Futures élections: les indécis forment le gouvernement!

50%

C’est le chiffre le plus important du dernier coup de sonde de Léger/QMI. La moitié des répondants, précisément 50%, annoncent qu’ils peuvent encore changer leur vote. C’est énorme. Et cela signifie que la situation politique est encore très mouvante.

Vous savez comme votre blogueur favori aime creuser dans les tableaux de sondage. Je l’ai fait encore une fois pour vous, et ai découvert quelques petites pépites.

On vous a dit que la moitié des Québécois veulent une élection cette année. C’est vrai. Mais 67% des électeurs libéraux n’en veulent pas. On se demande pourquoi.

Et on a la réponse lorsqu’on constate l’ampleur du sentiment anti-Charest chez les électeurs francophones.

Seulement 13% des francos estiment qu’il fait ou ferait le meilleur premier ministre, derrière Legault (34%) et Marois (18%). Normal, puisque 82% des francophones se disent insatisfaits du travail de son gouvernement.

Mais cela empire lorsqu’on pose des questions en détail:
60% estiment que Jean Charest n’est pas une personne intègre;
70% estiment qu’il ne se préoccupe pas des intérêts des citoyens;
74% affirment qu’il ne leur inspire pas confiance.

L’éclaircie de Pauline Marois

Soyons clairs: le sondage indique que François Legault et son parti sont toujours nettement en avance. Ils ont le vent en poupe, mais un peu moins qu’avant. Ils sont premiers, mais ils décèlerent.

Et dans leur rétroviseur, sur le champ de bataille francophone, ils voient d’abord le PQ, et non le PLQ.

Si on débarasse le sondage de la répartition d’indécis qui sont — ils le clament — indécis et qu’on se concentre sur les décidés, cela donne, chez les francophones:

CAQ : 33%
PQ :  27%
PLQ: 14%
QS: 9%

Un écart encore important, de 6 points pour la CAQ, mais non insurmontable.

D’autant que le sondage offre enfin à Pauline Marois quelques chiffres réjouissants.

Lorsqu’on demande aux sondés quel serait leur second choix, le parti de Mme Marois est clairement en avance chez les électeurs de la CAQ (28%, dix de plus qu’aux libéraux) et chez Québec Solidaire (33%, le Parti vert étant l’autre choix).

Inversement, la CAQ est le second choix de 36% des péquistes et de 26% des libéraux. Le parti de Jean Charest, lui, est très peu attractif comme second choix.

Une autre façon de dire que le terrain est meuble pour la CAQ et le PQ. François Legault continue à dominer: leader, premier ministre, confiance, cela va bien.

Mais Mme Marois fait une remontée sur deux sujets essentiels:

46% des francophones estiment qu’elle se préoccupe des intérêts des citoyens (contre 34%). C’est davantage que François Legault, à 38%.

et 46% estime Mme Marois intègre, contre 28%. Là encore, un avantage sur Legault, qui ne récolte que 36% au baromètre de l’intégrité.

C’est un élément essentiel, compte tenu de l’importance du thème de l’intégrité lors du prochain scrutin.

Laisser un commentaire

Puisque vous aimez les pépittes en voici une: le nombre de Francophones ne cessent de baisser. Il est tombé à 77%. Dans plus du tiers des comtés, le vote allophone et anglophone joue en faveur des Libéraux.

Bonne nouvelle pour le PQ et bonne nouvelle pour les citoyens compte tenu de l’ampleur de la débâcle du PLQ. Certains disent une lutte a 3… ou ca? Dans le West Island, c’est PLQ de toute façon. Ailleurs ce sera une lutte a deux PLQ CAQ. J’aimerais quand même voir Françoise David a l’assemblée Nationale au coté d’Amir

Tant que le «melting pot» des coalisés ne montreront pas leur vrai visage (qui risque plus de ressembler à un portrait cubiste de Pablo Picasso qu’à une oeuvre réaliste de Gustave Courbet), l’attrait de la nouveauté demeurera alléchant.

Attendez la rentrée parlementaire, le club école des 9 députés de la CAQ va sévir à l’Assemblée Nationale et le lustre lénifiant de leur médaille va s’oxyder.

Les caquistes ne sont qu’à 3 recrues pour obtenir le statut de groupe parlementaire (et je leur souhaite ardemment).

Et Option Nationale? Simonac va falloir l’inclure dans le choix de réponses un moment donné… Combien de ce cinquante pour cent d’indécis ont en fait déjà réservé leur vote pour Jean-Martin Aussant?

Faudrait juste que le PQ insiste plus sur ce qu’il voudrait faire en éducation, en santé, pour le français et l’économie, incluant le Plan Nord et l’environnement qui sont des préoccupations actuelles des Québécois, jeunes et vieux…pas la séparation du Québec du Canada qui a un effet négatif, un frein sur l’électorat québécois. Une preuve, Québec solidaire colle à 9 ou 10 %, ce qui ne fait que nuire au PQ et l’ON de M. Aussant qui ne décolle même pas dans les sondages…peut-être 2 % dans la liste des autres partis.

M. Legault avec sa CAQ y est allé avec des propositions claires et souvent répétées dans tout le Québec, pas juste des bonnes intentions vaseuses. Faudrait monter que la simple souveraineté du Québec, dans le programme du PQ, n’est pas la simple séparation du Québec du Canada mais une souveraineté d’une entente canadienne à négocier…éventuellement. Une sorte d’Union canadienne d’États souverains, seulement si et quand les Québécois seront prêts…après quelques années de gouvernance souverainiste pour replacer les finances et l’économie québécoise, comme se propose de le faire M. Legault avec des exemples concrets. Les véritables séparatistes, qui veulent se séparer du Canada, pourront voter pour l’ON de M. Aussant et les véritables gauchistes du genre plus communiste que souverainiste, comme le Parti communiste, hébergé par Québec solidaire héberge, pourront voter pour ce parti.

Faut qu’ils, nos partis politiques, soient clairs en disant ce qu’ils vont faire. Où couper, où ajouter, comment balancer autrement qu’en empruntant.

Lorsque Legault a sorti l’hypothèse d’éventuellement peut-être former un groupe qui sera possiblement, on verra, un parti politique il y a 2 ans, les médias nous assommaient à coup de marteau des sondages bidons aux questions biaisés en faveur de Legault.

Lorsque Jean-Martin Aussant, un homme intègre de conviction et fort intelligent forme son parti, qui théoriquement devrait plaire à au moins 25% de la population, on ne l’inclut dans aucun sondage.

Il y a un traitement de faveur évident envers François Legault et une injustice flagrante envers Option nationale de la part de nos médias supposément neutre, objectif et chien de garde de notre démocratie.

Si les médias avaient fait leur job et couvert Aussant, qui attire plus les foules que Legault soi-dit en passant, on aurait probablement des scores fort différents.

PS: Il est dommage que vous n’ayez pas noté que l’appui de la souveraineté à grimper de 10% depuis le mois d’août,et ce, malgré les déboires du PQ. La souveraineté a maintenant la faveur de 43% de la population, soit le même niveau qu’en 1995.

Pendant ce temps, la CAQ de Legault a perdu près de 10% d’appui depuis l’été.

Évidemment, il y aura quand même des effrontés qui ne voient que ce qu’ils veulent voir qui viendront nous dire que la souveraineté est morte et que plus personne en veut.

Plusieurs observateurs dises ces jours-ci que CHAREST ira en élection rapidement pour surprendre ses opposants (où serait la surprise?).

Ce sondage n’amènera-t-il pas le premier ministre à hésiter à déclencher le scrutin maintenant?

L’avenir de Mme Marois est incertain.

J.F.Lisée a beau implicitement miser sur P.Marois parce qu’en tant qu’ancien ministre elle serait gage de crédibilité pour le poste de p.m, il y a maintenant F.Legault qui capitalise aussi sur son passé de ministre pour se déterminer comme premier ministrable tout comme Mme Marois. Sans oublier Charest qui premier ministre jouera son rôle de politicien bagarreur qui semble son principal atout encore qu’usé.

Quoi qu’il advienne avec Marois voire le plus inquiétant. Cette chronique il y a quelques mois a fait la suggestion que Gilles Duceppe rejoigne P.Marois comme second déterminant pouvant devenir si gouvernement péquiste le vice premier ministre après P.Marois premier ministre.

Façon de dire selon tous les scénarios où P.Marois quitte son poste ou un duo Marois-Duceppe pourrait se former.

Parce qu’à 25% selon le sondage, le PQ est maintenant exclu toujours de Québec et dorénavant de Montréal centre et est. Le PQ ne ferait concurrence à la CAQ qu’en régions où les circonscriptions sont en perte d’influence.
Pour ce sondage, le PQ va toujours mal et samedi B.Drainville ne s’est pas mis le doigt dans l’oeil. Le sondage de dimanche reste négatif.

Les réformes politiques au Conseil National ne suffiront pas tout en considérant par exemple le travail de promotion que peut faire un Dutrisac au 98fm de Montréal lorsque en discussion avec Antoine Robitaille du Devoir. À mots couverts, les animateurs de la radio privée informative sont en cavale pour la CAQ en mettant l’emphase sur le discours pratiquo-pratique. Les réformes politiques sont balayées au nom de la question des infrastructures par ces animateurs. Et là, on ne parlera pas des animateurs poubelles de Québec c’est pire!

Rien n’est donc acquis pour aucun parti.
Malgré tous les problèmes que le PQ a traversés au cours des derniers mois, le parti semble garder le cap et réussit même à améliorer sa performance.
Les libéraux auront beaucoup de difficultés à se sortir du bourbier de la corruption et les parfums de scandale vont s’intensifier dès que la Commission Charbonneau fera ses premiers pas.
Reste la CAQ. Elle n’en est qu’à ses premiers balbutiements que déjà ses appuis commencent à décliner ou du moins à stagner.Je pense que la lune de miel sera de courte durée avec les québécois, ce qui a mon avis devrait favoriser le PQ s’il réussit à démontrer que la tempête est terminée et que l’unité est revenue dans le parti. Mais avec le PQ, rien n’est vraiment sûr.
À tout moment on a droit aux états d’âme d’un ou l’autre de ses membres importants ce qui a le don d’irriter les québécois.

Et Gilles Duceppe ? Rien !? Cela surprend.

Quant au chiffre de 77% de francophones au Québec, je peine à le croire. Le recensement n’est pas encore rendu public.

Le PQ doit mettre de l’avant son programme qui est fort intéressant et mettre en valeur le fait que la CAQ, c’est un ramassis d’adéquistes ambitieux, de péquistes vire-capots ambitieux et libéraux cyniques.

Je ne voudrais pas faire de peine à personne mais l’option Jean-Martin Aussant n’est pas vraiment une option à l’heure actuelle. Un parti politique c’est pas seulement un site Web ou un nom chez le DGE, c’est aussi des militants, des exécutifs de comté, et le reste, et le reste. Le PQ et QS ont mis des années avant de bâtir le leur. Et là je ne parle même pas de la CAQ. Eux n’ont pas encore la structure. Ils ont une partie du fric, les sondages, et l’image d’un chef pas ternie…encore.

Bonsoir,

Avec ce sondage, l’évidence démontre que le Québec s’en va à vau-l’eau, court à sa perte et péréclite dangereusement. Beaucoup de poules pas de têtes habitent cette province en s’agitant dans toutes les directions. Comment placer la barre haute au niveau de l’information lorsque plus de 50 % des québécois sont analphabètes et tout à fait incapables de lire un texte des plus minimalistes, même dans le joual de la nation ?

En terminant, ce sondage par la bande confirme le travail de l’éminent chercheur qu’est Monsieur Jean Herman Guay qui démontra que 39 % des citoyens qui votèrent OUI sur le 49.4 % voulaient rester dans le Canada. Car comment comprendre une question référendaire de plus de vingt lignes de mots savants avec plus de 80 pages de texte de l’entente du 12 de Juin 1995. Mais sacrebleu ! L’astuce, elle est là dans sa grandiloquence pour pogner le québécois dans le détour….. Au plaisir, John Bull.

Serait-il possible que plusieurs des indécis attendent à la fin du mois avant de décider? Question de voir si:
—le PQ va changer son orientation
—le PQ va se donner un nouveau chef.
Cela n’expliquerait-il pas cette mouvance sentie dans l’électorat?
Madame Marois est là depuis trente années. Ce n’est pas elle qui pourra vraiment changer notre système en profondeur. Elle a trop longtemps vécu dans ce système. Elle y est habituée. Elle s’y trouve confortable. Elle peut accepter d’en peinturer quelques murs, mais pas d’abattre des cloisons.
Je comprends les gens d’attendre pour décider.

Je crois qu’on voit la conséquence de l’accent mis sur les questions linguistiques au cours des dernières semaines. Et comme je le craignais, ça favorise davantage les libéraux que le PQ qui doit se battre contre la CAQ dans les comtés francophones.
Si la grogne linguistique augmente, la CAQ va être obligée de prendre position quitte à faire exploser sa belle coalition. Sinon, c’est le PQ qui va perdre des plumes. Dans tous les cas, les anglos et les allophones seront suffisamment échaudés pour voter en masse pour le PLQ. Accommodements raisonnables prise 2.

Une fusion des partis qui se disent souverainistes n’est pas possible mais un regroupement des forces souverainistes donnerait une majorité chez les francophones donc une majorité de sièges a l’assemblée nationale …..Admettons que madame Marois n’est pas la meilleure vendeuse de l’option souverainiste mais personne ne parle de souveraineté mais elle en parle régulièrement . Chez QS personne en parle et ON n’est qu’un site web …. Les militants souverainistes ne font que diviser le vote sans réellement aider la cause ….. C’est aux électeurs de prendre les moyens pour se donner un gouvernement souverainiste au pouvoir , débarquer le gouvernement Charest qui nous a fait un tord considérable et éviter d’élire un parti qui refuse d’aborder les problêmes constitutionnels pour dix ans …..Soyons stratégiques et évitons la gaffe aux dernières fédérales …..

ils le forment déja a ottawa et a québec ,oups s’cuser j’avais lu ¨imbéciles¨ pourtant c’est bien écris ¨indécis¨j’ai des problèmes avec mes yeux le matin,lol

Bonjour,

Pathétique ce sondage qui démontre l’évanescence, la vacuité dans laquelle marine le québécois moyen. Bien sûr, dans ce gros tapon, les plus grands indécis sont les péquistes de grand chemin qui sont errants, tout à fait démunis sans la boussole d’un quelconque Sauveur Suprême.

En outre, au lieu de se taper la semelle comme des Canadiens errants, vous devriez, vous autres les péquistes de bonne volonté reprendre le bâton du pèlerin et de la pèlerine pour diminuer cet invraisemblable taux d’indécis en retournant à la pédagogie nécessaire à la Cause. Reprendre le porte à porte en quadrillant le Québec, en le sillonnant pour porter la BONNE NOUVELLE.

Finalement, encore une fois afin de diminuer ce fort taux d’indécis qui est une honte NATIONALE, pourquoi ne pas retourner aux bonnes vieilles assemblées de cuisine du tout début afin d’émoustiller les patriotes intérieurs qui végètent.

En conclusion, qu’il était bon ce temps des bonnes vieilles assemblées de cuisine entre péquistes de bonne volonté où fleurait bon les GROSSES PIPÉES de Gros Tabac Canadien. Vous flottiez sur un nuage en ce temps béni qui vous faisait planer à travers les énormes volutes de fumée envahissant toutes les pièces de la maison avec vos rêves virevoltant au plafond en étant portés ce boucan. Un bon show de boucane dans une assemblée de cuises peut faire le job pour regaillardir la Foi et l’Espérance qui font défaut aux indécis. Faites cet acte de foi en hommage à votre fondateur, Monsieur René Lévesque qui fit largement sa part avec sa fumée secondaire qui étourdit encore certains d’entre vous. Au plaisir, John Bull.

« Condamné par le doute, immobile et craintif, je suis comme mon peuple, indécis et rêveur. Je parle à qui le veut de mon pays fictif le coeur plein de vertige et rongé par la peur… » tiré d’un texte de Dédé Fortin des Co-loc écrit peu de temps avant son suicide.

Ce sondage est très intéressant et montre bien que l’opinion de société québécoise est loin de s’être cristallisée.

Ceux et celles qui prédisaient la fin d’une idée ou d’une autre étaient complètement dans le champ.

Tout est encore possible.

Message personnel :

Cher Mister Bull!

J’ai de la difficulté à saisir vos objectifs derrière vos continuels commentaires négatifs envers le Québec et quasiment toute sa société francophone. J’ose espérer que vous n’êtes pas un de ces racistes qui ne peuvent cesser de dénigrer et rabaisser un grand groupe d’individus sur la seul base de leur appartenance à une société, dans votre cas la société québécoise francophone.

Denis Drouin
Laval

M. Lisée, il y a une donnée du sondage que vous passez sous silence: la compétence de gestion fes leaders.
Pourtant, c’est possiblement l’aspect le plus important pour l’électorat, cette habileté à bien gérer.
Il n’y a que 15% des répondants qui pensent que Mme Marois serait une bonne gestionnaire. Loin derrière M. Charest et très loin derrière M. Legault.
Et c’est une perception qui n’est pas nouvelle mais que nous pouvons constater dans presque tous les sondages des dernières six mois. C’est ce que l’on appelle une tendance lourde qui plombe possiblement les chances de tout le parti.
Non, Mme Marois n’est pas bien perçue dans la population.

S’il y a autant d’indécis c,est qu’il n’y pas d’option vraiment intéressante. Les gens vont faire comme aux élections fédérales, comme il n’y avait pas d’option vraiment intéressante, ils ont attendu et quand il y a eu un semblant d’ouverture a nos priorités et c’est Jack Layton qui les a donné au débat des chefs en français, tout le monde s,est rangé derrière lui
Nos priorités en économie, environnement, santé, éducation et fédération.
On peut bien s’illusionner sur l’intérêt de la séparation mais il y a eu unanimité sur ce que Jack nous a proposé, pourqoi il n’Y a pas de parti sur la scène provincial qui comprend ça.
Hypothèse
quelque vient de perdre sa job, il n’a pas d’auto, il habite en région et doit pour pouvoir aller travailler avoir une auto.
Quelles sont ses options?
1-Déménager en ville avec le peu qu’il a en poche, et s’il ne trouve pas d’emploi avant de ne plus avoir une cenne se retrouver à la rue?
2-Retourner aux études, emprunter pour le faire et avoir de meilleures perspectives d’emploi pour après et concidérer s’acheter un véhicule en travaillant à temps partiel. Pour pouvoir retourner travailler dans son coin après?
3-Rester sur son derrière vivoter en espérant que de meilleures perspectives finiront par arriver en priant, tout en dépensant ses maigres épargnes pour arriver a se nourir?
Et vous avez peut-être d’autres solutions.
Moi j’opte pour l’option 2 le développement des compétences, basé sur un besoin identifié dans sa région et l’endettement pour études et l’achat d’un véhicule
pour revenir dans son coin et y développer un coopérative de travail. Créer son emploi, développer l’économie de la région.
À l’échelle de la province c’est pareil. Notre taux de chômage est élevé, que devont-nous faire? Option 1,2 ou 3?
Moi j’opte pour l’option 2, emprunter pour faire un investissement dans le développement de compétences, le développement de moyens de transports efficaces sur tout le territoire et le développement de coopératives.
Il ne faut pas attendre que les taux d’intérêts soient élevés, qu’une plus grande proportion de nos gens soient au chômage ou que les solutions viennent des autres. Il faut s’approprier les instruments nécessaires pour pouvoir développer notre richesse et le faire tant qu’on a encore les moyens d’investir. Ce n’est pas quans on aura épuisé nos ressources, ou que notre côte de crédit sera moins bonne qu’il faudra réagir. C’est maintenant.
http://www.npd.ca/article/jack-layton-fait-preuve-r-el-leadership-lors-d-bat-chefs-anglais
La version vidéo qui démontrait la prise de position de Jack sur la question constitutionnelle fédérale, qui a dit que SI c’Était important pour le Québec IL était ouvert a réouvrir les négociations avec Ottawa.
Il semble que cette déclaration aient été balayée sous le tapis par tout les partis politiques autant sur la scène fédérale que provinciale. On le sait les québécois veulent majoritairement une alliance Canadienne qui donne plus d’autonomie aux partenaires de la fédération (provinces et territoires).

Il y a eu trop de brasse camarade chez le PQ pour que ce soit quelque chose de naturel. POur preuve la traitrise ehonté de rébello, avec des partisans de cette nature ca peut pas lever bien haut!1 Et les sondages?? bien je n’y crois plus tout simplement , ils sont la pour le bénifice de qui les commande et de qui les commente en pesant sur le chiffre qu’ils veulent faire passer dans la population.

Sempiternels moutons, interminablement tournent en rond, dans leur enclos, sans direction, fourvoyés par des vassaux félons et féroces. Lorsque tondus tenus par le cou, ils font bêêê, bêêê, ne connaissant la haine ni la valeur de leur laine, dépouillés à l’os, à en perdre haleine, pour finir en ragoût.

Un mouton noir.

J’aurais écris en titre éliront le prochain gouvernement. Jean Charest et son entourage sont toujours là et comme vous avez écrit récemment. C’est pas faux si les indécis vont voter en aussi grand nombre que les décidés ce dont je doute. Si vrai, le hasard élira le prochain gouvernement. L’affirmer, c’est se demander qu’est-ce que le hasard.

Les sondages sont une photo du troupeau au moment où il a été réalisé. La photo a été commandée ou fait partie, j’allais oublié le e, du traintrain du sondeur. Leurs suites, des médias dont les sociaux.

L’homme est grégaire, on m’a appris que les moutons l’étaient aussi. Ils suivent un chef, le chef suit sa cour, même un Stephen Harper. Pour entrevoir l’avenir, je trouve que les blogues sont révélateurs. Merci pour le vôtre que j’observe religieusement 1 sur 5. Sans me coaliser pour, l’avenir du Québec m’intéresse, inter-générationnellement, géo-politiquement, démographiquement, économiquement. Ça ne fait pas de moi un Sans parti.

– « Quand on est parti, on est parti, on n’y revient plus, c’est tout ! » Le Capitaine Bonhomme ?

@ m.drouin ,sur votre questionnement sur les propos de certain blogueux,je crois bien qu’une partie de la réponse se trouve dans le texte de la chanson d’abdal malik intitulée ,c’est pas moi ,c’est les autres,lol et dans le cas plus précis auquel vous réferé ben les autres c’est pas mal tout le temps les québécois,ça nous changent du redondant nous ,mais comme l’a déja dit je ne me rappele plus trop qui,que voulez-vous?,lol

Bonjour,

Vraiment renversant que ce sondage qui dépasse l’entendement de constater autant d’indécision.Tout ça parce que le nationalisme québécois va mal et même très mal. Comment essayer d’expliquer cette dramatique situation plongeant le Québec dans la dérision. Serait ce les guerres intestines et larvées entre les divers groupuscules qui composent la clientèle nationaliste qui en sont la cause ?

En outre, comment un péquiste peut il faire un gaillard de lui même tout en se comportant comme une mauviette, comme un gringalet face à sa Cause Nationale ? De là origine toute cette indécision en fractionnant le coeur de l’atome National.

Finalement, nos amis les nationalistes québécois ressemblent de plus en plus à des démunis qui se partagent un ténébreux sous sol en contreplaqué brun avec du vieux shaggy comme tapis. En partageant cette humble chambrette à deux où trois à utiliser le même ordinateur et en chipant les textes et l’identité du vieil ordinateur ravagé par tant de mains. Misère totale et agressivité qui en découle. Cette situation ressemble à la Cause Nationale dont les disciples se chipent un et l’autre les idées et les projets pour mieux s’affaiblir au yeux de l’opinion publique. PQ, CAQ,QS et l’ON pourraient partager la chambrette et le vieil ordi dans l’harmonie en s’unissant au lieu de sortir du sous sol pour se taper de violentes claques sur la margoulette.

En conclusion, afin de voir plus clair dans cette indécision famélique, il faut tout de suite cesser de PENSER PAR LES RACINES et de servir de sa matière GRISE…….comme font les LIBÉRAUX. Au plaisir, John Bull.

John Bull méprise la vie politique québécoise. Ici on discute, on transforme, on révolutionne, on se chicane même! On vit! Mes ex-collègues de travail ontariens m’ont souvent avoué trouver bien plate leur vie politique.

Je ne sais pas Option Nationale en est rendu où exactement dans son développement, mais je sais qu’Aussant a déjà le support d’au moins deux autres députés (dont la mienne) à l’assemblée nationale, le support de plus de mille membres, qu’il sait attirer des foules, et que ses idées sont intéressantes.

J’ai hâte que l’on parle du parti et de le voir inclus dans les sondages.

La performance de Mme Marois sera déterminante d’ ici les prochaines élections. Une bonne partie de ce groupe d’indécis risque beaucoup plus de tomber dans le camp péquiste que le camp libéral.
Si la démonstration est faite que beaucoup des promesses faites par la CAQ sont irréalisables ou présomptueuses, le vote se déplacera et c’est à Mme Marois de le faire si elle veut démontrer sa capacité de bien gérer.
Vas-t-on donner un mandat en blanc à la CAQ alors que nous n’avons rien de concret à se mettre sous la dent démontrant la faisabilité des promesses de la CAQ?
Qui finance la CAQ et à quoi s’attendent-ils de recevoir après l’élection?
Un nationalisme vide de sens et sans contenu veut dire quoi au juste?

Votre conclusion m’amène à penser que les gens en on mare des vieux partis et que tout comme pour le NPD la CAQ vas ramasser un maximum de siège, ( mais chuuut on ne le dit pas …) comme seule capable actuellement de battre Charest et Marois qui sont au pouvoir avec des idées éculées….

En réponse à Cocio_16,

J’ai vu aujourdhui un blogue récent qui offre des chiffres et des graphiques sur l’évolution d’Option nationale depuis le 28 novembre dernier. Y’a qu’à demander un lien à.

@ Cocio_16

C’est à l’intérieur du PQ que Aussant aurait du faire sa bataille et je le voyais très bien.

Je commence à penser opportunisme.

@ Boboscope (#34)

Il est où ce lien? Vous pourriez me le fournir svp? J’aimerais beaucoup voir ces graphiques! Merci 🙂

Il y a un gros déséquilibre dans les médias québécois.

Les souverainistes devraient commencer à comprendre que pour gagner ça prend des moyens efficaces de propagande comme les fédéralistes en possèdent.

Tant que les souverainistes ne contrôleront pas une partie de l’information soit par une station de télé, radio ou des journaux, on ne pourra pas empêcher les journaux privés et les radios-poubelles de faire la job de bras aux souverainistes à longueur d’année.

Il faut contrer le travail de sape continu des médias, inféodés au fédéralisme invasif et centralisateur, qui s’acharnent à rapetisser le Québec et à ralentir sa marche vers la souveraineté.

@Youlle:

La bataille que Aussant veut faire, le PQ ne veut pas la faire.

Les députés actuels du PQ sont plus préoccupés à protéger leur siège bien confortable à l’Assemblée Nationale, quitte à oublier la raison d’être du parti.

M. Aussant a abandonné cette « sécurité » pour poursuivre son idéal. Je ne vois pas où est l’opportunisme là-dedans. Par contre, au PQ…

Tout à fait d,accord avec monsieur St-Arnaud à propos de la nécessité pour le PQ de se doter d’un moyen de communiquer ses idées. Les collabos fédéralistes sont tellement nombreux qu’on n’entend qu’eux.
À propos des idées éculées des vieux partis, la CAQ n’est pas encore au pouvoir que ses idées sont déjà éculées. Ni ci, ni ça, ni à gauche, ni à droite, ni au centre, bref, nulle part. Maintenant élisez quelqu’un qui n’est nulle part, vous verrez bien bien où vous irez.

@ Raymond Saint-Arnaud, État du Québec (# 36):

Ben oui…pourquoi ne pas créer un journal séparatiste pour contrer ceux partisans des fédéralistes?

Tiens…j’ai une idée pour le nom du journal:

Le Jour!

Moi aussi d’accord avec monsieur St-Arnaud, incroyable qu’avec aucun média sympathisant, en 1995 , le oui a eu près d’un électeur sur deux. Depuis les fédéralistes ont compris la leçon , ils ont fortement accentué leur mainmise fédéralisante des médias . Pourquoi , maintenant les Dutrizac de ce monde répète à satiété jusqu’en écoeurer tout le monde le »slogan »du temps de ti-Johnny Chrétien »qu’on est »tanné d’entendre parler de la »séparation » . On a nous tellement savonné ça dans le cerveau que les gens sont »tannés d’en entendre parler » , même si personne ou presque en fait la promotion ou même son dénigrement (à part les 3 amigos » l’ineffable Pratt , Mme Gagnon et leur sous-traitant Dubuc) …

À la demande de PMSH,

Du 26 novembre 2011 au 16 janvier 2012, l’achalandage au site d’Option nationale est passé du rang mondial 3 111 000 à 2 091 000, un gain de 1 020 000. Compilation de données d’Alexa. Le gros de ce gain survient avant le 20 décembre.

Par rapport à d’autres sites de partis politiques au Québec, Option nationale se situe quatrième après le PQ, Québec solidaire, la coalition Avenir Québec et le Bloc québécois; ce parti est avant le PLQ, l’ADQ et le Parti Vert du Québec.

Dans cette compilation, le Blocpot occupe le premier rang mais il a été exclu du classement car 87 % de ses visiteurs sont Chinois. La quête politique au Québec

Pourquoi je suis indécis? Parce que les alternatives qui sont offertes sont aussi fausses et plombées les unes que les autres. Je ne sais plus qui est qui, quel parti représenterait le mieux nos intérêts et répondrait à nos attentes. Du jour au lendemain, on passe de la certitude à l’incertitude. Les souverainistes s’immolent en chantant Gens du Pays, les fédéralistes véritables se défendent de l’être, les socialistes pactisent avec les capitalistes et les syndicalistes devenus eux aussi des capitalistes, les pragmatistes se laissent emporter par le vent des émules du « on verra ». En un mot, on est indécis parce qu’on ne sait plus. On nous parle de renouveau et on nous annonce que Gilles Duceppe, usé à la corde, est prêt à prendre la place de Pauline Marois (que Dieu nous en protège). On nous annonce que l’ancien conseiller de Robert Bourassa, Mario Bertrand, sûrement convaincu de détenir la clef du changement, va devenir le conseiller principal de François Légault. Jean Charest que les sondages condamnent à être pendu par le cou jusqu’à ce que mort s’ensuive, devient tout à coup le sauveur avec un Plan Nord qui est dans la besace des politiciens québécois de tout acabit depuis des décennies et qui n’en finit plus de ne pas aboutir. Y aura-t-il fusion du PQ et de Québec solidaire? D’autres transfuges se déclareront-ils? Plus personne ne tient à ses convictions. L’honneur et la loyauté sont devenus des denrées introuvables. L’hypocrisie se pratique à ciel ouvert, sans gêne et sans regret. Duceppe promet fidélité à Pauline, se tourne de bord et cherche le moyen le plus pratique pour mieux organiser sa perte. Ah Oui! ne pas oublier le retour d’un dynamique Marc Latulippe, il nous manquait vraiment celui-là. Les plus fidèles à leur cause deviennent des traîtres. Et vous voulez qu’on fasse un choix éclairé? Pour l’amour du ciel, dites-nous, vous, M. Lisée, à qui faites-vous confiance dans ce bordel? Moi, malheureusement, je ne sais plus.

Excusez-moi! Dans un laïus précédent, je parlais du retour du dynamique et charismatique Marc Latulippe dans l’arène péquiste. Vous savez, l’ancien président de la CSN. J’aurais du écrire Marc Laviolette, c’est mon erreur.
Dans toutes les dernière péripéties politiques, admettons-le, c’est probablement une erreur sans trop de conséquences.
De toute façon, ça ne change rien à mon humble et probablement inutile contribution au débat puisque M. Laviolette, tout penaud, est finalement rentré dans ses terres ou de joindre le maquis sans doute pour le plus grand bien du projet souverainiste.
Attendons, maintenant, les réflexions rassurantes de l’ex-premier ministre Bernard Landry qui, lui aussi, a décidé d’offrir sa contribution dans l’entreprise de démolition du PQ et de son projet de pays. Pauvre Pauline!
Vous vous demandiez pourquoi on est devenu des indécis? Ce n’est pourtant pas sorcier à comprendre.

Pour une des rares fois dans ma vie, je me range du coté des indécis : je ne trouve rien qui m’intéresse aux partis politiques présents. Par contre, je sais ce que je ne veux pas ou ne veux plus : Charest et sa clique d’inmommables : dewors! Marois : dewors! Les socialo-cinglés de QS : quelle plaie! La CAQ : autant de consistance que l’ADQ : dewors!

Il ne reste pas grand chose.

Les plus populaires