Harper propose que la prison à vie soit sans possibilité de libération

OTTAWA – Le gouvernement fédéral va présenter une nouvelle mesure législative pour s’assurer qu’une peine de prison à vie ait vraiment ce résultat — une peine à vie sans possibilité de libération conditionnelle —, a déclaré le premier ministre Stephen Harper mercredi.

Le nouveau projet de loi va s’appliquer à ceux qui sont condamnés pour meurtre prémédité d’un policier ou d’un agent correctionnel, condamnés pour terrorisme, kidnapping ou agression sexuelle ainsi que pour des crimes «d’une nature particulièrement violente».

Il s’appliquerait aussi à ceux condamnés pour haute trahison.

Actuellement, ceux qui sont condamnés pour meurtre prémédité se voient infliger automatiquement une peine de prison à vie sans possibilité de libération avant 25 ans.

M. Harper a déclaré que pour répondre à certaines préoccupations d’ordre constitutionnel, certains meurtriers purgeant une peine à vie pourront demander au ministre de la Sécurité publique d’être libérés après avoir passé 35 ans derrière les barreaux.

Plusieurs familles qui ont perdu l’un des leurs étaient présentes pour l’annonce et ont dit que la loi pourrait épargner à d’autres le traumatisme de devoir faire face à répétition au meurtrier de leurs proches lors d’audiences de libération conditionnelle.

La proposition gouvernementale cadre pleinement avec la plateforme de loi et d’ordre de Stephen Harper, alors qu’il se prépare à des élections plus tard cette année, et elle donne aussi suite à une promesse faite lors du discours du Trône en 2013.

Les commentaires sont fermés.

Il n’incombe pas au cabinet des ministres d’accueillir ou de rejeter la demande de libération de prisonniers. Ce rôle revient à la Commission des libérations conditionnelles. Autrement, il faut s’attendre que ces libérations soient soumises à des pressions politiques voire pouvant conduire à la collusion et à la corruption. À tout vouloir contrôler le gouvernement conservateur diabolise nos institutions et les spécialistes qui en font partie.