Fisc : les États-Unis plus gourmands que le Québec ?

Il est des démonstrations qui sont tellement contraires aux idées reçues que leur simple formulation vous donne des airs d’illuminé. Comme s’il déclarait avoir rencontré des petits hommes verts, le fiscaliste Luc Godbout, de l’Université de Sherbrooke, récidive pourtant.

Commentateur de droite apprenant que la charge fiscale est plus faible au Québec qu'aux USA !
Commentateur de droite apprenant que la charge fiscale est plus faible au Québec qu'aux États-Unis !

En 2008, il avait affirmé que le fardeau fiscal des Québécois était comparable à celui du G7. Aujourd’hui, il affirme que ce fardeau est, pour l’immense majorité des Québécois, inférieur à tous ceux du G7, donc inférieur à celui du Canada et — cramponnez-vous — à celui des États-Unis, pourtant la Mecque de l’État qui taxe peu !

Voici ce que donnent ses calculs de la charge fiscale réelle, en pourcentage du revenu, pour une famille de revenu moyen, en 2008 :

salaire moyen



C’est donc dire que la famille moyenne reçoit plus qu’elle ne donne. Voici le résultat du calcul pour une famille plus riche, qui gagne 167 % du revenu moyen :

Je vous entends rétorquer : oui, ce n’est pas juste, le Québec est le paradis des familles ! Mais qu’en est-il de ces pauvres célibataires ? Godbout (qui fut, soit-dit en passant, un des quatre économistes-conseils du budget Bachand) ne les a pas oubliés. Ceux à revenu faible sont mieux traités au Québec que partout au G7, États-Unis compris. Ceux à revenu moyen ont une charge fiscale de 26 %, alors que les États-Unis sont à 25 % et le Canada à 23 %. Ceux à revenu supérieur sont à 31 %, soit un maigre 0,7 % de plus que les Américains et 4 % de plus que le Canada, mais toujours sous la moyenne du G7.

Comment Godbout et ses collègues Suzie St-Cerny et Chantal Amiot arrivent-t-il à ces résultats abracadabrants ? Évidemment, il sait que les impôts sur le revenu payés par les Québécois sont plus élevés. Mais, appliquant la méthode de l’OCDE, il calcule aussi l’argent retourné aux contribuables en prestations directes. Si l’État vous prend deux dollars et vous en remet un, votre charge fiscale est de 1, pas de 2.

Godbout ne calcule cependant pas les services rendus gratuitement ou à faible coût aux citoyens grâce à ces impôts. Ce serait trop. On le prendrait vraiment, alors, pour un fou furieux !

*   *   *

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Les commentaires sont fermés.

Personne de vos grands économistes semblent comprendre cette option qui est pourtant l’option instinctive que chacun fait en se levant le matin pour lui-meme.
Peut-on avoir le choix de prendre le risque que si ca nous coute de quoi,on le paiera nous-même ou on se prendra des assurances à la mesure de ce qu’on l’on veut comme mode de vie?
Encore un nivelage, une moyenne, une médiane. Tous ces termes qui vous gardent dans vos limites imaginaires socialistes.
L’État me redonne, Wowww! Je n’ai même pas le choix qu’elle ne me redonne pas et je dois, selon votre maladie socialiste, dire Merci!
Vous êtes incapables de voir en dehors de ce cadre!
Chacun devant une gamme de produits sait pourtant faire ses choix au supermarché. On m’impose pas de bouffer de la minestrone si je n’aime pas ca.
On m’impose que de marcher dans les allées pour ne pas renverser les étagères et de payer à la caisse.
Dans vos exemples socialistes-maladifs,j’ai l’obligation de manger de la minestrone et par mon rang social déterminé par le Polit-Bureau,je paie au voisin ou j’arrive kif-kif (fioufff) ou Bingo, le voisin me paie ma soupe!
Pour ma part,j’accepte moralement que de payer ma part de bitume ou de carrelage public pour me rendre au supermarché.
Sans être économiste, je vais vous donner un cours d’économie 101.
Je vous attend au Provigo, on va faire une expérience.

Erreur méthodologique importante dans cette étude: on ne considère pas la dette.

Parce que l’argent qui est « retourné » ne vient pas de la fiscalité mais elle est mise sur la dette.

Parce que fondamentalement, quand on donne plus qu’on reçoit, c’est parce que le budget n’est pas équilibré !

Donc ce billet ne fait que confirmer que le Québec vit au dessus de ses moyens.

Mais ça on le savait déjà. On est les plus taxé et malgré tout, le gouvernement dépense plus qu’il reçoit.

C’est Mario sur ADQ 360 qui va en manger ses bas!
Ah oui. c’est vrai, il a une attention prodigieusement sélective.

Merci de passer le mot M. Lisée, notre «mythbuster» québécois. ( ainsi que ce craqué mental de M.Godbout)

On arrive pas à bien lire les indications du premier tableau, on dirait que certaines données sont écrasées

Ce que les économistes ne réalisent pas, c’est que la redistribution de la richesse profite à tous… mêmes aux riches. Une richesse collective plus grande permet une société plus polyvalente et plus résistante aux crises (qui ne sont pas des crises, mais des cycles normaux du capitalisme).

Et de donner un minimum à tous permet une compétitivité accrue en ce qui à trait à l’implantation d’industries et de commerces de pointe. L’éducation, la santé, les infrastructures permettent un foisonnement de l’économie libérale.

Qu’on cesse de se leurrer: les entreprises ne vont pas construire les routes, améliorer la santé des individus ou les former. Ce n’est pas rentable dans une compétition entre elles. Mais ça l’est pour leur ensemble. Elles en profitent.

En d’autres termes, il faut que la partie économique soit égale pour tous, tout en donnant à l’État le mandat d’être l’arbitre de cette compétition. L’État doit gérer cette compétition à l’avantage des individus.

La libéralisation à du bon; mais l’état en a bien plus. La privatisation est une erreur: bien que compréhensible de la part des industriels (ne pas payer leur part confère un avantage sur les autres) elle détruit la possibilité de faire du profit à court terme.

Pourquoi? Simplement parce qu’une société qui possède la sécurité d’emploi, un salaire décent, la possibilité de rester en santé, une formation, profite… à l’industrie.

Sans les emplois garantis, pas de construction de maison. Sans formation, pas d’industries de pointe. Sans salaire décent, pas d’achat.

Les intérêts des industries et des citoyens convergent, mais il faut donner les mêmes règles pour tous.

Les services de garde étatiques sont-ils inclus dans les « services reçus » par les familles? Car 50% d’entre-elles ne peuvent y avoir accès!!!

Cette chronique est un des nombreux leurres que Monsieur Lisée aime nous faire miroiter à chaque vendredi. Le problème est justement que le Québec dispense des « services » qu’il n’a pas les moyens de donner. Il a le nez fourré partout mais il le fait à crédit en tentant de refiler la facture à nos enfants.

L’État québécois accumule DÉFICIT sur déficit! Pour garder ça simple Monsieur Lisée, le Québec dépense PLUS en services qu’il ne collecte en impôts. Assez simple non? Donc, soit il dépense trop ou soit il ne collecte pas suffisamment ce qui esquinte quelque peu votre nouveau château de sable.

Le montant d’impôt qu’un état collecte doit égaler celui des dépenses sinon c’est le déficit assuré et le Québec vit au-dessus de ses moyens depuis plus de 40 ans. Il ne survit financièrement que grâce à la générosité des autres provinces canadiennes via la péréquation du gouvernement fédéral.

Certains états imposent un peu plus que le Québec? Soit. Peut-être ont-ils décidé de réduire leur déficit? ou leur dette? ou d’imposer selon les « services » qu’ils dispensent? Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les impôts de certains États sont plus ou moins élevés qu’ailleurs mais lorsqu’un État comme le Québec est l’un des plus taxés et l’un des plus endettés du monde industriel, l’esprit rigoureux en a vite saisi les raisons.

Vous ne m’avez pas entendu rétorquer sinon vous auriez écrit : pas surpenant que les gouvernements s’endettent !

Je parlais avec des collègues américains hiers et leur fardeau fiscal continuera d’augmenter l’an prochain.

Quoi que la nouvelle la plus surpenante c’est la loi que vient d’adopter l’Arizona concernant l’immigration. Je sais qu’on parlera de la Belgique, mais ce qui arrive en Arizona est troublant, et si proche de chez-nous.

J’aime bien M.Godbout car il analyse les vrais enjeux. Je suis tanné d’entendre dire que tout est mieux chez le voisin. Tu peux traverser la frontière et aller travailler à New York. Tu vas avoir un salaire plus élevé et payer 30% d’impôt sur le revenu mais l’électricité coûte 3x plus cher, les assurances aussi (sans compter l’assurance-maladie que tu dois payer de ta poche), etc. Au bout du compte, il ne te reste pas plus d’argent dans tes poches. Malgré tout, je crois qu’il faut se diriger vers une fiscalité moins orientée vers l’impôt et plus vers les taxes et tarifs.

Pourriez-vous envoyez votre message à Mario Dumont 360.

Pas une émission où il ne nous dit qu’on est les plus taxés en Amérique du Nord. Les plus pauvres en Amérique du Nord. Et bientôt la Grèce d’Amérique.

43% des Québécois sont trop pauvres pour payer de l’impôt. Ça baisse par mal la moyenne je trouve.

Je suis sidéré par ce titre et je vais prendre le temps d’examiner cette étude universitaire.

Mais quand allons-nous avoir un vrai débat? C’est très difficile de se faire une opinion lorsque les données et les critères d’analyse ne sont pas les mêmes.

Une petite remarque: Celui qui signe présentement Christian n’est la même personne qui signait Christian au début de blogue. Pour ne pas me confondre avec Christian le libertarien, je signe de mon vrai nom.

Christian Bellefleur

Monsieur Lisée , vous aller encore faire passer une mauvaise journée aux dénigreurs et complexés du Québec qui rêvent toujours de le rapetisser . Pour MaximeZ , ajoutons que toutes les provinces ont le même pourcentage de 43% de contribuables qui ne paient pas d’impôts ! Allez perder vos complexes et redresser votre colonne vertébrale ….

Ceux qui disent que c’est épouvantable d’être les plus taxés sans considérer l’ensemble de la situation et les services reçus du gouvernement ont une vision tronquée de la réalité.

Ils me font penser à ces journalistes qui disent comme c’est épouvantable que des gens dans les pays sous-developpés ne gagnent qu’un dollar ou deux par jour, mais sans mentionner qu’un repas au restaurant dans ces pays coûent 25 cents, qu’ils n’ont pas à se chauffer ni à s’habiller pour l’hiver car il fait toujours chaud, etc.

Le vrai indice social est l’ INDICE DE BIEN-ÊTRE qui tient compte de tous les facteurs de la vie.

le % d’étatsuniens qui ne paient pas d’impots est de 47%,le déficit prévu pour 2010-11 est de 1400
milliards,si je ne me trompe pas,ce qui veut dire
4666$ par habitant de ce pays,a comparer au 666 $
par habitant du québec.

@ Christian
Il y a une énorme différence entre un État et un supermarché. Ce n’est pas seulement une différence d’échelle comme vous semblez le proposer, mais une différence qualitative. L’économie ne règle pas tout.
Et en passant, le jeu de l’antisocialiste se joue à deux. Je hais les capitalistes à oeillères individualistes.

@ David
« On est les plus taxé… »
Votre aveuglement idéologique vous empêche-t-il de lire correctement le texte de M Lisée ? Il dit exactement le contraire.

@Maxime Z

Etes-vous bien assis? 49% des Américains sont trop pauvres pour payer des impots

Depuis 10 ans, les Lucides nous remplissent. Là, avec la crise, la baloune éclate. Le Québec s’en tire mieux que tout le reste du continent. La Ville du Maire Labeaume a même le plus bas taux de chomage du continent (mais ca c’est un secret dont personne ne parle)

La suite? Le PIB. Le Québec a maintenant un PIB plus élevé que la moitié des États américains, mais Mario Dumont continue à nous dire qu’on est les 54e plus pauvre du continent.

@ MaximeZ

Comme nous l’a fait remarqué Monsieur Lisée il y a quelques semaines… 45% des américains ne paie pas d’impôts non plus. Si vous ne le croyez pas, allez voir le Tax Policy Center.

http://www.taxpolicycenter.org/publications/url.cfm?ID=901335

Pourquoi toujours penser que la vie est si affreuse au Québec? Comment peut-on sérieusement CROIRE, quand on voyage moindrement, que le Québec ce porte si mal que le prétendent certain. Le Québec n’est pas une société parfaite, mais elle est tout de même très bien! Si c’est vraiment un bateau qui coule, pourquoi ne pas déménager aux USA ou en Ontario alors? Je vous garantis que vous y trouverai aussi les même oiseaux de malheurs qui vont compterons des histoires pour vous faire peur!

@david

L’argument du déficit et de la dette ne tient pas la route. Le décifit du Québec (4,6 milliars) est le même que l’Alberta, qui n’a que 40% de la population du Québec et pas de programme sociaux.
L’Ontario a un trou de 22 milliards et Ottawa 56. Quant à Washington, on est à 1,800 milliards, 6000k par habitant, 10 fois celui du Québec

Je sais que ca fait mal de lire ça, mais, que voulez-vous on a pas à avoir honte d’être les meilleurs

Le Canada a un déficit de plus de 50 milliards.
La part du Québec est d’environ le quart: 12,5 milliards.
Le Québec reçoit 8 milliards en péréquation.

Est-ce que cela veut dire que le Québec finance sa propre péréquation avec sa part du déficit fédéral de 12,5 milliards?
Où vont les 4,5 milliards restant?
Est-ce que c’est ça le fédéralisme rentable?

Décidément M. Lisée, vous auriez beau être d’une rationalité à toute épreuve, les chiffres ont beaux parler d’eux-même, la dette des provinces et des autres pays ont beau explosée plus vite que celle du Québec et ce dernier a beau s’en sortir mieux que le reste du monde, mais c’est comme parlez à un croyant, la rationalité n’a rien a y voir!

Au plus fort la poche, tel est leur leitmotiv! (Ainsi que tous pour un et chacun pour soi!)

J’arrive pas à croire qu’en 2010, on branle encore le spectre du communisme et du socialiste à la Staline!!!

P.S. Quoiqu’il est vrai que le pays le plus performant économiquement présentement…. est un pays communiste!!!
Reste que personnellement, la Chine, comme les États-Unies, ne sont pas des modèles…

Les discours varient selon l’économiste.

Les chiffres varient aussi selon la vision des comptables, des politiciens et encore une fois les économistes.

Pour tous ceux qui n’ont rien vu venir (PDG, économistes, corporatifs,et d’autres)….ha! hA! Ha! ….la tempête parfaite.

On fera dire ce que l’on veut dire aux chiffres, surtout pour faire peur et garder le peuple dans l’ignorance pour garder le pouvoir.

Les problèmes économiques sont dus aux banques privées. Lorsque l’on reconnaîtrera cet état de faits, on pourra travailler sur des nouvelles stuctures économiques.

J’attendais avec impatience le premier tour des commentaires pour lire les contributions de nos amis anarcho-capitalistes (ou minarchistes?). J’ai été servi à souhait!

À défaut d’argument sur les conclusions de l’étude, nos pourfendeurs de l’État tentent de faire dévier le débat. L’un d’eux nous parle de la dette, l’autre du déficit, deux mots qui n’apparaissent pas dans le document (j’ai vérifié!).

Au diable le working paper a dû se dire l’ineffable François 1 qui nous raconte que le Québec « est l’un des [états] plus taxés » du monde industriel. Or, l’étude de Godbout, St-Cerny et Amiot dit le contraire.

Elle compare la fiscalité des ménages dans les pays du G7, en fonction de la méthodologie utilisée par l’OCDE et elle conclut que la charge fiscale nette des particuliers au Québec est inférieure à celle des grands pays industrialisés, y compris celle imposée aux contribuables ontariens qui servent de proxy pour les données canadiennes (Godbout, St-Cerny et Amiot, 2010:26). Ni plus ni moins.

À mettre dans la rubrique « dette nette/dette brute ». Ici la gimmick, c’est soustraire les sommes dépensées par le gouvernement de la charge fiscale. Comme on dépense plus et on s’endette plus, ben c’est clair que la charge fiscale s’annule pour ainsi dire!

Il y a plus de 15 j’étais en voyage aux USA et je regarde la télé. Un reportage montre une famille de la Californie en train de faire des cartons car ils sont obligés de déménager après avoir vendu leur belle maison pour payer l’hôpital et le chirurgien car le père venait de subir une opération neurologique au cerveau à cause d’un AVC.

Le hic c’est que ce père de famille avait payé 15,000 $ par années depuis dix ans pour une assurance santé. Or, il apprit à l’hôpital que sa police d’assurance ne couvrait pas son cas.

Ma conclusion de l’époque fut que mon salaire annuel venait d’augmenter de 15,000 $ par année, après impôt. Et j’étais certain de rien payer en surplus pour rester en vie … Et ça, ça n’a pas de prix ! 😉

Mais j’oubliais : on parle ici de dollars US …

Pas si mal n’est-ce pas !

La réalité est toujours insaisissable, surtout quand il s’agit de systèmes très complexes comme les économies du G8. En plus, la crédibilité d’une étude peut varier d’un à l’autre et suivant la notoriété ou couleur de l’auteur alors, ça devient la plupart du temps une »croyance ». D’ailleurs, les gens vont souvent dire ‘je crois’ ou ‘je ne crois pas’ les conclusions de telle ou telle autre étude.

C’est pourquoi certains politiciens vont encourager l’attitude de la ‘croyance’ comme en étant une valable, pour ainsi utiliser les images et la promotion d’idéologies afin de gagner le pouvoir, tel Harper.

On a vu comment il est possible de créer une illusion de prospérité, telles les 8 années sous l’ère Bush, pour avoir un réveil très brutal, pour ne pas dire abominable. Aux USA, grâce à un travail concerté et constant des médias, les gens CROIENT que leur pays est le meilleur au monde en tout point, incluant la justice et la liberté (??).

Enfin ici au Québec, c’est une minorité qui contrôle l’économie et pour celle-ci, il est primordial de ‘dénigrer’ tout ce qui transpire le Québécois pour insécuriser les gens de ce peuple et le garder sous son joug, donc cette étude risque de ne pas recevoir tout le mérite dû, d’être tout simplement ignorée.

Tant qu’à moi, je pense que le Québec aurait avantage à contrôler son développement, en particulier pour améliorer le niveau de vie du trop grand groupe de gens ordinaires. Si on pense avoir une vraie Démocratie, une représentation gouvernementale aux bénéfices de peuple alors, cette étude nous montre clairement qu’on n’a pas raison de douter de nos capacités !!

@ Olivier

Le billet dit bel et bien que nous sommes les plus taxé. Mais selon ce billet être le plus taxé ce n’est pas grave parce que le gouvernement nous retourne de l’argent (bien sur, les bureaucratie se sert au passage).

Et comme j’ai dit, cette étude contient une erreur majeure, elle ne tient pas compte du déficit. Si tu obtient un prêt de 1000$ de la banque, es-ce que tu vas calculer ce 1000$ comme un revenu ? Bien sûr que non !

@ Paul11

Contrairement à ce que tu affirmes, l’Alberta n’a pas de dette:

Selon les plus récent chiffres de l’Institut de la Statistique du Québec, la dette de l’Alberta par habitant est de -3 536$ alors que celle du Québec est de 16 667$

Pour la dette des USA, je sais qu’elle fait peur, mais elle est encore plus petite que celle du Qc (selon la méthode de calcul de l’OCDE qui doit être bonne puisqu’elle est utilisée dans ce billet).

Il ne sert à rien de jouer à l’autruche. Nous sommes dans la dèche.

Pour bien comprendre la faiblesse de ce billet utilisons un exemple très simple.

Le gouvernement « A » ne prélève aucun impôt et aucune taxe mais il envoie un chèque de 1000$ à tous ces habitants (mesure financée grâce à la dette).

Le gouvernement « B » de son côté prélève des taxes et des impôts mais elle les consacrent entièrement à payer sa dette, donc aucune somme n’est retourné aux citoyens.

Selon la logique de Jean-François Lisée, le gouvernement « A » serait un modèle à imiter: les politiciens distribuent des cadeaux et les gens n’ont pas à payer…. sauf quand on réalise qu’un jour où l’autre il faudra payer la dette !

Selon la logique de Jean-François Lisée, le gouvernement « B » serait un cancre parce qu’il ne retourne rien à sa population.

Pourtant, il ne fait pas de doute que le gouvernement « B » est plus responsable que le gouvernement « A ».

Or, selon la logique de ce billet, c’est le gouvernement « A » qu’on devrait imiter.

@ ClaudeB:

1- Depuis 2 ans avec l’aide des autres provinces canadiennes via la péréquation et les baisses de la TPS, notre Premier Ministre Monsieur Jean Charest a effectivement baissé quelque peu nos trop lourds impôts québécois dont la plupart furent créés par l’interventionisme à gogo du Parti Québécois ce qui fait que le Québec peut aujourd’hui se déclarer l’UN des plus taxés du monde industriel et non plus LE PLUS taxé. Mais les récents changements referont encore de nous les plus grandes victimes de l’État du monde industrialisé.
2- Claironner que nous ne sommes pas les plus taxés ET faire abstraction de notre incommensurable dette frôle la malhonnêteté. Pourquoi diable accumulons-nous un déficit année après année et gonflons-nous notre dette depuis 40 ans? Simple = parce que nous vivons à crédit; nous ne taxons pas en fonction des « services étatiques » que nous « donnons » ou nous « donnons » trop de services pour nos revenus. Bref, Monsieur nous vivons au-dessus de nos moyens et nous tentons lâchement de refiler la facture à nos enfants. C’est scandaleux!!!

Y-a-t’il quelque chose que vous ne comprenez pas là-dedans?

Merci de m’avoir informé qu’il y a plus de pauvres aux USA qu’au Québec. Réconfortant.

Il n’amene rien de nouveau tout le monde sait que le Quebec est le paradis des familles au detriment des celibataires qui ce font saigner a blanc.

Le Québec est le pays nation, l’État le mieux développer au monde pour ce qui est de la richesse distributive , reste à récupérer tous nos taxes et nos impôts pour nous ouvrir au monde et participer directement au développement de toute l’humanité.

@ Christian Bellefleur,
J’ai ajouté un P à mon nom pour également me dissocier de vous.
Merci pour le compliment « Christian le Libertarien » car je sais pertinament que vous être vous même un capitaliste dans votre action quotidienne.
Je soupconne que vous êtes heureux de payer pour un travail bien fait dont vous avez bénéficié, que vous vous rendez au bureau des plaintes lorsque vous jugez que le travail a été bâclé et qu’il vous en a couté X. Vous êtes normal, vous aimez payer à juste valeur.
Si oui, vous êtes un libertarien!
Cependant, je comprendrais votre malaise d’être un abuseur de système (raison d’être de la naissance du libertarisme).
Êtes-vous syndiqué? ou Jackpot; syndiqué et employé de l’état?
Si oui, vous êtes un capitaliste mais en plus hypocrite car caché derrière une gang pour faire des hold-up du système qu’on ne peut et ne veut plus soutenir.
Vous considérez que vous n’avez que des droits et aucun devoir. Vous jalousez le capital. Vous avez arrangez votre vie pour en retirer le plus sans trop en suer.
Je me demande aussi si on peut considérer les employés de l’état comme étant des payeurs d’impôt puisque l’on paie des impôts pour payer les employés de l’état à hauteur de plus de 60% du budget.

Monsieur Christian Bellefleur, je veux que vous gagnez le 6/49, je veux être témoin de votre vertu socialiste.
En USSR, les dirigeants se payaient des Mercedes, des cook francais, du caviar et du champagne.
Je vous attend à la binerie du coin avec votre 6/49 gagnant, on se paiera une bonne soupe minestrone.

@ MichelG,
Jadis, j’étais un parfait séparatiste. J’ai compris que la Révolution tranquille était l’affaire d’une génération et que cette génération pillarde de richesse avait fait un trip de jeunesse.
Vous allez me dire, les Anglais pillaient le Qc. Et oui, ils pillaient les Irlandais et autres comme les Francais pillaient l’Afrique et les Amérindiens = Conjoncture d’époque.
Nous sommes fondamentalement canadiens que ca vous plaise ou non.
On nommait les francophones; les Canadiens et les anglos;British’Subjects.
Le Canada n’est même pas un pays,il est un restant de table entre la France,la GB et les USA et ca inclut le Québec.
Il y au moins 5 Canadas (Maritimes,Québec,Ontario,L’Ouest et les 1eres Nations).
Le Canada est pour moi, un sous-continent avec plusieurs ptits Canadas où il fait bon vivre.
Pour tirer notre épingle du jeu, on doit simplement s’associer aux autres provinces pour réduire le pouvoir central d’Ottawa.
Ca veut dire, réduire la bureaucratie fédérale et ca veut dire, réduire la bureaucratie québécoise.
Vous aurez beau déplacer votre mal en scandant Vive le Québec Libre.
Moi j’ai appris que le Québécois n’est pas si héroique et disctinct que l’autre et qu’une fois qu’il est bien repu, il se fatigue, s’encrasse dans sa ptite victoire d’être.
Le monde est à notre portée et sa richesse ne se limite pas à se plaire dans un miroir.
La culture, la langue ca ne se défend pas avec des lois et des subventions, ca se vit avec les risques,les échecs et les réussites.Sinon, elles méritent de mourir.
Cette facon autocratique de faire les choses est la principale cause du désintéressement à la cause souverainiste. Un écoeurement du Polit-Buro québécois trop gras, arrogant et peu performant à laquelle la jeunesse allumée ne s’affiche plus.
Cela aurait été mieux si les Francais avaient gagné les guerres, peut-être. C’est un gros si.

@François1 qui écrit « depuis 2 ans avec l’aide des autres provinces canadiennes via la péréquation et les baisses de la TPS » en fait, ce serait plus juste de dire grâce aux conservateurs à Ottawa. On parle d’une bonification de plus de deux milliards en transferts et en péréquation consentis au Québec dans le budget de 2007 par les Conservateurs suite aux efforts de Bernard Landry et de ceux qui travaillaient pour lui pour mousser le concept du déséquilibre fiscal, dont un en particulier qui s’est retrouvé au cabinet Harper et qui aujourd’hui dénonce ses propres initiatives comme étant déshonorantes.

@David
De par votre exemple, vous généralisez. On parle d’une comparaison de la famille moyenne et non de l’ensemble des contribuables.
Le graphique ne fait que démontrer qu’il y a quelque par une plus juste répartition de la richesse au niveau du gouvernement au Québec.
De plus, il serais fallacieux que croire que le -1% est la cause de tout nos maux!!!

@François 1
On cumule des déficits année après année depuis 40 ans!!!
Où étiez-vous ces 10 dernières années ???
Nous somme revenus en déficit que depuis l’année dernière, et encore, notre déficit est minime par rapport à l’ensemble des pays.
Ou bien vous êtes peu renseigné, ou bien vous noircissez volontairement la situation. Dans ce dernier cas, on peut appeler ceci de la malhonnêteté donc vous êtes si prompt a le clamer pour les autres…

@ Benton

Quand on ramène la comparaison d’une famille a tout une province la situation empire parce que le phénomène est décuplé.

Surtout qu’une famille va faire faillite assez tôt alors qu’un État se retrouvera dans la situation de la Grèce.

@ Benton:

Vous devriez vérifier vos informations Monsieur Benton parce que même lorsque le Québec affichait un pseudo-déficit zéro (atteint grâce à des manigances comptables!), le déficit de la province GRIMPAIT quand même!!!

Le déficit annuel du Québec est énorme et celui accumulé est intolérable. Faire un déficit Monsieur Benton, ça veut dire que nous dépensons de l’argent que nous n’avons pas (nous préférons le dépenser avant de la gagner) et pour laquelle nous payons des intérêts (poste comptable le plus lourd après la santé et l’éducation!!!) et PIRE: nous transférons en toute connaissance de cause nos dettes à nos enfants. Y-a-t’il quelque chose de plus injuste et de plus malfaisant que ça?

Allez savoir…

@David
Relisez le texte, je ne compare aucunement un famille à la province!?!?!

@François 1
N’empêche que le %PIB par rapport à la dette nette a baissé pendant 9 ans… jusqu’en 2009, qui a remonté, mais sans doute le plus faiblement que la plupart des pays occidentaux (et provinces canadienne).

Pour les changement comptables, ils sont expliqués ici:
http://www.ledevoir.com/politique/quebec/283174/dette-du-quebec-changements-comptables-et-mythes-tenaces

À ceux sur ce blog qui sont trop jeunes pour remonter plus loin que 40 ans ou qui ont une mémoire sélective.

Il y a 50 ans c’était la fin du règne: d’un champion de l’endettement minimum, mais aussi l’initiateur de l’impôt provincial, le « cheuf » du patronage, des caisses occultes et autres magouilles électorales, le transformateur des orphelins en malades mentaux pour aller chercher plus d’argent du fédéral tout en entretenant des relations incestueuses avec le clergé. J’ai nommé feu Maurice Duplessis: le « control freak » et éteigneur en chef de la Grande Noirceur.

Hélas, il semble y avoir des nostalgiques parmi nous qui ont pourtant bénéficié de sa disparition.

@ Benton:

Monsieur, je m’en fout complètement du ratio dette/PIB.

Notre dette (nous sommes l’un des endroits les plus endettés en Amérique-du-Nord per capita) est INTOLÉRABLE point barre! C’est le troisième poste en importance de nos dépenses gouvernementales après la santé et l’éducation. Il accaparre $8 Milliards de NOS dollars par année.

Cette dette a été accumulée négligemment par des gouvernements gauchistes et interventionistes (du temps de Duplessis, nous n’avions aucune dette…) qui ont littéralement pillé le Québec au profit des politiciens, des syndicats et de leurs fonctionnaires. Si au moins ils étaient efficaces…

Admirez les résultats de l’interventionisme: les plus taxés, les plus endettés, le plus haut taux de décrochage scolaire, une maîtrise du Français (supposément NOTRE langue!) pitoyable, une productivité minable de nos entreprises au point où nous devons les subventionner plus que toutes les autres provinces canadiennes réunies, une fonction publique obèse, tentaculaire et beaucoup trop nombreuse (là également, nous avons une médaille d’or!), des malades sans médecin de famille qui n’ont à peu près aucun soin et qui traînent dans des corridors de nos hôpitaux en décrépitude, des garderies étatiques auxquelles moins de 50% des familles ont accès, des projets « grandioses » qui ne se concrétisent jamais, et j’en passe.

TOUT ce que touche l’État québécois tourne au vinaigre, par contre, manquez-vous de dentistes? d’épiciers? de serveurs dans les restaurants? NON! Pourquoi? parce ces domaines n’ont pas encore été saccagés par l’État.

Ouvrez-vous les yeux!!!

@François 1

Regretter l’époque Duplessis c’est un peu en quelque sorte comme un russe qui regrette l’époque soviétique!

Il n’y a rien à y faire dans ce cas, le dogmatisme prends le pas sur tout…

P.S.: C’est vrai que les épiceries, restaurants et les Wal-Mart fonctionnent bien… mais ils ne fonctionneraient pas aussi bien s’ils n’emploieraient pas tous ces décrocheurs!!!
Pour le dentiste, disons que mes primes d’assurances collectives augmentent 2 à 3 fois plus vite que la dette!