Gilles Taillon: après moi, le désert !

Rien à ajouter.

Laisser un commentaire

Faut-il rappeler que l’individu fut durant quelques années le président du conseil du patronat au Québec.
Ouf! …on l’a échappé belle.
Ouf! …et re ouf à propos des gens qui l’ont choisi comme chef et (?) possible futur premier.
….beau de faire de la^politique mais avec un minimum de bon sens.

On voit la nature de gouvernance qu’un tel parti porté au pouvoir aurait pratiqué : autoritarisme et sabotage des acquis sociaux. Apocalypse now à la manière de Mario Dumont et de ses émules. C’est principalement le Québec des régions qui a élu une quarantaine de députés incompétents et éberlués face à l’exercice complexe du partage du pouvoir dans l’opposition. Rien que le souvenir de la troisième place réservée au PQ me donne l’envie de pleurer sur la tombe d’un René Lévesque que les électeurs des régions ne méritaient pas.

Gilles s’est probablement dit: « Si je ne peux en être le chef, taillons l’ADQ en pièces! ».

Paolo Mitriou :
novembre 12, 2009 à 11:27
« Gilles s’est probablement dit: “Si je ne peux en être le chef, taillons l’ADQ en pièces!”. »

Ainsi il sera probablement le seul chef du parti Conservateur du Québec.
————–
@ Dupe

Les électeurs des régions en avaient peut-être assez de la région.

Probablement qu’ils en ont encore trop de cette région.

Un slam :
ADQ Harper -Dumont double salaire en dessous de la table directement de Rem Toronto PPP taupe fédéraliste 1995 yeux vitreux hypocrite parti bidon divisionniste faux nationaliste vrai royaliste etc.
Dumont et sa gang et l’argent avant tout .puis Taillon créditiste d’extrème droite Deltell Gesca faisant élire PLQ

L’ADQ c’est une belle bande de rêveur qui pense que les Québécois vont applaudir lorsqu’on va couper des services dans les hôpitaux ou dans l’éducation car ce sont les deux principaux postes de dépenses du gouvernement.

Oui la droite, mais c’est pas moi qui doit payer…

L’autonomisme, ça mange quoi en hiver?