François Legault toujours seul au sommet

La CAQ se tient encore en tête des sondages avec une moyenne de 48 % des appuis, selon la plus récente projection Qc125.

Crédit : L'actualité

Une pandémie, une deuxième vague et quelques imprévus plus tard, la Coalition Avenir Québec de François Legault jouit encore et toujours d’appuis importants auprès de l’électorat québécois.

Un nouveau sondage Léger publié ce matin dans Le Journal de Montréal révèle que la CAQ récolterait 49 % des suffrages si une élection avait lieu aujourd’hui, une avance de près de 30 points sur son plus proche rival, le Parti libéral du Québec, à 22 %.

Loin derrière se trouvent le Parti québécois à 14 % et Québec solidaire à 11 %. Au total, 5 % des répondants choisiraient un autre parti.

Ce nouveau sondage nous permet de faire une mise à jour complète de la projection québécoise Qc125. Vous trouverez la liste des sondages sur cette page.

Voici tous les sondages d’intentions de vote au Québec réalisés au cours de l’année : 

Selon le modèle électoral Qc125, la CAQ se tient loin en tête des intentions de vote, avec une moyenne de 48 % des appuis. Ce n’est pas une surprise : depuis le printemps, de multiples sondages nous indiquent que les Québécois demeurent généralement satisfaits de la gestion de la pandémie de François Legault et de son équipe.

Certes, les sommets du printemps, où la CAQ obtenait des taux d’approbation quasi soviétiques de plus de 90 %, sont derrière nous. Mais environ deux électeurs québécois sur trois se disent toujours satisfaits, une proportion généralement stable depuis le début de l’automne et parmi les plus élevées au Canada.

Le Parti libéral obtient une moyenne de 22 % des intentions de vote, une hausse modeste depuis l’automne, mais un niveau d’appui encore inférieur à son résultat désastreux lors du scrutin de 2018. Selon le sondage Léger, le PLQ est en deuxième place, derrière la CAQ, dans toutes les tranches d’âge (à égalité statistique avec Québec solidaire chez les 18-34 ans). Or, il tire de l’arrière auprès de l’important électorat francophone avec seulement 11 % d’appui, à égalité en troisième place avec QS.

Ce fut certainement une année difficile pour le Parti québécois, dont la course à la chefferie, tout comme celle du PLQ, a été éclipsée par la pandémie. Deux mois après l’arrivée de Paul St-Pierre Plamondon à sa barre, la moyenne d’appui au PQ se maintient à 14 % (un score qui concorde avec les deux plus récents sondages Léger et Angus Reid). Si l’arrivée de Dominique Anglade n’a pas fait grimper le PLQ dans les intentions de vote, il n’en a pas été autrement pour le PQ et son nouveau chef. Paul St-Pierre Plamondon pourrait augmenter sa propre visibilité et sa notoriété s’il était élu à l’Assemblée nationale, mais encore faudrait-il qu’une circonscription se libère — et qu’il puisse la remporter. Les circonscriptions favorables au PQ sont de moins en moins nombreuses.

Pour Québec solidaire, ces résultats doivent certainement être décevants. Alors que des sondages menés dans les dernières semaines au Canada nous indiquent que le NPD fédéral serait en hausse (selon Léger, Nanos Research, Research Co.), la formation de gauche ne semble pas parvenir à profiter de la pandémie pour faire passer son message. Avec une moyenne de 11 % des intentions de vote, QS est actuellement le parti ayant le plus reculé par rapport à son résultat de 2018 (la formation avait alors obtenu 16,1 % des suffrages).

Projection de sièges

Avec les niveaux d’appui actuels, un raz-de-marée caquiste est à prévoir : la CAQ remporterait en moyenne 92 des 125 sièges à l’Assemblée nationale.

Le Parti libéral garderait son titre d’opposition officielle, mais serait réduit à 22 sièges en moyenne. Québec solidaire, fort de sa base montréalaise, formerait la deuxième opposition, avec sept sièges.

Le modeste recul du PQ combiné à la montée de la CAQ serait dévastateur pour le parti souverainiste. En moyenne, le PQ ne remporterait que quatre circonscriptions selon les chiffres de cette projection, les plus probables étant Matane-Matapédia, Joliette, Bonaventure et les Îles-de-la-Madeleine
Dans le sud du Québec (voir carte ci-dessous), nous remarquons que la CAQ balaie presque l’entièreté du 450, de l’Outaouais, de l’Estrie, de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de la Capitale-Nationale. Le PLQ serait confiné à Montréal, à la circonscription de Pontiac, en Outaouais, ainsi qu’à quelques circonscriptions de Laval et du 450.

De son côté, Québec solidaire pourrait espérer conserver ses acquis montréalais, ainsi que la circonscription de Taschereau, à Québec.

La CAQ effectuerait aussi un balayage de l’Abitibi, du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord (voir carte ci-dessous). Dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, la CAQ et le PQ se disputeraient quelques chaudes luttes. La circonscription de Matane-Matapédia, de l’ancien chef intérimaire péquiste Pascal Bérubé, demeure la seule circonscription « solide » pour le Parti québécois. 
Les nouvelles des dernières semaines nous permettent de ressentir un optimisme prudent pour 2021. La vaccination a commencé au pays, et le Canada a déjà réservé plus que sa part de doses afin de vacciner sa population au cours du printemps et de l’été.

Sur le plan économique, nous nous attendons évidemment à des déficits historiques tant à Québec qu’à Ottawa (autant en nombre absolu qu’en pourcentage du PIB), mais il est possible d’espérer qu’une reprise économique substantielle aura lieu lorsque cette vaste campagne de vaccination aura commencé à porter ses fruits.

Sur le plan politique, contrairement à Justin Trudeau qui doit composer avec un Parlement minoritaire à Ottawa, le gouvernement Legault détient le luxe du temps, car la prochaine élection générale au Québec n’est prévue que pour l’automne 2022. La vaccination et la gestion de l’économie domineront probablement de nombreux cycles médiatiques en 2021 et prépareront assurément le chemin pour la campagne québécoise de 2022.

Pour tous les détails de cette projection électorale québécoise, visitez la page de Qc125. Vous y trouverez les projections des 125 circonscriptions au Québec

Les commentaires sont fermés.

Comme quoi l’image est beaucoup plus importante que les actions.M.Trump l’a bien compris et la CAQ aussi. Concernant la pandémie, nous sommes les derniers de classe, équivalent avec les USA, en termes de déces.Au Canada nous représentons 55% des déces pour 22.6% de la population. Les USA, ont+ ou – 41 fois plus d’habitants que nous, donc 7600 x 41=311600 morts.Pas mal comme les USA. Je pense qu’on devait prendre les grands moyens pour stopper cette vague..il était temps.

Le paternalisme trumpiste paye.
Michel a raison : le bilan de gestion caquiste de la pandémie est parmi les plus catastrophiques.
Comme quoi, c’est faire semblant qui compte !

Que ce gouvernement médiocre obtient 48 %, un peu court le qualificatif médiocre , dites nous en quoi qu’il est médiocre ce gouvernent , serais ce que les répondants au sondage plus précisément les 48% , sont médiocre . Croyez vous qu’´un autre parti aurais fait mieux ? si oui , lequel ?

On peut encore voir le système électoral bancal et anachronique qui permet à un parti qui n’a même pas 50% des votes obtenir presque trois fois plus de sièges que les autres partis réunis! Il n’est pas étonnant que les oligarques aiment ce système uninominal à un tour! Mais c’est loin d’être démocratique alors que par exemple le PQ obtiendrait plus de votes que QS mais aurait trois sièges de moins à l’Assemblée Nationale…