Gilles Duceppe, le pâté chinois des séparatistes

Gilles Duceppe est le comfort food du Bloc québécois. Le restant de macaroni qu’on réchauffe et qui goûte tellement meilleur après une longue journée de Mario Beaulieu et de Daniel Paillé.

PolitiqueOn a à peine eu le temps d’apprendre le nom du nouveau chef bloquiste, Marc Beaulieu (Marcel ? Maurice ? Maxence ?), que déjà, il quitte son poste.

Au revoir, Martin (Marien ? Mario ? MARIO !), et merci pour ton bon travail. On se souviendra de toi comme d’un chef… euh… qui a porté des lunettes. Voilà.

C’est Gilles Duceppe qui (re)prendra sa place, ce qui ne sera pas sans faire enrager un peu la secrétaire du Bloc, laquelle venait tout juste de commander la nouvelle papeterie avec le nom de M. Beaulieu dessus. Que voulez-vous, le progrès est en marche et rien ne peut l’arrêter. Heureusement pour ceux qui sont faciles à mélanger, le progrès ressemble pas mal à ce qu’on avait avant.

L’électorat est parfois pris d’une grande frénésie qui le fait voter pour Mélanie Joly, Jack Layton ou Yoan. Ça arrive. Mais les électeurs ont beau réclamer du changement, ce qu’ils préfèrent, au fond, c’est un changement qu’ils connaissent déjà.

Gilles Duceppe est le comfort food du Bloc québécois. C’est un pâté chinois, un bol de gruau, un bouillon de poulet pour l’âme du séparatiste. Il est le restant de macaroni qu’on réchauffe et qui goûte tellement meilleur après une longue journée de Mario Beaulieu et de Daniel Paillé.

En ramenant Duceppe, le Bloc québécois applique la technique Sylvain Cossette : quand tes nouvelles chansons ne fonctionnent plus, joue de vieux hits.

Tous les partis ont leur Sylvain Cossette.

Le PLQ se donne la peine d’écrire un nouveau programme à chaque élection, mais ça se termine toujours de la même façon : le chef brandit le Bonhomme Référendum et promet l’apocalypse indépendantiste si le PQ est élu.

François Legault, lui, aime dénoncer les «vieux partis». Par exemple, lorsqu’il nous dit que Philippe Couillard «joue une game en essayant de faire peur au monde avec la souveraineté du Québec»… une semaine après avoir déclaré que le hockey avait peur du souverainisme.

Le pari, à chaque fois, c’est que le réchauffé va plaire plus que la nouveauté. Et généralement, ça fonctionne.

Si l’idée du Bloc québécois fait tache d’huile, qui sait, peut-être que les prochaines élections opposeront un hologramme de René Lévesque, un François Legault chef de l’Union nationale et une cassette répétant en boucle que le PQ va faire un référendum.

Avancez en arrière, comme on dit dans les autobus.

Laisser un commentaire

Mario Beaulieu ne quitte pas la tête du parti puisqu’il va continuer d’en exercer la présidence. Donc, ce n’est pas toute la papeterie qui va devoir être remplacée. Comme le précisait votre collègue Alec Castonguay, le Bloc Québécois a préservé sa trésorerie, ce qui est déjà une bonne chose en soi, de telle sorte qu’ils ont les moyens de soutenir une campagne électorale au Québec.

La réalité est que si tout le monde admire la cuisine moléculaire pour la prouesse culinaire. Même les « fines gueules » les plus distinguées se tournent volontiers vers le « comfort food » s’ils se trouvent avoir un « petit creux » à combler.

La question est alors de savoir, si Gilles Duceppe est à la politique ou bien pas ce que le « comfort food » est à la gastronomie et aux Arts culinaires ? — Par le biais d’une réponse formulée promptement, je conjecture que c’est tout l’avenir du Canada qui selon moi en dépend.

Pourtant, incapable que je suis de formuler ici une réplique qui fasse foi, à cette question très technique et très pointue (que je pose)… laquelle dépasse de très loin toutes mes capacités intellectuelles… (Je connais mes limites)… je laisse aux autres le soin de trouver une réponse à ma place… et somme toute… Non ! Je ne prévois pas de faire campagne pour le Bloc Québécois, je vais plutôt continuer de manger mon nutritif gruau sous l’ombre protectrice de mon baobab….

— Comme l’écrivait en d’autres époques François Rabelais, il invitait les lecteurs à : « rompre l’os et sucer la substantifique moelle »

Mais ce qui sera assez intéressant pour moi à la prochaine élection…au québec…c’est que les libéraux et les caquisques ou tes, pourront se joindre au parti québécois et en coeur affirmer ensemble haut et fort, que si on porte au pouvoir le parti québécois, nous aurons un référendum.
C’est pas beau l’harmonie?
C’est pas beau dire la vérité?
Pour une fois pour les libéraux et les caquistes?
C’est vraie qu’ils trouveront bien d’autres menteries à nous raconter, d’autres promesses à faire mais qu’ils ne tiendront, d’autres recyclages de théories invérifiables et une fois au pouvoir feront ce dont ils s’étaient bien gardés de parler en campagne électorale.
Que sera donc l’austérité devenue alors? La prospérité garantie à la mort de mon troisième prochain petit, petit, petit, petit-fils en devenir, qui sera peut-être parmis les spermatozoïdes de ma quizième génération en descendance?

Duceppe…ce vieux trotskiste qui incarne le « renouveau » des séparatistes is back.

« La folie, c’est de penser qu’à refaire les mêmes gestes, on obtiendra des résultats différents. » De Einstein. Quel grand homme…

De deux choses l’une:

1) il va s’en tirer pas trop mal et gruger quelques votes aux cons oranges et ainsi aider les Conservateurs ou les Libéraux à gagner l’élection

2) il va manger une autre bonne volée et son visage va être encore plus long qu’en 2011, ce qui fera plaisir à voir.

Il faut vraiment qu’on tourne la page à Ottawa. J’ai beau être indépendantiste, je ne vois pas ce que le Bloc peut gagner pour nous. Ce n’est pas là qu’on fera l’indépendance. Le travail que le Bloc a pu y faire par le passé a allumé des lumières dans l’esprit des fédéralistes. Maintenant qu’on a eu leur attention, on serait probablement mieux de les y laisser s’endormir à nouveau….
Laissons la chance au NPD de faire autre chose de ce pays, et cessons de dilapider nos forces sur un Bloc qui n’a plus de bases solides et justifiables.

Le NPD une fois au pouvoir ne sera guère mieux à Ottawa, pour les Québécois, que les religieux de droite sous la peau des conservateurs à Harper…
Très centralisateur, sans compter de vouloir abolir le sénat sans ouvrir la constitution ou au mieux en l’ouvrant sans parler des autres irritants pour le québec, pas et jamais été très favorable en adopter des mesures écrites pour la protection du français et toujours tout fait pour contrer des accomodements spécifiques pour les Québécois, ou à reconnaître la spécificité du Québec.
Les députés du Québec du NPD n’ont rien fait pour faire entendre les intérêts du Québec économique comme dans les contrats sur les bateaux et le reste.
Mulcair cet ex-président d’un parti d’extrémistes d’anglophones du Québec: Alliance-québec ou Alliance-religieux-conservateur de l’ouest du pays, est-ce aussi différent pour les Québécois.
« un Bloc qui n’a plus de bases solides et justifiables. »: avant cette dernière élection et le sauveur à la canne, le NPD était au Québéc encore moins que ce qu’est le bloc aujourd’hui.
Et si Duceppe se cassait une jambe ou attrapait une bactérie terrible, cela ferait-il augmenter la cote du bloc?

Est-ce que Justin Trudeau peut aussi être vu comme un comfort food, un recyclage de son père Pierre Elliot?