Étudiants: Le texte de l’entente

Mon collègue Antoine Robitaille a photographié et envoyé sur Twitter hier ces photos des pages 2 à 5 de l’entente. Les voici:

 

Les commentaires sont fermés.

Dommage que pour en arriver à une négociation réelle et à une proposition d’entente jugée acceptable par les deux parties, il ait fallu se rendre aussi loin dans la désintégration du climant entre notre jeunesse et le gouvernement. Au delà de la sortie de crise potentielle, je retiendrai que M Charest a fait passer son intérêt, sa remontée dans les sondages, le pouvoir avant notre réelle ressource première; notre jeunesse. Je suis mère de collégien et d’universitaire…je n’accepterai jamais que les autorités dites responsables aient pu se fermer et faire la sourde oreille à ce point, aussi longtemps…le temps de blesser à vie des membres de notre belle jeunesse. Vous finirez bien par passer M Charest, du moins, je le souhaite ardemment…mais dans l’histoire, votre entêtement et ses conséquences demeurera…

Normalement en droit du travail ou des affaires, on parle d’offres tant qu’il n’y a pas d’entente. Hors les parties ici sont le gouvernement et les étudiants regroupés en 3 ou 4 associations. Les porte-paroles étudiants n’ont pas de chèque en blanc pour accepter une offre. Pourquoi alors insister d’appeler ça une entente, sinon pour jouer le jeu de la stratégie de communication de Charest?

Quel entetement ce gouvernement- mpeme pas capable de faires des coupures lui-même et obligé de faire faire le travail par les membres désignés – c’est d ‘accoucher d’une souris –

Faudrait voir les abus dans les commissions scolaires.

Si mon interprétation est bonne, les étudiants ne sont pas si gagnant que ça avec cette entente.

En effet, selon le texte, l’argent sauvé pourrait seulement s’appliquer à une diminution des FIO. Ces FIO atteignent quelque chose comme 600$, selon les universités. Si les FIO sont complètement éliminés (ce qu’on peut douter), il y aura tout de même une hausse de 1100$.

La rumeur circule que lors de la table de négociations, il y avait eu entente pour qu’une diminution des frais de scolarité soit possible, advenant le cas où la totalité des FIO était éliminée. Sauf que sur papier, ce n’est pas ce qui est écrit et, après 22h de négociations, les représentants étudiants ne l’auraient pas remarqué. Notez qu’au moment de la signature, les représentants syndicales, qui ont de l’expérience, n’étaient plus présents…

Il faut aussi noter qu’au sein du conseil provisoire, les étudiants et les syndicats représentent une minorité. C’est donc dire que les étudiants ne pourront pas facilement faire passer leurs revendications, ils auront des bâtons dans les roues.

On parle donc ici d’une diminution maximale de 600$, mais dans la réalité, la diminution pourrait être encore plus faible.

Bref, c’est l’interprétation que j’en fait, je peux me tromper. Mais j’ai l’impression que cette offre est bien moins rose qu’on pourrait l’imaginer. Pour bien se prononcer, les étudiants auront besoin de beaucoup plus d’informations et de précisions pour faire une décision éclairée, j’espère qu’elles seront fournies à temps.

Les étudiants ont marqué plusieurs points. Dommage qu’il ait fallu pour cela que plusieurs d’entre eux aient été blessés, certains gravement, et que près de mille cinq cents d’entre eux aient été arrêtés. Cette crise aurait pu durer beaucoup moins longtemps. Elle aura eu le mérite de solidariser de larges pans de la société.

Entièrement d’accord avec vous, Mme Legault. J’ai vraiment eu un haut le coeur quand j’ai vu John James Charest, au Palais des Congrès (et entre deux farces plates à ses chums de la Chambre de Commerce) venir dire, sans sourciller : «Nous avons toujours été ouverts à la discussion… depuis le début!» Foutaise! Et pourquoi aura-t-il fallu attendre 12 semaines pour qu’il découvre comment on fait pour convoquer les parties à des discussions? Pourquoi aura-t-il fallu attendre presque deux ans pour qu’il découvre comment on met en place une enquête publique sur la corruption? Ce n’est pas de procrastination que souffre John James et son entourage, c’est de machiavélisme chronique, de bas calculs stratégiques et opportunistes, symptôme de toute la crasse qui se cache derrière cette volonté du «pouvoir» à tout prix… Et le bien commun dans tout ça?

Je partage l’opinion de Madame Sylvie Legault complètement.

Il y a plusieurs jeunes qui verront leur vie complètement chambardée par les blessures sérieuses qu’ils ont reçues des policiers qui devraient protéger la population. Mais combien de dizaine de milliers d’étudiants ayant vécu les charges de l’anti-émeute, les coups de matraque donnés aux citoyens de tous âges et le sang pissant des blessures, combien donc en ressortiront avec un stress post-traumatique?
Combien en seront marqués pour la vie et surtout surtout, combien en ressortirant avec une colère sourde.

M. Charest s’en fout probablement mais il a réveillé chez ces jeunes, chez nos enfants, une colère saine et une critique active face à ceux qui prétendent nous gouverner.

Il a réveillé chez nos futures générations une solidarité, un esprit de communauté qui ne leur fera plus jamais défaut et qui définira le futur du Québec de maniére inaltérable.

Je suis fière de nos enfants, de nos petits-enfants. Qui nous donnent une belle leçon. Bravo.

Regardez la composition du comité provisoire…Et regardez les commentaires de la Ministre Beauchamp qui parle de si des montants sont dégagés…Seule une élection pourra faire changer la hausse qui devient réelle a partir de la signature de cette entente…

Notez que ceci n’est qu’un proposition d’entente qui dois être acceptée en assemblée générale par les associations étudiantes locales de chaque association nationale!

Je suis étudiant membre de l’AFEA. et cette entente je ne vais pas la ratifier! Nous ne risquons pas notre santé pour si peu et si vague!! Surtout venant d’un gouvernement ayant fait preuve d’une si mauvaise foi!

Créer une commission oui; mais pas désignée en majorité par le ministère!

Qui vivra verra!

Mais où étaient les recteurs au cours de ses dernières semaines de « bashing ». Aucune réaction ! Robert Lacroix me manque.

Pire, les étudiants se sont fait avoir comme des novices, l’entente a été changée à la dernière minute pour finalement ne prendre en compte que les FIO (environ 500$). Ce gouvernement est répugnant dans sa manière d’agir et a prouvé à maintes reprise qu’il était prêt à atomiser le tissu social québécois pour parvenir à ses fins.

Je suis étonnée ! Pourquoi 2 représentants du milieux des affaires ??? Et pourquoi pas des représentants des citoyens ou de la communauté ?

Crise incroyablement mal gérée par le gouv Charest. Gouvernement incompétent dès qu’il est question de traiter avec la population.

Le gouvernement a bien manœuvré. Si les étudiants acceptent ça, ils acceptent le principe de la hausse des frais de scolarité. Après en avoir entendu plusieurs dire que c’était pas seulement une question de sous, mais avant tout de principes, j’ai hâte de voir ce qu’ils vont voter.

En plus, la réduction de facture de la session d’automne est seulement « une mesure temporaire ». Si les économies ne sont pas au rendez-vous, la facture sera envoyée aux étudiants…

Après relecture, je n’aime pas ce que j’ai écrit. « … Bien manœuvré » pourrait donner l’impression que j’approuve ce que le gouvernement a fait. J’apprécie mais je désapprouve.

10 représentants du coté du ministre et 8 du coté étudiants, cette rerpésentationce avantage le gouvernement… c’est pour cela qu’il y aura 2 personnes des afffaires! ( amis du Gouvernememnt…)

En fait, les étudiants n’ont gagné que le droit de faire leurs preuves au chapitre d’une gestion différente des universités, qui permettrait de diminuer les frais afférents. De plus cette démonstration risque de se changer en un bras de fer puisque la répartition des invités à ce Conseil provisoire laisse peu de place à des représentants neutres dans ce débat. C’est bien peu… Comme le faisait remarquer Mme Morache dans son commentaire: » Pourquoi 2 représentants du milieux des affaires ??? Et pourquoi pas des représentants des citoyens ou de la communauté ».

Je viens de vérifier sur ma facture, et mes frais afférents (à l’université laval) sont de 141$ par session, et j’ai également vérifié dans le Réglement sur les frais d’admission et d’inscription, c’est le montant maximal par session pour cette université. Donc, même si de l’argent est récupéré dans la mauvaise gestion, comme les frais afférents sont réglementés, mes frais ne seront diminués que de 280$ par an maximum. Donc dès l’an prochain, la hausse surpasse ce qui me sera enlevé en frais afférents…Dans 7 ans, les étudiants de mon université seront perdant de 1400$?

Le conseil proposé ne sera pas paritaire. Il sera constitué de:
* 6 recteurs + 2 du milieu des affaires désignés par la ministre + 1 de la fédé des CEGEPS + 1 du MELS + 1 représentant de la ministre = 11 représentantes (ts)

* 4 représentants étudiants + 4 représentants syndicaux = 8 représentantes (ts)

Les dés sont pipés d’avance. J’appelle ça mettre en place un conseil qui fera passer tout ce que la ministre veut comme augmentation des frais de scolarité.

C’est une guerre de mots vides de sens.

Je lis ça et ce comité « provisoire » n’a pour seul mandat que de faire une analyse et des recommandations en vue d’un comité « officiel », et on sait ce que ça donne en général ce genre de tactique.

Ils ont raison les jeunes d’être en beau joual vert et j’espère qu’ils vont voter contre.

Ce antente peu finir la greve etudiante mais on va
certainement nous rappeller a l’election prochaine~

Ai-je mal compris ou est-ce que la question des salaires excessifs des recteurs (etc.) n’est pas touché par ce conseil provisoire?

J’appuie la préoccupation précédente: 2 représentants du milieu des affaires. Les proportions des représentants me paraissent inquiétants.

À première vue, rien de réjouissant la dedans. La répartition des postes occupés au conseil provisoire est à l’avantage du gouvernement.Un montant de 125.00 soustrait temporairement jusqu’à la fin de 2012 dans l’espoir d’une entente sur un model de gestion où tous s’entendent, peut-on y croire? On sait tous qu’il recevront des miettes.Les centrales syndicales n’ont pas insisté plus qu’il le faut.

Bien beau le principe de regarder comment on gère, encore faut-il que l’exercice en vaille la peine et qu’un résultat soit tangible .Imposer le fardeau, à ce conseil provisoire, de faire la démonstration du comment on gère enlève à ce gouvernement cette tache qui normalement lui incombe.

Le monde se raconte des belles histoires et y croient.
Ce conflit a été initié par les syndicats, ils l’ont dit hier que ça fait presque 2 ans qu’ils travaillent avec les représentants des étudiants a cet effet. Les syndicats ont créé une crise pour faire plier le gouvernement et ils ont réussi. Arsenault a pris le micro en se gonflant le trose tellement il pavoisait. Si vous ne savez pas lire un contrat relisez de nouveau. Ce sont les syndicats et les étudiants qui vont décider des budgets des universités. Le bout de la M. Les étudiants n’ont jamais compris qu’ils ont été instrumentalisés par les syndicats et malheurreusement la majorité des partisipan de ce blogue qu’on croirait critique n’y ont rien compris. Pathétique, on a beau augmenter le financement d’un côté les syndicats vont s’arranger pour qu’il aillent en bonbons pour les syndiqués au lieu d’aller dans des équipements de qualité. S’ils peuvent fermer les laboratoires pour mettre plusd e prof de philo voilà ce qu’ils vont faire. Regarder quels sont les programmes offert dans les universités du québec, des programmes de futurs fonfons. Mais pour ce qui est de répondre aux besoins du développement de notre économie, des scientifiques, des ingénieurs pour exploiter et transformer nos ressources eux les fonfons et les syndicats y en ont rien a foutre. A moins bine sur de tout nationaliser ce qui veut dire que plus rien ne serait rentable et efficace.Pathétique. Ils ont essayés de prétendre que les libéraux avaient des visés électoralistes alors que ça a été décidé depuis plus de 18mois et qu’il reste 18mois au mandat, en réalité ce sont eux qui l’ont créé et ce pour avoir des élections l’obcession d’un plan machiavélique qui par une gang de rêveur ne savent pas développer de la richesse mais seulement créer des dépenses gouvernementales. Ils croient qu’on est riche parce qu’on a des ressources mais sont prêt vendre la vache a lait pour continuer de consommer des services a crédit. LE MUR.
Pour ceux qui n’ont pas compris que c’est GBD en étant entêté qui tenaient les autres représentants étudiants par les couilles parce qu’ils est l’émule d’Arsenault qui lui veut coute que coute ravoir le placement syndical. C’est assez pour lui souhaiter le pire après ce qu’il a fait a nos enfants. Espérons que la vie est juste et que l’effet de boomrang lui reviendra.

« Ce n’est qu’un début continuons le combat! » bis et rebis, ad libitum. 😉

Plus sérieusement je pense que cette crise, indépendamment de la volonté de ses principaux acteurs, devait se régler, ne serait que pour la session des étudiants en grève puisse se terminer avant juillet, dans leur propre intérêt et dans celui de la société québécoise en général.

Si les chefs des trois centrales syndicales étaient présents à cette rencontre au sommet, ce n’est pas pour rien. C’était notamment pour faire comprendre aux leaders étudiants la différence entre le monde des idées et le monde sensible (Platon). Et cela a marché. Cette entente est dans l’immédiat bonne pour les étudiants, qui notamment et pour la première fois dans l’histoire, auront un pouvoir effectif de décision sur la gestion des fonds publics par les administrations universitaires.

Continuer le combat certes, mais dans l’immédiat sauver des carrières et des projets de vie aussi.

Et c’était ma réflexion philosophique sur cette entente.

@ Sébastien,

Je suis entièrement de votre avis.

J’espère qu’on donnera au PQ un votre clairement majoritaire dès la prochaine élection, et qu’on fera disparaître à jamais Jean Charest, son équipe gouvernementale et ses députés de la scène électorale du Québec.

La Ministre invite les affaires dans notre éducation. L’on voit bien qu’il en a toujours été ainsi avec ce gouvernement.

C’est le procès verbal que nous voulons lire

Surtout les bouts où le gouvernement demande de parler seul à seul avec un représentant d’association étudiantes à la fois.

J’espère que les étudiants vont tous travailler fort pour favoriser l’élection du PQ, qui seul peut leur donner des conditions financièrement vivables et les motiver à poursuivre et réussir leurs études sans qu’ils doivent s’endetter lourdement avant même de commencer à vivre leur vie d’adultes.

Le gouvcernement actuel est de mauvaise foi et ne leur propose que des simulacres d’entente. Il n’y a rien à faire de moindrement valable avec ce gouvernement

Madame Beauchamp a sauvé sa face, mais les étudiants se souviendront. Il ne faut pas oublier les dommages coalatéraux de ce conflit. Les jeunes étudiants ont assez donné, maintenant c’est à notre tour de conclure lors des prochaines élections.

@Claude Pelletier (#32):

Quel est la position du PQ au juste?

Est-ce qu’ils appuient un gel ou la gratuité?