Flash: La réaction du ministre Moreau (PLQ) à la candidature de Duchesneau

L’arrivée prochaine de Jacques Duchesneau sous la bannière de la Coalition avenir Québec pourrait être un élément majeur de la campagne électorale.

François Legault devrait confirmer cette candidature dans le secteur de Saint-Jérôme, au nord de Montréal, dans les prochains jours. L’entourage du chef de la CAQ est un peu nerveux, puisque la fuite au Globe and Mail n’était pas prévue.

Sur les ondes du 98,5 FM, le ministre des Transports, Pierre Moreau, qui a travaillé avec Jacques Duchesneau lorsque ce dernier a remis son rapport (il était à la tête de l’Unité anti-collusion de son ministère), a été le premier à réagir à cette nouvelle.

«M. Duchesneau est un homme de qualité. J’ai eu l’occasion de travailler avec lui», a-t-il dit, avant de décocher quelques flèches à la CAQ, affirmant que le nouveau candidat-vedette devra maintenant apprendre à travailler en équipe. «Quand on fait le saut en politique, on épouse les politiques d’un parti. Pourra-t-il manoeuvrer? Il devra défendre ses dossiers.»

Pierre Moreau a affirmé que la candidate-vedette de la CAQ dans Laval-des-Rapides, Maud Cohen, ex-présidente de l’Ordre des ingénieurs (qui avait réclamé une enquête publique sur l’industrie de la construction), n’était pas en accord avec tous les éléments du rapport Duchesneau. «Mme Cohen était contre l’idée d’interdire aux firmes de génie-conseils de faire la surveillance des chantiers s’ils ont aussi participé aux plans et devis. Nous, on est d’accord avec cette portion du rapport.» Mme Cohen a déjà dit que l’idéal serait une surveillance du ministère des Transports.

Le ministre des Transports, Pierre Moreau, a rappelé que Jacques Duchesneau était «très heureux» de la suite que le gouvernement a donné à son rapport.

Du côté de Pauline Marois, elle a affirmé être étonnée de l’arrivée de Duchesneau. «Il a déjà dit ne pas vouloir faire de la politique.» Elle a ajouté: «Si quelqu’un doit être inquiet [de cette candidature], c’est le Parti libéral.»

À lire aussi:

Josée Legault – Jacques Duchesneau frappe encore >>

Chantal Hébert – Ouch! >>

Laisser un commentaire

Vous pouvez être certain que les avocats du parti libéral doivent être à pied d’oeuvre pour trouver une faille à exploiter dans le passé de Jacques Duchesneau pour le discriditer; la chasse aux sorcières est la formule la plus exploitée par les libéraux pour attaquer ceux qui ne logent pas à leur enseigne.

Je pense que la candidature de M. Duchesneau peut aider à mettre de l’avant des engagements clairs en matière de transparence.
Chaque parti a dans son programme des dispositions qui concernent le gouvernement ouvert. Je serais très curieux de les entendre nous dire concrètement comment ils entendent amener leur futur gouvernement à l’ère digitale en rendant accessible par défaut les données pubiques et en créant de nouvelles opportunités pour l’engagement des citoyens à travers les usages des technologies web.

Moreau ne faire la différence entre le travail d’équipe et la loyauté servile du laquais au chef John James.

L’avocate du Parti québécois ne pourra plus le faire taire maintenant!!!

Ça doit commencer à drôlement sentir le roussi ches les péquistes…

Jacques Duchesneau est devenu une star de la politique québécoise, et sa venue en politique ne peut qu’influencer fortement l’issue de la présente campagne. Par contre, pour la CAQ, à recruter de telles vedettes d’envergure, tout comme le Dr. Gaétan Barette, présente des risques de dérapages et d’insubordination vis à vis la ligne officielle du parti que l’on ne peut écarter. Tout en étant plutôt favorable au changement, comme bien des québécois, je me demande jusqu’à quel point toutes ces vedettes pourront apprendre à travailler en équipe, d’autant plus qu’il s’agit d’une nouvelle formation aux idéologies assez disparates, avec peu de financement, dont l’existence pourrait être aussi courte que l’ADQ de Mario Dumont. Un parti politique sans historique, sans structures solides de financement, et sans traditions de culture interne, c’est le gage d’un avenir incertain, et l’existence d’un leadership en devenir encore plus éphémère. Bonne chance monsieur « très propre » Legault !