Halloween, version conservatrice : Boooooh, petits enfants, le NPD veut taxer vos bonbons

Ne rigolez pas. C’est ce que prétendent aux Communes, et le plus sérieusement du monde, des députés conservateurs majeurs et vaccinés, trop heureux de lire ce qu’on leur a dicté en haut lieu.

Depuis des semaines, les députés conservateurs se livrent à un drôle de manège pour tenter d’embarrasser le NPD. Ils ont d’abord affirmé que le prix de l’essence, de l’électricité, des aliments pourrait augmenter à cause… du NPD. Puis que des emplois seraient menacés de disparaître, le succès des PME, compromis, et les plaisirs d’hiver, gâchés. Ils ont ensuite parlé du coût du chauffage, des mini-fourgonnettes, des patins, des manteaux d’hiver, du chocolat chaud, des gâteaux de fête et des chandelles qui pourrait croître à cause, encore, du NPD.  Ils s’inquiètent maintenant du prix des bonbons, des citrouilles et des costumes d’Halloween…

Tout part d’un mensonge que les conservateurs martèlent jour après jour. Ils affirment que le NPD a dans ses cartons un projet de taxe sur le carbone qui se traduirait par une taxe sur à peu près tout. C’est faux. Le NPD propose, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, un système de plafonds et d’échanges similaire à celui promis par les conservateurs en 2008. Mais qui se préoccupe de la vérité?

Je vous offre quelques échantillons de ces déclarations conservatrices, mais je vous laisse juger du professionnalisme de ces députés et du niveau de leur contribution aux débats parlementaires.

Il faut toutefois expliquer le contexte. Chaque jour, avant la période des questions, 15 minutes sont réservées aux déclarations d’autant de députés. Ils peuvent parler du sujet de leur choix, mais la tradition veut qu’ils s’en servent pour souligner un événement dans leur circonscription, un anniversaire ou un enjeu local. Depuis quelques années, les conservateurs s’en servent pour lancer des attaques partisanes et leur thème favori depuis septembre est la «vilaine-taxe-sur-le-carbone-du-méchant-NPD». Deux ou trois députés conservateurs en parlent quotidiennement.

Voici la version intégrale de quelques-unes de ses perles, certaines dignes d’un festival de l’humour.

Robert Sopuck (25 octobre 2012):

«Monsieur le Président, cette fin de semaine, ma famille, tout comme bon nombre de mes électeurs, se préparera à célébrer l’Halloween. Les Canadiens se rendront à une ferme locale pour acheter des citrouilles, iront chercher des bonbons à l’épicerie et iront dans les centres commerciaux acheter un costume. C’est un temps de l’année qui donne la chair de poule, mais qui est toujours très amusant et que bien des Canadiens prennent plaisir à célébrer. Malheureusement, c’est aussi un temps de l’année qui coûte cher. C’est pourquoi ma famille et mes électeurs sont reconnaissants de la réduction des taxes mise en oeuvre par le gouvernement depuis son arrivée au pouvoir. C’est aussi pourquoi ils ne veulent absolument pas voir le prix de ces articles augmenter en raison d’une taxe sur le carbone comme celle que propose le NPD. Le chef du NPD prétend que son stratagème sournois qui consiste à imposer une taxe sur le carbone rapporterait des milliards de dollars puisés à même les poches des contribuables. Or, il néglige de mentionner que cette taxe ferait également augmenter le prix de tout ce que nous aimons à l’occasion de l’Halloween: les citrouilles, les bonbons et les costumes. Pourquoi le NPD souhaite-t-il que les familles du Canada paient plus pour se procurer ce qu’elles aiment à ce temps-ci de l’année?»

Je vous épargne les déclarations sur le même thème de John Weston (29 octobre), Stella Ambler (30 octobre) et LaVar Payne (aujourd’hui). Elles étaient toutes de la même eau, faites sans rire et sous les applaudissements de leurs collègues conservateurs.

Voici d’autres exemples.

Jacques Gourde (24 octobre 2012)

«Monsieur le Président, ce soir, le chef du NPD soufflera ses chandelles. Malheureusement, il n’aura qu’un seul voeu: imposer aux Canadiens une taxe sur le carbone, ce qui ferait perdre des emplois et augmenterait le prix de l’essence, de l’électricité et de presque tout. C’est une triste réalité. Une telle taxe ferait augmenter le prix de l’essence pour sa propre famille, qui prendra le temps de se déplacer d’Outremont à Stornoway pour célébrer cette merveilleuse occasion. C’est triste, parce que la taxe sur le carbone proposée par le NPD augmenterait le prix des gâteaux de fête, des chandelles et même des piñatas. Cependant, en toute sincérité, nous souhaitons au chef du NPD un joyeux anniversaire.»

John Carmichael (24 octobre 2012):

«Monsieur le Président, il y a 20 ans aujourd’hui, les Blue Jays de Toronto se sont rendus à Atlanta pour affronter les Braves d’Atlanta dans le sixième match des Séries mondiales. Après 11 manches éprouvantes, les Jays ont battu les Braves quatre à trois, remportant leurs premières Séries mondiales. C’était une occasion des plus joyeuses non seulement pour les habitants de Don Valley-Ouest, à Toronto, mais aussi pour tous les Canadiens. Malheureusement, quand on pense aux années 1990, on se souvient également du gouvernement néo-démocrate et de son chef déchu, qui ont ravagé l’économie de la province. Les impôts étaient vertigineux, tout comme l’étaient le taux de chômage et la dette. Tout cela démontre que les politiques du NPD nuisent tout simplement à l’économie. Les politiques du pendant fédéral du parti sont semblables: des impôts élevés et moins d’emplois. La taxe sur le carbone proposée par le chef du NPD ferait grimper le prix de tout, laissant les Canadiens avec moins d’argent à dépenser pour les choses qu’ils aiment, comme le baseball.»

Kyle Seeback (23 octobre 2012):

«Monsieur le Président, les feuilles tombent et il commence à faire plus froid. C’est signe que l’hiver s’en vient. Pour les Canadiens, l’hiver est synonyme de patinage, de ski, de manteaux chauds et de chocolat chaud. Malheureusement, cette période féerique est assombrie par une nouvelle menace. Le chef du NPD veut imposer une taxe sur le carbone de 21 milliards de dollars qui fera en sorte qu’il coûtera plus cher aux Canadiens pour nourrir leur famille, chauffer leur maison et conduire les enfants à leurs séances d’entraînement de hockey. C’est écrit noir sur blanc à la partie 4 du programme du NPD, et le chef du parti lui-même a déclaré que cette taxe générerait des milliards de dollars de recettes. Les Canadiens peuvent se fier au gouvernement pour les protéger de cette nouvelle taxe coûteuse qui nuira à l’emploi, freinera l’activité économique et gâchera l’hiver.»

La stratégie du NPD est de faire ressentir une petite honte aux députés conservateurs qui participent à ce manège et de mettre les autres au défi de résister. Matthew Kellway a lancé le bal au début d’octobre et il ne mâchait pas ses mots:

«Monsieur le Président, qu’il s’agisse d’inventer des politiques ou des élucubrations au sujet de communistes qui seraient cachés sous leur lit, on peut compter sur les députés conservateurs d’arrière-ban pour une dose quotidienne de déclarations sans fondements et un voyage au-delà du réel. Passons en revue les faits. Depuis le début de la crise de l’E. coli, les néo-démocrates ont posé 33 questions concernant la viande avariée, et les conservateurs, pas une seule. De quoi parlent-ils? De l’économie? Des soins de santé? Non. Les conservateurs ont fait 33 interventions et posé 10 questions, soit une fois sur trois, au sujet de nous, néo-démocrates. J’aimerais que mes collègues d’en face me disent si, avant d’être élus, ils rêvaient réellement de devenir les pantins de service du Cabinet du premier ministre. Est-ce que la députée qui est sur le point de prendre la parole peut nous dire ce qui se passe dans sa circonscription et ce qu’elle souhaite faire pour les Canadiens? J’implore les conservateurs de prendre le Parlement au sérieux, afin que les Canadiens puissent commencer à les prendre au sérieux.»

La députée qui parlait après lui l’a ignoré, comme tous ceux que les néo-démocrates ont mis au défi depuis. La députée qui a pris la défense des bonbons d’Halloween hier est du lot.

Édifiant, n’est-ce pas? Et dire que ces députés récoltent un salaire annuel de plus de 157 731 $ et des votes aux élections…

Laisser un commentaire

Vous jouez sur les mots. Vous voulez vraiment faire croire à vos lecteurs que le cap and trade n’aurait aucun impact économique, qui serait ultimement refilé aux consommateurs? Aveuglement idéologique?

Un système de permis de droits d’émission et une taxe sur le carbone ont essentiellement les mêmes effets. L’objectif est de réduire les émissions de gaz à effet de serre en faisant payer le coût des émissions par les émetteurs, que ce soit en imposant une taxe par tonne de CO2 ou en exigeant un prix pour acheter un droit d’émission. Le résultat final est que les prix des biens vont augmenter si l’une ou l’autre mesure était adoptée. La question importante est de savoir si nous devrions ou non adopter des mesures pour combattre les changements climatiques.

Démagogie et populisme, quand tu nous guettes…

Et dire que leurs brebis obnubilées de l’ouest canadien gobent le tout sans broncher.