Francophonie socialiste: What would Jaurès do?

Je ne voulais pas gâcher votre semaine de la Francophonie (vous savez? la semaine dernière!) avec ça, mais je ne peux plus me retenir. Non, car j’ai appris récemment que la première secrétaire du Parti socialiste français, Martine Aubry, a obtenu le Prix de la carpette anglaise 2010, entre autres pour avoir permis l’utilisation du slogan « What would Jaurès do ? » sur du matériel du PS.

Indeed, what would he do? Speak english ?
Indeed, what would he do? He would turn in his grave, that's what!

Qu’aurait fait Jaurès, un des fondateurs et leaders du Parti socialiste au début du siècle ? La question, en anglais, est sur des tasses, des T-shirts, des bannières. C’est l’idée de jeunes conseillers de Mme Aubry qui, dit-elle, a validé ce slogan « mi-absurde, mi-politique ».

Le site de l’Assemblée nationale français nous explique la démarche:

Au PS comme ailleurs, il faut bien s’adapter à la demande : « Les purs et durs achètent toujours le tee-shirt avec le poing et la rose mais il nous fallait un tee-shirt politique pour aller bruncher le dimanche » s’amuse le staff com’.

Heureusement, le « staff com' » a choisi le français pour le message imprimé sur les préservatifs à un euro : « Il ne peut y avoir révolution que là où il y a conscience ! ».

L’académie de la Carpette anglaise, réunie en décembre et formée de défenseurs du français, a attribué le titre à Mme Aubry également pour sa décision de décrire son approche politique, au printemps dernier, sous le mot général de « care ». Elle propose, dit-elle, une « société du care ». Et le français, n’ajoute-t-elle pas, « who cares? »

La société du "care"
La société du "care"

L’académie a préféré Mme Aubry au général Charpentier, commandant des forces terrestres françaises, qui  a mérité une voix pour avoir déclaré : « Il n’y a aucune ambiguïté : la seule langue de travail possible [dans l’armée] est l’anglais. »

Le prix spécial à titre étranger a été décerné à Paul Kagamé, président de la République du Rwanda, « pour avoir imposé dans son pays le passage du français à l’anglais comme langue officielle et comme langue de l’enseignement, et pour avoir quitté l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie) pour adhérer au Commonwealth ».

Comment on traduit le titre des films danois ? En anglais

Version américaine...
Version américaine...

Les collègues du Monde ont été moins délicats que moi en écrivant en pleine semaine de la Francophonie que les distributeurs de films en France ont pris la mauvaise habitude suivante:

En français, La Casa muda se dit La Maison muette et Hævnen se traduit du danois par Revanche. Mais à la porte des multiplexes français, on dit The Silent House et Revenge. Ces deux longs-métrages, l’un uruguayen, l’autre danois, sortent donc en France ce 16 mars avec pour titre la traduction en anglais de leur appellation d’origine. Ce phénomène est proprement hexagonal.

version québécoise
version québécoise

Revenge, de Susanne Bier, qui vient de remporter l’Oscar du meilleur film étranger, va sortir au Brésil ou en Hongrie sous un titre dans la langue du pays. Ce sont les distributeurs – les sociétés qui achètent les droits des films pour les proposer ensuite aux exploitants, les propriétaires ou gérants de salles – qui choisissent les titres.

Et ces distributeurs d’expliquer qu’il faut bien utiliser l’anglais, pour attirer les jeunes dans les salles. Et pas n’importe quel anglais. L’anglais le plus simple possible. L’anglais, oserions-nous le dire?, pour les nuls.

version "française" !
version "française" !

Le film « Hangover », que nous avons bêtement traduit « Lendemain de veille » au Québec, est devenu « Very bad trip » en France.

C’est peut-être du Very bad English. Mais ce n’est pas du Very good French. Au fond, j’en viens à m’interroger. What would Jaurès think ?

(Merci à l’alertinternaute Michel D. pour m’avoir signalé l’article du Monde.)

Les commentaires sont fermés.

I said what? what?… in the what?

Il y en aura pour dire que notre langue est bien protégée comparée à la France et qu’on a donc pas à s’en faire.

Pathétique dérive de ce qui se veut une langue officielle à l’ONU. Pour combien de temps encore? Un Québec souverain donnerait certainement un nouveau souffle à la francophonie internationale.

Ce slogan me semble être une erreur parce que ça se traduit en français : « Que ferait Jaurès ? » à la place de: « Qu’aurait fait Jaurès ? » Vu qu’il est mort et qu’il ne peut plus faire quelque chose de valable actuellement. Le j de Jaurès est minuscule sur la tasse, ce qui me semble une autre faute.

What would Jaurès do?
I don’t know but it is working.
La radio de Radio-Canada inaugure sa nuit avec une émission de grande détente venue de France – conversation avec des auditeurs de partout – farcie de chansons presque exclusivement en anglais.
Homier-Roy, »aux aurores », diffuse probablement plus de chansons en anglais qu’en français bon an mal an, dans ses quatre heures quotidiennes.
C’est, manifestement, un »trend » francophone.
Martine Aubry est maire de Lille, ville devenue le noyau du trafic passager par TGV en Europe, reliant à la France la Grande-Bretagne, le Bénélux et l’Allemagne. Or l’Europe est désormais définitivement anglophone dans sa communication internationale.
Sorry, but that’s the way it is.
Very sorry, I should say.
Mais c’est comme ça, et c’est – côté un peu négligé par l’histoire – un effet soixante-huitard.
Il y a désormais plus d’étudiants de France qui viennent parfaire leur formation à Montréal que de Québécois qui vont le faire en France. Et ces jeunes Français fréquentent plus les universités de langue anglaise de Montréal que ses universités de langue française.
C’est comme si l’Hexagone voulait avec assurance abattre définitivement le père De Gaulle.
C’est peut-être triste, mais vachement démocratique. Même si ça se prétend vachement socialiste.

Les francais nous surprendront toujours pour leur incongruité et leurs paradoxes …..

Dan l’état actuel de la situation tant au Québec qu’en France, je considère que, la fierté ne jouant plus aucun rôle devant une mondialisation absurde et destructrices des cultures, la francophonie est agonisante et qu’elle disparaîtra à court terme, particulièrement au Québec.

«la seule langue de travail possible [dans l’armée] est l’anglais. »

C’est comme ça dans l’armée canadienne depuis 1867

L’Église de France a aussi récemment lancé un slogan à caractère «universel» pour attirer des jeunes candidats à la prêtrise : Jesus is my boss!

On peut espérer qu’à un moment donné toute cette absurdité va finir par se déliter. Quoique on peut se demander si l’insignifiance a vraiment des limites ?

Il ne faut pas compter sur la France pour sauver le français dans le monde. Les fracophones hors-Québec utilisaient le frabçais de Paris contre le mauvais joual du Québec. Un moyen d’empêcher les francophones hors-Québec de recevoir le message séparatiste du Québec. Est-ce que ça changé aujourd’hui ? L’économie avant la culture.

Pour certains l’utilisation de mots français fait désuet, ringard. Les mots anglais sont de mise, c’est la nouvelle préciosité. Ont les croyait mortes et enterrées mais voilà que les précieuses ridicules ont ressucitées.

Bonne journée

Et que trouve-t-on pas loi de la chronique de JFL? ce petit texte pour nouc inviter à Create an account or connectez-vous to Voyez ce que vos amis recommandent. Cela me laisse perplexe…

ADMIN : La langue de la boîte Facebook ne dépend malheureusement pas de nous. Si vous n’êtes pas connecté à Facebook et que votre IP est en Ontario ou si votre ordinateur est configuré en anglais, le texte se présentera en anglais. Et lorsqu’il s’affiche en français, il le fait, effectivement, d’une bien piètre façon.

Soyez assuré que s’il n’en tenait qu’à nous, ce genre d’aberration n’arriverait pas.

Un grand Français, Ernest RENAN, dans ses « Dialogues et fragments philosophiques », a écrit ceci qui caractérise bien ces comportements imbéciles :

« La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini. »

Pauvre France !
Et pauvre nous, tout « écartillés »!

Cette utilisation de l’anglais n’est guère plus dramatique ou scandaleuse que l’utilisation du latin par Bernard Landry. L’anglais est à la culture mondiale ce qu’était le latin il y a 500 ans, avec 2 bénéfices additionnels:

1) l’anglais est aussi une langue vivante, ce que n’est pas le latin depuis belle lurette.

2) habituellement, quand un énoncé est fait en anglais, les gens comprennent. On ne peut en dire autant d’un énoncé fait en latin. En somme, l’anglais est tout aussi culturel que le latin, et beaucoup moins snob.

Evidemment, il y a toujours place pour dire que la fréquence des locutions anglaise dans le discours est exagérée. Mais où tracer la ligne?

Ma réponse: inutile de tracer une ligne. Les lois du marché décideront. Si quelqu’un émaille son discours de 2 locutions latines par 3 lignes, il se rendra éventuellement compte que son discours perd en efficacité ou en popularité. Ou s’il ne s’en rend pas compte, son discours ou son produit souffrira par rapport à des discours ou produits avec lesquels il est en compétition. Il en est de même pour les locutions anglaises.

Et si les locutions anglaises aident à vendre un produit ou une idée, on ne sera quand même pas sclérosé au point de légiférer contre ces locutions ( ce qui revient à légiférer contre l’évolution, si nous étions biologistes)? Zut, je viens d’oublier que je vis au Québec, où la sclérose est trop souvent vue comme une vertu à déposer sur l’autel de l’idolâtrie linguistique.

L’anglais est la seule langue officielle au Rwanda depuis 2008; depuis ce temps, l’anglais remplace le français comme langue d’enseignement depuis le primaire jusqu’à l’université; le français est offert comme langue seconde.

» «Nous donnons la priorité à la langue qui rendra nos enfants plus compétents et qui servira notre vision de développement du pays», a déclaré mardi le président Paul Kagamé dans une école primaire de Kimhurura.

Il a ajouté que l’anglais était meilleur pour les affaires et faciliterait l’intégration du pays à la Communauté d’Afrique de l’Est, dont les membres (Kenya, Ouganda et Tanzanie) sont anglophones. »

http://www.cyberpresse.ca/international/afrique/200810/16/01-29842-le-rwanda-remplace-le-francais-par-langlais.php

« Donner la priorité à la langue qui rendra nos enfants plus compétents »: concept intéressant et audacieux. Apparemment la langue n’est pas une idole au Rwanda, mais un outil; un outil sans doute d’une rare noblesse, mais un outil quand même.

Kagamé serait-il, comme Abraham, un briseur d’idoles?

Mais qu’est-ce qui fait que lorsque que nous nous retrouvons dans une salle où plus d’une langue sont présentes, c’est nécessairement l’anglais qui devient la langue rassembleuse. Que ce soit dans les sports, les séances d’informations même lorsque les anglos sont légèrement minoritaires,et le langage et les termes qui rassemblent sur la toile et qui demeurent presqu’exclusivement » shakespearien ».
Est-ce le nombre (si oui, les sites web seront bientôt en mandarin), est-ce la puissance économique (encore là, le mandarin progresse)et que dire de l’espagnol qui représente une langue maternelle majoritaire à l’anglais. Bref, la sacro-sainte croissance économique qui pousse les échanges jusqu’à l’échelle mondiale sur une base de plus en plus quotidienne exigera-t-elle ,un jour, une langue internationale unifiée et quelle sera-t-elle?
Le cas échéant, que perdra-t-on humainement puisque la langue est élément si caractéristique d’une culture?
Je me demandais après avoir vu le film Biutuful (ce week-end) de l’espagnol Alejandro Inarritu en version originale avec s.-t., ce qu’il aurait perdu d’une présentation postsynchro française ou anglaise. Je vous invite à faire l’essai comparé.

Hé bé!!! Vous me voyez tout ébaubi!

Je savais que nos cousins français n’en étaient pas à une sottise prêt pour discréditer l’importance et banaliser l’utilisation de langue française à travers le monde. Et ça, bien que l’organisation du Commonwealth compte quelque 54 États membres et que l’Organisation Internationale de la Francophonie en compte 56.

C’est nos fédéralistes et chantres de l’assimilation des francophones du Canada qui doivent saliver par les moments qui cours.

Avec cette attitude du pays phare de la langue française, membre permanent du conseil de sécurité des Nations Unis, les québécois n’ont plus qu’à aller se rhabiller et à l’instar de leurs confrères du RoC laisser tranquillement agoniser la langue de leurs ancêtres au sein d’un Canada unilingue uni.

Tous les portes-étendards du fédéralisme et hérauts du bilinguisme unidirectionnel canadien de ce blogue feront des gorges chaudes de ce sujet et j’ai bien hâte de lire leurs analyses et interventions.

Allez y messieurs-dames faites-vous plaisir, aujourd’hui c’est le parti socialiste français qui vous en donne l’occasion!

P.S.: J’espère qu’ils ont inhumé Jean Jaurès à plat ventre, car il doit grafigner pour sortir de son cercueil!!!

Bonjour! Bloguistes de JFL. »Lingua franca »:langue de relation, utilusée par des groupes de langues différentes; expression d’origine italienne,selon le dictionnaire. Déjà, dans le temps de Jean Jaurès (Castres,l859-Paris,1914), fondateur du Parti socialiste français en 1901; on pensait à l’utilisation d’une langue internationale passe- partout. »L’Espéranto »,créée en 1887 par Ludwik Zamenhof(Bialystok,1859-Varsovie,1917)médecin et linguiste polonais. »L’Espéranto » – espoir d’être compris par plusieurs: au vocabulaire formé à partir de langues romanes et à la grammaire réduite. En vogue, au sein de collègues scientifiques européens et étrangers, lors de leurs congrès internationaux, dans les années 1900 – sauf, pour l’Empire britannique.
Y a-t-il espoir? À l’aube du XXIe siècle? Certainement pas avec des cons et connes, qui se veulent populaires auprès de leurs audiences, publics via les nanomédias (écrits/oraux/visuels
audios/) – par le truchement surtout de la
publicité. Et à la sauce Martine Aubry, cheffe du
Parti socialiste, inspirée par son clan de jeunes
publicitaires et par la tradition. Née lors la 2e Guerre mondiale en France. Par la présence des Armées américaines en 1943, seulement. Et leur jazz, suivi de leur cinéma. Naissait aussi leur complexe cuturel qui perdure depuis. Mais, regardons dans notre propre cour: « Écoutez pour voir » dit Radio-Canada.Leur plus zélé et le plus ridicule – cinq jours semaine – René Homier Roy. Qui arrose son auditoire de « c’est le fun » à chaque pharse. Comme un tic convulsif, viscéral. Suivi de la planoplie des arts, des oeuvres, des
spectacles et des chants américains que « René Au Miroir » Roy exhale et vante tant qu’il en oublie
sa propre culture française d’origine et surtout québécoise. J’ai évoqué un seul exemple et un seul
média. Imaginez si Camille-Laurin n’aurait pas arrêter l’hémorragie par la loi 101. Et qu’on s’efforce d’étioler petit-à-petit en bilinguisant
l’éducation publique au primaire; laissant nos étudiants ethiques, libres pour leur choix collégial /Cégep et universitaire. Pourtant, choix obligé dans les Fédérations de l’UE pour assurer la survie des minorités culturelles.Comme la nôtre.Pourtant, l’Éducation publique au Québec relève uniquement du Québec: « mettons nos bretelles à nos culottes »:nous, à 26% au Canada.
Sauf pour le choix des Peuples amérindiens et Inuits; et celui de la Minorité historique des Anglophones québécois.Eux qui nous ont à l’oeil avec leur Cour suprême du Canada, pourtant fédératif.Nous, à 2%, dans le contexte nord-américain.

Gaston Miron, « Tant que l’Indépendance n’est pas faite, elle reste à faire ». A la prochaine!

de leur cinéma.

Un peu déplacé, de la part de l’Académie de la carpette anglaise, de mettre dans le même panier le Rwanda et la France. Au Rwanda, le français était la langue du colonisateur (tiens, comme l’anglais pour les Québécois), et le colonisateur antérieur du Rwanda était allemand et non anglais. Alors, remplacer le français par l’anglais comme langue officielle, et ce, pour des raisons pragmatiques, n’a rien à voir avec l’attitude un peu snob de certains Français à l’égard de leur propre langue.

To the right honourable, honorable #14:

Why don’t you write in English on this blog? It would me more efficient to make your point though!

If French language is so useless to you, start to forget it!

A sensrugueux: vous aimerez cette citation:

« Someone compared getting into an argument with a boorish neighbor to wrestling in the mud with a pig: you will both get filthy, but the pig will enjoy it. » (Harold S. Kushner dans « Living a life that matters »)

PS aux susceptibles: je ne vise personne en particulier de ce blogue dans ma citation (1), mais elle explique pourquoi il n’est pas toujours utile de débattre avec certains (par les temps qui courent, on songe forcément à certains auteurs prolifique surVigile.net…)

(1) sans doute grâce à ADMIN, qui fait généralement un excellent travail; sans ADMIN, j’ai l’impression que je serais obligé de viser certaines personnes dont les commentaires fielleux n’ont pas été publiés)

Espérons que les Français et les Québécois continueront d’aimer et de respecter leur langue. Si nous sommes tous convaincus de l’importance de vivre en français et de promouvoir notre langue dans toutes les situations, ces emprunts à l’anglais seront limités et peut-être bientôt remplacés par des emprunts au mandarin ou à l’hindi.

En ce sens, un bon coup de barre s’impose chez nous. Par exemple, l’Office québécois de la langue française doit reprendre le collier afin de favoriser l’utilisation de la terminologie française. L’école doit également assurer un enseignement du français de qualité et promouvoir son bon usage et son importance par des campagnes de sensibilisation de toutes sortes. Les parents doivent aussi continuer à veiller à la qualité du français de leurs jeunes enfants une fois que ceux-ci sortent de leur milieu familial. Les animateurs de radio et de télévision doivent sans faute nous offrir des modèles de bon parler en contextes formels. Enfin, souhaitons que nos artistes trouvent encore de l’inspiration dans notre langue.

Cela s’appelle vouloir vivre en français. Est-ce vraiment ce que nous voulons ?

Puisque nous sommes à la France ce que les francophones hors Québec semble être au Québec, si la tendance se maintient comme le français tend a disparaitre plus vite dans les régions les plus peuplées France, Montréal… bientôt nous assiteront a l’exode de unilingues frnacophones vers les communautés francophones du ROC.
Nunavut on arrive. Ça doit être ça le plan nord.
http://www.franconunavut.ca/travailler-entreprendre/rdeenunavut.html
En passant, ça a bien l’air que le bloc va bloquer le budget fédéral. Bloc au cube (les libéraux d’ignasiev qui ne sont pas capable d’accepter leur statut d’opposition va aussi bloquer comme toujours. Si Ignasiev ne peut accepter de ne pas décider à l’opposition imaginez-le au pouvoir. Taisez-vous c’est lui qui parle).
Donc qui cà qui cà qui va ssumer le cout des élections encore. Il me semble que le budget est acceptable et qu’on pourrait bien attendre un 18mois avant d’aller dépenser pour des élections. Espérons que cette fois les Québécois vont avoir compris le message et réaliser qu’avec le bloc on avance pas ça bloc et ça bloquera toujours. Impossible pour un parti d’opposition de développer un pays. On le sait Layton c’est comme Ignatief il pense qu’il a des chances de remporter les élections. Ils ne veulent pas jouer le rôle que les électeurs leur a donné mais décider à la place des électeurs qui est au pouvoir. C’est de la démocratie ça. Non trop de pouvoir aux politiciens sur le processus électoral. On doit changer ces lois. Qui nous coute une fortune pour flater l’égo d’assoifés de pouvoir.

Bravo SenscommunRugueux, vous traduisez parfaitement mon état d’âme devant les commentaires du dit hororable.

Vous auriez pu aussi lui transmetre votre opinion dans une autre belle langue, et ainsi :

honesta XIV #: Quin scribere penatibus Anglos? Sic me ad utiliora cum instantia tua! Si ita lingua francia inutilis, initium oblitus!

N’est-ce pas cher honoré !

Autre exemple: le sympathique « Happy-Go-Lucky » de Mike Leigh est sorti en France sous le titre… « Be Happy ».

On savait déjà que le ridicule ne tue pas, mais parfois…

Que cé qu’j’aurais fait?

Voilà, même le joual est plus proche du français que le français de Frooonce d’aujourd’hui…

Les plus populaires