[Exclusif] Lisée a offert deux fois la chefferie du PQ à Véronique Hivon

Dans un récit inédit publié dans le prochain numéro de L’actualité, Jean-François Lisée raconte «l’opération Jacinda», qui prévoyait sa démission comme chef l’été dernier et l’avènement de Véronique Hivon à la tête du PQ avant la campagne électorale. Il explique aussi sa décision d’attaquer de front Manon Massé lors du débat de TVA.

Photo : La Presse canadienne

L’ancien chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a voulu céder les rênes du parti à Véronique Hivon à deux reprises l’an dernier, estimant qu’elle avait plus de chances que lui de mener le PQ à la victoire. La dernière fois que les deux figures de proue du mouvement souverainiste ont eu cette discussion, c’était à peine quelques jours avant le début de la campagne électorale, l’été dernier. La députée Véronique Hivon a sérieusement réfléchi à cette opportunité, avant de décliner.

C’est la révélation que fait Jean-François Lisée dans un texte inédit publié dans le magazine L’actualité. Dans cet article, publié dans l’édition en kiosque la semaine prochaine, le 7 mars, il revient sur ses deux années à la tête du PQ, analyse la campagne électorale qui a mené à la pire défaite de l’histoire de la formation et offre quelques réflexions sur l’avenir du parti souverainiste. Ce texte dans L’actualité n’est pas un extrait de son livre à paraître plus tard en mars, mais un article original.

Vous pouvez lire ce récit exclusif dès maintenant en version numérique. Cliquez ici.

La première fois que Jean-François Lisée remet en question son leadership à la tête du PQ, c’est en décembre 2017, à peine trois mois après avoir reçu un vote de confiance massif de la part des membres du PQ.

Extrait:

«Je lis le 9 décembre dans un sondage qu’à l’indicateur « meilleur premier ministre » ma cote a chuté, étant passée de 12 % à 9 % en deux mois, écrit-il. J’accorde pourtant des entrevues tous les jours. J’ai fait en un an trois fois le tour du Québec, multipliant les assemblées citoyennes. J’ai été plébiscité par mon parti, au congrès de septembre 2017, avec 92,8 % des voix. Néanmoins, je tire le PQ vers le bas.»

«Ne vaudrait-il pas mieux que ce rebond que nous préparons soit porté par une figure plus consensuelle ? Et qu’on la crédite, elle, de ce nouveau souffle ? En marge d’une réunion de la direction du PQ en décembre 2017, en soirée, je prends Véronique Hivon à part : « Je crois que tu dois te préparer à devenir chef du Parti québécois. » Elle va le considérer sérieusement. […] Nous allons en discuter pendant une dizaine de jours. L’opération est délicate. Je ne veux pas provoquer une nouvelle course au leadership — ce serait pire que la situation actuelle. À ce stade, Véronique n’est pas vice-cheffe, mais un officier comme les autres. Rien ne dit qu’il n’y aurait pas d’autres candidats à ma succession. Elle et moi sommes en désaccord sur la méthode de son atterrissage. Estimant trop grand le risque d’une course, je décide de rester.»

À la fin juin 2018, le PQ est toujours en difficulté dans les sondages et la campagne électorale, qui sera déclenchée le 23 août, approche. Jean-François Lisée met en marche «l’Opération Jacinda», qui doit se concrétiser le 13 août, dix jours avant le début des hostilités électorales. Seulement deux personnes sont au courant au PQ: Véronique Hivon et lui.

Extrait:

«Avions-nous une carte à jouer pour provoquer un électrochoc ? Le 29 juin, Véronique Hivon m’envoie un texto dans lequel elle me demande de la rencontrer le lendemain. Je réponds : « O.K. On parlera de Jacinda. »

La chose s’est passée en Nouvelle-Zélande, le 1er août 2017. Le chef travailliste constatait que son parti se dirigeait vers une défaite historique. Sept semaines avant l’élection, il a cédé sa place à Jacinda Ardern, nommée vice-cheffe cinq mois plus tôt. Ce changement a entraîné un renversement de tendance et propulsé le parti vers la victoire. […]

Lors d’un souper quelques semaines plus tôt, en avril, Véronique avait voulu savoir si je réfléchissais encore à la possibilité de me retirer. Si oui, il faudrait de la prévisibilité, disait-elle. En effet, la dernière occasion qui s’offrait à nous avant l’élection serait la tenue du Conseil national de la fin mai. Elle me demanda si j’allais rester jusqu’au bout. Je lui dis oui, ce qui était mon état d’esprit pendant tout le printemps. Elle avait formulé cela sur le mode interrogatif. J’en ai compris qu’elle voulait savoir si elle devrait faire face, à un moment ou à un autre, à une nouvelle offre de ma part.

Je n’ai appris qu’en comparant la mémoire que nous avions de cet épisode qu’elle voulait me signaler, en ce 11 avril, qu’elle était prête, si tel était mon choix, à prendre la relève. La loyauté étant pour elle une vertu cardinale, elle ne souhaitait en aucun cas que j’aie l’impression qu’elle voulait me pousser vers la sortie. Mon décodeur n’avait pas compris sa proposition. Autrement, j’aurais sûrement pris un moment pour y réfléchir, mais je l’aurais probablement déclinée. En avril 2018, je croyais encore pouvoir faire bouger l’aiguille.

Fin juin, 11 semaines plus tard, j’estimais que tout avait été tenté. Véronique serait notre Jacinda. Mon espoir était que son irruption au premier plan modifierait la dynamique. Sa présence aux débats désarçonnerait François Legault, Philippe Couillard et Manon Massé. Dans tous les cas de figure, je resterais comme soutien.»

Les révélations de l’ancien chef ne s’arrêtent pas à ces deux épisodes avec Véronique Hivon. De sa prose vive et directe, Jean-François Lisée raconte également comment il a pris la décision d’attaquer durement la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, lors du débat des chefs de TVA.

Extrait:

«Ma décision se cristallise le mercredi. Il faut frapper un grand coup. Compte tenu de l’ampleur de la menace, il faut agir au moment de la plus grande écoute, pendant le débat à TVA, dernière chance de marquer de vrais points.

Pour semer le doute sur QS, il ne fallait pas débattre des promesses ou des personnes, mais du pouvoir caché et des éléments de programme dont le parti ne parlait pas. Comment attirer l’attention des électeurs là-dessus ? En posant une question simple : « Nous sommes à un débat des chefs, vous êtes co-porte-parole et m’avez déjà dit qu’il vous fallait en référer à votre “patron”. Qui est le chef de Québec solidaire et pourquoi n’est-il pas ici ? » La question serait controversée à plusieurs niveaux. »

L’ancien chef du PQ explique pourquoi il n’a pas parlé de son initiative controversée à son entourage avant le débat de TVA. Il n’a pas autour de lui , dit-il, des conseillers susceptibles de l’aider dans ce moment critique.

« Je sais très bien qui appeler pour me faire dire que c’est une bonne idée et qui appeler pour me faire dire que c’en est une mauvaise, écrit-il. Une bonne équipe de conseillers est formée de compteurs (des gens qui proposent des idées) et de gardiens de but (des gens qui font le tri et tempèrent les ardeurs) ; de colombes (qui veulent une campagne positive) et de faucons (qui veulent en découdre avec l’adversaire). Ainsi nourri de conseils souvent contradictoires, le chef rend les arbitrages, prend ses décisions. Mon entourage en 2018 était exceptionnel de dévouement et de talents. Mais je me retrouvais conseillé par des colombes. (Il y avait des faucons au caucus et chez les militants, mais pas dans l’appareil de campagne.) C’est ma faute, c’est moi qui ai choisi ces personnes.»

L’ancien chef du PQ ne règle aucun compte avec ses anciens députés ou conseillers dans l’article, mais il sert une mise en échec à l’animateur du débat de TVA, Pierre Bruneau.

La politique est un sport de glace étrange, où tout se passe très vite entre plusieurs équipes patinant simultanément dans le même espace, avec cette difficulté supplémentaire que les arbitres (les médias) sont nombreux et qu’il leur arrive de prendre la rondelle ou même de plaquer un joueur.

C’est ce qui m’est arrivé avec Pierre Bruneau. Mon attente (vœu ? espoir ? folie ?) était qu’un animateur, voyant un événement inattendu se dérouler pendant une période de face-à-face entre deux chefs, laisse le débat se faire, même s’il est hors normes. C’est bon pour les cotes d’écoute.

Jean-François Lisée explique également dans l’article les trois éléments qui, à son avis, ont eu le plus d’influence sur la campagne électorale. Il raconte aussi à quel point le « mantra médiatique» prédisant le «déclin du PQ» nuit au parti.

Nous vous laissons le plaisir de découvrir le récit dans son intégralité.

Dans la même catégorie
6 commentaires
Laisser un commentaire

Quel est l’intérêt de Lisée de couler tout ca en plein scandale SNC?

Répondre

En plein scandale SNC? C’est pas plutôt le début de la campagne de promotion de son livre, à paraître plus tard en mars?

Franchement, je ne vois par le rapport. Que vient faire SNC la-dedans? Le PQ a subi la pire défaite de son histoire sous Lisée, il est plus que normal qu’il veuille décortiquer cette élection. En tout cas, moi ça m’intéresse et je ne suis sûrement pas la seule.

@Drouin et Céline
Le Bloc renait de ses cendres et Trudeau, qui s’en allait vers une réélection facile, est dans les cables avec SNC. Alors pourquoi détourner l’attention avec son livre présentement?

Grand merci pour cette présentation.

Suivant mes observations de profane, je n’ai aucune difficulté à adhérer à la thèse de Lisée, résumée sur la jaquette de son livre. N’en déplaise aux critiques et aux cyniques, qui l’accusent de repliement, de ‘plaignage’, de déni de reconnaître ses torts et de revanchard, etc., je suis quant à moi convaincue que la débâcle du PQ n’est pas le fruit du hasard, ni le fait que c’était Lisée qui était à la barre depuis 2016. Il a certes parfois donné des occasions (poignées) pour aider les adversaires à enfarger le parti, côté givré oblige, mais cela n’explique pas tout, loin s’en faut. « Lorsque vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité » et je dirais que nous avons quelque chose de ça dans l’histoire des dix dernières années du PQ, en particulier les plus récentes. Rien n’a été épargné et les tirs groupés venaient de partout.

Prenant le train en marche, j’ai réalisé que les dés étaient vraiment pipés à la sortie du ‘documentaire’ « Le Parti Québécois, l’affaire d’une génération? » (Grands reportages, RDI) de Marc Laurendeau, le 6 octobre 2016, arrivée comme par hasard la veille de l’élection de Lisée à la chefferie. C’est là que j’ai pris conscience que la mise à mort du PQ était vraiment et de plus en plus programmée. On dit souvent que ‘Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage’, mais c’est bien pire quand on fait tout pour l’enterrer vivant pour aller plus vite. Je croirais que nous sommes devant quelque chose de similaire avec le Parti Québécois.

Je me rappelle ma réaction lors du visionnement de ce film de Laurendeau. D’abord, une sorte de joie devant le ton respectueux et le rappel des Géants, participant de l’hommage, puis un ‘malaise’ de plus en plus incommodant au fur et à mesure que la bande avançait, jusqu’au coup de grâce avec la mort prédite du PQ à brève échéance, sur un ton désolé qui accentuait l’inconfort, mais plantait le clou encore plus profondément dans le cercueil.

Et deux ans et demi plus tard, en réouvrant le film ce matin, je réalise que c’est Catherine Dorion, inconnue de moi à l’époque, qui lance la barque, offrant même le titre en cadeau, mais pas vraiment dans le sens que René Lévesque ! lui qui espérait que l’indépendance se fasse assez rapidement et que, par conséquent, le PQ créé pour mener à cette victoire, cède la place à d’autres plates-formes politiques pour poursuivre le travail parlementaire démocratique (en mes mots). Considérant la suite, et aussi l’historique de QS, né selon certains pour en finir avec le PQ, nous sommes sans doute ici aussi ‘face à quelque chose’.

P.S. J’ai suivi le lien donné et lu avec grand intérêt l’article de M. Lisée « La défaite du PQ vue par Jean-François Lisée ». Un texte remarquable. J’ai hâte de lire le livre !

Michèle Lévesque

Répondre

Le PQ était pourtant très fier de nous présenter ce « fin stratège » comme leur énième sauveur. Résultat? La pire déculottée de leur histoire… Pire que celle de Landry et de Marois. Faut le faire!

Pour leur propre bien et pour celui de tout le Québec, peut-être devraient-ils se saborder et laisser la place aux partis politiques qui représentent les vraies aspirations d’un Québec jeune et énergique avant que le peuple lui-même ne les fasse disparaître?

Leur idée de cage à homards suivie d’une séparation est complètement désuète au XXI e siècle.

Répondre