Fonds fédéraux en échange d’obéissance

Une démocratie saine a besoin pour fonctionner d’une société civile aux multiples points de vue, dynamique et capable de s’exprimer sans craindre les représailles. Le premier ministre Stephen Harper ne semble pas partager cette vision. Selon lui, les groupes qui reçoivent du financement fédéral doivent se plier à ses politiques, point. C’est du moins ce qu’il a dit à Paris cette semaine.

«Si, effectivement, nous finançons des organisations qui font des choses contraires à la politique gouvernementale, je pense que c’est une utilisation inappropriée de l’argent des contribuables et nous verrons à l’éliminer», a-t-il dit en réponse à un journaliste qui se demandait s’il était normal que le gouvernement fédéral subventionne des groupes environnementaux qui attaquent ses politiques.

On comprend que M. Harper ne parle pas ici du gouvernement du Canada, mais bien de SON gouvernement, le «gouvernement Harper», comme sa propre équipe veut qu’on l’appelle. On en vient à croire que pour eux, le gouvernement leur appartient. Ceci expliquerait qu’ils croient que les organismes de la société civile recevant des fonds fédéraux doivent agir, ni plus ni moins, comme des extensions de ce gouvernement. Ces groupes doivent accepter les politiques, s’y plier et non les contester. Ceux qui osent seront privés de moyens.

On est à peine surpris car depuis que Stephen Harper est au pouvoir, son gouvernement a mis fin ou réduit le financement d’organismes sans but lucratif qui militent pour les droits des femmes, les droits de la personne ou le développement international. Il a mis la clé dans la porte ou diminué les budgets d’organismes fédéraux indépendants dont le mandat est ou était de conseiller le gouvernement sur des enjeux sociaux, juridiques ou environnementaux, de collecter des données ou de faire des recherches pour qu’il puisse appuyer ses politiques sur des faits.

Ce premier ministre ne souffre pas la dissidence, ni d’être contredit et il sait faire peur à ceux qui ont l’audace de lever la voix. Bien des groupes n’osent plus le faire de crainte de perdre leur financement, reconnaissent en privé des dirigeants d’organismes non gouvernementaux. Un silence qui, s’il peut être compréhensible, dessert cependant ceux qu’ils veulent défendre et qui leur garantit en rien qu’ils seront épargnés.

Laisser un commentaire

« Ce premier ministre ne souffre pas la dissidence, ni d’être contredit et il sait faire peur à ceux qui ont l’audace de lever la voix. Bien des groupes n’osent plus le faire de crainte de perdre leur financement »

… et c’est d’une tristesse inouïe…

Connaissez-vous la différence entre une démocratie et une dictature Mme Cornellier?

La dictature, c’est ferme ta gueule.

Et la démocratie, c’est cause toujours.

Le gouvernement Royal Harper de la Couronne de Sa Majesté la Reine du Dominion du Chef du Canada est en train de nous faire basculer de l’autre à l’une…

Ce que monsieur Harper fait, c’est de dire tout haut et à intelligible voix ce que à des à divers degrés ont a toujours fait et toujours continue de faire. C’est vrai au fédéral, c’était vrai sous les Libéraux, c’est vrai au niveau provincial, tout particulièrement au Québec où les ministres disposent de fonds discrétionnaires pour aider qui ils veulent ; comme cela se passe ailleurs dans le monde, incluant plusieurs berceaux de type démocratique.

Aussi on en revient toujours aux questions basiques : Qui finance qui et subventionne qui et pourquoi ? Le gouvernement de monsieur Harper veut donner l’impression qu’il apporte une vision plus saine qu’ailleurs lorsqu’il se nourrit et s’abreuve de ses propres illusions.

Personnellement, comme je privilégie ma liberté d’expression, je ne demande de subventions à personnes. Par conséquent j’autofinance ma liberté d’être et d’agir. D’ailleurs, ceux qui sont contre les politiques du gouvernement Harper ne devraient même pas quémander quoique ce soit. Les plus belles luttes sont celles qu’on mène dans le désespoir et l’abnégation. – Où se trouve la vérité du message quand c’est le messager qui est subventionné par l’ennemi ?

Tout ça m’inquiète,mais pas pour moi,mais pour ceux qui suivent et espèrent des jours meilleurs.

Les plus populaires