Faut qu’on se parle… encore

Le paysage politique est rendu comme un forfait de câblodistribution: 300 chaînes divisent l’auditoire, et La poule aux œufs d’or devient la reine des cotes d’écoute.

Faut qu'on se parle Jean-Martin Aussant, Gabriel Nadeau-Dubois, Maïtée Labrecque-Saganash, Claire Bolduc Alain Vadeboncoeur
Jean-Martin Aussant, Maïtée Labrecque-Saganash, Gabriel Nadeau-Dubois, Claire Bolduc et Alain Vadeboncoeur. (Photo: Alexandre Claude)

«Faut qu’on se parle

L’expression évoque ce moment tant redouté où Conjoint veut nous annoncer qu’il couche avec la gardienne depuis six mois, mais il s’agit en fait du nom d’un mouvement non partisan / d’une série de conférences / d’un projet emballant / d’une tournée de radotage / d’un futur parti politique. Ça dépend à qui vous demandez.

Composé de Jean-Martin Aussant, Gabriel Nadeau-Dubois, Maïtée Labrecque-Saganash, Claire Bolduc et de mon voisin de blogue Alain Vadeboncœur, FQSP propose une série de consultations où les cinq compères parleront le moins possible, afin de laisser le micro au citoyen. Une armée de conférenciers se giflent aujourd’hui pour ne pas avoir pensé à ça avant: la conférence où on fait parler le public.

Les résultats de ces consultations, auxquelles s’ajoutent des assemblées de cuisine (me semble que tout le monde serait plus confortable au salon), devraient être publiés l’hiver prochain. Parions que ce rapport rédigé par des souverainistes sociaux-démocrates de gauche sera accueilli avec enthousiasme et ouverture par notre gouvernement fédéraliste qui penche à droite.

Est-ce que les parleux (on cherche encore leur surnom) vont devenir un parti politique? L’idée n’est pas écartée, et en entendant Gabriel Nadeau-Dubois répondre à la question, on a des flashs de François Legault à l’époque où la CAQ était elle aussi une simple «consultation non partisane».

Voilà pour les grandes lignes.

Maintenant, comment vous dire ça?

FQSP est une véritable tarte aux pommes ambulante. Personne n’est contre la discussion avec le citoyen, tout le monde est pour qu’on se mette ensemble pour créer un monde meilleur, et ça goûte donc bon la tarte aux pommes et la réforme démocratique.

Sauf qu’en apprenant la création de FQSP, qui, au Québec, s’est exclamé: «Enfin, un groupe de gauche nationaliste va discuter avec les citoyens! J’espère qu’ils vont finir par lancer un parti. Ça aussi, ça manque?»

Si c’est votre cas, félicitations pour votre récente sortie d’une décennie dans le coma. Vous allez «triper» en découvrant le dernier iPhone.


À lire aussi:

Un Québécois, ça ressemble à quoi?


Faut qu’on se parle? Laissez-moi vous présenter Paul St-Pierre Plamondon et ses orphelins politiques. Commencez par parler avec lui, vous dites la même affaire. Ramassez ses notes du temps où il était à Génération d’idées et appelez la gang d’Élan global. En mettant en commun vos bases de données, vous aurez le courriel d’à peu près tous les gens de gauche au Québec.

Puis, quand vous serez rendu à lancer un parti politique, je vous présenterai Québec solidaire, Option nationale (Jean-Martin Aussant en a peut-être entendu parler) et les joyeux lurons qui essaient de lancer NPD-Québec. Vous pourrez sûrement vous trouver un terrain commun assez large.

Ce n’est pas du cynisme. J’en ai simplement assez que chaque micro-nuance idéologique soit le prétexte pour lancer sa propre initiative plutôt que de rallier une des 15 qui existent déjà afin de la transformer.

Le paysage politique est rendu comme un forfait de câblodistribution: 300 chaînes divisent l’auditoire et La poule aux œufs d’or devient la reine des cotes d’écoute.

***

Depuis quelques années, la gauche vogue d’un plan de communication à l’autre. Elle se monte des pages Facebook avec de beaux logos, des sites Web pleins de bonnes intentions, et elle ramasse des courriels pour organiser un jour des assemblées de cuisine et des ateliers de cocréation où on s’applaudit la démocratie participative comme si on venait vraiment de régler le cul-de-sac actuel.

La grève étudiante de 2012 a créé une vague de gens politisés, brillants et pleins de cette formidable envie de changer le Québec. Mais quatre ans plus tard, c’est comme si la seule chose qu’on avait retenue de 2012, c’étaient les assemblées générales sans fin.

Pendant ce temps, le reste du spectre idéologique investit les partis politiques et les lieux de pouvoir. «Démocratie: comment reprendre le pouvoir?», se demande FQSP. S’y investir, ce serait déjà une saprée bonne idée!

Je n’arrêterai pas demain de faire des gags sur le nom à penture de Paul St-Pierre-Dion-Chante-Plamondon, mais il a quand même gagné beaucoup de mon respect en se présentant à la chefferie du PQ, en tentant d’aller améliorer le monde réel.

Chers FQSPisques, vous avez réuni cinq magnifiques cerveaux qui connaissent très bien leurs domaines et leurs réseaux respectifs. Si vous voulez m’enthousiasmer, mettez-les en action. On en discutera après.

***

P.-S. Ooooh, que je vous entends à travers mon écran… «Pis toi, Mathieu, pourquoi tu y vas pas en politique plutôt que de rester assis sur ton steak à écrire des chroniques?» De un, parce que le Québec mérite de voter pour des gens vraiment intelligents. J’ai déjà rencontré de ces êtres d’exception. Je n’en fais pas partie, mais il y en a dans FQSP. De deux, parce que j’ai de la difficulté à faire du small talk avec ma propre famille. Imaginez-moi dans un souper spaghettis ! Je serais un désastre.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

18 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Selon moi, si l’intention derrière tout ça, c’est de réunir tous les partis de gauche ensemble, ça pourrait fonctionner. Sinon, pas un nouveau parti, s.v.p. Y’en a déjà assez.
La «fin des exils» de Jean-Martin Aussant?

Le Parti Québécois est en déroute tout comme sont sauveur P.K.P. l’est actuellement; tout comme l’establisment et les membres du parti qui ont appuyer cet individu reconnu pour le CHAMPION des Opposants aux grévistes( ses employés) au Québec.Un vrai Homme de gauche! Actuellement nous assistons à une bataille pour ne dire à une guerre entre les prétendants à la chefferie. Ensuite, le vainceur tentera de calmer le jeux et d’imposer à tous sa vision de se qu’il propose pour sa démarche démocratique vers l’atteinte d’un pays tant rêvé. Québec Solidaire est témoin des tiraillements du Parti Québécois et très sceptique à la bonne volonté de ceux-ci de vouloir rassembler tout les partis de gauche,afin de gagner un prochain référendum dont le Parti Québécois serait le seul glorifié pour l’histoire. Demandez à Lucien Bouchard ainsi qu’à Mario Dumont du trio de M.Parizeau se qu’ils pensuent de l’attitude de ce dernier lors du dernier référendum que le Parti pensait avoir gagner.

J’étais intrigué à l’annonce ces consultations dites non-partisanes, sachant que certains sont souvrainistes mais pas que – jusqu’à ce que je me rende compte que le débat tourne essentiellement autour de l’indépendance, ce qu’il faut faire pour y arriver et dans quel ordre. C’est assez partisan par chez nous, et du coup je ne suis pas du tout intéressé par ce faux-débat de société dont le but à atteindre est déjà défini.

Dommage, l’idée de base est bonne, mais la politique vient tout gâcher comme d’habitude.

André Arthur a déjà été député, faut pas être si exceptionnel que ça! 😉 Sinon PSPP impressionne vraiment! C’est ce que je me dis depuis 10 ans. Il y semble y avoir tellement de monde de qualité autour de la politique mais ça semble être rendu tellement sale que plus personne ne veut y mettre les pieds. David et Khadir semble prendre de l’âge et tirés de la patte chez QS, une nouvelle génération du genre pour donner un souffle nouveau à ce parti serait une idée plus efficace.

Bon…encore une autre « patente à gosse » gauchisto-séparatiste pour tenter de faire voter « oui » à un peuple qui persiste, dans son gros bon sens, à dire « NON »!!!

Perte « hénaurme » de temps et d’argent. Comme s’il n’y avait pas déjà suffisamment de personnages plus ou moins hétéroclites qui ont « pris le pouls du Québec » au cours des dernières années…

Au fait, dans leur existence, combien de jobs ont créé les deux principaux personnages déjà? C’est ce que je pensais…

Jean-Martin Aussant a travaillé comme directeur de la recherche quantitative et gestionnaire de portefeuille à Addenda Capital de 1999 à 2003, puis devient vice-président chez Morgan Stanley Capital International de 2003 à 2005. Il revient alors au Québec où il est gestionnaire de portefeuille principal pour Investissements PSP pendant deux ans avant de devenir consultant en finance quantitative à titre privé. Après son aventure politique, Aussant quitte la vie politique le 19 juin 2013 pour retourner à Londres, où il travaillera deux ans pour MSCI, son ancien employeur

Lorsqu’est annoncé sa nomination à titre de directeur général du Chantier de l’économie sociale du Québec en août 2015, Jean-Martin Aussant affirme : «Je suis fier de me joindre à la formidable équipe du Chantier et de mettre à contribution l’expérience acquise au cours de ma carrière dans le milieu financier. L’entrepreneuriat collectif est l’un des trois piliers essentiels d’une économie équilibrée, avec les secteurs privé et gouvernemental, et le Chantier y joue un rôle de premier plan.»

J’imagine que la gestion d’investissements de ces firmes et du Chantier d’économie Sociale à du généré pas mal d’emplois

De grands coups d’épé dans l’eau d’une rhétorique dépassée dont le but ne servirait nullement ni à la présumée crise identitaire fabriquée de toute pièce par les péquoistes durant les années 70 et 80 mais encore moins le marasme économique que le Québec ramasserait au passage pour l’empiler sur celui qui existe déjà.

Que le Québec soit indépendant ou non, les personnes clefs de ses entreprises devront s’adresser en langue Anglaise pour faire du commerce tel que les Français le font depuis des générations si ce n’est que cette langue pour le marché Européen.

Il n’y a pas de recette magique, la dette faramineuse du Québec est beaucoup trop élevée et prendra des proportions sans précédent alors qu’une crise des devises s’est installée depuis des mois et ne peut conduire qu’à l’augmentation des taux d’intérêts et ce hors crise économique.

Mais puisqu’une crise en domino s’annonce elle-aussi, la biflation créé par la crise des devises et l’augmentation des taux d’intérêts feront du Québec ce qu’elle est, une terre à presque mono-industrie, la forêt en dépérissement avancée et l’industrie minière qui périclite depuis cinq années et est maintenue artificiellement parce que la devise canadienne a pu contenir sa déflation grâce à son bas degré de dettes.

Je ne vois pas vraiment beaucoup de citoyens dans un forum, parler de ce type de problèmes qui est à la base de tout ce qui vient pas la suite, soit l’indépendance du Québec à pourvoir aux besoins de ses citoyens. Les porteurs de drapeau c’est bien beau pour les clichés TV et autres médias mais sans plus. Les grands discours entourant l’économie ne font que mirroiter un avenir grandiose tel que celui des États-Unis des années 70 alors que depuis ce temps, les États-Unis n’ont fait que péricliter grâce à la dérèglementation mur à mur des républicains dès l’ère Reagan et de la bande de juifs qui contrôle les affaires extérieures, l’économie par le biais de la FED et tant d’autres.

Les américains se sont vendus aux juifs après la deuxième guerre mondiale parce qu’ils possédaient beaucoup d’argent sans plus. La grande puissance mondiale prè-guerre était entre les mains des européens où les juifs les ont presque amené au titre de serviteurs. Après tout Greenspan qui fut à la tête de la FED avec ses sbires qui étaient à la Maison Blanche ont bien réussis leur coup en moins de 40 ans, selon les chiffres officiels de la GAO (General accounting office), les américains avaient un standard de vie presque trois fois plus élevé en 1970 qu’aujourd’hui.

Avec ses présences dans les médias, dont celle de ‘’Radio Banana’’, Dubois a bien démontré qu’il est un militant de « Québec suicidaire « … Avec le départ éventuel de mme David et de monsieur « Quoi dire », ce parti risquait d’être laissé pour bien vide même avec madame Manon, alors Dubois tente d’être la grenouille… sa propension à définir « la vérité » est à la hauteur de son égo.
La position de Dubois concernant l’islamisme est bien campée dans une vision « canadian » multiculturelle.
Quant à monsieur Aussant, je crois qu’il tente d’être la référence « centre gauche » de ce « mouvement de réflexion ».

FQSP !!! De quoi ça mange en hiver? Il faut qu’ on se parle , c’ est bien beau tout ça mais il faudrait que quelqu’ un ÉCOUTE ! Un ramassi de gauchistes qui veulent entendre ce qu’ ils pensent n’ est pas une consultation ! Gabriel Nadeau Dubois le grand démocrate qui donne des leçons à tout le monde , mais qui n’ est pas d’ observer une injonction, qui fait des réunions syndicale pendant des heures pour arriver à ses fins,qui n’ est même pas capable de discuter avec les carrés verts. C’ est un extrémiste socialiste qui regarde seulement son nombril. Discuter avec un gars comme ça qui ne respecte pas personne et encore moins les institutions c’ est du temps perdu!!!! Jean Martin Aussant le spécialiste pour former des partis politiques comme s’ il n’ y en avait pas assez. Au Québec ça prend des lucides et des leaders avec des couilles en béton pour faire le ménage et nous ramener dans une croissance économique enviable!

Il me semble qu’on se parle déjà beaucoup trop… parle, parle, jase, jase: c’est une formule qui est usée à la corde!…

Cool!!!

Un autre groupuscule auto-proclamé « neutre » pour discuter du sexe des anges…

Ça nous manquait non?

C’est le reflet de notre nouvelle société. Me, myself and I. Ce n’est pas le choix d’idées qui manque,c’est plutot la volonté de trevailler ensemble pour réussir a tirer notre épingle du jeu dans un monde tres tres compétitif, au niveau planétaire. Et a mon avis, tant et aussi longtemps que chacun d’entre nous ne regardera que son propre nombril, on continuera de tourner en rond.

J’espère bien qu’ils auront la décence de NE PAS former un parti politique indépendantiste pour diviser le vote encore plus. On a besoin de ça comme d’un frigo au Pôle Nord.
Si jamais ils le font, malheureusement, je leur conseille de ne pas choisir Jean-Martin Aussant comme chef. Autant j’ai déjà été enthousiasmée par le type, autant maintenant je ne veux plus rien savoir. Se fait élire pour le PQ, quitte le PQ, fonde son parti en grande pompes, se fait nommer chef avec un salaire annuel de plus de 86K… et puis quitte tout pour retourner travailler à Londres. Pfff, non vraiment, il va devoir ramer avant que je lui refasse confiance lui…

IL Y A UN PATI LIBERAL ET IL EST LE POUVOIR
MOI JE CROIS SINCEREMENT QUE VOUS ETES SUR LA BONNE VOIE
MOI JE SAIS CONTE,SI ON POUVAIT AUGMENTER LES PARTIS SOUVERAINSTES A 10 OU 15 PARTIS ON SERAIT AU POUVOIR PENDANT 100 ANS VOUS M’IMPRESSIONE PAR VOTRE LOGIQUE ON ENSEIGNE CETTE METHODE AU LONDON SCHOOL OF ECONOMICS

Qu-es-ce c’est?
Une autre commission Charbonneau, un autre je vois MTL.com, pour un Quebec lucide ect… Et quoi encore?
Vous avez besoin d’un vrai economiste pour changer le status de Shit-Hole des annees 70 qu’est MTL. Quelqu’un du genre de monsieur Lee Kuan Yew. Pas des technocrates de l’Universite de Montreal.
Analphabetes, sur le BS, su’l le chomage, su’l les antidepresseurs, su’l le Ritalin, xenophobes, pedophiles, corrompus, fraudeurs, queteux, flatterers et racistes. C’est ce a quoi ressemble un Quebecois de souche. Vous n’avez qu’a lire le Lournal de Montreal. Et en plus, Ils croient que le Quebec est plus riche qu’un pays comme l’Allemangne.
Si ca vous prend 5ans pour batir un simple Gazebo sur la Montagne au cout de $600,000.00 —– OUI, vous devriez vous parler.