Ignatieff et la religion

 

Le père de Michael Ignatieff a toujours tenu sa famille à l’écart des exilés russes. Sans être honteux de leur passé, les Ignatieff ont fait un choix aussi clair que brutal, explique le chef libéral. « Mon père et ses frères ont épousé des Canadiennes. Les Ignatieff ont pris la décision de sortir de la colonie russe, de se détacher et de devenir canadiens. L’anglais est devenu la langue de leurs enfants. »

Michael Ignatieff regrette de ne pas avoir appris le russe. « Je dis toujours aux groupes ethniques de garder leur langue vivante. Il faut que les parents l’enseignent à leurs enfants. Je suis en faveur de la loi 101 au Québec, mais je veux aussi qu’à la maison les enfants parlent la langue de leurs parents. C’est une richesse pour le pays. »

Michael Ignatieff va-t-il encore à l’église orthodoxe russe, comme à l’époque où il y accompagnait son père ? Pour une rare fois, le chef libéral détourne le regard, mal à l’aise. Son père, décédé en 1989, était très croyant, et son frère, Andrew, est un fidèle orthodoxe qui va à l’église régulièrement. « Je ne suis pas du tout athée, finit-il par dire. Il y a eu des moments dans ma vie où j’ai trouvé beaucoup de consolation dans les églises, mais je ne peux pas dire que je suis croyant. »

Les plus populaires