François Legault : Fierté retrouvée

Quatorze mois après sa victoire, le premier ministre flotte encore sur un nuage. Et bien qu’il se montre serein, il a déjà prévenu ses députés : l’aventure ne fait que commencer.

Photo : Christian Blais

François Legault n’hésite pas une seconde lorsqu’on lui demande quelle est la plus grande réussite de son gouvernement en 2019. « La fierté d’être québécois augmente. C’est important. Je veux que les Québécois soient encore plus fiers d’être québécois. »

Aux yeux du premier ministre, cette « fierté retrouvée » représente le socle sur lequel son gouvernement souhaite appuyer ses actions. « On a de grandes ambitions pour le Québec et, pour les réaliser, il faut d’abord être une famille qui travaille ensemble. Pour qu’on soit une famille, il faut quelque chose qui nous rassemble. On doit être soudés par une base commune : notre langue, nos valeurs, ce qu’on est. Ce n’est pas être raciste que de souhaiter protéger cette base commune », affirme-t-il, assis dans l’un des fauteuils de son bureau, au troisième étage de l’édifice Honoré-Mercier, à quelques pas du parlement.

Si l’année 2018 a été celle du gain historique de la Coalition Avenir Québec, qui a brisé l’alternance au pouvoir qui durait depuis 1976 entre le Parti québécois et le Parti libéral, l’année 2019 a été celle où François Legault et ses ministres ont imprimé leur marque sur la société québécoise avec un nationalisme décomplexé, à la fois identitaire, économique et revendicateur face au fédéral.

François Legault dirige un gouvernement qui, pour la première fois depuis l’époque où Robert Bourassa tentait de négocier l’accord du lac Meech, à la fin des années 1980, se porte à la défense de la spécificité québécoise, mais ne souhaite pas l’indépendance du Québec. C’est l’avènement de la troisième voie politique tant désirée par les Mario Dumont, Jean Allaire et autres depuis 30 ans, qui écarte la souveraineté péquiste et le fédéralisme multiculturel libéral, au profit de ce que l’humoriste Yvon Deschamps appelait en boutade « un Québec indépendant dans un Canada fort ».

Ce changement de ton et de direction rebrasse les cartes politiques, obligeant les autres formations à s’ajuster à celle de François Legault. Marginalisé sur le flanc nationaliste, à la recherche d’un nouveau souffle, le PQ remet le cap sur l’indépendance, pendant que le PLQ se demande comment ajouter une touche d’affirmation nationale à son discours afin de renouer avec les francophones.

Sur la scène fédérale, les partis en campagne électorale cet automne ont fait des contorsions pour plaire à François Legault… ou pour ne pas se le mettre à dos. Le Bloc québécois lui doit en bonne partie sa résurrection, Yves-François Blanchet s’étant collé aux vues nationalistes de la CAQ sur la laïcité et l’immigration.

Selon un coup de sonde Léger réalisé au terme de la première année au pouvoir de la CAQ, dont les résultats sont parus le 25 septembre dernier dans Le Journal de Montréal, 64 % des Québécois (74 % des francophones) se disent satisfaits du travail de François Legault et de ses troupes.

C’est un taux de satisfaction qu’aucun gouvernement n’a approché depuis une quarantaine d’années, témoignent les archives des sondeurs. En 1989, Robert Bourassa jouissait d’un appui de 57 %. Lucien Bouchard a atteint 55 % en mai 1996. Bernard Landry, 54 % en 2001 — ce qui ne l’a pas empêché de perdre les élections deux ans plus tard. Jean Charest, Pauline Marois et Philippe Couillard n’ont jamais franchi la barre des 50 % après quelques mois au pouvoir. « C’est assez exceptionnel », confirme Christian Bourque, vice-président de Léger.

Si les jeunes de 18 à 34 ans sont un peu plus tièdes, avec un taux de satisfaction de 46 %, les 55 ans et plus vivent une lune de miel avec le gouvernement Legault : trois électeurs sur quatre en sont satisfaits (76 %).

« Les gens me disent : “On est fiers de vous, de votre gouvernement, et on vous aime.” Il y a quelque chose qui s’est passé, raconte le premier ministre. Je ne m’attendais pas à ça. Je trouve ça d’ailleurs trop flatteur, parce que les gens me disent : “Vous êtes le meilleur depuis René Lévesque.” Mais Lévesque, c’est mon idole ! Je ne me considère pas dans la même catégorie que lui. »

François Legault avoue être parfois agacé par les comparaisons entre son gouvernement et ceux dirigés par Maurice Duplessis, qui avait su fédérer le fond bleu nationaliste et un brin conservateur du Québec entre 1936 et 1959. « Duplessis n’avait pas juste des qualités ! » dit-il de cet homme qui a plongé le Québec dans ce qui a été décrit comme une « grande noirceur » en raison de ses positions conservatrices et anticommunistes. « La fierté, pour moi, c’est aussi le fleuve Saint-Laurent, avoir de belles écoles, de bonnes universités, être fort en intelligence artificielle… Ce ne sont pas les mêmes raisons que Duplessis à l’époque. »

Divers indicateurs montrent que le moral s’est amélioré au Québec depuis 12 mois. Par exemple, selon un sondage Angus Reid paru le 15 novembre dernier, les Québécois sont maintenant les plus optimistes au Canada. Un revirement spectaculaire, puisqu’en janvier 2018, ils disaient avoir le moral dans les talons. Autre revirement : plus d’un Québécois sur quatre (27 %) affirme que sa vie s’est améliorée depuis un an — la moyenne canadienne est de 18 %. En 2018, c’était à peine 9 % des Québécois, le pire résultat au pays.

Présentement, 28 % des Québécois se disent inquiets de perdre leur emploi ou qu’un membre de leur famille subisse un tel sort, soit une proportion nettement sous la moyenne canadienne de 43 % (64 % en Alberta !).

Évidemment, plusieurs facteurs expliquent l’humeur générale : l’économie tourne à plein régime, les salaires grimpent en raison de la rareté de la main-d’œuvre et il y a d’importants surplus budgétaires à Québec, qui permettent des réinvestissements dans les programmes sociaux et la diminution du fardeau fiscal. Mais un gouvernement qui surprend et dépasse les attentes de la population ajoute à l’ambiance positive.

Quatorze mois après sa victoire, François Legault flotte encore sur un nuage. La rigueur du pouvoir n’a pas altéré le sourire qu’il affiche chaque jour en arrivant au parlement. « J’aime ma job. J’aime le Québec. J’aime les Québécois. Et j’aime la gang qu’on a au gouvernement », énumère-t-il d’un trait, dans le style direct qui le caractérise.

Ses proches confient qu’il est plus serein qu’à n’importe quel autre moment de sa vie professionnelle, que ce soit lorsqu’il était PDG d’Air Transat, à la tête d’importants ministères dans les gouvernements Bouchard et Landry ou dans l’opposition à l’Assemblée nationale.

François Legault aime être aux commandes. Il laisse ses ministres travailler, mais il n’est jamais loin. « J’ai davantage les deux mains dedans que la moyenne, convient-il. Je m’implique dans les dossiers, parfois dans les détails, pour que ça avance. Je suis très obstiné aussi. Je choisis quelques priorités et je les ramène constamment sur le tapis avec mes ministres et le secrétaire général du gouvernement, Yves Ouellet. »

Au moment de notre rencontre, à la mi-novembre, une tension régnait au gouvernement, qui traversait sa première vraie crise : la réforme bâclée en immigration autour du Programme de l’expérience québécoise (PEQ), cette voie rapide pour étudiants et travailleurs désireux de s’installer au Québec. La liste des domaines admissibles était mal conçue. Le ministre Simon Jolin-Barrette a dû battre en retraite dans le désordre et s’excuser. François Legault lui-même a défendu l’indéfendable pendant quelques jours, avant de reculer. « Je ne suis pas fier de ça, avoue-t-il. L’intention était bonne, mais l’exécution ne l’a pas été. »

Pourtant, en entrevue, le premier ministre est détendu et blagueur. Il parle du pool de hockey qu’il fait chaque année avec une quinzaine d’employés de la CAQ — « je joue pour gagner, pas pour participer ! » — et de ses lectures de chevet sur l’environnement alors qu’il prépare le plan vert de son gouvernement, qui sera dévoilé dans les premiers mois de 2020. Il lit des ouvrages comme Le New Deal vert mondial, de Jeremy Rifkin, et des études comme Trajectoires de réduction d’émissions de GES du Québec — Horizons 2030 et 2050, du cabinet de consultants montréalais Dunsky.

François Legault relativise l’échec de la réforme. « Il reste trois ans avant les élections, alors même si on fait des erreurs comme ce qui s’est passé avec le PEQ, on a le temps de se rattraper, dit-il. C’est la moyenne au bâton qui compte. Et quand ça ne va pas tout à fait dans la bonne direction, je n’ai pas peur de reculer ou de m’ajuster. Je suis à l’écoute. »

Il s’était aussi ajusté en démettant rapidement MarieChantal Chassé de son poste de ministre de l’Environnement, en janvier 2019, parce qu’elle n’était pas à la hauteur, puis en retirant des mains de la ministre Nathalie Roy la réforme de la langue française en préparation pour la confier à Simon Jolin-Barrette.

François Legault dirige un gouvernement à son image : ambitieux, pressé (parfois trop), optimiste, et qui s’exprime dans « un langage qui est semblable à celui de la majorité des Québécois », comme il aime le rappeler. Le premier ministre croit d’ailleurs qu’il s’agit d’une partie de la recette de son succès. « Je ne sais pas si c’est l’âge ou l’expérience, mais je fais attention au ton que j’emploie. Je le répète à mes députés et à mes employés : il ne faut pas être arrogant. On doit rester humble, ne pas regarder les Québécois de haut. »

Le désir d’action est particulièrement visible sur le front identitaire, où le Parti libéral, longtemps au pouvoir, soufflait le chaud et le froid. Le premier ministre et sa garde rapprochée estiment que prendre des mesures rapides pour rassurer les francophones était primordial afin d’éviter des tensions populistes, comme celles qui ont envoyé Donald Trump au pouvoir aux États-Unis ou engendré le Brexit en Grande-Bretagne. « Il y aura toujours une vulnérabilité concernant notre langue, nos valeurs et notre culture, dit François Legault. Au Québec, il n’y aura pas de dérapages, parce que les Québécois voient qu’on a agi avec la loi 21. Ailleurs, il y a eu de l’inquiétude face à l’immigration et comme il n’y avait pas de réponse politique, il y a eu des dérapages. »

En juin dernier, le gouvernement a fait adopter la loi 21, qui interdit le port de signes religieux aux employés de l’État en position coercitive et aux enseignants — une loi contestée devant les tribunaux. Celle-ci, couplée à la baisse temporaire des seuils en immigration, la hausse des budgets de francisation pour les nouveaux arrivants, un test des valeurs québécoises à l’entrée des immigrants et l’accent mis sur l’éducation — la « priorité nationale » —, constitue le cœur du nationalisme identitaire de la CAQ. S’ajouteront en 2020 une amélioration de la Charte de la langue française et une négociation avec le fédéral pour contrôler le programme de réunification familiale, qui permet à environ 10 000 personnes par année d’immigrer au Québec sans que l’État québécois ait son mot à dire.

Le premier ministre pense que le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau acceptera de céder plus de pouvoir en matière de langue et d’immigration. Et si Ottawa refuse ? « Il ne dira pas non ! réplique François Legault. Le Canada ne perd rien à laisser plus de pouvoir au Québec pour défendre sa langue, sa culture et ce qu’il est. On va y arriver. Justin Trudeau aurait pu avoir une majorité [aux Communes] s’il avait compris ça. »

Cette « fierté québécoise » abordée par François Legault en entrevue se construit-elle sur le dos des immigrants, dont bon nombre se sentent bousculés par les mesures du gouvernement ? « Non, tout est une question d’équilibre. Les immigrants sont les bienvenus. Les Québécois seront toujours accueillants, mais il y a un minimum à respecter. Il y a un compromis, et c’est l’interdiction de porter des signes religieux pour les employés de l’État en position d’autorité. Ça touche 1 % des emplois au Québec. Quand on compare à certains pays européens, c’est très limité. Que les immigrants arrivent au Québec et ajoutent à notre société, qu’ils s’intègrent, apprennent le français et occupent des emplois intéressants, c’est consensuel. »

Ce qui fait aussi consensus, particulièrement chez la génération montante, c’est le besoin d’en faire davantage pour lutter contre les changements climatiques. Les jeunes Québécois ont d’ailleurs organisé la plus imposante marche de l’histoire de la province dans les rues de Montréal, le 27 septembre dernier.

François Legault en est bien conscient alors qu’il prépare sa stratégie de réduction des gaz à effet de serre (GES), qui tournera notamment autour de l’électrification des transports et des entreprises. « L’environnement, ça va être de plus en plus important. Il y a un consensus fort au Québec. J’ai deux garçons de 25 et 27 ans, et ils me demandent : ‘‘Papa, est-ce que je devrais voter pour le Parti vert ?!’’ » lance-t-il en riant, avant de reprendre son sérieux. « J’espère surprendre avec un plan musclé, un plan comme on n’en a jamais vu, un plan ambitieux. »

La CAQ ne deviendra toutefois pas Québec solidaire, prévient le premier ministre. « Contrairement à QS, on va garder un équilibre. Ça ne se fera pas au détriment de l’économie. Oui, il faut réduire les GES, mais il faut aussi diminuer notre écart de richesse avec nos voisins [ontariens et américains] pour se donner les moyens, entre autres, de réduire les GES et d’avoir de meilleurs programmes sociaux pour nos jeunes. Tout ça va ensemble. »

François Legault a beau être serein, il a prévenu ses députés que l’aventure ne fait que commencer. « Le travail qu’il reste à faire est plus important et plus difficile que le travail qu’on a fait depuis un an », leur a-t-il dit derrière des portes closes, en octobre, en citant l’environnement, la culture, la hausse des investissements privés dans les entreprises, l’éducation et la santé, notamment.

« Obtenir de meilleurs taux de diplomation et mieux dépister les difficultés d’apprentissage chez les enfants, ça prend du temps, explique François Legault. Réduire l’attente dans le réseau de la santé et s’assurer d’avoir une prise en charge des patients sept jours sur sept, ça va être dur. » Il fait une légère pause à la suite de son énumération, avant de sourire de nouveau. « C’est beaucoup de travail, mais j’aime ça. »

Les plus populaires