Étudiants: Le médiateur rêvé ? Mitt Romney !

La question de l’aide financière aux étudiants est un des thèmes de la campagne présidentielle en cours aux États-Unis. Comme l’explique ici mon collègue blogueur Pierre Martin, le candidat républicain à la présidence a une politique étudiante qui se résume en un mot: « bonne chance » !

 

Laisser un commentaire

Même si elles ne vont pas dans le sens de la pensée de Mitt Romney,

je trouve excellentes et fort valables les idées émises par un colectif d’auteurs du CA de l’IPSO (Intellectuels Pour la Souveraineté) en faveur de la gratuité du système d’éducation québécois à tous les niveaux, incluant les études des niveaux supérieurs; publiée en page A9 du Devoir d’aujourd’hui, dans la section Idées :

http://www.ledevoir.com/societe/education/349074/et-la-richesse-sociale-du-diplome

Certain, tous les Américains vont avoir besoin d`une « bonne chance » au début de 2013, car les énormes coupures vont commencer à s`effectuer, que ça soit Obama ou Romney. Déficit et dette, oblige, c`est juste à cause des élections qu`Obama coupe nulle part présentement. Mais l`innévitable va arriver :

http://www.usdebtclock.org/

Bientôt, même scénario au Québec. Les étudiants peuvent bien demander la gratuité ou le gel, ils l`auront jamais. Les rêveurs peuvent continuer à pelleter des nuages.

« La richesse sociale du diplome »

Ça dépend dans quoi qu`on étudie. Les sciences sociales et humaines, ça sert pas à grand chose, à part alourdir la bureaucratie.

De plus, on manque plein de travailleurs qui crée de la vrai richesse dans plein de domaines. Et très très souuvent, pas de diplôme d`études supérieurs. Et souvent un sec. V, ça fait.

http://affaires.lapresse.ca/cv/201202/20/01-4497849-boom-de-lemploi-dans-le-grand-nord.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_cv_1476666_accueil_POS2

Ils me font rire le monde qui disent que la gratuité scolaire va amener de la richesse au Québec. On va voir des 5-6 ans au Cegep, pis des 8-10 ans à l`université, du monde qui tournent en rond au frais des autres. Tout ce qui est gratuit est abusé.

Et le Québec a les frais de scolarité post-secondaire les plus bas d`Amérique du Nord depuis fort longtemps, et on est loin d`être meilleur qu`ailleurs :

La dette la plus grosse au Canada
Des infrastructures en ruines
Le plus haut de syndicalisation d`Amérique du Nord
Un taux de chômage pratiquement toujours plus haut que dans le Canada
Un taux d`emploi faible
Un système de santé engorgé au possible
Un taux d`entreprenariat faible
Un taux de décrochage au secondaire incroyable
La plus grosse bureaucratie au Canada
Des fonds de pensions des villes et du gouvernement déficitaire
Des politiciens corrompus

Vous voyez, on est moins bon qu`ailleurs en ayant des frais de scolarité post-secondaire très bas. Et on va être meilleur avec la gratuité ou la continuité du gel, laissez moi rire HAHAHA !

Montrez-nous quelque chose qui n’a pas commencé par un rêve. Tout commence par un rêve.

Et c’est en rêvant qu’on finit par avoir le pays rêvé…

Ya seulement les drabes qui ne rêvent pas.

Tant pis pour eux. Après tout c’est leur choix. Et puis tiens, qu’ils contiuent de burjuter dans leur déprimante réalité…

@jackwood

« Ça dépend dans quoi qu`on étudie. Les sciences sociales et humaines, ça sert pas à grand chose, à part alourdir la bureaucratie. »

Vous en connaissez beaucoup de bureaucrates en science sociales et humaines?

« De plus, on manque plein de travailleurs qui crée de la vrai richesse dans plein de domaines. Et très très souuvent, pas de diplôme d`études supérieurs. Et souvent un sec. V, ça fait. »

S’il manque plein de travailleurs avec un secondaire V, pourquoi le taux de chômage dans ce groupe est-il de 2.5% plus élevé que celui de ceux détenant un DEC?

« Ils me font rire le monde qui disent que la gratuité scolaire va amener de la richesse au Québec. »
« On va voir des 5-6 ans au Cegep, pis des 8-10 ans à l`université, du monde qui tournent en rond au frais des autres. Tout ce qui est gratuit est abusé. ».

Le CEGEP est déjà gratuit! Pourquoi est-ce qu’il y aurait plus d’étudiants qui tourneraient en rond s’il n’y a aucun changement? Quel est le but de passer plus de temps à l’université s’il faut payer le loyer, se nourrir … et ne pas gagner d’argent? Quand j’étais aux études (1985-90), c’était mois de 300$/mois de droits que nous payions pour un nombre de crédits illimité. Est-ce que les étudiants trainaient à l’université?

« Et le Québec a les frais de scolarité post-secondaire les plus bas d`Amérique du Nord depuis fort longtemps, et on est loin d`être meilleur qu`ailleurs : »

Pourcentage de diplômés universitaires par groupe d’âge :
25-34 : 32.1%,
35-44 : 28.3%
45-54 : 22.4%
55-64 : 22.7%
65+ : 13.8%
En 1960, 3% des 20-24 ans francophones vont à l’université et 13% finissent leur sec. V.
La réforme Parent instaure la gratuité scolaire et la création des CEGEP au cours des années 60 (un étudiant de 20 en 1965 serait dans le groupe 65+).

« Vous voyez, on est moins bon qu`ailleurs en ayant des frais de scolarité post-secondaire très bas. Et on va être meilleur avec la gratuité ou la continuité du gel, laissez moi rire HAHAHA ! »

Votre solution est donc d’augmenter les droits pour qu’il y ait plus d’étudiants à l’université! Laissez-moi aussi rire HAHAHA!

« Le plus haut de syndicalisation d`Amérique du Nord »

Je suis surpris de voir cette affirmation parmi la liste des points « négatifs » du Québec (dont certains sont erronés soi-dit en passant).

Comme si la syndicalisation en soi était mauvaise (« Bonne nouvelle 1 000 travailleurs syndiqués sont mis à pied, donc le taux de syndicalisation diminue ! »)
Et sur l’idée que le taux de syndicalisation est proportionnel au taux de chômage ou inversement proportionnel est un argument de la propagande patronale* et est sans fondement.

*Dans les journaux d’affaires ds années 1970, un leitmotiv revenait continuellement: Il faut se débarrasser des syndicats parce qu’à cause d’eux, chaque fois que les dirigeants des CA se votent des augmentations de salaire, primes et bonus, les « maudits » syndicats réclament l’équivalent pour les travailleurs. Eh oui! La syndicalition est un instrument de limitation des inégalités sociales.

Par exemple, le taux de chômage, et encore plus de pauvreté, sont plus élevés aux États-Unis qu’au Québec.
Parmi les pays les plus syndiqués, on retrouve les pays scandinaves (encore eux!) où le taux de syndicalisation atteint 85%! Et ils sont plus compétitifs que les États-Unis, ont un taux de pauvreté et de criminalité beaucoup plus bas, tout en étant plus productif et ayant un meilleur équilibre budgétaire.

Lors de la crise de 2008-2009, l’un des rares pays à avoir créer des emplois (même la Chine en a perdu) et à avoir connu une croissance économique est le Brésil, dirigé par le syndicaliste Lula et alors même que le taux de syndicalisme était en croissance rapide.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de problème de gouvernance dans les syndicats (il y en a dans les gouvernements, les partis politiques, les municipalités, les grandes entreprises, les universités, etc.), mais seulement que le syndicalisme, en soi, est loin d’être une tare.

ADMIN: Après cet aparté, revenons s’il vous plaît au sujet principal du billet: éducation et États-Unis.

Exasperant!
Le sujet est pourtant l’un des plus sérieux jamais débattus au Québec depuis plus d’une décénie.
Que vient y faire ce Mitt? Sidéré de lire un faiseur d’opinion de la pointure de Lisée sur ce ton blagueur, s’agissant d’une question infiniment interpellante. Je m’attendais à ce qu’il enrichisse le débat, éclaire les illusions, etc.
Exasperant aussi de lire ces commentaires ditrayants, fixés tous sur le beure et l’argent.
Ca fait un siecle que nous baignons dans une même eau idéologique, libérale. Certes l’eau finit par devenir sale, impropre. Les jeunes doivent s’en inquiéter, ou alors ils ne meritent pas notre fierté. La hausse des frais est la pointe de l’iceberg. Les crises qui nous font tourner en rond depuis l’ère Lucien Bouchard sont symptomatiques de la crasse idéologico-organisationnelle de notre société. Et il ne s’agit pas seulement du Québec, mais la lumière part d’une étincelle pour diffuser sa clarité au delà de la vue.
Exasperant de voir le mutisme des pseudo-intellos, payés pour penser et éclairer la société. Ca fait partie du mal que cette crise doit mettre au grand jour.
Et ces médias de malheur, Dieu me garde d’en parle! Là est le vrai fond du problème.

À un niveau très globale, la morale protestante dit que la richesse, la santé etc. sont des récompenses que Dieu octroie à ceux qui le méritent. (sans doute des profs de philo de ce blogue pourront donner plus de précision.)

En ce sens Romney comme la plus grande part des républicains américains sont de cette fournée. Pourquoi aider les démunis puisque c’est Dieu qui les veut ainsi ? Ils ont donc dû pécher pour être dans cette situation. Alors la société n’a pas à se substituer à Dieu: ce serait un blasphème!

Le Québec, à cause de son histoire, la conquête l’ayant poussé à un réel isolationnisme encouragé également par le bas clergé, a sûrement été la nation la moins influencée par la morale protestante qui gangrène fortement la société étasunienne. Ce qui pourrait expliquer, au Québec particulièrement, notre plus forte tendance à encourager des mesures sociales plus importantes.

N’oublions pas que Harper mange à la même auge que Romney et que Charest est toujours, dans son ADN, un réel conservateur.

«La pensée idéologique est toujours contre quelqu’un. Elle est toujours un instrument de violence. Elle en est imprégnée, empoisonnée.»
[Francesco Alberoni]

Acurso a envoyé son médiateur, son ami Arsenault pour exiger des élections capitalisées sur la crise qu’ils ont créer avec les étudiants. Ils voulaient nous donner un gros show a Victo pour nous intimider. Comme Tathcher le disait si bien on ne doit JAMAIS céder devant le terrorisme.
Michel Arsenault en mène large, lui l’ami de Tony Arcurso est allé exiger des élections je te gage. La souverainté c’est la dictature syndicale et de leurs tinamis. Le droit d’exprimer nos opinions va disparaitre aussi vite que la montée dans les écoles de l’endoctrinement. De la censure et du dénigrement on va en voir de plus en plus. Ceux qui depuis le début refuse de voir l’implication des syndicats dans le conflit étudiants j’espère que vous commencez a vous réveiller. Les syndicats vont nous donner un gros show a Victoriaville pour nous montrer a nous être intelligent qui n’use pas de force physique pour r`gler des conflits qu’eux y ont recours pour nous intimider, mais dirons certainement que ce n’est pas eux, no même que ça ait été planifié organisé, la responsabilité de ces supposés mouvement spontanés dont la promotion a été faite, des invitations lancées sur RDI et des autobus retenues et payées en nombre suffisant pour tout le monde avec en parti l’argent des verts qui de plein droit devraient pouvoir suivre leurs cours, ces lignes de piquetage illégales et le non respect des lois qu’ils considèrent illégitime son inscrits dans nos lois démocratiques. J’espère que ceux qui se sont fait racontée de belles histoires syndicales et les étudiants qui croient qu’il sagit de leur volonté a eux et non d’une bras de fer pour servir les syndicats pour essayer de faire plier le gouvernement et exiger des élections. Il n’y a rien de démocratique dans ce mouvement, les étudiants ont étés instrumentalisés pour le pouvoir syndicale et l’arrivisme péquisse.
http://www.nonauxhausses.org/membres/

Les plus populaires