Fusion Libéraux et NPD: bonne ou fausse bonne idée ?

La recomposition du paysage politique canadien reste du domaine du possible. Le futur chef du NPD voudra-t-il explorer avec le futur chef du PLC une alliance tactique ? Il a jusqu’au printemps 2015 pour le faire car l’élection n’aura lieu qu’à l’automne 2015.

L’absence de mouvement en ce sens, au début 2012, ne présage donc en rien l’avenir. L’approche d’une probable reconduction d’un gouvernement conservateur majoritaire, en 2014, jouera plus fort que tous les égos et toutes les carrières pour remettre la question à l’avant plan.

À Planète Terre cette semaine, j’anime un débat entre deux politologues de l’Université de Montréal, l’un, Denis Saint-Martin, favorable à la fusion et l’autre, Jean-François Godbout, estimant qu’elle n’est pas réaliste.

Ils ont chacun signé un texte sur le sujet, Saint-Martin ici, Godbout là, et votre blogueur favori a sa propre idée, ici.

 

Fusion ou pas, deux points de vue bien argumentés
Les commentaires sont fermés.

Cette suggestion vient de M harper et c,est dans son intérêt. Sil n’y a que 2 véritables option le vote est divisé en 2 et il a donc une chance sur 2 d’être élu. Par contre en trois, on comprend que ces chances diminuent. Mais pire s’il y avait une coalision apr`s élection des 2 autres il a plus de chance de perdre.
Dans ces cas. je préfère des luttes a trois et des gouvernement minoritaires qui doivent s’entendre avec les autres partis pour prendre des décisions. Mais je préf`rerais nettement qu’il y ait plus de place pour les citoyens. quitte a avoir un vote de citoeyns sur chaque question qui compte au moins pour 25% du poids des décisions, ça serait déj¸a un point de départ pour voir les résultantes d’une participation citoyenne.

Une telle fusion amènerait presque inexorablement à un système de bipartisme à l’américaine.

Et on voit bien ce que cela donne au sud de notre frontière.

Positions diamétralement opposées. Sclérose des idées. Gouvernements «blancs bonnets, bonnets blancs» ou État souffrant d’immobilisme chronique.

Donc, quant à moi: fausse bonne idée!

En somme, c’est un peu comme si vous demandiez si ce serait une bonne ou une pas bonne idée de faire accoupler son caniche avec un saint-bernard. Auquel cas ma réponse serait : Oui, si vous voulez une portée de jolis petits bâtards qui seraient ni des caniches ni des saint-bernards tout en étant certain qu’ils seraient quand même des chiens.

Ça blague, je suis pour la liberté des peuples : Que les Canadiens fassent ce qu’ils veulent.

Souhaitons-leur du bonheur.

Et si….

Et si ce que Harper souhaite vraiment en ignorant totalement le Québec et en allant contre les valeurs et volontés Québécoises était en fait de promouvoir indirectement l’Indépendance du Québec…???

Pensez-y 75 (bientôt 78) comtés de vilains gauchistes de moins dans l’équation de la majorité, avec une division du vote entre le NPD et le PLC dans le ROC, moi je trouve que c’est une belle assurance d’un gouvernement Conservateur Majoritaire pour les 25 prochaines années…. NON? Qui sait p-être même une dictature monarchique avec Harper 1er comme souverain…Ahhhh voilà d’ou vient sa fixation pour la royauté! Blague à part, je suis convaincu qu’un soir sur 3 en s’endormant, il rêve à l’Indépendance du Québec…Mais comme Legault il ne l’avoueras pas, question de garder(prendre dans le cas de Legault) le pouvoir!

Il faudrait juste que les Québécois se réveillent un peu et arrêtent de se laisser éblouir par la promotion médiatique des Caquopportunistes et regardent du côté du vrai parti indépendantiste sérieux: Option Nationale !

Si le Québec va si bien, et qu’il est dirigé depuis 2003 par Jean Charest et les libéraux, doit-on en déduire qu’ils font une bonne job avec le Québec?

« Une telle fusion amènerait presque inexorablement à un système de bipartisme à l’américaine. »

Sauf que le bipartisme est aussi dans les « gènes » du régime parlementaire britannique: les gouvernements minoritaires sont excessivement rares. Dans l’histoire du Canada, le pouvoir était traditionnellement échangé entre le parti conservateur (maintenant remplacé par le Reform Party qui a racheté son nom) et le PLC. Ce n’est que parce que le PLC est mourant que le NPD l’a remplacé comme opposition officielle. Dans la logique de ce système, ou le PLC continue son déclin et le NPD va le remplacer dans un système bipartiste ou le NPD va reculer (mort de Layton et députation inexpérimentée pour la plupart) et le PLC reprendre son rôle.
C’est uniquement parce qu’on est dans une période de transition qu’il y a « instabilité » dans le système parlementaire d’héritage britannique. Quand la situation va s’éclaircir, on reviendra au bipartisme. En attendant Harper peut régner sans partage.

Remarquons que le système parlementaire d’héritage britannique, comme le système états-unien n’est pas un bipartisme absolu: Il y a un « natural govermnenet party » qui dirige le plus clair du temps, avec une alternance occasionnelle du second parti (Républicains – Démocrates aux États-Unis, PLC – conservateurs traditionnellement au Canada, puis PCC – PLC dans les dernières années, il restra à voir ce qu’il adviendra quand on sortira de la période de transition: PCC-NPD ou PCC-PLC).

Remarquez qu’un Québec, c’est la même situation: traditionnellement: parti conservateur (devenu UN) avec PLQ, puis avec la seconde partie de la Révolution Tranquille et la montée de la question nationale: PQ-PLQ.
(Le pari des financiers aux côtés de Sirois c’est justement de fonder un autre parti près de leur milieu et de leur vision pour remplacer le PQ dans cette « valse à deux »).

@ P. Lagassé #6

Le bipartisme n’est pas non plus une tradition au Canada.

La dernière fois que la Chambre des communes ne fut représentée que par deux parties politiques en son sein remonte à l’élection de 1917. Toutes les autres élections ont vu siéger des représentants d’au moins 3 partis politiques et/ou de députés indépendants.

Il n’en est pas beaucoup différent pour l’Assemblée Législative de la province de Québec. Il faut remonter à l’ère de Duplessis pour retrouver une représentation bipartite au sein du Parlement de Québec.

Je peux comprendre que le bipartisme soit une source de réconfort pour les individus ayant un cerveau à deux dimensions (esprits manichéens), mais la véritable démocratie repose sur la diversité de pensées et de choix.

En politique, 1 + 1 est souvent plus petit que 2. Pensez à la CAQ qui est devenu moins populaire depuis qu’elle a dévoré l’ADQ et accepté dans ses rangs François Rebello.
S’ils fusionnaient, libéraux et néo-démocrates perdraient nécessairement une part de leur électorat respectif sans rien gagner parmi ceux qui ont voté conservateurs. Un « progressiste » conservateur choqué par l’extrémisme du parti de Harper votera libéral en 2015, mais sûrement pas pour un nouveau parti englobant libéraux et néo-démocrates.

@ SensCommunRugueux

Je comprends bien ce que vous écrivez. Par contre Harper avec environ 30% des voix peut gouverner exactement comme le font les dictateurs.

Avec une minorité de voix, Harper est plus puissant qu’un roi sur le Canada.

Il ne payera plus pour la santé, mais la gouvernera. Il fera bâtir des prisons aux provinces si tel est son désir.

C’est pas demain la veille qu’on va voir le NDP se fondre dans the liberal party of cadnas pas plus que les libéraux du Québec adhérer aux idées socialistes pures et dures des red neck de l’ouest. MAIS, dans la perspective de se voir mourrir tous les deux, rien n’est impossible.

Ces deux partis sont à la recherche d’un chef. Il faudra attendre que ceux-ci soient choisis avant que la moindre négociation ne puisse s’amorcer sur ce sujet.

@SensCommunRugueux

Mon point n’était pas que le bipartisme consisterait à n’avoir que deux partis représentés en chambre, mais bien que le pouvoir se passe par alternance entre deux seuls partis. Que des tiers partis soit représentés, cela ne fait que mitiger ce bipartisme, mais n’enlève rien au fait que deux gros partis s’échangent le pouvoir et peuvent faire perdurer la situation en se présentant comme « la seule alternative » pour battre l’autre.

En revanche, je partage entièrement votre opinion sur ce point:
« Je peux comprendre que le bipartisme soit une source de réconfort pour les individus ayant un cerveau à deux dimensions (esprits manichéens), mais la véritable démocratie repose sur la diversité de pensées et de choix. »

C’est pourquoi je rage quand certains essaient de nous enfermer dans ces choix binaires réducteurs. Et c’est aussi pourquoi je rêve d’un système plus représentatif (dossier qui traîne depuis Lévesque et qui pourtant faisait partie des promesses de Charest en 2003).

Pour l’instant, il ne faut pas compter sur le PLQ, le PQ ni sur la CAQ pour changer les choses. Les trois profitant de ce système bipartiste de facto (pour l’instant la CAQ et le PQ se battent pour savoir lequel des deux sera le larron faisant face au PLQ dans cette alternance).
Des partis représentés en chambre, il n’y a plus que Québec Solidaire pour promouvoir un système proportionnel modéré.

Borné bien dur!
Tant et aussi longtemps qu’un membre libéral qui était là lors des commandites fera encore partie de la bande. Je ne voterai pas pour les libéraux. Fusion NPD/PLC ou pas.

Ma devise, Je me souviens!

Ça me fait penser à l’improbable fusion P.Q. / Q.S. = peu probable sauf dans l’imaginaire débridée des politiques désespérés comme Monsieur Lisée qui, semble-t-il en est un grand promoteur.