Faut-il museler W ? Non !

L’ex-président Bush est en ville, aujourd’hui jeudi, à l’invitation de la Chambre de commerce. Devant l’Hôtel Reine-Elizabeth, des manifestants protesteront. Et il y a matière à protester : les politiques économiques de l’ex-président furent désastreuses. Il a, pour le moins, donné des signaux favorables au retour de la torture au mépris des conventions internationales et il a, en se fondant sur des motifs qui apparaissent comme mensongers, plongé l’Irak dans une guerre qui a fait 300 000 morts au bas mot.

Mais les manifestants ont choisi de ne pas se limiter à, par exemple, demander qu’il soit accusé de crimes de guerre ou d’incitation à la torture. Ils ont décidé de le déclarer « persona non grata ». Leur position de principe est que W ne devrait pas prendre la parole à Montréal.

Le Collectif Échec à la Guerre participe ainsi à une tendance assez fâcheuse qui pousse la protestation jusqu’à vouloir empêcher l’adversaire de parler. Peut-être vont-ils répéter leur exploit de septembre 2007 lorsqu’ils avaient acheté plusieurs places lors d’un événement organisé par le Cérium (dont je suis directeur exécutif) où l’alors ministre Maxime Bernier discourait sur la politique canadienne en Afghanistan, en ouverture d’un colloque où tous les points de vue s’exprimaient.

Plutôt que de prendre les micros d’assaut pendant la période de questions pour mettre le ministre en difficulté grâce à des questions pointues (Bernier était assez mal préparé, il aurait certainement chuté), les militants ont préféré une stratégie de disruption de l’événement, donc d’atteinte à la liberté d’expression. La période de question venue, ils n’étaient plus là. J’étais déçu, on a raté l’occasion d’un bon débat.

(Bon je sais ce que vous voulez savoir. Oui, Julie Couillard était présente. Non, elle ne portait pas la même robe que pour l’assermentation du ministre. Elle avait un col roulé. Satisfaits ? Alors je continue.)

A la Chambre de commerce, il n’y a pas de période de questions, ce qui est dommage. Mais ma position est que, tant qu’il n’est pas condamné pour crimes de guerre, George W Bush est un citoyen libre de ses mouvements et de ses paroles et il a le droit de venir répéter ici les mêmes sophismes qu’il a employés pendant ses huit ans de gouvernement.

Qu’il y ait, ce midi, des slogans, des pancartes et un symbolique lancer de souliers sur la photo de l’ex-président. Parfait. Mais s’il fallait que les militants tentent d’empêcher l’événement d’avoir lieu, ils n’agiraient pas comme des démocrates.

On ne fait pas « Échec à la guerre » lorsqu’on choisit de manifester contre un droit, on fait échec à la liberté. La liberté d’expression.

Voir aussi :  Faut-il financer W ? Non !
et :   Faut-il crucifier W ? Oui et non !

Les commentaires sont fermés.

Bonjour M. Lisée

Bombarder, un placement juteux.

Des poissons et des hommes. 4 mai 2003.
Un récent rapport de la société royale des sciences de Grande-Bretagne suggérant que les poissons sont sensibles à la douleur ne manquera pas de porter un coup sévère à tous ces pêcheurs qui s’appuyaient, jusqu’à maintenant, sur le principe que les poissons sont incapables de ressentir quoi que ce soit. Plus grand encore est le choc qu’il constituera pour ceux d’entre nous qui, de longue date, ont appliqué le même principe aux êtres humains.
Si les poissons sont sensibles, il y a de fortes chances pour que les enfants d’Irak conçoivent quelque contrariété à la perte de morceaux de leurs corps.
Ma guerre contre la guerre au terrorisme.
Chroniques de Terry Jones, ex-membre des Monty Python.
Plus Georges W. Bush vivera vieux, plus grande sera sa perte.
M.G.

Comme le dit le libertarien Ron Paul, maintenant représentant républicain du Texas, « End the FED », la grande responsable de la crise actuelle.

Sur la guerre, l’avis du célèbre Dr. No est aussi à prendre en compte.

L’interventionnisme étatique à tous les niveaux est à condamner, surtout lorsqu’on vient brimer plus de gens qu’on en aide.

Bush Jr. en est un bon exemple de ces biens-pensants, à droite comme à gauche.

Bonjour Monsieur Lisée,

Je suis très heureux de lire vos commentaires sur ce blogue. J’ai lu avec grand intérêt un de vos derniers ouvrages.

Quant au sujet.

Cet homme a délibérément choisi de mentir à sa population pour envahir un autre pays.

Il a créé le précédent selon lequel on peut invoquer le terrorisme, ou déclarer toute résistance comme terrorisme; précédent que tous les pays à qui cette idée sert on utilisé par la suite!

Je crois que monsieur Bernier aurait du avoir droit de parole comme vous le suggérez.

Par contre cet autre homme a usé son droit de parole pour plusieur vies selon moi.

Je ne serai pas décu du tout de toute interférence car il y a des lignes à ne pas franchir.

Je verrai cette obstruction comme de ‘préemption’.

Je comprends et respecte par contre le principe général que vous défendez.

Entendu à la télé d’état: Bush et Cheney ont tous les deux acquis des « ranchs » au Paraguay puisque tous les deux pourraient s’y réfugiés le cas échéant ou les deux lascars devaient être poursuivis pour crime de guerre et la raison est qu’il n’y a pas d’ententes d’extraditions entre le Paraguay et les États-Unis.
Tant qu’aux autres questions:
Faut-il financer G. Bush…..c’est non.
Faut-il crucifier G.Bush….la question est mal posé. Alors on reformule la question: Faut-il inviter G.Bush pour une conférence….la réponse est NON.

M. Lisée,

Une seule question.

Vous qui affirmez que W. Bush a le droit de s’exprimer tant et aussi longtemps qu’il ne sera pas condamné pour crime de guerre.

Croyez-vous sincèrement qu’il sera possible pour le tribunal pénal international ou autre instance de ce genre d’accuser un ex-président américain tant que ce pays sera une grande puissance?? (N’oublions pas que les USA n’ont jamais participé à la légitimation de ces tribunaux et n’y ont jamais adhéré…)

«Mais ma position est que, tant qu’il n’est pas condamné pour crimes de guerre…»

Honnêtement, M. Lisée, croyez-vous réellement que M. Bush sera non pas condamné, mais au moins accusé?

Suivant votre logique, il ne doit plus jamais y avoir quiconque en travers de son chemin? au nom de la démocratie?

Ce n’est pas à Bush qu’on devrait lancer le soulier cette fois-ci, mais bien aux décideurs montréalais de la chambre de commerce qui l’ont invité, vont le payer et l’écouter religieusement. Pas fort.

Monsieur,
Vous êtes très naïf de croire que la liberté d’expression existe. Mais cela ne surprend nullement. Les élites (qui démontrent une pauvreté intellectuelle hors du commun) nient la liberté d’expression au nom de la liberté. Vous défendez la liberté d’expression? Non. Vous babillez. Ce monde capitaliste est en fallite et vous continuez à prendre les gens pour des cruches. Georges W. Bush est un boucher et un meurtrier que l’histoire n’oubliera pas. Et cet homme n’aura un jour plus de place où se cacher. Mais, il ne faudrait pas oublier la phrase de Nietzsche : « Tout doit être conservé, y compris les meurtriers et les bouchers »…

« Faut-il financer W? NON! »

Je m’insurge devant le fait que vous vous insurgiez.

Vous affirmez que l’État ne devrait pas financer, du moins indirectement par le jeu des dépenses admissibles des sociétés, les discours de W… Et si c’était Bernard Landry? ou Jacques Parizeau? Je suis assuré que votre position serait tout autre non?

Il y a des lois qui régissent ce genre de chose au Canada Monsieur Lisée et à ce que je sache, le législateur n’a pas fait d’exception basée sur les personnages exactement pour éviter le piège dans lequel vous vous précipitez tête baissée. Vous imaginez d’ici le bordel si les intéressés politiques, députés, ministres groupes de pression ou autres avaient un droit de regard sur l’admissibilité des dépenses? La loi changerait au gré des élections, du parti politique et des n’amis en place. Ce serait le foutoir total!

Je comprends que certaines gens haïssent Bush et se font un malin plaisir de le « blaster » à toutes les fois qu’ils le peuvent mais le fait demeure qu’il est, dans ce cas-ci, un orateur comme les autres et nous devons le traiter comme tel.

Je salue votre amour de la démocratie et de la liberté d’expression, sans oublier votre silence le plus absolu quant à l’interdiction de séjour au Canada que s’est vu remettre le député Galloway en raison de ses opinions politiques… Par contre, ne vous inquiétéz pas trop de ce genre de considérations secondaires et des idées qui se trouvent en dehors de l’orthodoxie. Tenez vous en au rôle historique que l’on attend de vous et continuez de servir les intérêts du pouvoir.

Comme l’avait si bien noté Britannique dans les années 80 ‘’ Si Adolf Hitler revenait parmi nous, ils lui fourniraient la limousine’’.

Lu ce matin:

Deux poids…
La visite de George W. Bush à Montréal suscite de vives réactions.

Pendant ce temps, Obama envoie 13 000 soldats supplémentaires en Afghanistan sans être embêté.

Pire, il a reçu le Prix Nobel de la Paix!!!!

Nos amis les pacifistes auraient-ils l’indignation sélective?

Serait-il plus difficile de critiquer un Président Noir?

Source: http://martineau.blogue.canoe.ca/2009/10/22/deux_poids

Francois 1er,

La différence c’est que Obama, gère un situation existante. Il ne l’a pas engendrée. De plus le conflit en Afganistan est légitimé par une agression.

Je comprend que tu critiques le fait que le conflit en Afganistan ressemble plus a une chasse aux sorcière qu’à un opération ayant des objectifs clairs défini dans le temps. Et que tu reproche la persistance dans cette errance?

Mais on reproche a Bush l’invasion d’un pays qui n’avait pas commi d’agression contre les EUA: l’Irak, et le concepte de ‘premptive war’.

Minority reports?…. un bon film.

Il vous manque une question et une réponse qui en dit long de la Ch. de Commerce de Mtl.

Q: Faut-il applaudir GWB

R: Les gens présents à la conférence l’ont ovationné debout par trois reprises!!!

Et notons qu’ il y avait beaucoup d’ethnies différentes dans la salle dont des Juifs et des Arabes, des Québécois, des Canadians, des Americans, des Italianos …