Gary Doer candidat? J’en doute.

Plusieurs commentateurs, tant au Québec que dans le reste du pays, ont inscrit l’ancien premier ministre manitobain et actuel ambassadeur du Canada à Washington, Gary Doer, sur leur liste de candidats potentiels à la succession de Jack Layton. Premier obstacle: M. Doer n’est pas bilingue. Le second, que nous révèle le Globe and Mail, est sa défense assidue, dans le cadre de ses fonctions, de l’exploitation des sables bitumineux albertains. Le NPD a toujours été très critique de cette dernière. Dans un rapport publié en septembre 2010, le parti exigeait d’Ottawa qu’il encadre plus étroitement le développement de cette ressource et cesse d’approuver de nouveaux projets avant de bien connaître leur impact environnemental et d’avoir des moyens durables de l’exploiter. Il serait donc bien difficile de concilier la mission actuelle de M. Doer avec la position du parti.

Laisser un commentaire

Ce que j’aimerais qu’on m’explique : c’est pourquoi tant de spéculations de tous bords tous côtés si vite ? Ne peut-on pas prendre quelques minutes pour respirer ?

L’unilinguisme de Doer joue contre lui, mais ce n’est pas fatal.

L’actuelle position du parti sur les sables bitumineux n’a aucune importance. Elle peut toujours changer radicalement.

Ce qui importe c’est que chaque membre a le droit de voter pour le chef (one member, one vote). Le NPD pourrait doubler, tripler ou plus le nombre de ses membres d’ici peu. Ce parti a des racines profondes dans l’ouest. Le fameux ‘grassroots’ peut faire des choses remarquables. Vous êtes un Albertain qui fut membre du Parti conservateur ces derniers cinq ans mais qui désire se joindre au NPD pour voter pour le nouveau chef ? Pas de problèmes – après tout on laisse bien Nycole Turmel diriger le parti même si elle était membre d’un parti séparatiste et du NPD en même temps. Quiconque voudra payer 10 $ (?) pour être membre pourra voter.

Loufoque? C’est précisémment ce qui s’est passé en Alberta lorsqu’ils ont choisit Stelmach, et c’est ce qui se passe présentement pour le remplacer.

Les Québécois devront sortir leur argent – mais il y en aura-t-il assez ?

Bonjour,

Un nom que je n’ai pas vu circuler en remplacement de Jack Layton, c’est sa conjointe et député du NPD Olivia Chow. Je ne connais pas parfaitement son parcours, mais si j’étais un sympathisant du NPD, je réfléchirais à cette possibilité.

N’incarnerait-elle pas à merveille les idéaux de son mari? N’a-t-elle pas une image très vendeuse? Elle est jolie, parle bien les deux langues (il me semble) et a des traits asiatiques qui pourraient la rapprocher des communautés immigrantes.

Qu’en dites-vous?

Malheureusement, Mme Chow ne parle pas du tout le français. D’accord que ça serait un excellent choix. Mais malgré tous ses atouts, je ne pense pas qu’elle pourrait surmonter cet obstacle. Cependant, malgré son unilingisme, elle pourrait certainement devenir une bonne vendeuse du parti, même au Québec, si on décidait d’exploiter sa personnalité.

jene comprends pasm mais alors pas du tout.

Gary Doer n’est pas bilingue… Pis après?

95% des joueurs de hockey du Canadien de montréal ne parlent pas un traitre not de français. Pis après?

Le dernier juge nommé à la cour suprême ne parle ni ne comprends le français Pis après?

Le ti jeune qui travaille au dépanneur du coin ne parle ni ne comrends le français. Pis après ?

On continue de donner des exemples ? ?

Arrêtez de faire semblant que le bilinguisme est une donnée imnportante pour exercer une charge publique au Canada madame Cornelier.

C’est tout simplement accessoire parce que la réalité des choses c’est que les vraies affaires au Canada, dans tous les domaines d’activité, se passent en english madame.

Alors que Gary Doer ne parle pas français…. L’important c’est que les francophiones parlent anglais, ça c’est important. Mais les anglais…

Arrêtons de faire semblant voulez vous, moi j’en ai marre…

La liste de ceux dont le nom circule à l’heure actuelle:

Thomas Mulcair – bilingue: un choix qui rallierait les Québécois, bouillant, brillant et redoutable critique. Un style contrastant avec Jack Layton. Peut-être trop au centre et nationaliste pour le NPD.

Brian Topp – bilingue(président du parti et conseiller principal de Jack Layton): bien que ce nom circule et qu’il partage beaucoup avec Jack Layton (idéaux, vision de la politique, consensus au sein du parti), certains soulignent sa faiblesse en matière de charisme.

Anne McGrath – bilingue(chef de cabinet et étroite collaboratrice de Jack): certains analystes politiques croient que le caucus des femmes et des groupes de femmes risquent de l’inciter à se présenter. Elle a été très présente cette semaine dans les médias et s’est avéré une communicatrice hors pairs.

Peggy Nash – bilingue (députée de la région de Toronto et critique des finances): L’une des politiciennes les plus solides du présent caucus. Jouit d’un grand appui au sein du parti et dans le monde syndicat.

Megan Leslie – bilingue, 38 ans (députée de Halifax): la plus grande star de la relève néo-démocrate. Elle est respectée de ses collègues et sa façon de faire de la politique s’inscrit dans la lignée de Jack Layton. A-t-elle l’expérience nécessaire? Elle pourrait créer la surprise advenant qu’elle se lance.

Peter Julian – bilingue (député de New Westminster CB). Charismatique, marié à une Québécoise et passionné, il pourrait s’avérer le dark horse d’une éventuelle course. Tout comme Megan Leslie, peut-être que comme leader, il serait trop à gauche pour un NPD qui doit son succès, entre autres, à un recentrage léger et à une vision de la gouvernance plus pragmatique.

Et quelques autres noms:

Gary Doer (ancien pm NPD du Manitoba et ambassadeur du Canada aux USA) (il serait surprenant qu’il se lance et son unilinguisme et sa prise de position en faveur de l’exploitation des sables bitumineux lui nuiraient grandement).

Pierre Ducasse (militant NPD du Québec, candidat défait à la chefferie en 2003). Il avait insuffler un vent de fraîcheur et beaucoup de passion lors de la course en 2003. Mais avec un candidat potentiel comme Mulcair au Québec, il serait surprenant que Ducasse ait une chance.

David Miller (ancien maire de Toronto): partage une vision du développement urbain et plusieurs valeurs avec Jack Layton. Politicien charismatique, il inspirerait la continuité et le renouveau à la fois.

Joe Comartin (avocat et député de Windsor): l’homme est un néo-démocrate convaincu et un solide critique en chambre. Il s’est classé 4e lors de la course à la chefferie de 2003. Âgé de 63 ans, il serait surprenant qu’il se lance.

Olivia Chow (députée de la région de Toronto et femme de Jack Layton): elle poursuivrait le travail de son époux. Bien que passionnée et sociale-démocrate convaincue, Chow n’a pas toutes les qualités qu’on connaissait de Layton. Elle pourrait cependant créer la surprise. Assurément, la personne qu’elle appuiera lors de la course sera avantagé.

Et quelques autres noms: Nathan Cullen, Libby Davies, Roméo Saganash, Judy Wasylycia-Leis, Robert Chisholm,
Pierre Ducasse (

Première qualité pour un chef de parti fédéral : Être bilingue…minimum, principalement pour le NPD qui a fait élire un lot de poteaux au Québec, qui sont maintenant majoritaires comme députés de ce parti fédéraliste.

Si le NPD, malgré ce qui précède, manque de sens politique et choisit quand même un anglophone unilingue, il devrait normalement prendre une méchante plonge au Québec.

M. Serge Drouginsky, c’est parce qu’on aime ça spéculer, vivre dans le futur…supputer, gager.

Les plus populaires