Indignation linguistique. Le déclin européen du français

Et le drapeau chinois ?

Loin de moi l’idée de pleuvoir sur la parade francofestive en cours à Québec. Cependant je m’en voudrais de ne pas faire état d’un rapport européen publié en juin et qui donne un portrait des tendances linguistiques sur le vieux continent.

Ce n’est pas la progression de l’anglais comme langue d’interface linguistique qui choque — la chose est maintenant un fait de la réalité internationale. Non, ce qui inquiète et qui pourrait pousser certains à s’indigner est la chute concomitante des autres langues, dont le français. Comme si on était dans un jeu linguistique à somme nulle. La proportion d’Européens capables de parler le français comme langue seconde a chuté, entre 2005 et 2012, de 14% à 12%.

Voici ce que dit le rapport Les Européens et leurs langues:

Au niveau national, l’anglais et l’espagnol sont les deux seules langues étrangères parmi les cinq les plus citées qui enregistrent des hausses significatives par rapport à 2005 de proportions de répondants affirmant les parler suffisamment bien pour tenir une conversation. (Ajout: Notez qu’il s’agit de la langue seconde, y compris pour les répondants de France ou d’Espagne).

Pour l’anglais, les plus fortes hausses sont enregistrées en Autriche (+15 points à 73%), Finlande (+7 points à 70%), Lettonie (+7 points à 46%) et Lituanie (+6 points à 38%).

Pour l’espagnol, les plus fortes hausses sont enregistrées en Italie (+7 points à 11%) et en Espagne (+6 points à 16%).

En ce qui concerne le français, l’allemand et le russe, on n’observe aucune hausse importante au niveau national dans les proportions de répondants capables de tenir une conversation. Certains pays enregistrent même des baisses significatives par rapport à 2005 à cet égard.

Pour l’allemand, les baisses les plus marquantes sont enregistrées au Luxembourg (-19 points à 69%), en République tchèque (-13 points à 15%), au Danemark (-11 points à 47%), en Slovaquie (-10 points à 22%), en Slovénie (-8 points à 42%), en Hongrie (-7 points à 18%) et en Estonie (-7 points à 15%).

Pour le français, les baisses les plus importantes sont enregistrées au Luxembourg (-10 points à 80%), au Portugal (-9 points à 15%), en Roumanie (-7 points à 17%), en Bulgarie (-7 points à 2%) et à Malte (-6 points à 11%).

Pour le russe, les baisses les plus significatives sont enregistrées en Bulgarie (-12 points à 23%), en Slovaquie (-12 points à 17%), en Estonie (-10 points à 56%), en Pologne (-8 points à 18%) et en République tchèque (-7 points à 13%).

Le français est OUT, le chinois est IN, surtout pour les enfants:

Les adultes:

Les deux tiers des Européens (67%) considèrent l’anglais comme l’une des deux langues secondes les plus utiles pour eux.

Les langues considérées ensuite comme les plus utiles sont les suivantes : l’allemand (17%), le français (16%), l’espagnol (14%) et le chinois (6%).

On observe une baisse de la proportion de répondants jugeant le français important (-9 points), et de la proportion de répondants pensant que l’allemand est important pour leur développement personnel (-5 points). Les

Européens sont plus susceptibles aujourd’hui qu’en 2005 de penser que le chinois est une langue importante (+ 4 points).

Les enfants:

98% des Européens estiment que la maîtrise d’autres langues étrangères est utile pour l’avenir de leurs enfants.

Parmi les langues considérées comme utiles, le français et l’allemand sont chacun cités par 20% des Européens, l’espagnol par 16% et le chinois par 14%. Environ quatre Européens sur cinq (79%) considèrent l’anglais comme la langue la plus utile pour l’avenir des enfants.

On observe une baisse (-13 points) depuis 2005 de la proportion d’Européens qui pensent que l’apprentissage du français est important pour l’avenir de leurs enfants, et de la proportion de répondants (-8 points) qui pensent que l’apprentissage de l’allemand est important pour leurs enfants.

Si la perception de l’utilité du chinois pour le développement personnel est aujourd’hui légèrement plus répandue qu’en 2005 (+4 points), la perception concernant l’importance de l’apprentissage de cette langue pour les enfants est nettement plus répandue qu’en 2005 (+12 points).

Il me semble que la conclusion coule de source. La meilleure façon de renverser cette tendance est que la France envahisse la Chine !

 

Merci à l’alertinternaute
Luska P. pour ce signalement

Laisser un commentaire

Cependant, même si les gens disent vouloir apprendre d’autres langues, ils ne peuvent pas vraiment les pratiquer et dans les faits vont rester unilingue autant qu’avant. L’augmentation de la popularité du chinois en est le meilleur exemple, avec qui vont-ils pratiquer?

Si je ne me trompe pas, la baisse de 14% à 12% est la proportion de la population européenne capable de parler le français comme langue seconde. Je comprends que ce poucentage exclue la proportion dont la langue maternelle est le français. Reste qu’il est très fortement probable que « la proportion d’Européens capables de parler le français a chuté, entre 2005 et 2012″… mais le chiffre doit être significativement plus haut que les 14% et 12% évoqués.

« Pour l’espagnol, les plus fortes hausses sont enregistrées en Italie (+7 points à 11%) et en Espagne (+6 points à 16%). »

Ehhhh ? Seulement 16% des Espagnols parlent espagnol ?

Oui, il s’agit en effet des langues secondes parlées par les européens, et non des langues maternelles. Ce n’était pas suffisamment clair dans le billet, et je l’ai précisé. merci
jf

Il est évident que l’anglais est dominant. Les Québécois le savent depuis plusieurs générations.

Toutefois, quand j’essaie de mettre dans la balance les avancées technologiques, surtout en considérant les continuelles progrès quant à la puissance des microprocesseurs, il me semble que le jour n’est pas loin où nous pourrons compter sur de puissants outils de traduction en temps réel.

Il me semble évident qu’un immense marché potentiel existe pour traduire d’une des grandes langues à une autre tout ce qui se dit ou s’écrit.

Lorsque quelques grandes entreprises informatiques y verront un marché à développer et des profits à faire, nous verrons apparaître de tels outils qui, naturellement, se perfectionneront progressivement.

Alors je ne crois pas que les grandes langues, dont évidemment le français,disparaitront au profit du seul anglais.
Faire de la myopie sur ce sujet pourrait mener vers de couteuses erreurs stratégiques. Il nous faut donc garder le fort en attendant que la technologie puisse nous permette de très intéressants échanges interlinguistiques.

«Le projet est le brouillon de l’avenir. Parfois, il faut à l’avenir des centaines de brouillons.»
[Jules Renard]

J’avais deviné correctement : Les Français de France font confiance à l’anglais pour le futur de leurs descendants. Ils voient bien qu’ils ont perdu la bataille de la langue sur terre, aux anglophones.

Les Français de France vont bien conserver le français pour la culture et les conversations entre parents et copains avec l’anglais pour leurs finances, leurs jobs, leurs voyages et pour mieux apprécier la culture américaine, ce qui devrait faire un modèle pour nous, Canadiens-français ou Québécois, selon nos choix constitutionnels réalistes ou utopiques.

Sur les 20 langues les plus parlées au monde, le français arrive bon 18e entre le coréen et le Marathi pendant que la langue anglaise est en 3e place avec plus de 5 fois le nombre de parlants français. Difficile d’y résister, considérant que 98 % de nos voisins sont anglophones et/ou anglophiles. Faut juste résister sans l’ignorer mais pas résister à devenir bilingues.

À ce que je sache, aucun pays sur le continent européen n’a l’anglais comme langue officielle.

Le statut de langue officielle pour la langue anglaise est confinée à des insulaires (Royaume-Uni, soit l’Irlande, l’Écosse et la Grande-Bretagne) et les britanniques ne sont pas membre de la zone Euro.

Alors, comment se fait-il que la langue anglaise soit si présente dans les instances de la CEE?

Le français et l’allemand devraient y tenir une place de choix, mais bon.

Comme quoi, il n’y a pas que les québécois qui possèdent un esprit de colonisé…

Il me semble que vous devriez réfléchir avant de conclure n’importe quoi.

Je présume que ces données sont fiables et dressent un juste portrait de la situation qui prévaut actuellement.

Cela ne signifie pas que la situation est là pour durer. Des événements internationaux imprévus peuvent influer sur l’évolution de la situation.

Imaginez que par exemple une guerre d’influence naisse entre deux coqs. Disons le chinois et l’anglais.

Qui dit que la solution ne serait pas de se tourner vers le français comme mesure d’atténuation de la tension?

Les continents bougent vous savez…

À propos de la conclusion de l’envahissement de la Chine par la France, c’est prévu. C’est un plan subtil mais la France planifie d’abord d’envahir le Plateau Mont-Royal (en cours) et ensuite c’est le tour de la Chine.

(À propos du « chinois », la langue devenant de plus en plus populaire et de moins en moins du chinois (hihi), ne pourrait-on pas commencer à nommer les langues chinoises? Le Mandarin bien sur et le cantonnais, mais aussi le wu, le Min et quelques autres comptant tout de même des dizaines de milions de locuteurs.)

73% des Autrichiens parlent anglais? NO way.

Si on prend comme références Pauline Marois et Louise Harel. Si on statut qu’elles parlent anglais, ben y’a pas 73% des Autrichiens qui atteignent leur niveau.

J’ai remarqué qu’au Québec on demande un très très haut niveau d’anglais pour être considéré comme « bilingue ». Ailleurs, on a le bilinguisme nettement plus généreux. En Autriche, personne ne riait de Pauline et Loulou.

Qui parle français en Europe? 29 % des Hollandais, 19 % des Britanniques, 17 % des Roumains, 17 % des Irlandais, 16 % des Italiens, 15 % des Portugais et 14 % des Allemands le font.

J’ignore pour des raisons évidentes la France, la Belgique et le Luxembourg, où le français n’est pas exactement une langue seconde. Quant à la Suisse, elle n’était pas mentionnée dans l’article cité.

Moins de 11 % des Espagnols parlent français. C’est à peu près le niveau suédois ou grec (9 % des Suédois et des Grecs parlent le français). Bravo aux Portugais, qui ne sont même pas adjacents à un pays francophone.

Ce qu’il en est

Le forum est l’occasion de constater l’hypocrisie des Harper et Charest, Montréal en voie d’anglicisation.

Forum international sur le français certes mais c’est au Québec que la défense du français est capital ni même en Suisse où il y a une vraie confédération, ni même en Belgique où le flamand est offensif contre le français par sa situation difficile à Bruxelles et quant à la France..

C’est l’anglicisation de l’Union européenne qui démontre le recul international du français comme langue de communication différemment c’est au Québec que le français comme langue vivante se pose!

Déclinons, déclinons !!! Wow !!! Quelle belle trouvaille comme slogan qui saura rallier tous les peuples en faveur d’une uniformisation culturelle dans une mondialisation anglaise ou chinoise ou russe ou espagnole ou française ou, ou, ou, ou…
Ouste (out) les langues nationales, ouste (out) la souveraineté des peuples et l’indépendance des pays incluant celle du Cadenas, Canadéa, Canada.

Ce que j’ai lu dans la presse:

« Si le français a perdu de son attrait, c’est en partie en raison du déclin de la puissance industrielle française qui a donné lieu à un «mimétisme de la langue de la puissance», d’où la prolifération de l’anglais dans les rues de France. »
C’est de la part de quelqu’un qui veut imposer une loi 101 en france.

Mais en fait, il propose de s’attaquer aux conséquences du problème au lieu de s’attaquer directement au problème.

Et le problème, c’est que le français n’est pas une langue de puissance! C’est aussi vrai en france qu’au québec. C’est une langue de contestation et non de leadership. Je prend pour témoin la propension québec/france aux manifestation et aux grève.

Ce sont des peuples sur la défensive, ils ne sont pas attrayants voilà! Il ne faut pas avoir peur des constats durs: Ils ne sont pas aussi attrayant que le monde anglophone.

Pour généraliser sur les résultats entre le lien de puissance et les politiques économique je ferais deux catégories.
De prime abord je dirais que les francophones sont plus socialistes.
Alors que j’identifierais les pays anglophones plus capitalistes.

Le passage à l’anglais est le résultat de l’échec économique du français. Tant qu’à moi il faudra s’attaquer à un problème beaucoup plus sérieux pour résoudre le problème de langue…

Bien oui M. Laroche, les autres 84 % d’Espagnols parlent le russe à la maison pour faire plaus gauchistes.

La France devrait redevenir le pays européen le plus populeux d’Europe au cours du prochain siècle. Le français est toujours en très forte progression au Maroc (au point de remplacer l’arabe comme véritable langue nationale), et détient toujours une place de choix en Algérie, en Tunisie, au Liban et, dans une moindre mesure, en Égypte. L’Afrique noire francophone devrait compter plus de 600 millions de francophones d’ici 2050, contre moins de 200 millions aujourd’hui. Lorsqu’on considère l’Europe francophone, les pays arabes francophones et francophiles et l’Afrique subsahérienne francophone comme un tout relativement continu, on se rend compte que l’avenir du français est largement assuré. Si comme on le dit l’Afrique émergera vraiment au cours du prochain siècle, on pourrait être surpris de voir un retour du français comme langue qui compte. On pourrait également compter, au Québec, sur un bassin d’immigrants beaucoup plus grand et mieux éduqué qu’actuellement. On pourrait aussi alors avoir un vrai marché francophone rentable pour la culture québécoise (actuellement seule la France compte).

L’avenir de l’allemand, du néerlandais ou de l’italien est menacé car ce sont des langues essentiellement européennes. Le français, sans pouvoir se comparer a l’anglais, aura au moins une place au coté de l’espagnol, du portuguais et du chinois dans les langues régionales de premier plan. Et dans ce contexte, un petit État francophone nord américain, province ou pays, a toutes les raisons de survivre et de rayonner dans le monde s’il joue bien ses cartes.

Vu l’état de décomposition avancée de la société américaine et en général, la désintégration du système capitaliste, la contestation est une preuve de santé intellectuelle.

De plus, certains pays ont des traditions plus égalitaires : résister au capitalisme fait partie de leur ADN.

Que diable font, au Québec ou en France, ceux les adorateurs de l’esprit capitalo-protestant-anglo-saxon? Pourquoi ne font-ils pas leur valise dans un pays plus ADAPTÉ à eux?

@Gilles Bousquet

Bah non, sert a rien apprendre l’Anglais. Apprenons plustôt le mandarin et l’hindou! Après tout ils seront fort probablement les prochains maitres du monde. 🙂

SensCommunRugueux écrit plus haut : «Comme quoi, il n’y a pas que les québécois qui possèdent un esprit de colonisé…»

Les Québécois ont été colonisés par les Anglais et le sont encore sous son empire mais, les Européens ne le sont pas. Cherchez une autre raison du genre : Il y a 5 fois plus de locuteurs anglais que français sur terre, plus la force économique, culturelle et autre, des États-Unis anglophones.

Cincibole espère une guerre entre Anglais et Chinois pour placer le français en avant, probablement qu’ils se bombarderaient en français, pour faire plus neutre et plus in.

M. Jean-Pierre Gascon, même si tout le monde parlait exclusivement anglais sur terre, il pourrait y avoir des pays séparés. Prenons les Irlandais indépendants qui parlent anglais et les Écossais qui parlent anglais mais songeraient, quand même, à se séparer de l’Angleterre.

Nathalya Lesage écrit : «Bah non, sert a rien apprendre l’Anglais. Apprenons plustôt le mandarin et l’hindou! Après tout ils seront fort probablement les prochains maitres du monde »

Mais non, ce n’est pas le nombre qui compte mais le nombre de bombes téléguidées.

Les Chinois et les Indous sont nombreux mais ils devraient normalement finir par s’entretuer pour choisir quel pays sera le champion du cheap labour.

Nous pouvons faire confiance au capitalisme et aux Américains pour demeurer, encore longtemps, maîtres du monde, malgér tous ceux qui leur prédisent qu’ils achèvent de l’être.

La langue anglaise a pris du temps et beaucoup de victoires militaires pour réussir à devenir LA langue universelle, ce n’est pas le mandarin, avec ses petits dessins, qui va la supplanter demain matin.

@ M. Gilles Bousquet #20

L’expression que j’utilise «avoir un esprit de colonisé» est une métaphore. Il faut donc la prendre au sens figuré, pas au pied de la lettre.

Vous me faites penser à ceux qui interprètent les textes bibliques de manière littérale (ces gens sont plus souvent qu’autrement à côté de la track)

Je ne sais pas d’où vous sortez vos statistiques à l’effet qu’il y a 5 fois plus de locuteurs anglophones que francophones et que la langue française se positionne au 18e rang des langues les plus parlées dans le monde?

Voici 4 références qui positionne la langue française au 5e rang:

http://populationsdumonde.com/classements/les-10-langues-les-plus-parlees-dans-le-monde/

http://www.directoid.com/top/top-10-langue-monde.html

http://www.qui-est-le-plus.fr/individus/important/les-langues-les-plus-parlees-au-monde

http://www.chine-informations.com/guide/langues-les-plus-parlees-au-monde_2367.html

Comme quoi, il n’y a pas plus aveugle que quelqu’un qui ne veut pas voir et plus sourd que quelqu’un qui ne veux pas entendre…

Qu’est-ce que vous voulez établir au juste monsieur Bousquet ?:

Que la chèvre est meilleure au goût que le chou, ou bien l’inverse ?

Ou encore qu’il vaut mieux boire que manger, ou l’inverse ?

Monsieur Lisée, autant je vous aime beaucoup en général, autant, vraiment, il faut que vous cessiez de parler de langue.
Ou, à tout le moins, si vous y tenez vraiment, ayez la rigueur scientifique de vérifier ce que vous présentez comme des faits avec un (diantre, mais c’est que ca existe!) LINGUISTE.
Vous savez, ceux qui se fendent le cibouleau à l’année longue à étudier le fonctionnement et les interactions des langues.
Vos observations ont sans aucun doute une valeur au niveau sociologique, mais quand vous lancez vos axiomes sur la langue, vous pataugez dans des préconceptions truffées d’insécurité linguistique et d’autant fort loin d’un vrai portrait rationnel de la situation. Vous accolez à la langue les interprétations que vous faites des groupes qui la parlent. Vous mettez de l’avant des statistiques qui n’ont rien à voir avec la langue elle même. Et vous prétendez en tirer des conclusions linguistiques.
Je le répète, je vous aime beaucoup sur plusieurs sujets. Mais, quand vous parlez de langue, vous me faites l’effet d’un gamin qui croit pouvoir expliquer les mécanismes de la physique newtonienne parce qu’il est déjà tombé d’un arbre, comme la pomme.

@ Gilles Bousquet

Vous faites simplement de la petite propagande anti-Québec et anti-francophone. Sauf erreur de ma part, à vous lire, votre langue maternelle est une humiliation pour vous, voir une tare de l’éducation des Québécois.

« Les Chinois et les Indous sont nombreux mais ils devraient normalement finir par s’entretuer pour choisir quel pays sera le champion du cheap labour.” (Gilles Bousquet)

Aille, vous l’avez-ti l’affaire! Mieux qu’Elvis Gratton! Falardeau n’a pas été vigilant. Il aurait eu en vous un grand, le meilleur acteur pour ses films d’Elvis.

Vous y connaissez quoi vous aux Chinois?

La Chine et l’Inde se rapprochent de plus en plus en Asie pour former une puissance. C’est une guerre froide au sujet des hydrocarbures que les USA perdent jusqu’à maintenant.

« Nous pouvons faire confiance……aux Américains pour demeurer, encore longtemps, maîtres du monde,… » (Gilles Bousquet)

Vous dites NOUS, oui NOUS. Pourtant, vous me semblez à 99,99987145879% être un Québécois et VOUS nous dites, maître du monde!! Oui, les Québécois, maître du monde. Il y doit y avoir une autre planète terre sur le WEB.

« Nous pouvons faire confiance au capitalisme et aux Américains pour demeurer, encore longtemps…” (Gilles Bousquet)

Vous devriez vous rendre compte que pendant que les USA stagnent depuis cinq ou six ans et plus, que les pays de l’Asie progressent à une vitesse foudroyante malgré la baisse des achats de l’Amérique.

« La langue anglaise a pris du temps et beaucoup de victoires militaires pour réussir à devenir LA langue universelle, ce n’est pas le mandarin, avec ses petits dessins, qui va la supplanter…”

Ne sous saviez-vous pas que le mandarin, le Japonais et bien d’autres peuvent êtres écrits en alphabet grec ou si vous le voulez, arabe?

Le statut d une langue suit de pres l evolution economique et militaire des locuteurs d origine :

Le latin, avec la chute de Rome, a perdu son ascendance internationale.

Le francais au XVIIIe siecle occupait la premiere place en Europe car la France de Louis XVI jusqu a la defaite de Napoleon jouait un role economique et militaire central dans le monde.

Depuis la 1ere guerre mondiale, les Etats-Unis grace a leur puissance economique et militaire arrivent a imposer l usage de l anglais americain.

Le demembrement de l URSS n a fait qu accentuer ce phenomene.

Ni la Chine, ni le Japon ne peuvent pretendre remplacer l hegemonie de l anglais americain.

Ce qui doit soulever les inquietudes des francophones : comment expliquer que l espagnol occupe la 2e place alors que l economie francaise et sa force militaire s averent plus fortes que celles de l Espagne ?

Voila le vrai defi du francais : occuper la 2e place !

Les baisses du français que vous citez sont dans des pays relativement petits et secondaires en termes politiq

M. Lisée, j’espère que la nouvelle de votre candidature pour le PQ dans Rosemont va s’avérer, ce qui serait, à mon avis, une bénédiction pour ce parti souverainiste qui a les meilleures chances de diriger le Québec vers plus d’autonomie ou même de souveraineté avec partenariat canadien vu que le séparatisme pur et dur du Québec du Canada, est assez mou depuis la fausse confédération de 1867 : 8 % du temps de Bourgault avec son RIN, augmenté à environ 12 % aujourd’hui.

Solutions qui risquent de rallier une solide majorité de Québécois, principalement francophones : Une véritable confédération canadienne d’États souverains à 2 ou à 5 ou une meilleure gouverne provinciale avec la doctrine Gérin-Lajoie…renforcée, des meilleurs revenus miniers et forestiers et de l’éthique renforcée gouvernementale provinciale, ce qui ne devrait pas être trop difficile à réaliser plus une constitution québécoise avec une loi 101 revisitée avec autant de carottes que de bâtons pour solidifier la langue française au Québec et même, dans le Canada…bilingue…en principe.

Messieurs Parizeau, Bouchard et Dumont n’auraient jamais obtenu presque 50 % de OUI s’il n’y avait pas eu de « partenariat canadien » avec la souveraineté au référendum de 1995.

@ M. Gilles Bousquet #24

Wikipédia possède les faiblesses de ses forces.

En tant que concept encyclopédique collectif, n’importe quel profane ou quidam peut allez y inscrire n’importe quoi qui sera éventuellement rectifier par d’autres.

En ce sens Wikipédia ne peut que constituer qu’une amorce de recherche et non une finalité en soi.

Alors, comme je vous ai soumis 4 références indiquant le même palmarès. Êtes-vous en mesure de m’en citer au moins 3 autres qui vont dans le même sens que la vôtre?

Sinon c’est 4 contre 1…

En passant, vous qui semblez trouver la langue française si inutile, pourquoi ne cessez-vous pas de la parler et de l’écrire pour mieux vous concentrez à vous assimiler à ces locuteurs que vous jugez de classe supérieure et oublier d’où vous venez et qui vous étiez???

M. ou Mme Youlle, le Canada et le Québec, qui en fait partie, sont collés aux Américains, que nous le voulions ou pas. Si les États-Unis sont maître du monde, nous le sommes aussi et si les États-Unis s’effondrent, nous nous effondrons aussi.

Pour ce qui est de vos peuples élus du futur, les Chinois et les Indous ou les Indiens, si vous aimez mieux, avant de conquérir le monde, ils devraient tenter de réduire le grand nombre de leurs pauvres citoyens, qui tirent le diable par la queue, sauf quelques-uns uns de leurs millionnaires et milliardaires, le cheap labour des Américains, des Canadiens et des Européens, nos serviteurs à bon marché, fournisseurs de tous nos Dollarama, Zellers etc, qui nous font économiser nos salaires plus élevés

Vous écrivez «Ne sous saviez-vous pas que le mandarin, le Japonais et bien d’autres peuvent êtres écrits en alphabet grec ou si vous le voulez, arabe? » Tiens donc, incapables de passer leurs petits dessins au monde ? Ils doivent s’adapter à notre écriture mais nous, est-ce que nous traduisons notre alphabet en dessins ?

Il y a plusieurs China town en Amérique, est-ce qu’il y a des American town en Chine ou en Inde ?

@ Gilles Bousquet #24

Le classement dont vous vous référez sur Wikipédia ne tient compte que des langues maternelles et ne recoupe que quatre pays. Tout l’Afrique francophone est absent.

Que dit Wikipédia de sa propre source : « Le site est souvent utilisé comme référence, notamment sur Wikipédia sans actuellement faire l’objet d’une crédibilité scientifique. »

SensCommunRugueux, je ne dis pas que le français est inutile, même s’il s’est fait damer le pion par l’anglais. Faut juste en prendre acte pour plus de réalisme, ce que semblent avoir fait les Français de France, full anglophiles.

Pas besoin d’abandonner le français pour être ou devenir bilingues.

Qui se rappelle du déclin du Latin comme langue internationnale ? Au temps de Jacques Cartier, le « découvreur » du Canada, le Latin était toujours la langue par excellence. En fait le latin était jusqu’à tout récemment la langue « officielle » de notre Sainte Mère l’Église Catholique. Sous le règne du Roi Soleil, le français a rayonné sur le monde européen. Puis les flottes de voiliers des Anglais se sont imposées. Et les Américains en ont ajouté. La langue est un outils de communication, utile pour le commerce, le travail, les sciences, … et les artistes. L’anglais a l’avantage d’être la langue maternelle et officielle pour 60 millions de personnes au Royaume-Unis, 300 millions au U.S.A. et 25 millions au Canada. Si le latin, le français, l’espagnol, ont été des langues « imposantes », on pourrait croire que de nos jours l’anglais s’impose,… en dehord de la Chine.

Re Denis Drouin 4 juil. Vous avez une bonne idée avec ces machines traductrices. La difficulté est que le sens des mots a une tendence à varier et les subtilités de language sont aussi changeante et « subtile ». Ce qui fait de ces « traductrices » des outils très primaire. Je me garderai de qualifier le projet d’impossible, en rappelant qu’au temps du dirigeable; l’avion était une invention sans avenir.

Les plus populaires