Sondage: Conservateurs du Québec: 1/3 pas chauds à Harper majoritaire

Voilà un des résultats les plus intrigants du sondage L’actualité/CROP réalisé à la mi-juin pour tester, à froid, les humeurs de l’électorat québécois sur leur vote fédéral du 2 mai.

Nous avons demandé à chacun s’il jugeait que l’élection d’un gouvernement Harper majoritaire était une bonne ou une mauvaise chose pour le Québec.

Surprise: 8% des électeurs conservateurs jugent que c’est « une mauvaise chose » et 24% ne savent pas quoi en penser !!! (Heureusement, il y a 68% des électeurs conservateurs qui sont contents du résultat.)

Voyez le tableau:

Stephen Harper dirige maintenant, pour 4 ans, un gouvernement majoritaire. Diriez-vous que ce résultat est pour le Québec…
Tous Francos Électeurs conservateurs
Une bonne chose

26%

23% 68%
Une mauvaise chose

59%

62%

8%

Notons que le gouvernement Harper se heurte à un « noyau dur » de mécontents de 30% considérant que son élection est une « très mauvaise chose ».

Cependant, tout n’est pas noir pour les troupes de Stephen Harper. Alors que seulement 16,5% des Québécois ont appuyé son parti le 2 mai, ils sont aujourd’hui  26%, à juger que l’élection de son  gouvernement majoritaire est une « bonne chose ».

Ce n’est pas le pactole, mais c’est un progrès.

Demain: Une larme pour le Bloc ?

Résultats et analyses dans la version magazine de L’actualité, en kiosque.

————

La collecte de données en ligne s’est déroulée du 15 au 20 juin 2011(soit en pleine crise du PQ) par le biais d’un panel web par la firme CROP. Un total de 1 000 questionnaires ont été complétés. Compte tenu du caractère non probabiliste de l’échantillon, le calcul de la marge d’erreur ne s’applique pas.

Les commentaires sont fermés.

Prendre du recul a toujours du bon dans l’analyse de résultats comme ceux du 2 mai.

J’ai l’impression que les électeurs pensent qu’ils ont élu les Conservateurs de Mulroney. Euh, est-ce qu’on a des nouvelles pour eux?

Tout couper sans augmenter les transferts aux provinces : c’est certain que Harper va ramener l’équilibre budgétaire; mais à quel prix.

Cependant, le Québec a voté contre cette idéologie conservatrice. Nous sommes toujours sociaux-démocrates. À voir un tel clivage, le moment est parfait pour la souveraineté :
http://marilenepilon.wordpress.com/2011/07/06/lorsquune-societe-se-cherche/

À quoi servent ces sondages post électoraux si ce n’est de procurer une plus value aux gagnants de l’élection au Québec notamment le NPD et le PC pour le Canada!

Les gens en plein été sont du côté des gagnants pendant le BBQ.

Faudrait peut-être verser une larme pour les sinistrés de la Montérégie. À voir la façon dont Harper a considéré la chose, il aurait valu mieux qu’il demeure dans son bureau à écrire son livre sur le hockey! C’est l’un des Premier-Ministres du Canada qui a le moins de respect pour la misère humaine. Il a le rôle du mauvais riche dans la parabole de l’Évangile.

-Alors que seulement 16,5% des Québécois ont appuyé son parti (PC) le 2 mai, ils sont aujourd’hui 26%, à juger que l’élection de son gouvernement majoritaire est une « bonne chose ».-

C’est ce qu’on appelle la plus value électorale de l’après élection. Les bloquistes et les libéraux devraient connaître des chiffres encore plus mauvais que le 2 mai.

Certes et puis après! 38% des Québécois n’ont pas votés le 2 mai ni pour le NPD ni pour le BQ, le PC et le PLC. En juillet, ce sondage nous apprendra quoi?

Nos compatriotes, Québécois anglophones, semblent nous ressembler sur ce sujet du mauvais amour que nous portons à M. Harper et ses joyeux Conservateurs, ce qui me semble assez surprenant, vu que les Anglos des autres provinces, l’ont élu majoritairement; Est-ce que nous aurions déteint sur nos Anglos québécois ?

Bonsoir,
Les nationalistes québécois n’ont surtout pas à rechigner contre le gouvernement de Monsieur Steven Harper qui les a comblés de bonheur en les reconnaissant, en approuvant cette vieille supplication des nationalistes de faire que le Québec soit la nation des nationalistes québécois pure laine dans un Canada UNI. Même que le Sauveur Suprême, le valeureux Monsieur Gilles Duceppe a opiné du bonnet en acceptant le tout quoique en ayant les oreilles molles. Et le Bloc Québécois itou dans la langue de Bergeron ! Les Conservateurs devraient se réjouir car leur parti a toujours été bon avec les nationalistes québécois en étant décentralisateur comme eux, ce quoi partout sur la Planète est considéré comme une mesure de droite et même d’extrême droite en affaiblissant l’État Central. Que l’on se le dise sans ambages une fois pour toutes….. Bien à vous, John Bull.

Une larme pour le Bloc ?

Moi je verserais plutôt une ondée de larmes pour la démocratie perdue et notre force de représentation mis entre les mains d’un troisième parti fédéraleux.

Sans compter que le jus d’orange, ça tache, et que c’est dur à nettoyer.

Il me semble que ça veut juste dire que beaucoup de qubécois ont voté stratégiquement, même les conservateurs.

Voyons les choses à la façon d’un nationaliste amateur de Machiavel …

Pour ce nationaliste québécois, le programme du PCC ça implique:

* Couper les impôts: ok pour le Qc, on récupère l’assiette fiscale et on devient plus autonome.

* Décentralisation, coupures de programmes: ok pour le qc, on reprend les programmes qui nous intéressent et on devient plus autonome. Sans oublier le tollé médiatique, les OSBL qui pleurent à la tivi, etc … une belle grande publicité nationaliste gratuite.

* Coupures dans la culture: ok pour les nationalistes. Ça nous met en @#[email protected]#$ envers le ROC. Ça aide dans les sondages pour la souverainneté. Les artistes monent au front, c’est dramatique et ça passe aux nouvelles. C’est Pauline qui serait contente d’un pareil coup de pouce.

* Questions morales: une autre bonne raison d’appuyer la création d’un État souverain. Ça montre le fossé entre les cultures, ça favorise le sentiment nationaliste. Imaginons qu’ils rendent l’avortement illégal. Ohh le beau coup de pouce à l’appui indépendantiste! Un cadeau du ciel.

* Positions sur l’environnement: encore une fois, ça démontre la différence de culture. Ça ne peut qu’être bon pour la souveraineté et nous dégouter du Canada.

* Position sur l’armée: encore une fois, fossé entre l’opinion des québécois et le ROC. Ça attise le nationalisme.

* Armes à feu, jeunes contrevenants, distinction entre le religieux et l’État, etc … autant de sujets où nous nous distinguons du ROC et de l’ouest du pays plus particulièrement.

Bref, je n’ai jamais vraiment compris pourquoi le BQ tappait autant sur le clou des conservateurs alors que ces mêmes conservateurs justifiaient, en quelque sorte, son existance politique. Les libéraux et le NDP, deux partis centralisateurs et relativement plus à gauche étaient les ennemis à abattre du point de vue nationaliste.

Les quelques 10% des Québécois qui n’ont pas voté Conservateurs aux dernières élections et qui trouvent que la majorité conservatrice est une bonne chose sont probablement juste rassurés de savoir qu’il n’y aura pas une autre élection dans 6 mois (ce qui aurait été possible en cas de gouvernement minoritaire, avec l’entêtement des libéraux à ne pas s’allier avec le NPD), ce n’est pas nécessairement une hausse des appuis aux Conservateurs…

Bonjour,
Est ce que la confusion légendaire des nationalistes québécois aurait aussi contaminé une grande partie de ceux qui votèrent Conservateurs le 2 de Mai 2011? Probablement car depuis les touts débuts du défunt Bloc Québécois, ceux ci oont toujours été les alliés objectifs des Conservateurs en appuyant sans aucune gêne ni réserve toutes les mesures conservatrices jusqu’en 2004, et même l’adoption du dollar américain mainte et mainte fois proposé à la Chambre des Communes par nos amis du défunt Bloc Québécois. Afin de mystifier les nationalistes québécois et que perdure leur confusion légendaire, sous l’oeil bienveillant des Conservateurs, le défunt Bloc Québécois mettait le flasher à gauche de temps en temps pour mieux tourner à droite, ce qui permettait de jouer sur les deux tableaux sous les regards béats de nos amis les nationalistes dont la fin justifiait toujours les moyens jusqu’à plus soif, ce qui fit que le Morceau de Bloc restant a vécu un déculottage en règle le 2 de Mai. Fini les folies et le taponnage à Ottawa ! Bien à vous, John Bull.

Ce qui est fabuleux avec les fédéralistes conservateurs, c’est qu’ils préfèrent n’importe quelle dérive à toute idée progressiste qui émane de la pensée socio-démocrate.

Lorsque l’idéologie rend bête au point de remiser l’intelligence et le jugement au placard.

Le PQ de droite que l’on a actuellement, c’est de la fausse monnaie.

Demander à ce PQ de défendre les valeurs de centre-gauche des Québécois, c’est un peu demander au renard de défendre le poulailler.

Compte tenu de ce qui était offert aux électeurs lors de la dernière élection et au regard de la bêtise des Québécois d’avoir voté en masse pour des quidams, des deux-d’pique néodémocrates… ch’sus pas surpris du résultat du sondage. Je crois qu’on fait la définition du marasme politique.

Quand un parti insulte l’intelligence de ses électeurs, ce n’est pas surprenant qu’il se retrouve là. Franchement, le slogan « le pouvoir aux régions » prenait vraiment les gens pour des colons. Vous pensez qu’on avalerait qu’il faut voter du « bon bord »? Les gens en régions éloignée voient tous les jours que ça donne rien sauf pour quelques copains du régime.
Et passons sur ces publicités si terrrrrribles pour tenter de faire avaler une coalition inexistante. On a vécu tellement de campagnes de peur (l’incertitude! le trou noir! la question pas claire! La dictature s’en vient!) qu’on est rendu immunisé. Et il y a la malhonnêteé pas subtile: ça paraît mal. Pendant le débat des chefs, Ignatieff parle puis Harper, tout de suite après, reprend ses propos en les déformant pour leur faire dire ce qu’il n’a pas dit! Youhou! Tu penses qu’on ne l’a pas entendu? Il vient juste de parler! Tu penses faire croire quoi à qui?
Je l’Ai écouté une bonne demie-heure. À chaque phrase, je pouvais dire « Là, il a menti. Là, il déforme ce qui s’est passé… » Et comme je ne me considère pas comme un génie, un paquet de gens ont dû se dire la même chose.
Je comprends que la partisannerie en campagne force toujours un peu à faire ce genre de chose. Mais quand tu mens de façon trop évidente, ça enveloppe tout ce que tu diras par la suite d’une aura de fourberie. Vient un temps où les gens ne t’écoutent même plus.

Est-ce que l’on pourrait appeler ça «un effet lune de miel»?

De toute façon, la lune de miel c’est tout comme un coup de foudre ou un feu de paille, ça fait un temps…

Et le temps fera bien son oeuvre. Quatre ans avec eux, ça sera plus long que cela n’y parait.

Encore un sondage en ligne…

« Compte tenu du caractère non probabiliste de l’échantillon, le calcul de la marge d’erreur ne s’applique pas. »

Qu’est-ce que nous pouvons dire à propos de chiffres dont nous connaissons pas la marge d’erreur? En science, rien.

Christian

« et au regard de la bêtise des Québécois d’avoir voté en masse pour des quidams, des deux-d’pique néodémocrates »-Jean Rêve

C’est le meilleur coup que les Quebecois pouvaient faire. D’une part, ils se sont debarasses du bloc qui n’a rien fait en 20 ans, et de l’autre, ils sont en position de force lorsqu’un alternative aux conservateurs fera immanquablement surface au Canada aux prochaines elections federales.

Les Quebecois n’ont jamais ete aussi bien positionnés pour debarquer les conservateurs aux prochaines elections, ce que n’aurait jamais pu accomplir le defunt bloc.

Votre PQ de droite, c’est du « toc » : Faux souverainistes, faux défenseurs de la « social-démocratie », fausse barbe et quoi d’autres encore. Ce serait peut-être le temps que « Ma Dalton » (Maman Dalton) renonce à son déguisement de souverainiste.

Évidemment, lorsque « Ma Dalton » crie : « Couché Rantanplan ! « ,tous les « Rantanplan » vont se coucher.

Aussi, le p’tit à Québec, qui ronchonne tout le temps, cherchant constamment la bagarre, et qui donne l’impression de toujours répéter : « Je hais Lucky Luke, je hais Lucky Luke… », un peu comme certains répètent : Je hais le Canada, je hais le Canada… », n’est-il pas un peu « Joe Dalton » ?

Jean Rêve (no 13), les Québécois ont peut-être été plus intelligents que vous le pensez. Ils en ont assez de toujours « se faire avoir » par les Dalton du Québec.

Si le PQ n’est pas l’ami des souverainistes convaincus, s’il n’est pas l’ami des fédéralistes, s’il n’est pas l’ami de la gauche, que lui reste-t-il comme amis à ce parti ?

Les péquistes, on ne peut pas se fier à eux pour défendre la gauche, non plus pour défendre la souveraineté du Québec, et même pas pour défendre le fédéralisme. Le PQ se disqualifie pour tout en courant trop de lièvres à la fois.

Quel PQ de droite?

Je ne vois pas tellement de droite au PQ. C’est ce qui permet d’ailleurs à François Legault de ramasser toute cette majorité silencieuse. De droite et de centre-droit. Si vous voulez continuer de pousser le PQ toujours plus à gauche, bon voyage dans votre Titanic, vous allez continuer de perdre l’électorat. Le PQ n’est pas supposé d’être ni de droite, ni de gauche, sa position est uniquement indépendantiste. Dans un Québec souverain, le PQ ne devrait plus réellement exister, de nouveaux partis devraient se former pour représenter l’éventail des opinions et des courants politiques du moment. La raison d’être du PQ est d’être un parti arc-en-ciel… s’il ne l’est pas, il est voué à l’échec perpétuel… et à sa disparition après les prochaines élections (ce qui risque réellement d’arriver).

Et je suis un nationaliste conservateur. On n’est pas beaucoup, mais on existe. Au Québec, comme au Canada, je vais voter pour mettre fin, progressivement (pour utiliser un mot à propos) à cette bêtise qu’est la social-démocratie. Le socialisme est une erreur monumentale, même dans sa version la plus douce.

Même Legault je dirais pas que c’est à droite. Un mélange de capitalisme d’État et de nationalisme économique, de gauche soit-disant efficace, whatever, je passe.

La table est mise pour Québec Solidaire. Ça fait des années que Josée Legault se plaint que le PQ, c’est de la droite néo-libérale :-0

On connait Harper le pianiste, Harper le chanteur de chansons des Beatles. Voici Harper le comédien:

http://link.brightcove.com/services/player/bcpid648748944001?bckey=AQ~~,AAAAAGFRNtc~,Q9SKhBRQQsk6Ls90QyQqM6nqxZ2FoLHH

Pas surprenant que les artistes québécois le regardent de travers: Harper peut faire tout ce qu’il font, et être premier ministre en même temps.

C’est clair que Harper fait des envieux, particulièrement parmi les gens dont la diversité de talents laisse à désirer.

@luc drouin

Connaissez-vous la différence entre un artiste et un amuseur public ?

Harper est un beigne « Ti Moton » dans l’art culinaire de la pâtisserie.

Mais vous avez le droit d’aimer le « junk clown ».

Il n’y a pas plu mou que les hommes parfois, et parfois le mou s’associe au flou pour tromper leur femme ou les citoyens.

Que l’on soit un fédéraliste, un souverainiste, de la droite ou de la gauche, les citoyens prennent de plus en plus conscience de la médiocrité des partis qui sont supposé défendre le bien commun, mais qui ne font que défendre les intérêts privés.

Ce PQ de droite est de plus en plus « renégat », aussi bien envers l’option souverainiste, qu’envers la « social-démocratie ».

Quelqu’un a déjà dit qu’avec la disparition de M. Parizeau, disparaîtrait aussi la souveraineté. Il a peut-être raison.

Cependant, il y a aussi la « social-démocratie ». Heureusement, le citoyen réagit, et semble vouloir se donner de nouveaux outils pour la défendre face à des péquistes amorphes et sans énergie.

Le PQ est inefficace. Bien des souverainistes en sont devenus conscients. Il est important de bien choisir ses outils pour arriver à un résultat. Sans la « social-démocratie », la souveraineté pourrait n’être qu’un « trip » de petits bourgeois qui veulent s’approprier le pouvoir et les richesses du Québec.

on dirait que pour être souverainiste il faut être sociô/dem, allons dont!
la majorité (50%+1)des québecois sont centre-droite regarder les résultats des dernières élections, faites le compte des votes.
le problème avec les sociô/dem c’est qu’ils n’ont pas le portefeuille de leurs ambitions alors ils empruntent pour payer l’épicerie après il braille au fédéral. Un peu de colonne, vous voulez des services il y a des taxes qui viennent avec, mais il n’y a pas un politicien qui te dira ça. C’est toujours l’autre qui paiera, c’est qui l’autre? là mon vieux c’est pas toi ni moi, alors mystère!

Le problème avec les gauchistes, c’est qu’il ne veulent pas payer de taxes/impots.
S’il était vrai que les québécois étaient majoritairement gauchistes (aka « solidaires »), ils s’empresseraient de faire un don à L’ÉTAT-PROVIDENCE.
Ainsi tous les problèmes budgétaires seraient réglés.
Question: il faut combien de pauvres pour financer un gauchiste ?

Le problème, c’est la mauvaise administration, C.Lacasse(no 24).

Lorsqu’on s’arrange pour que seulement une faible minorité de la population possède toute les richesses d’un pays, c’est de la mauvaise administration. Ce genre de souveraineté, on n’en veut pas.

Alors que certains pays ont de grandes richesses, notamment pétrolières, leur population vit dans la misère pendant qu’une petite minorité s’enrichit.

Je ne veux pas de cela pour le Québec. Mieux vaut demeurer au Canada, plutôt que d’en arriver là.

Le PQ de Péladeau, de droite, ne fera pas avancer le Québec, mais le mènera à la misère. Ce PQ doit être rejeté.

C’est aujourd’hui que l’on doit choisir son pays, et à quoi, il va ressembler. C’est aujourd’hui que l’on fait notre pays, que ça soit le Canada ou le Québec, avec nos choix de chaque jour.

La « social-démocratie » est un élément essentiel pour l’avenir de la souveraineté du Québec.

Pour la souveraineté du Québec, c’est peut-être ce que l’on doit faire, rejeter le PQ. C’est peut-être même notre devoir. Certains confondent trop souvent leur parti, et l’option de la souveraineté en elle-même.

Ça existe des « PQ », qui ne sont pas bons.