«Il reste six mois au parti de Maxime Bernier», affirme le député Alain Rayes

En entrevue avec l’équipe du balado Esprit politique, le lieutenant d’Andrew Scheer au Québec, Alain Rayes, parle du nouveau parti de Maxime Bernier à six mois des élections et plaide pour la construction d’un pipeline au Québec pour transporter le pétrole de l’Ouest.

Photo: La Presse canadienne

À ne pas inviter au même party : le député conservateur Alain Rayes et Maxime Bernier, le chef du Parti populaire du Canada. «Je ne vois pas comment Maxime Bernier pourra être compétitif et faire des gains. Il reste six mois à son parti», tranche le lieutenant d’Andrew Scheer au Québec.

Dans la grande région de Québec, le nouveau parti de Maxime Bernier récolte un appréciable 10 à 15 % des intentions de vote, selon certains sondages. Dans certaines circonscriptions chaudement disputées, ça pourrait nuire au Parti conservateur. Pourtant, Alain Rayes se montre peu inquiet. «Il y a l’effet des radios de Québec, avec leur style à eux. On a un défi. Malgré tout, là où Maxime Bernier fait le mieux, ça reste des endroits où les conservateurs sont aussi plus forts, donc, ça ne met pas en péril des sièges», dit-il.

Le député de Richmond-Arthabaska estime que le «populisme complet comme au sud de la frontière» et le «courant plus extrémiste dans son discours» n’aura «pas d’effet» lors du prochain scrutin fédéral, en octobre. «Maxime Bernier va avoir tout un travail pour protéger sa circonscription en Beauce et faire en même temps campagne partout au Canada. Sans vouloir le sous-estimer, je crois que ce sera la fin bientôt, un peu comme avec le parti de Jean-Martin Aussant», soutient-il.

Alain Rayes était l’invité d’Esprit politique, le balado de L’actualité animé par Marie-France Bazzo—avec la collaboration d’Alec Castonguay et Philippe J. Fournier à l’analyse politique, et de Mathieu Charlebois à la réflexion humoristique. L’équipe commente et analyse les événements à Québec et à Ottawa, et reçoit régulièrement des invités.

Le lieutenant d’Andrew Scheer au Québec répondait à nos questions alors que se déroule cette fin de semaine (27-28 avril) le conseil général du Parti conservateur au Québec, qui réunit plus de 600 militants à Victoriaville, dans la circonscription d’Alain Rayes. Le thème du rassemblement : «Un leader. Une équipe. Prêts à gouverner». Le parti est premier dans les intentions de vote à l’échelle du pays, mais deuxième au Québec, derrière les libéraux de Justin Trudeau.

Pour ne rien manquer de l’actualité politique, écoutez Esprit politique !

Le Parti conservateur du Canada (PCC) détient 11 des 78 sièges au Québec, un chiffre qui bouge peu d’une élection à l’autre depuis que Stephen Harper a fait sa percée dans la province, en 2006. Alain Rayes a toutefois de grandes ambitions. «Je pense sincèrement qu’on peut atteindre 25 sièges. En haut de 20, nous serions très contents. La prochaine campagne risque de se décider au Québec. On voit dans les autres provinces comment les conservateurs vont rondement. Si on va chercher entre 20 et 25 sièges, ça devrait nous donner un gouvernement conservateur majoritaire pour pouvoir faire le ménage dans les finances publiques à Ottawa», affirme-t-il.

Qui sont les électeurs que souhaite séduire le PCC? «Être conservateur, c’est être préoccupé par les finances publiques, vouloir une saine gestion, être tannés des déficits. Ce sont des gens qui souhaitent un État plus efficace, moins gros. Ils souhaitent un gouvernement qui privilégie les victimes plutôt que les criminels. Un discours de centre-droit, pas religieux ou social, on n’est pas là du tout, mais qui est pragmatique», avance Alain Rayes.

Dans cette liste, il n’est pas question d’environnement, le point faible du PCC depuis des années. Qu’est-ce que le Parti conservateur a à offrir aux électeurs qui estiment qu’il y a urgence d’agir pour contrer les changements climatiques? «Les gens devraient être satisfaits que le Parti conservateur ait clairement annoncé qu’il aurait une politique environnementale dans sa prochaine plateforme électorale. Les gens, naturellement, ont hâte», a-t-il d’abord répondu, avant de parler davantage de ce qu’il fait individuellement, sans donner de précision sur ce que réserve sa formation politique.

«J’étais maire de Victoriaville, le berceau du développement durable. J’ai un véhicule branchable. Je fais du compost. Je récupère depuis plus de 20 ans avec ma famille. J’ai une maison Novoclimat. Je marche le plus souvent possible et j’utilise le train. Je suis de ceux qui souhaitent que l’environnement soit dans notre plateforme électorale de façon importante. Cela dit, il y a plusieurs autres enjeux. On a un discours très pragmatique. On ne peut pas mettre de côté l’économie. On ne peut pas mettre l’accent strictement sur l’environnement. Il faut se donner les outils et les moyens économiques pour pouvoir relever les défis [environnementaux] et toucher aux gaz à effet de serre, mais aussi aux autres aspects dont on parle moins, comme la qualité de l’eau, la qualité de la terre, les forêts, le transport… Il faut être réaliste et pragmatique pour y arriver.»

Cela fait pourtant des années que les experts affirment que l’environnement et la croissance économique peuvent aller ensemble et ne doivent plus s’opposer dans le discours public, lui a-t-on fait remarqué. Le député en convient, mais estime que le propos des écologistes va parfois trop loin.

«On doit faire les deux, pas un au détriment de l’autre. Le discours des environnementalistes… Je ne veux pas utiliser un mot trop fort, comme alarmiste, mais en même temps, il faut dire les vraies choses aux gens. Quand j’entends Dominic Champagne dire qu’il faut arrêter [d’exploiter] le pétrole à la source, qu’il faut arrêter les pipelines, je trouve que c’est un discours extrémiste de l’autre côté. Ça nie des faits et ça fait mal à notre économie en Alberta. Ce n’est pas un discours constructif. Personne ne se lève le matin et décide de prendre son auto, plutôt que d’utiliser son vélo ou de marcher, parce qu’il y a un pipeline qui passe dans sa province. Il faut travailler sur le changement des habitudes de consommation des gens. Aucune entreprise ne va construire un pipeline de plusieurs milliards si ce n’est pas rentable. Il y a une demande de la population et c’est ça qu’il faut changer. Tant et aussi longtemps qu’on a besoin de pétrole, les gens préfèrent que l’on consomme du pétrole canadien plutôt que celui d’autres pays. Ce discours peut rassembler un grand nombre de personnes», dit-il.

Le Parti conservateur se dit toujours en faveur de la construction d’un pipeline qui traverserait le Québec, un peu sur le modèle du défunt projet Énergie Est. «[Il] a été une catastrophe en terme de vente [au public], on est d’accord, explique Alain Rayes. Le projet n’existe plus. S’il y avait un autre projet privé qui souhaiterait faire passer la matière première de l’Ouest vers l’Est, c’est clair qu’on l’envisagerait, avec les normes environnementales les plus élevées. On doit travailler ensemble. S’il y a un besoin, regardons-le de façon très sérieuse.»

Le premier ministre François Legault soutient qu’il n’y a pas d’acceptabilité sociale pour un tel projet de pipeline pétrolier. Que faire alors? «On ne peut pas faire autrement que de tenir compte des élus provinciaux ou municipaux, mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de pédagogie à faire. Il ne faut pas avoir peur de dire les choses. C’est un enjeu qui est aussi de juridiction fédérale», affirme Alain Rayes, qui estime qu’un tel projet pourrait être amélioré pour le rendre plus acceptable. «S’il faut que le pipeline soit deux fois plus gros pour empêcher des fuites potentielles, regardons ça. Est-ce qu’il faut changer de parcours pour éviter les zones urbaines à forte population? Est-ce qu’on peut contourner des cours d’eau?»

Le pipeline reste le moyen de transport de pétrole le plus sécuritaire, estime le député. «Quand je passe sur le pont Victoria à Montréal, je vois toujours des wagons-citernes remplis de pétrole qui passent au-dessus du fleuve Saint-Laurent, au milieu des véhicules et à travers Montréal. Le pipeline reste la manière la plus sécuritaire de transporter le pétrole, alors utilisons-le pour éviter des catastrophes comme on l’a vu à Lac-Mégantic dans le passé.»

Pour entendre l’intégrale de l’entrevue, ainsi que nos analyses politiques sur les autres sujets chauds (inondations, laïcité à Montréal, victoire de Jason Kenney en Alberta, montée des verts à l’Île-du-Prince-Édouard…), écoutez notre balado. Le précédent épisode a été écouté plus de 11 000 fois. Merci d’être au rendez-vous toutes les deux semaines! Si vous aimez nos balados, n’hésitez pas à vous abonner au magazine, ce qui permet de financer la création d’un contenu audio de qualité.

Dans la même catégorie
1 commentaire
Laisser un commentaire

L’affirmation d’Alain Rayes que les pipelines sont la façon la plus sécuritaire de transporter le pétrole est fausse, ou à tout le moins très superficielle et n’a pas vraiment été démontrée. On sait qu’il y a en moyenne une fuite de pétrole par semaine aux É-T. dans les seuls pipelines de Kinder Morgan, Trans Canada et Enbridge. Lorsqu’il y a un déraillement de trains, cela fait un gros tapage publicitaire parce qu’il y a parfois des morts. Mais le déversement est local, circonscrit au lieu du déversement. Mais lorsqu’il s’agit d’un pipeline, les quantités de pétrole répandues sont décuplées. Les désastres environnementaux, aussi. Surtout lorsqu’il s’agit du pétrole issu des sables bitumineux. C’est un pétrole qui coule dans l’eau. Imaginez toute la flore et la faune marine affectées, toutes les municipalités qui puisent leur eau potable dans ces eaux. Faites le calcul de tous les versements de pétrole provenant de fuites de pipeline et vous constaterez que les pipelines sont loin d’être aussi sécuritaires qu’on le prétend.

Répondre