixante-huitards en colère
Reprennent un refrain peu banal
C’est enrichissez-vous mes frères
En guise d’Internationale

Ils ont troqué leur col Mao
Et leur vieux look égalitaire
Pour un costume plus rigolo
C’est la chasuble humanitaire
Ils font la quête avec délice
Chez ceux qu’ont plus rien à donner
Et pour établir la justice
S’en remettent à la charité

Ils ont troqué leur col Mao
Pour des tenues plus officielles
Depuis qu’ils fréquentent à gogo
Les cabinets ministériels
Ah quel plaisir en redingote
Sur le perron de l’Elysée
De se faire lécher les bottes
Par des journalistes avisés

C’est toujours avec les jeunes imbéciles
Qu’on le veuille ou non
C’est toujours avec les jeunes imbéciles
Qu’on fait les vieux cons

Jean Ferrat 1930-2010 (auteur-compositeur-interpète et surtout communiste notoire)

Ce genre d’évolution de la pensée des «Boomers» ne m’étonne nullement M. Lisée…

Ces jeunes n’ont qu’à partir un nouveau mouvement afin que l’état puisse saisir leurs héritages.

Qu’ils le disent haut et fort qu’ils ne veulent pas hériter ni des avoirs ni des dettes de leurs parents !

Je ne trouve pas ça très étonnant. À mon avis, les tranches de 35-54 ans, en plus de tous les arguments que vous nous donnez, sont aussi les plus sensibles à la désinformation liée à la grève. En ne lisant que les grands titres ou les médias-sensations, on a une vision biaisée de ce qui se passe en ce moment.

Le débat qui glisse en dehors des enjeux cruciaux affecte l’opinion du public qui est lassé de se faire dicter quoi penser. Entre un débat sur boycott vs grève, sur la couleur des carrés aux poitrails, sur la différence entre condamner ou ne pas encourager… On s’éloigne tellement du débat de fond que je crois qu’il est normal que les gens soient pressés que la grève finisse. Sans compter les menaces d’annulation de session et les injonctions qui fusent de partout.

De plus, en mettant de l’avant la tension qui monte, on aura tendance à se ranger du côté du bon papa, de l’habitude. Les québécois n’aiment pas la confrontation, ce n’est pas nouveau. Et en utilisant un argument comme : »10$ de plus par jour… est-ce que ça vaut vraiment la peine de se battre pour si peu? » on encouragent une attitude résignée. Les médias orientent l’opinion publique en mettant de l’avant une image cheap et insouciante et égoïste des étudiants, alors qu’il en est tout autre.

Bref, pour résumer, à force d’être les témoins passifs de cette guerre d’idéaux qui prend la forme d’un cirque financier et d’opinions non-conséquentes, il est normal que la classe moyenne (à grand coups de »vos impôts payent 80% de la facture!! ») décide de crier son mécontentement et sa lassitude.

C’est là qu’on voit toute la stratégie libérale qui consistait à laisser le mouvement s’essouffler de lui-même, et semer la zizanie à l’intérieur même des mouvements étudiants en divisant.

La démocratie est de définition » le régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple (principe de souveraineté), sans qu’il y ait de distinctions dues la naissance, la richesse, la compétence… (principe d’égalité) »
La démocratie accorde à chque personne le droit de protestation (mais seulement paisiblement). Elle accorde aussi le droit d’un gouvernement démocratiquement élu, de refuser n’importe quelle demande.

J’ai 57 ans et je suis d’accord avec M.léger a 100% J’ai confiance en notre jeunesse donnont leurs la chance d’etre entendu et de faire partie d’une solution plutot que de vouloir absolument leur imposer encore notre vision des choses.

Il faut noter que selon le sondage, ceux les plus susceptible à payer la facture, opposent en plus grand nombre, la protestation. C’est naturel, n,est ce pas?

Une chance que ce n’est pas tous les baby-boomers sont comme ça, mes parents m’appuie et je l’apprécie. Je crois que ceux qui sont pour la hausse sont soit mal informés, soit égoïstes, soit les deux lorsqu’ils disent que c’est nous qui sommes égoïstes!

Ce qui est le plus fascinant dans cette histoire, c’est que si le gouvernement avait fait une contre proposition en étalant l’augmentation sur huit ou dix ans plutôt que cinq, les votes de grève auraient basculés et les libéraux en auraient sorti avec les grands honneurs… Ce qui sera l’inverse si monsieur Charest ne bouge pas d’ici la fin de la semaine. Cela dit, je suis 100% en accord avec monsieur Léger.

On oublie par contre de mentionner que la marge d’erreur est nettement trop élevée pour que le sondage soit, selon moi, pris au sérieux. On oublie aussi de mentionner les instances syndicales et les regroupements communautaires d’envergures qui sont présentement derrière les étudiants et qui les appuient. Dans les médias sociaux, plusieurs groupes s’allient aux étudiants, qu’ils soient travailleurs, professeurs, syndiqués, chômeurs et on n’en parle pourtant pas.

Honnêtement, un sondage fait auprès de 1000 personnes, qui sont généralement la norme de léger marketing, ne peut être représentatif de la population de 8 millions de québécois.

Faut-il voir un lien avec la moyenne d’âge en hausse à l’appui de la souveraineté ? C’est une avenue à explorer, il me semble.

Pas encore la faute des babys-boomers. Décidément on a le dos large. À écouter certains démagogues à la Duhaime, Je me demande s’il y a un problème de société dont on est pas responsables…

Samedi la suave « drettiste » Denise Bombardier y allait d’un éditorial dans Le Devoir,où elle nous reprochait :

» Les Tanguy ne sont pas les bienvenus chez nombre de baby-boomers qui pratiquent le nombrilisme rattaché à leur culture narcissique. Pour «responsabiliser» les jeunes, ils ne trouvent rien de mieux que de leur couper les vivres, de les laisser s’endetter après leurs études et de les obliger à travailler quinze ou vingt heures par semaine pendant leur session d’étude. »

Du pur délire doublé de projection surtout en ce qui concerne le narcissisme exacerbé de la dame en question !
D’autant plus qu’à l’âge où on est rendu la plupart d’entre nous n’ont plus d’étudiants à la maison !

Maintenant nous serions coupable d’appuyer Charest qui cherche à se faire réélire sur le dos des étudiants.

Désolé mais les « babys-boomers » ne forment pas un bloc monolithique sur cette question pas plus que sur les autres enjeux de société.

Se prépare t-on à une euthanasie de masse à nos dépends parce que bientôt le système de santé dont on a chèrement payé la mise en place par nos impôts et qu’on paie encore à la retraite n’aura plus les moyens de nous garder vivants ?

C’est peut-être pousser un peu, malgré que j’en serais à peine surpris à suivre les discours dénués de sens de certains!

J’aurai bientôt 67 ans et je suis en accord total avec monsieur Léger. Comment pouvons-nous, nous, être contre nos propres enfants, être contre la jeunesse? Avons-nous oublié les lendemains qui chantent? Les voici, ces lendemains, ils sont à notre porte, avec leur humour, leur imagination, leur désir de tout foutre en l’air et de tout refaire. Allons boomers, est-ce que ça ne vous dit pas quelque chose?

Ben oui, ben oui, Jean-Marc. Nous avons échoué parce ce qu’on a mis des gros moyens (lire argent, lire scandale des commandites) par deux fois pour nous faire échouer en 1980 et en 1995 dans notre marche vers l’indépendance. Je n’ai donné aucun mandat aux étudiants de se battre à ma place. La preuve, on a forcé les Libéraux (de force) à mettre sur pied la commission Charbonneau. Ce qui est condamnable n’est pas le mouvement étudiant mais la manipulation de ceux-ci par un de leur groupe,la CLASSE qui n’est plus ni moins qu’un parti socialiste déguisé. Si les étudiants veulent faire de l’action politique alors qu’il démarre un parti et se présente aux élections. Là je verrai et je choisirai si je les appuie ou pas en votant ou en votant pas pour eux. De toujours vouloir élargir le débat, on en perd l’essence même de ce qu’on devrait discuter : la HAUSSE DES FRAIS DE SCOLARITÉ

Et qu’est-ce que vous pensez de l’utilisation répété d’échantillon non-aléatoire par les sondage internet?

Je suis de la génération des 35 ans et plus, je suis contre la hausse des frais de scolarité et je suis pour l’éducation gratuite. Je suis pour la justice sociale et l’égalité et je suis CONTRE le gouvernement Charest. J’étais membre depuis les années 1970 du PQ et maintenant je suis fière d’être membre de QS. Présentement au Québec, je crois sincèrement que le seul parti qui semble vraiment honnête et qui parle de justice sociale…. est justement M. Khadir et Mme David. Les autres…. c’est du pareil au même et encore plus celui de M. Legault. J’ai UNE GRANDE ADMIRATION pour les étudiants de la FEUQ, LA FEQ ET DE LA CLASSE ET je les encourage fortement à ne pas lâcher et à continuer et surtout à demeurer SOLIDAIRE. C’est en se tenant DEBOUT que nous vainquerons. Et j’ai hâte que les représentants syndicaux (dont j’ai signé la pétition dimancher dernier) commencent à s’enlever les doigts dedans le nez……. IL FAUT QUE CA CHANGE AU QUEBEC ASSEZ C’EST ASSEZ.

Je trouve l’analyse de M. Léger assez réductrice. Si la fracture se fait à partir de 35 ans, ça laisse beaucoup de monde en-dehors des babyboomers. Les X sont là aussi! Peut-être qu’ils en ont assez de payer pour tout le monde, en bas et en haut…

L’opinion négative des plus âgés est entretenue fortement par le dénigrement systématique de beaucoup de médias!
Je suis outrée par le traitement de l’information méprisante qui frôle l’incitation à la haine parfois: accusations sans preuves dans les actes de vandalisme (est-ce vraiment et toujours imputable aux étudiants?), le glissement dans les termes de GRÈVE à BOYCOTT, etc.
J’ai presque 65 ans, mais je suis professeur et suis témoin du questionnement honnête et articulé des étudiants, de leur courage et de leur solidarité, je suis fière d’eux.
Je ne trouve pas que les médias sont majoritairement des miroirs fidèles des évènements auxquels j’assiste.
Quelques journalistes heureusement ont le courage et l’honneteté de rétablir les faits et je les en remercie!

Je n’ai absolument aucune confiance aux sondages de la firme Léger/QMI.

Le sondage je l’ai vu dans la rue Mont-Royal la semaine passée où il y avait une réelle unanimité entre les jeunes et les vieux, les manifestants et les résidants et même les commerçants.

Personne, pas une seule personne n’a dit quoi que ce soit contre les étudiants et nous étions des dizaines de milliers.

Où se cache-t-elle cette fameuse majorité ? Comment Léger/QMI a-t-il réussi à les dénicher ?

Comment Monsieur Lisée pouvez vous leur fairen encore cinfiance, n’avez-vous pas vous aussi des yeux pour voir et un coeur pour ressentir ?

On en a rien à foutre du saccage de quelques locaux, on a peur pour le saccage du Grand Nord, on est fâchés pour le saccage de la rivière Romaine, on a peur que le Réacteur #4 à Fukushima au Japon s’effondre rendant la planète inhabitable pour des dizaines de milliers d’années.

Il faut savoir mettre les priorités à la bonne place et arrêter de nous prendre pour des moumounes.

Serge Grenier

Qu’est-ce qu’il en est des échantillons non-aléatoire? Car ce sondage n’a pas un tel échantillon sauf preuve du contraire.

Ici comme ailleurs, la droite attire un bon bassin de baby-boomers car plus les gens vieillissent, plus ils semblent avoir des idées conservatrices. A cet âge-là, c’est la sécurité, la protection de la propriété privée, le compte en banque, la stabilité de son patrimoine immobilier, etc. qui priment. On a peur du jeune qu’on se représente feignant ou vandale, on a peur de l’étranger, on a peur du changement et des réformes qui pourraient toucher à notre confort financier. L’individualisme devient plus important que chez les jeunes qui rêvent de combats collectifs…Et comme le mentionne Jean-Marc Léger, quand ils se réveillent, on les étouffe. Tout ça, c’est ce qui a, entre autres, permis à Sarkozy, en France de remporter les élections en 2007…grâce à une population qui vieillit. Cependant, tout n’est pas perdu. La gauche attire les jeunes mais aussi les moins jeunes victimes de la crise, les gens qui ont en ras le bol de la corruption du monde politique et des affaires, les gens qui ne sont pas attirés par le discours individualiste (clin d’oeil aux libertariens), etc. Quand on voit des jeunes sans espoir comem en Espagne qui se révoltent, c’est vrai que ça fait peur. Eh bien, si on veut leur laisser une place et que l’on veut encore un peu de paix, il faut leur donner les moyens de réussir et de s’exprimer. C’est ça, la démocratie.

Sans avoir lu votre article,voici ma vision de ce qui ce passe dans le Québec des libertés.
Étant résidant retraité à Québec depuis 4 ans,je suis à même de constaté que la région métropolitaine de Québec est vraiment de plus en plus à l’opposé de ce qui se passe au Québec:
La population se laisse influencer par les radios d’opinion qui sont très à la droite et qui influencent l’orientation que doit prendre la population sur ce qui se passe,entre autre,avec les étudiants.À Québec beaucoup plus que dans les autres régions,la majoritée est contre les syndicats de toute nature,contre les BS,contre les étudiants.Sorter le sondage simplement pour la ville de Québec consenant l’appuie aux étudiants et je suis persuadé que la pluspart des groupes d’âges sont majoritairement contre les revendications des étudiants.Moi j’ai 66 ans et je suis pour que tous les représentants des groupes étudiants soient représenté à la table que la Ministre de l’éducation à proposée.Mais en écartant la Classe,la Ministre,excuser le Premier Ministre savait très bien que les deux autres groupes refuseraient de si présenter sans la Classe.Pour Charest ,tout comme Bourassa dans le temps: »diviser pour mieux reigner ».
Je souhaite que pour les élections à venir,que les étudiants(tes)voteront en très grand nombre pour que pour une foi,la participation des jeunes soient très active,comme se fût le cas dans les années 70 surtout.

Cela va dans les 2 sens, M. Lisée: chers jeunes, vous devenez infantile à partir du moment où vous ne comprenez plus les boomers ou les vieux. (Inspiré de la dernière phrase du billet)

Ne vous inquiétez pas, chers jeunes et M. Lisée: grâce à la politique du gouvernement libéral sur les frais de scolarité, la dette que nous léguerons à nos jeunes sera beaucoup moindre que si on vous écoutait…

PS: ce que vous appelez « la cause des étudiants » n’est pas monolithique (ah, le monolithisme: manière typiquement gauchiste d’interpréter le réel). Militer en faveur d’une formation universitaire de meilleure qualité, dussions-nous pour cela augmenter les frais de scolarité, c’est AUSSI défendre la cause des étudiants.

On ne défend pas vraiment la cause des étudiants en leur offrant une formation universitaire médiocre mais « gratuite ».

Signé: un boomer qui désire inculquer aux jeunes le sens des responsabilités et du devoir.

J’aime beaucoup ce commentaire de Jean-Marc Léger. Bon, c’est certain je ne peux être d’accord avec le vandalisme. Mais je ne peux pas être d’accord avec l’attitude paternaliste, (maternaliste dans son cas 😉 ) de la ministre de l’Éducation.

La stratégie de Charest est évidente: provoquer et assiéger les étudiants grévistes. Contrairement au Gouvernement et à certains médias je ne parle pas de boycottage. (C’est là une autre facette de leur tactique réductionniste : les étudiants boycottent leurs études. Ce qui est faux. Ils sont en grève.)

Cette stratégie semble bien porter ses fruits. Mais peut-être que les fruits de l’éventuelle victoire gouvernementale seront très amers. À mettre le feu aux poudres on risque de faire sauter toute la baraque.

La société aura perdu une belle occasion de construire une nouvelle politique de l’éducation du XXIème siècle et elle aura créé des citoyens en colère, voire désabusés.

J’espère que les groupes que la ministre daigne bien rencontrer, eux par solidarité, boycotteront ces rencontres tant et aussi longtemps que TOUTES les associations d’étudiants n’y auront pas chacune un siège.

«Sauf pour les dictateurs et les imbéciles, l’ordre n’est pas une fin en soi.»
[Michel Audiard]

Je suis entièrement derrière le mouvement étudiant.Je suis de la génération des soixante-huitards.Oui on a manqué notre coup.Mais J’aimerais tellemennt que nos fiers étudiants réussistent là.où on a échoué.
Svp. Étudiants ne frappez pas top fort sur le babyboomer ,ils ne sont pas tous contre vous.loin s’en faut.

Je suis une boomer, nostalgique sans doute des grandes manifestations de mon adolescence me direz-vous, mais qui estime qu’il faut faire confiance à ces jeunes. Ils sont beaucoup plus articulés que nous ne l’étions à l’époque, de même qu’aussi et autrement politisés que nous. De plus ils doivent se confronter à une réalité plus intransigeante que celle des années soixante, où les adultes jetaient sur nos débordements un œil à la fois compréhensif et condescendant «Faut bien que jeunesse se passe!»

J’espère que ce sont les jeunes qui manifestent qui seront un jour nos médecins entrepreneurs et politiciens. Permettez-moi d’en douter cependant. Ceux qui ont vraiment à perdre de la hausse des droits de scolarité risquent fort d’être obligés de ne pas poursuivre leurs études à l’université, à cause de l’augmentation des frais de scolarité.

C’est collectivement que nous y perdrons. Tous ces merveilleux jeunes conscients et politisés, qui nous donnent une leçon de démocratie il faut les écouter.

Imaginez de quel potentiel humain on se prive collectivement simplement parce qu’on veut protéger notre confort.

j’ai 67 ans et j’appuie les étudiants,
liberté, égalité des chances et fraternité on s’attendrait à un peu plus des bébés- boomers surtout les grisonnants de la Floride qui vont y dépenser leur revenus mais conservent leur carte d’assurance maladie pour réparer leur fracture éventuelle, ils auront bien besoin d’étudiants bien formés et bien rémunérés qui en payant leur cote par d’impôts retournent à la société les coûts de leur scolarité.
Prendre la décision d’étudier à l’université n’est pas sans conséquence financière pour un individu, logement nourriture transport etc mais il est vrai comme le dit un certain Martineau qu’il ne devrait pas avoir de cellulaire et communiquer comme au 17 ième siècle….

… et nombre restreint de jeunes. Si on remplace les pourcentages par les nombres correspondant, on trouve un rapport de 2.5 à 1 en faveur du gouvernement:

1) 1 789 092 personnes ont de 18 à 34 ans au Québec:
– 708 818 ont de 18 à 24 ans. X 57 % = 404 026
-1 082 274 ont de 25 à 34 ans. X 50 % = 743 150.

2) 3 380 276 personnes ont de 35 à 64 ans. Il y a près de 2 fois plus de monde entre 35 et 64 ans qu’entre 18 et 34 ans:
-2 329 273 ont de 35 à 54 ans. X 51 % = 1 187 929.
– 1 051 003 ont de 55 à 64 ans. X 66 % = 693 662.

Donc 743 150 personnes de 18 à 35 ans supportent la position des leaders étudiants.
Mais 1 881 591 personnes de 35 à 64 ans supportent la position du gouvernement. Un rapport de 2,5 à 1!

http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/demograp/pdf2010/Bilan2010.pdf

J’ai lu aussi ce matin, très rafraichissant le texte de M. Léger!

Bon (enfin) la ministre Beauchamps a débuté la discussion avec les étudiants aujourd’hui. Pas dès les premiers votes de grèves, ni après la manifestation monstre du 22 mars mais après que la situation ce soit suffisament envenimé pour qu’il aille eu une vague d,action de vandalisme.

Pour avoir vécu la grève étudiante de 1996, jamais la ministre Marois n’a eu une attitude condescendance que la ministre Beauchamps a présentement. D’ailleurs le conflit a été réglé en 20 jours.

Je désespérais. Maintenant j’ose espérer que c’est vrai, qu’enfin depuis longtemps une génération se tienne debout.

Vous êtes en quelque sorte la lumière au bout d’un long tunnel de générations qu’à traversé le Québec.

Bravo à tous ces jeunes qui se tiennent debout.

Dans le monde entier ce sont les étudiants qui montrent le courroux populaire contre une gouvernance surtout quand celle-ci se taxe d’insensibilité sociale.
Leur mouvement actuel indique bien que notre société est privée de démocratie. Une démocratie à repenser et à refaire.

Ne vous en faites pas… la plupart de ceux qui ont aujourd’hui moins de 35 ans auront plus de 35 ans dans le futur… et ils seront alors content que le gouvernement aie maintenu la ligne dure…

Rappellez vous… ceux qui ont plus de 35ans ont tous déjà eu moins de 35 ans… ils sont maintenant plus SAGES pour la plupart. (sauf ceux qui appuient les boycotteurs !!)

Sans rancunes 🙂

La fracture générationnelle elle est dans le cerveau de J.-F. Lisée et d Eric Duhaime !!! Ya des vieux riches cons et des jeunes cons…héritiers des vieux riches cons !!! Qu on se le disent les personnes de plus de 55 ans ne sont pas tous des vieux imbéciles. Divisés pour mieux régner voila l adage de nos pseudo intellectuels !!!

… et nombre restreint de jeunes. Si on remplace les pourcentages par les nombres correspondant, on trouve un rapport de 2.5 à 1 en faveur du gouvernement:

1) 1 789 092 personnes ont de 18 à 34 ans au Québec:
– 708 818 ont de 18 à 24 ans. X 57 % = 404 026
-1 082 274 ont de 25 à 34 ans. X 50 % = 743 150.

2) 3 380 276 personnes ont de 35 à 64 ans. Il y a près de 2 fois plus de monde entre 35 et 64 ans qu’entre 18 et 34 ans:
-2 329 273 ont de 35 à 54 ans. X 51 % = 1 187 929.
– 1 051 003 ont de 55 à 64 ans. X 66 % = 693 662.

Donc 743 150 personnes de 18 à 35 ans supportent la position des leaders étudiants.

Mais 1 881 591 personnes de 35 à 64 ans supportent la position du gouvernement. Un rapport de 2,5 à 1!

Cette génération qui est défavorable , n’est-elle pas majoritairement celle qui a bénéficié des suites du rapport Parent? Les plus âgés d’entre eux( 64 ans) avaient 20 ans en 1967! Pourquoi ne veulent-ils pas pour les jeunes d’aujourd’hui et de demain ,ce à quoi ils ont eu droit eux-mêmes? J’ai 52 ans et je souhaite personnellement à tous les jeunes Québécois et Québécoises la gratuité scolaire ainsi qu’aux générations suivantes. Nous bénéficions tous d’une société instruite. Peut-être avons-nous intériorisé le discours de ceux qui nous méprisent et en sommes arrivés à vouloir notre propre déclin?

Une belle citation d’Alain Touraine pour nous donner un peu de recul.

« Nous savons bien qu’il existe des contraintes économiques et que les ressources distribuables ne peuvent pas s’élever indépendamment de la production et de la productivité. Mais cette conscience des contraintes économiques que nous avons acquise doit être complétée et rééquilibrée par une conscience également forte des demandes sociales, des nouvelles formes possibles et nécessaires de participation sociale et culturelle. Écarter, rejeter dans un statut d’infériorité vieux et jeunes est incompatible avec la démocratie, car celle-ci est malade quand une société se cache à elle-même une part importante de sa réalité. » (Touraine, 1986)

743 150 Québécois de 18 à 34 ans contre 1 881 591 Québécois de 35 à 64 ans: cause complètement perdue à l’avance pour les 18-34 ans. Vous ne faites tout simplement pas le poids.

@Jean Matte

« Ce qui est condamnable n’est pas le mouvement étudiant mais la manipulation de ceux-ci par un de leur groupe,la CLASSE qui n’est plus ni moins qu’un parti socialiste déguisé. »

Vous parlez au travers de votre chapeau. Vous ne connaissez absolument rien de la CLASSE. La CLASSE n’a aucun dirigeant, la CLASSE est composé uniquement de ces étudiants membres. La CLASSE carbure à la démocratie direct. Rien n’est décidé sans l’assentiment de ces membres.

Comment la CLASSE peut manipuler les étudiants, alors que les étudiants sont la CLASSE?

J’ai 47 ans. La tranche supposément la moins favorable aux étudiants. Pourtant, je pense sincèrement que le gouvernement devrait même jusqu’à proposer la gratuité scolaire. Et c’est très égoïste de ma part de le penser. Je m’explique : Quand je serai vieille et que j’aurai besoin qu’on s’occupe de moi, il n’y aura probablement pas assez de monde pour s’occuper des vieux. Il faudra que la technologie vienne à notre rescousse (tant médicale que mécanique ou électronique). Cependant, il faut développer des cerveaux pour les créer ces technologies. Ce n’est qu’en allant à l’université pour le plus grand nombre possible que la société continuera de fonctionner.

Les vieux se mettent à distance socialement des jeunes parce que ces derniers sont jeunes et loin de la mort. Une part d’irrationnel irradie donc ce résultat de sondage donc pas de développement de ce côté.

Ce qu’on peut reprocher aux jeunes et là espérons que le message va passer c’est de ne pas voter. Les jeunes doivent voter car autrement ils se feront rouler par l’État.

Un point capital sur la question des frais universitaires. Comment des étudiants peuvent être convaincus de la pertinence de cette augmentation lorsqu’ils sont témoins d’un gouvernement corrompu qui organise les contrats selon les intérêts qui comptent, qui créé ses structures d’enquêtes à reculons et sous supervision ce que l’opération de Mascouche d’aujourd’hui participe à ce calcul comme tout ce retard sur le déclenchement de la commission d’enquête sur la malversation dans la construction et les administrations municipales et à Québec.

Pourquoi les étudiants obéiraient à un gouvernement qui permet aux recteurs d’université de s’en mettre plein les poches donc ce fiasco financier celui de l’Uquam? Et la mise en route d’un plan Nord qui va gaspiller un milliard et plus de l’argent des contribuables pour créer des jobs pour des ressources non durables. Autre sujet choquant non?

La logique n’illumine pas le gouvernement Charest. Non, non et non.

Honorable #26
« Signé: un boomer qui désire inculquer aux jeunes le sens des responsabilités et du devoir. »

Vous pourriez peut-être leurs inculquer le courage, la capacité d’agir, la capacité de mener à terme ses rêves, la fierté, que sais-je???

Mais non… plus vous écrivez, plus vous vous enfoncez. Voilà que vous nous sortez les sornettes de la démographie « N’essayez même pas, vous êtes foutus d’avance » dites-vous?

Ce n’est pas parce que vous n’avez plus aucune ambition que les jeunes devraient vous écouter. je suis entièrement d’accord avec le texte de JMLéger: Ils sont rafraîchissants, ils sont vrais; ils s’impliquent. Écoutons-les maintenant!

« Les jeunes sont comme les vieux : ils ne voient que leur intérêt personnel. »

Pis entre les deux on s’en balance.

@ j.c.virgil

« Se prépare t-on à une euthanasie de masse à nos dépends parce que bientôt le système de santé dont on a chèrement payé la mise en place par nos impôts et qu’on paie encore à la retraite n’aura plus les moyens de nous garder vivants ? »

Probablement pas, mais il serait bon de commencer à nous acheter une bonne réserve de couches.

Faut pas oublier le « oeil pour oeil dent pour dent » on ne sais jamais. Une jambette faite au jeune en vaut peu être une au vieux qui l’a donné.

À l’âge ou je suis rendu j’ai été capable de me rendre compte que les conflits de générations sa marche des deux bords.

Erratum: 944 023 Québécois de 18 à 34 ans contre 1 881 591 Québécois de 35 à 64 ans: cause complètement perdue à l’avance pour les 18-34 ans. Vous ne faites tout simplement pas le poids.

944 023 Québécois de 18-34 ans supportent la position des leaders étudiants. Mais 1 881 591 Québécois de 35 à 64 ans supportent la position du gouvernement. Un rapport de 2.0 à 1!

706 818 Québécois ont de 18 à 24 ans. X 57 % = 402 886.
1 082 274 Québécois ont de 25 à 34 ans. X 50 % = 541 137.

Ceci corrige les coquille numériques des commentaires #40 et #37. L’essence et la conclusion sont demeurés inchangés.

À titre de réflexion…

Je me souviens que Maurice Duplessis avait, lui aussi, l’appui des 35 ans et plus, lorsque sa police matraquait les étudiants.
Est-ce l’histoire se répéterait???

Qui accepterait une hausse de 75%…et subirait son sort en silence??? QUI???

Je suis dégoûté de l’attitude de mépris de la part des Charest-Beauchamps…après 10 semaines de grève, même pas UNE seule rencontre.

Pendant que les libéraux laissent pourrir la situation, la main sur le coeur, ils font les vierges offencées face aux débordements estudiantins…
Le gouvernement, a lui aussi sa part de responsabilité…Jusques-a quant allez-vous les exacerber?..Les « niaiser »?

Il ne faut pas se surprendre de l’attitude superficiel de Charest…
Une vrai HONTE!!!
Ça sent la fin de régime!
ENFIN!

si je me souviens bien il donnent des millions aux dirrigeant d’univerité avec des retraites en or,,,,,on peut en donner aux etudiants plus je crois bien a vous

Ça devrait en faire sourire quelques-uns.

« C’est vrai, j’ai failli être psychothérapeute. J’ai aussi une formation en psychologie organisationnelle qui m’aide à cerner les dynamiques de groupe, à comprendre pourquoi une situation est dans une impasse et comment la dénouer. » – Line Beauchamp

http://fr.chatelaine.com/article/2192-line-beauchamp

l’idéologie néo (ultra) libérale a des armes de guerre puissante: la désinformation, la coupure dans l’éducation, la démagogie, etc…
bref: tout le contraire de ce qu’exige le bon fonctionnement des démocraties…
Une bonne chose, dans ce sombre portrait… la grève actuelle est un puissant antidote contre le sommeil des cerveaux…

Les vieux de cœur, ceux qui ont peur pour leur confort, ont la trouille que la vraie jeunesse, celle qui rêve, avance et va plus loin, obtienne ce à quoi ils ont eu droit. En fait, ils ont peur de se faire dépasser!

L’argent est bon serviteur, mais très mauvais maître…

En regardant le sondage, une question me vient à l’esprit: le mode d’information des groupes d’âge serait-il en cause? Les plus jeunes utilisent plus internet qui offre un choix plus varié d’opinions et de points de vue alors que le groupe de 55-64 ans utilisent généralement moins le Web et se renseigne auprès de la télévision et des journaux.

Dans les annees soixante-dix les vieux reactionaires refusaient souvent tout rapports avec les jeunes revolutionaires.Pas question de discuter avec les incences qu`etaient nos jeunes devenus vieux.Certains refusaient meme de louer a un jeune.On avaient appris a craindre la revendication sociale.
Il semble que la decolonisation soit comme une therapie.Il y a des rechutes.Bien entendu les questions d`opinions sur l`economie servent souvent a definir le raisonable.Le conditionnement aussi.
Je crois que le cas des vieux contemporains est moins desesperant qu`il ne l`a deja ete.Ils(nous)ont produit deux referendums,des conditions de vie meilleures avec lequelles ils(nous)se sont plantes faute d`avoir su quoi en faire.Ils(nous)apprenent ces jours-ci l`importance des nouvelles acquisitions en ce qui concerne le comportement humain.Ils sont potentiellement reveillables.On revient de loin.Ne renoncer pas nous y sommes presque.
Andre de Calgary.

@honorable

Je reconnais votre radottage creux habituel, vous pensez que a cause vous êtes plus nombreux vous pouvez imposer les des abérations, je béni le ciel que les boomers ne soit pas tous comme vous. Ceux que vous insulter sans arrêt sont ceux qui vont payer pour votre retraite. Vous êtes le portrait du boomer narcissique.

Dites Monsieur Lisée…vous seriez pas en train de nous dire que Éric Duhaime a raison avec son livre « L’État contre les jeunes » par hasard?

J’espère que marteau ira investiguer du côté des syndicats, et de l’influence indue qu’ils utilisent pour être parti prenante de contrat.
Le syndicalisme n’a pas sa place dans le mouvement étudiant, il est en train de cangrener le système.
Les syndicats ne représentent pas les intérêts de leurs membres mais bien les leurs. Comme en fait foi le mouvement étudiant est-ce qu’ils représententle point de vue de la majorité des membres qui eux sont contre le boycott?? NON
Le droit d’associaition est anti-démocratique. Il restreint le droit des individus de garder leurs droits de se représenter et donne a des groupe le pouvoir de faire valoir LEURS INTÉRÊRETS au lieu de ceux qu’ils sont PAYÉS pour représenter.
Les étudiants ET les travailleurs doivent récupérer leurs droits. Qui va représenter les droits de ceux qui sont POUR la hausse à la commission permanente des univiersités? Personne? Ça ne doit pas revenir a des association mais bien a des individus choisis au hasard comme un jury dans la population étudiante pour représenter les étudiants et non les associations.

Les gens âgés de 55 à 64 ans devraient s’informer un peu plus avant de se déclarer défavorables à la cause étudiante.

Moi j’en ai 75. Je trouve surprenant que les gens de mon âge ne soient pas inclus dans vos statistiques.

Je tiens à dire que je suis en faveur du mouvement étudiant depuis le début ( j’ai été marcher avec eux)et je condamne le gouvernement qui, au lieu de dialoguer avec les étudiants, essaye d’ameuter l’opinion publique, et surtout les vieux, dans l’espoir que les gens se retournent en masse contre les étudiants.

Une telle attitude est tout simplement révoltante.

Il y a une chose que je regrette c’est que nous les vieux nous ayons attendu que les étudiants prennent eux-mêmes en main la cause des frais de scolarité et tout ce qu’elle implique.

Normalement c’était à nous de voir à ce que les jeunes et tous ceux qui veulent étudier puissent le faire dans dans les meilleures conditions possibles.

C’était à nous d’y voir avant aujourd’hui en élisant des gouvernements responsables.

Nous n’avons pas assumé nos responsabilités.

Au moins, une fois l’erreur faite, nous devrions tous les appuyer, en particulier tous ceux qui ont profité du modèle québécois quand ils étaient jeunes.

Les vieux réveillez-vous. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Si j’étais encore jeune je serais du côté des étudiants. L’université gratuite, rien payer et un diplôme payant ensuite. Si j’étais jeune, je ne paierais pas encore d’impôts et je serais fier d’exiger qu’on m’écoute et qu’on me donne raison, moi futur médecin, avocat, comptable ou autre. N’étant plus jeune, payant des impôts, je sais que la gratuité coûte toujours très chère.

@honorable

Lions 13, Chrétiens 0. Faut-il s’en réjouir pour autant ? Commenter ce conflit comme un match de Hockey, quel cynisme !

@ Jeannot Charette no 51

Merci pour ce lien.

Ce qu’on y apprend me fait mieux comprendre pourquoi Line Beauchamp se comporte comme elle le fait.

Il y a un courant en psychologie qui consiste à développer des moyens de mieux manipuler les humains. Ça s’appelle le Human Engineering.

Les gens qui sont formés dans cette perspective-là n’ont plus comme souci d’essayer de mieux comprendre les autres dans l’espoir de les aider à surmonter leurs difficultés mais bien plutôt à les manipuler de telle sorte qu’ils en arrivent à se résigner à la réalité dans la quelle ils sont plongés.

Ils encouragent le conformisme et la soumission à l’autorité.

Et ils ont la prétention de penser que ce qu’ils font c’est «scientifique».

C’est comme les sondages. Ce qu’on dit être scientifique ne l’est pas toujours. Loin de là.

Le terme «scientifique» est souvent utilisé pour tenter d’impressionner le bon peuple.

Si c’est scientifique c’est donc vrai et incontestable, d’après eux. Rien de moins.

En tant que « vieux » ayant soi-disant profiter largement d’une situation supposémment enviable, j’ai bien de la difficulté à comprendre la véritable cause de cette révolte estudiantine printanière. Est-ce bien pour la valorisation de l’éducation supérieure et le renforcement de nos institutions de haut savoir, ou tout simplement, pour maintenir sinon geler pour l’éternité une situation financière et fiscale franchement déséquilibrée pour l’ensemble des québécois ?

Qui plus est, selon mon humble point de vue, comment comprendre et accepter quedes jeunes en situation d’apprentissage, oeuvrant dans un environnement quelque peu artificiel, pour ne pas dire plus, prétendent dicter à un gouvernement et à une société comment gérer les choses et comment se conduire; je trouve tout ça bien difficile à comprendre, et encore plus à intéger dans tout mon expérience de vie.

Je veux bien être ouvert, mais devant l’exagération à tout crin et les violences qu’on refuse de condamner, je décroche et je dis à ces jeunes : retourner en classe, et faite un véritable effort de réflexions, sinon vous aurez à supporter la responsabilité d’une session passablement ratée, et d’une augmentation substantielle de l’endettement d’une large partie des étudiants que vous prétendez représenter et dont vous souhaiter vouloir le plus grand bien.

on parle, on parle pour ne rien dire. que les étudiants descendent dans la rue pour le gaspillage des fonds publics passés et autres scandales, je les appuie et je marche même avec eux. L’énorme dette du Québec est là et il faut faire avec…toute génération confondue. Je m’oppose fermement au gel des frais de scolarité, on ne répare pas les erreurs du passé par d’autres erreurs. Les jeunes, qu’ils se le disent ils auront à mettre lamain dans leur poche tot ou tard. Si hausse était annulée comme le souhaite les jeunes se retrouverait à gonfler le déficit qui en a vraiment pas besoin. Et ce déficit qui va le payer…vous les jeunes. Pour le reste, les discours de justice sociale, est-ce qu’on peut se calmer un peu.

Plus on avance en âge, plus on se rend compte qu’on survit à bien des choses, des évènements dont on aurait jamais imaginer pouvoir passer à travers.

Je pense que le vrai guerrier, c’est celui ou celle qui reconnait la validité la cause pour laquelle il se bat tout en sachant que la victoire pourrait bien ne pas être au rendez-vous.

Ce n’est pas parce qu’on sait qu’une bataille n’aboutira pas à une victoire qu’elle ne mérite pas d’être menée. Avec l’âge on voit poindre de telles situations bien avant leurs conclusions. Mais très souvent les plus jeunes croient en la victoire et ils ont complètement raison. La justesse d’une bataille ne dépend pas de la possibilité de la victoire.

La justesse de la bataille est entièrement dépendante des principes qui la sous-tendent. En ce sens, c’est exactement le principe philosophique de la «révolte» de Camus comme seule réponse possible à l’absurdité de la vie. La révolte, philosophiquement parlant évidemment, devient la seule attitude de l’homme devant sa condition humaine. C’est ce qui fait sa grandeur.

Notre jeunesse est belle quand elle se bat pour des principes qui transcendent sa position personnelle, égoïste. N’oublions pas que les batailles syndicales qui ont civilisé les conditions de travail sauvages du début du XXème siècle ont coûté très chère à ces syndiquées. Leurs pertes financières pendant leurs grèves n’ont probablement jamais été récupérées. Elles ont essentiellement profité aux générations qui leur ont succédé. C’est le principe de la solidarité.

L’action des étudiants grévistes s’inscrit exactement dans cette même tradition. Alors où est la fracture générationnelle ?

À ce titre je la salue et je l’encourage.

«Nous avons une raison de vivre : apprendre, découvrir, être libres !»
[ Richard Bach ]

Que les 35-54 ans n’appuient pas la lutte étudiante ça ne me surprend pas, c’est une position idéologique (responsabilité individuelle) répandue dans cette génération, mais que les plus de 55 ans ne soient pas plus solidaires de ce combat, c’est honteux, incompréhensible, ça me décourage de lire une chose semblable.

Si à l’époque de l’homme des cavernes, il n’y avait eu que des conservateurs à tous crins, l’Homme ne serait jamais sorti des cavernes.

Si à l’époque de l’homme des cavernes, il n’y avait eu que des rêveurs utopistes, l’humanité aurait été complètement bouffée par les grands prédateurs comme les grands lions des cavernes par exemple du roman « Les Enfants de la Terre ». 😉

Nous devons accepter la présence des deux pôles qui assurent la survie en même temps que le progrès de l’humanité. Mais nous devons objectivement reconnaître que les progressistes finissent toujours par avoir raison. La preuve en est que nous sommes sortis de nos cavernes.

Il y a toujours eu une fracture générationnelle. Je me souviens d’avoir lu, il y a peut-être 40 ans, dans un journal une citation d’un auteur qui affirmait que la jeunesse n’avait plus les belles valeurs de leurs ainés. Elle voulait tout avoir dans le bec sans faire d’effort et gratuitement. Elle ne respectait plus les ainés, était impolie, etc., etc. Bref l’auteur se plaignait d’une situation à laquelle beaucoup de lecteurs dudit journal adhéraient et qui était tenue pour très actuelle concernant la déchéance de la jeunesse.

À la fin de la citation apparaissait le nom de l’auteur : Platon, si j’ai bonne mémoire.

Fracture générationnelle dites-vous ? N’est-ce pas là une constante avec laquelle nous devons composer ?

Benoit Carré
Laval

Je suis comptable et j’ai 34 ans. En cette période fiscale, je vois beaucoup de T4. J’ai l’opportunité de pouvoir comparer les revenus. Quand je vois une personne instruite (avec études postsecondaires) gagnant 40 000 $ brut auquel on soustrait des déductions salariales gouvernementales de près de 11 000 $, il reste 29 000 $. Avec cet argent net, la personne doit se loger, assurer son habitation, se mouvoir pour son travail et acheter sa nourriture. Il est bien rare la personne débourse moins de 1000 $ par mois pour se loger (assurance, électricité, téléphone et entretien des lieux inclus). Le prix d’une assurance medicament est de 585 $ (celle gouvernementale qui est bien de base). À cela, il faut ajouter la contribution à la santé de 200 $ par personne pour l’année 2012. Il ne faut pas oublier que cette personne doit se nourrir, a des besoins de fournitures qu’on retrouve dans les pharmacie (medicaments sans ordonnance, mouchoirs, etc). Il est logique que la nourriture et les produits de pharmacie coûte environ 500 $ par mois et ce, sans exagération. Pour se mouvoir, une personne économe prendra le transport en commun. Il faudra prévoir quelques imprévus où il devra utiliser un taxi. Cette dépense représente souvent 100 $ par mois. Si vous n’êtes pas servi pas un service de transport en commun et bien la note est beaucoup plus salée : essence, paiement de la voiture, assurance-voiture, immatriculation, entretien du véhicule. L’ensemble de ses dépenses varie entre 3000 $ et 6000 $ selon le km fait et on ne promène pas en mercedes…
Faite le calcul, il reste environ entre 4225 $ et 9000$ et cette personne n’a aucun luxe : pas de cellulaire, pas d’internet, pas de voyage, pas de sortie entre amis, pas de sport, pas de gym, pas de cigarettes, pas de boissons, pas de nouveau vêtements, pas de REER, pas de fonds au cas où il perdrait son emploi ou serait atteint d’une maladie, pas de femme de ménage, pas de restopas de rénovations dans sa maison, pas de coiffeuse ni esthéticienne, pas de soins médicaux (bien non l’assurance du gouvernement ne couvre pas cela).

0…0…0…0…0 luxe!!!

Ne me parlez pas de crédit de TPS et de crédit de solidarité car à 40 000 $, la personne gagne trop pour recevoir ces sommes.

Je comprends alors cette personne qui se demande comment survivre avec une hausse d’impôt.

Par chance, mon exemple n’a pas d’enfants……

J’ai 58 ans et je suis toujours solidaire des étudiants. C’est moi qui paie pour les études de mes enfants. Les frais d’étude post secondaire à faible cout est un choix de société. Nous l’avons fait comme société dans les années 60 avec le rapport Parent. Il existe toujours une disparité entre les anglo et les québécois : 15% des québécois sont diplomés alors que chez les anglos, c’est plus de 25%. C’est rendu qu’on engage des dirigeants unilingues anglos dans nos grandes sociétés de sorte que les subalternes doivent s’y mettre aussi. C’EST INACCEPTABLE!

Nous n’avons pas atteint l’objectif d’être MAÎTRE CHEZ NOUS. Il reste du travail et des jeunes a instruire et surtout des postes à conquérir. Nous n’avons pas les moyens de nous priver d’aucun cervau en imposant des factures qui peuvent avoir un effet dissuasif aux études supérieurs.

À 65 ans, il m’a toujours semblé être hors-d’ordre lorsqu’à cause de mon âge, je devrais me présenter comme étant une « baby boomer »(selon les normes sociales).
Non, non et non merci!

Je soutiens le « Carré Rouge » et je m’affiche ainsi: Je veux que la gratuité scolaire soit annoncée le plus tôt possible. Qu’on cesse de donner des contraventions aux étudiants alors que ces derniers utilisent leur droit de contester des politiques fondées entièrement sur le néo-libéralisme. Monsieur Charest, vous voulez mettre à genoux, des électeurs qui n’ont que faire de vos politiques gérées à la petite semaine.
Et, surtout, n’essayez pas de nous éblouir avec cette petite pêche de voyous (la construction) que nous attendons depuis bientôt 3 ans. Je trouve courageux, ces étudiants qui non pas de gardes du corps pour se protéger, encore moins la « Police » sur leur bord.

En tant que Baby Boomer, qui a profité d’une année d’études universitaires à $500,00 ( $2,225,00 en $ de 2012, selon le calculateur d’inflation de la Banque du Canada ), j’ai honte de ma génération. Cette génération revendicatrice, exigeante, créatrice est devenue la génération la plus conservatrice et égoiste qui soit.

Si les gouvernements du temps que nous étions étudiants nous avaient traités avec ce niveau de mépris, nous aurions fait plus qu’un peu de grabuge. Ma génération est celle qui s’attends à ce que les jeunes leur payent des rentes de vieillesse . Savez-vous quoi ? Dans 20 ans, quand ces jeunes prendront le pouvoir, ils feront quoi avec vos ( mes ) pensions, vous croyez ? Ils nous écouteront protester avec respect et un esprit ouvert. Comme visiblement, mes Baby Boomers ne comprennent que le langage e l’argent, c’est dans votre intérêt financier d’écouter les jeunes. Si j’avais sû que ma génération tournerait si mal, je ne me serais pas battu pour elle dans les années 70.

Quand même étonnant que les mêmes qui mettent en doute un vote démocratique (dictature de la majorité) vont du même souffle revenir avec la dictature de la majorité pour dire aux étudiants qu’ils devraient arrêter parce que leur cause n’est pas populaire!
Quand même curieux, je ne vois pas ces mêmes apôtres de l’ordre public talonner le gouvernement en place pour les cas patents de gaspillage qui équivaudraient facilement aux millions qui seront récoltés par la hausse. Au fait, comme je demeure près de l’intersection de la 15 et de la 640 paralysée depuis 2 ans, je me demande quand ils comptent reprendre ce monument à l’incompétence contractée à Simard-Beaudy, propriété de Tony Accurso…
Juste dans l’argent englouti là, c’est une hausse complète étudiante qu’on pourrait éviter. L’ilot voyageur, une autre hausse. Un CHUM terminé selon les plans originaux ou l’annulation des baisses d’impôts décrétées en pleine élection juste pour grappiller des votes… Voyez le principe?
Je ne dis pas qu’un gouvernement n’a pas droit à l’erreur. Je dis que ce gouvernement joue au rigoureux avec les étudiants alors qu’il est un cas patent d’incompétence. Curieusement, je ne voyais pas nos Ponce Pilate sermoneux talonner Jean Charest pendant toutes ces années.
Le « regardez-nous aller » de Bachand, l’avez-vous fait?
Mais bon, je sais que c’est moins punchy que de crier « socialiste! » en guise et lieu d’argument…

Avez-vous finis de brailler sur la cause du quart des étudiants. les trois quarts eux qui veuelent étudier et payer leur part (a nous faire payer a nous parents, c’est normal), EUX vous vous en foutez qu’ils perdent leur session? La justice c’est derespecter les droits et de ne pas brimer la majorité pour plaire a la minorité. Maudit québécois toujours près a plier l’échine devant les chialeux.

Je suis dans la tranche des +de 64 ans et je porte le carré rouge avec fierté !
Nicole J.F.

@Benoit Carré:

« Je n’ai plus aucun espoir pour l’avenir de notre pays si la jeunesse d’aujourd’hui prend le commandement demain, parce que cette jeunesse est insupportable, sans retenue, simplement terrible. »

Hésiode, 720 av. JC

Ça me fait peur de voir l’incapacité de ce gouvernement à assurer la paix sociale. Certains prétendent que c’est délibéré… Que cette polarisation de l’opinion publique est une stratégie pré-électorale. Ce serait d’un cynisme incroyable.

@ lagentefeminine

« Maudit québécois toujours près a plier l’échine devant les chialeux. »

Je crois que vous faites erreur. Les étudiants ne plient pas.

@ Nicole J. (# 78):

« Être socialiste à 20 ans, ça prouve que tu as du coeur; l’être encore passé 40 ans, ça prouve que t’as pas de tête. »

– Clémenceau

@lagentefeminine

Ce n’est pas parce que des étudiants ne sont pas en grève qu’ils approuvent la hausse pour autant.
La manœuvre est classique de la part des autorités: D’une part, faire peur aux contestataires en brandissant les conséquences d’une « révolte » (perte de session); conséquences dont sont pleinement conscients ceux qui votent pour ou contre les moyens de pression.
Puis, une fois qu’une majorité ait reculé devant les risques, prétendre que cette majorité « approuvent totalement » les décisions des autorités.

On nous a fait le coup avec les gaz de schiste, le Suroit, Rabaska, le mont Orford, la CEP sur la corruption, les budgets Bachand, etc.: On parlait toujours d’une minorité de contestataires, la majorité des « silencieux » (ceux qui ne se déplacent pas pour lutter) étant considérés comme « approuvant totalement » les décisions du gouvernement.

C’est classique et pathétique.

@ Youlle (# 82):

Pour UNE fois, vous avez raison: la vaste majorité des étudiants (75% nous dit-on…sans compter les victimes des révolutionnaires de salon que l’on empêche avec violnece d’entrer dans leurs universités pour…leur donner accès à leurs universités!!! cherchez l’erreur!) sont en classe et je les salue avec respect.

Bonjour, je suis étudiant en grève et, malgré la violence de la police, nous ne plierons pas. Leur violence ne fait que nous radicaliser et nous donne le goût de nous défendre encore plus.

Continuez à nous frapper et nous gazer comme si on étais de la vermine, vous ne faites qu’agraver la situation. Merci mme Beauchamp, vous avez fait de nous des radicaux. J’étais un pacifiste au début de la grève… plus maintenant.

Je regarde la statistique des 55 à 64 ans et je trouve leur cynisme et manque de solidarité révoltant. Dans 10 ou 15 ans, quand ceux que l’on aura endetté injustement par manque de vision et de solidarité seront au travail et au pouvoir, j’aimerais voir un vent d’individualisme souffler tellement fort, qu’ils décideront de couper drastiquement dans les pensions de vieillesse et la Régie des rentes et ce sera à leur tour de goûter à leur propre médecine.

J’aurai bientôt 59 ans. Jeune, j’adhérais à toutes les balivernes que les puissants colportent au sujet des prétendus bienfaits que la « main invisible » du marché est la seule à pouvoir générer. Avec l’âge, on apprend à penser. Ce que la main invisible sait le mieux faire, c’est de nous cross…r.
Aujourd’hui, je porte le carré rouge.

Lâchez-pas lesjeunes, vous vaincrez.

@malaf: la violence ne vient que de votre côté. Apprenez donc à boycotter vos cours sans empêcher ceux qui le veulent d’aller à leurs cours. Cessez donc d’être animé d’un esprit totalitaire.

Si vous laissiez étudier ceux qui veulent étudier, il n’y aurait nul besoin de policiers sur les campus.

Malheureusement, les policiers sont là pour vous rappeler que l’éducation, c’est important. Libre à vous de boycotter, mais laissez les autres étudier en paix.

Et lâchez-moi avec vos « votes majoritaires ». Cela n’a aucune pertinence. Même JF Lisée l’avoue:

“L’état du droit est clair: les associations étudiantes n’ont jamais eu le droit légal de faire appliquer à tous les étudiants les décisions prises par la majorité.” (Jean-François Lisée, 16 avril 2012 dans l’Actualité).

honorable

Quelle nullité dans vos propos. Quand il y a grève, on la respecte et on ne franchit pas les piquets de grève, sinon on jette de l’huile sur le feu et on fait monter la tension. Une grève est inutile si elle n’est pas respectée. C’est pour ces raisons qu’il y a une loi anti-scab au Québec : pour éviter la violence sur les piquets de grève.

Et puis tu peux parler de boycott tant que tu veux, le mot «grève» est utilisé depuis longtemps : va-t-on réécrire les livres d’histoire et parler de boycott étudiant de mai 68? Ridicule. Le mouvement étudiant est démocratique, alors que ceux qui sont contre la grève s’organisent et respectent la démocratie.

À ce que je sache, ceux qui étaient pour la grève et qui ont perdus leur vote respectent le verdict et assistent à leurs cours.

Respectez la démocratie, respectez les étudiants.

@ Honorable (commentaire #89)

Vous ne parviendrez jamais à faire des sages si vous ne faites d’abord des polissons.

Rousseau (Jean-Jacques), Émile ou De l’éducation.

@ Honorable (commentaire #89)

Il nous faut en riant instruire la jeunesse,
Reprendre ses défauts avec grande douceur,
Et du nom de vertu ne lui point faire peur.

Molière (Jean-Baptiste Poquelin, dit), L’École des maris, I, 2, Ariste.

@ Kevin
Vous parlez au travers de votre chapeau. Vous ne connaissez absolument rien de la CLASSE. La CLASSE n’a aucun dirigeant, la CLASSE est composé uniquement de ces étudiants membres. La CLASSE carbure à la démocratie direct. Rien n’est décidé sans l’assentiment de ces membres.

Relevez votre chapeau Kevin vous êtes dans la brume. Je ne fais pas mention de vos leaders mais de la pression que votre groupe exerce sur les deux autres soit la FEUQ et la FECQ. On a tous compris que quand en 2005, la FEUQ et la FECQ était allé négocier en votre absence que ca vous était rentré de travers dans la gorge. Ce que je vois et ce que j’entends en 2012 est un discours socialiste qui déborde du sujet en titre (je vous le rappelle) la HAUSSE DES FRAIS DE SCOLARITÉ. On voit votre porte-parole plus que Charest lui-même. Votre démocratie directe vous empêche d’avoir un leader que, s’il avait condamné la violence et l’intimidation,serait sûrement assis avec la FEUQ et la FECQ pour discuter et non pas manifester au Palais des Congrès et servir, une seconde fois, de paravent aux Black Blocs et aux casseurs qui, en passant, ne vous servent mais vous nuisent. Hat high to you gentleman …