[Inédit] La défaite du PQ vue par Jean-François Lisée

Le PQ avait un plan. Lisée était confiant. Alors, que s’est-il passé ? Jean-François Lisée s’explique.

Photo : Christian Blais

Je vais bien. Je le dis car vous n’arrêtez pas de me le demander. Vous me posez la question d’un air grave. Celui qu’on adopte à l’endroit d’un proche du défunt. « Comme ça doit être dur », dites-vous. Non, je vais bien. « Ça va être long à vous en remettre. » Non, je vous le jure…

Vous ne me croyez pas. À l’épicerie, certains veulent me dire qu’au moins ce n’est pas leur faute à eux. Ils précisent qu’ils ont voté pour moi, même s’ils n’étaient pas dans ma circonscription. Dans une brasserie, une serveuse m’interroge : « On vous a dit que vous ressemblez à M. Lisée ? » Je réponds : « Oui, mais dois-je le prendre comme une insulte ou un compliment ? » « Un compliment », dit-elle. Je la questionne à mon tour : « Vous avez voté pour lui ? » « Non, mais c’est quelqu’un de bien. » Alors seulement, je révèle ma véritable identité : je suis l’homme qui a conduit le parti de René Lévesque à la plus grave défaite de son histoire.

Comment peut-il aller bien, portant sur ses épaules la responsabilité du désastre ? vous demandez-vous. D’abord parce que mon égo a le dos large, mais pas au point de me permettre de croire que les hauts et les bas de la vie du Parti québécois ne dépendent que de moi. Ensuite parce que, à tout prendre, ça s’est mieux passé que je ne le pensais — j’y reviendrai. À un ami new-yorkais qui me demandait des nouvelles en juillet 2018, je répondais : « La famille est en bonne santé. Politiquement, la mort rôde. »

Vous qui ne suivez l’actualité politique que quelques minutes par jour ne pouvez imaginer la constance avec laquelle le décès des souverainistes est prédit, annoncé, souhaité, même. J’avais déjà joué dans ce film — que dis-je, cette série ! Avant le référendum de 1995, l’écrasement du camp du Oui était tenu pour acquis. Notre quasi-victoire fut une surprise. En 2011, Pauline Marois était donnée pour morte et son parti avec elle. Elle serait première ministre un an plus tard. Mon décès politique avait aussi été annoncé, car j’avais osé dire au sujet de Pierre Karl Péladeau, pendant la course à la direction de 2014, qu’on ne pouvait à la fois être patron de presse et diriger un parti. Deux ans après, j’étais chef du PQ.

Chaque fois, nous avions déjoué la mort. C’est sans doute ce qui rend cette série si intéressante.

Je ne veux pas rendre ce texte lugubre. Ce sera bien malgré moi si certains y trouvent une volonté de régler des comptes. Je cherche à tirer de mon expérience des enseignements qui pourront éclairer le citoyen que vous êtes.

Alignements stratégiques

J’avais pris la direction du PQ, en octobre 2016, en créant la surprise — aucun analyste ne me donnait la moindre chance de gagner — et en cassant une perception. J’avais montré à la base péquiste que je n’étais pas tout à fait le grand fendant qu’elle attendait. Il me semblait vraisemblable d’exporter à l’ensemble de l’électorat ce tour de force. J’étais conscient de mes limites. Je ne suscitais pas, comme René Lévesque, une empathie spontanée. Je n’inspirais pas, comme Jacques Parizeau, le respect dû aux grands hommes. Ne se dégageait pas de moi, comme de Lucien Bouchard, un charisme paternel et sanguin.

Je n’étais pas le seul à avoir des limites. Ni Philippe Couillard ni François Legault ne pouvaient se targuer d’être des Elvis Presley de la politique. Comme l’a dit George Bush père, à qui on reprochait sa froideur : « Ne me comparez pas au bon Dieu, comparez-moi à mon adversaire. »

Mettons tout de suite les choses au point. Entre les élections de 2014 et celles de 2018, trois événements allaient déterminer l’ordre de départ. L’autodestruction des libéraux, l’échec de la convergence PQ-QS, le cadeau de Québec à la Coalition Avenir Québec.

D’abord, les libéraux ont creusé leur tombe. En sabrant les services aux enfants et aux aînés — tout en cédant la part du lion aux médecins —, ils ont montré une absence de compassion que les électeurs ne leur ont pas pardonnée. En traînant les casseroles éthiques de l’ère Charest et en faisant preuve de condescendance envers les préoccupations identitaires de l’immense majorité des Québécois, l’équipe Couillard a dressé sa propre guillotine. Et écrit la question de l’élection : qui seraient les mieux placés pour assumer le pouvoir à leur place ? Début 2017, la division des forces d’opposition maintenait l’équipe Couillard en tête du palmarès, le PQ au deuxième rang, la CAQ au troisième et Québec solidaire loin derrière.

***

Des sondages l’indiquaient : un pacte électoral entre le PQ et QS nous aurait propulsés au sommet, avec une avance de 10 points sur les libéraux. Chez les francophones, 50 % étaient prêts à donner sa chance à cette innovation. Un balayage. Ce pacte représentait à cette étape la meilleure façon de se débarrasser des libéraux.

Cette avance aurait-elle tenu jusqu’à l’élection ? On ne le saura jamais. Mais on dispose d’un indice : un peu plus tard, lorsque l’électorat a assimilé la CAQ à un instrument de changement, aucune des très nombreuses bourdes du chef François Legault n’a dégonflé son avance.

Pourquoi pensions-nous que le pacte pouvait fonctionner ? En février 2017, dans ma salle à manger, les porte-paroles solidaires allaient nous étonner, Véronique Hivon et moi : Andrés Fontecilla, réputé de la « ligne dure » de QS, nous révélait qu’il était favorable à une alliance. Il nous mettait en garde contre un autre courant, plus radical. Mais c’était possible et, disait-il, souhaitable. Manon Massé ? Elle écoutait.

Ceux que nous estimions être des poids lourds de QS, Amir Khadir, Gabriel Nadeau-Dubois et Andrés Fontecilla (ex et futurs porte-paroles), faisaient campagne pour le pacte.

De plus, sous la médiation de l’organisme OUI Québec se déroulait entre les partis indépendantistes (PQ, QS, Bloc québécois et Option nationale) une négociation sur la « feuille de route », la marche à suivre pour conduire à l’indépendance. De discussions en compromis, une entente de principe fut conclue en avril. Andrés Fontecilla, négociateur principal pour QS, avait signé.

Le temps était court et la bonne nouvelle, énorme. Il fut convenu qu’une conférence de presse commune aurait lieu le 19 avril. Mais la veille, Andrés Fontecilla nous signala que l’instance suprême de QS avait changé d’avis, et menaçait de renier l’entente si on la rendait publique ! Les vrais chefs de QS exigeaient que tout reste secret jusqu’à leur congrès, à la fin mai.

Le PQ et les autres partis ayant accepté cette exigence, guidés par l’espoir d’une issue positive, OUI Québec a délégué un observateur au congrès. Il a constaté que, loin de recommander l’adoption de la feuille de route comme convenu, Andrés Fontecilla avait fait part d’arguments s’y opposant. L’ambiance n’était d’ailleurs pas à la bonne volonté dans ce congrès où le PQ a été accusé de racisme et où la proposition de négociation en vue d’un pacte a été rejetée par une forte majorité. Sentant le vent, Manon Massé, qui était restée neutre jusqu’alors, a voté avec la majorité.

Ces événements nous ont révélé où logeait le réel pouvoir à QS. Andrés Fontecilla, loin d’être le pilote de l’opération, fut dirigé, utilisé, puis rabroué par une instance qui le dépassait. La co-porte-parole féminine était hors jeu. Elle m’avait confié lors d’un des épisodes qu’elle devait se référer à son « patron » pour savoir comment réagir. Gabriel Nadeau-Dubois me fit plus tard un aveu similaire, devant un millier de délégués syndicaux reprochant l’échec de la convergence. « Il y a un message là », lui dis-je. « Tu sais bien que c’est pas moi qui décide », répondit-il.

Qui a payé pour l’échec de la convergence ? Québec solidaire, un peu. Son congrès a attiré une couverture massive et… négative. Les interventions hargneuses de plusieurs délégués ont laissé des traces. QS allait longtemps végéter autour de 10 % dans les sondages.

Mais cela n’était rien comparativement au coût que nous avons payé. L’opinion en a tiré cinq leçons : le PQ estime qu’il est trop faible pour gagner seul ; QS est assez crédible pour être courtisé par un grand parti ; le PQ est tellement à gauche qu’il est prêt à s’allier à QS, laissant tout le terrain du centre droit à la CAQ ; le PQ échoue à rassembler ; Lisée est un stratège pourri. Notre meilleure chance d’incarner le changement, donc d’obtenir la clé de l’élection de 2018, venait de nous échapper.

***

Sam Hammad avait été privé de limousine pour cause de relations avec l’ancien ministre Marc-Yvan Côté, accusé de corruption. Son départ provoqua une partielle un an avant l’élection de 2018. On l’avait constaté lors des quatre partielles de décembre 2016 : l’électorat libéral francophone s’effondrait. Si une partielle avec un libéral sortant avait été tenue dans le 450, en Estrie, dans le Bas-du-Fleuve ou au Saguenay–Lac-Saint-Jean, le PQ, qui avait obtenu de très bons résultats dans les partielles depuis 2014, aurait pu l’emporter. Il aurait ainsi montré qu’il pouvait se substituer aux libéraux.

Mais ce fut à Québec. Une aubaine pour la CAQ. Notre député François Gendron affirme avoir vécu là une situation inédite en 40 ans de carrière. Les radios privées de Québec, a-t-il constaté, ont été « l’agent officiel » de la CAQ. La campagne était présentée comme un match PLQ-CAQ, ce qui signalait qu’un vote pour le PQ serait gaspillé.

La victoire de la CAQ fut écrasante. Jusque-là, l’électorat pensait que les libéraux étaient indélogeables. Avec Louis-Hébert, il apprenait trois choses : les libéraux peuvent être battus ; c’est la CAQ qui peut les battre ; le PQ n’est plus dans la course.

La CAQ vivait une lune de miel, mais rien ne nous disait à l’époque que celle-ci serait durable. Début décembre, j’ai dit que la CAQ vivait « un effet boule de neige ». J’annonçais que « la neige, ça fond au printemps ».

Nous terminions 2017 dans les limbes. Un parti centriste, de coalition, a toujours la capacité de rassembler. Mais il est toujours suspect d’avoir une identité trop faible. Fin 2017, c’est ce qui nous était reproché. Nous avons élaboré une stratégie de forte présence pour le premier mois de 2018. D’abord, des affiches : « L’État au régime ou au gym ? » Ensuite, les réponses : « Un État fort au service des Québécois » et « Pour réussir l’indépendance ». Une affirmation claire de notre identité. Puis, des gestes de rassemblement. Le père de la politique familiale, Camil Bouchard, allait revenir au bercail avec une grande annonce pour l’accès aux CPE. Au Conseil national, Régine Laurent [ex-présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé], la syndicaliste la plus aimée au Québec, viendrait dire le bien qu’elle pensait de nos positions pour l’enfance et pour la santé. Jean-Martin Aussant [fondateur d’Option nationale] ferait son retour dans la foulée.

Mais je lis le 9 décembre dans un sondage qu’à l’indicateur « meilleur premier ministre » ma cote a chuté, étant passée de 12 % à 9 % en deux mois. J’accorde pourtant des entrevues tous les jours. J’ai fait en un an trois fois le tour du Québec, multipliant les assemblées citoyennes. J’ai été plébiscité par mon parti, au congrès de septembre 2017, avec 92,8 % des voix. Néanmoins, je tire le PQ vers le bas.

Ne vaudrait-il pas mieux que ce rebond que nous préparons soit porté par une figure plus consensuelle ? Et qu’on la crédite, elle, de ce nouveau souffle ? En marge d’une réunion de la direction du PQ en décembre 2017, en soirée, je prends Véronique Hivon à part : « Je crois que tu dois te préparer à devenir chef du Parti québécois. »

Elle va le considérer sérieusement, et je le dévoile ici après l’avoir informée et consultée sur ce point. Nous allons en discuter pendant une dizaine de jours. L’opération est délicate. Je ne veux pas provoquer une nouvelle course au leadership — ce serait pire que la situation actuelle. À ce stade, Véronique n’est pas vice-cheffe, mais un officier comme les autres. Rien ne dit qu’il n’y aurait pas d’autres candidats à ma succession. Elle et moi sommes en désaccord sur la méthode de son atterrissage. Estimant trop grand le risque d’une course, je décide de rester.

Réussir et échouer (janvier à juin 2018)

Avec une énergie renouvelée, j’entraîne l’équipe dans un hiver et un printemps hyperactifs. Nous mettons en œuvre la séquence prévue en janvier, qui culmine avec l’annonce-surprise de la nomination de Véronique comme vice-cheffe. Ce qui fait dire aux influenceurs que le PQ a à la fois retrouvé son identité et pris un nouvel élan. Et pour bien signifier que l’indépendance nous est essentielle, deux figures à forte valeur symbolique reviennent au bercail : Jean-Martin Aussant fin février, puis, en mars, Lisette Lapointe, veuve de Jacques Parizeau.

Nous avançons sur les thèmes que les Québécois estiment les plus importants. En février, nous présentons un calendrier de nos réformes en santé. En mars, avec le Grand Déblocage, nous nous attaquons à la congestion routière, qui pourrit toute la grande région métropolitaine. En avril, nous annonçons que notre gouvernement adoptera une loi pour protéger contre toute compression l’ensemble des budgets de la jeunesse. En mai, nous sommes les premiers à adopter notre plateforme électorale et nous lançons dans la bonne humeur notre « Véronique-mobile », un minibus de précampagne aux couleurs estivales.

Les commentateurs en conviennent : ces actions cumulées devraient doper notre popularité. Ils sont surpris que ce ne soit pas le cas. Pas autant que nous. Lorsque arrive juin 2018, nous sommes cantonnés à environ 20 % des intentions de vote. Cela semble irrémédiable. Notre député Alain Therrien résume ainsi la situation : « Nous sommes peut-être l’orchestre sur le Titanic, mais nous sommes le meilleur orchestre que le Titanic ait jamais eu ! »

Comment expliquer notre surplace ? Les variables sont nombreuses. Nos experts en sondages en cernent une : la crise du Bloc québécois. À quelques grincements près, le PQ de 2016-2018 a été uni et a suscité des ralliements. Mais du début 2018 jusqu’en juin, la bisbille au sein de notre parti cousin a renforcé l’idée que les souverainistes étaient en conflit permanent.

Y avait-il une résistance particulière de l’opinion envers le PQ ? Une raison pour laquelle nos messages ne s’imprimaient pas ? De retour de son congé de maternité, en juin, ma directrice des communications, Antonine Yaccarini, résuma la chose ainsi : les messages positifs concernant le PQ sont « perçus comme des données déviantes qu’il faut ignorer, car elles ne correspondent pas au narratif principal du déclin ».

Fin juin, après presque six mois de travail incessant qui ne donnait aucun résultat, j’ai fait deux constats. Un concernant l’opinion publique, l’autre me concernant.

***

Mon parcours m’avait préparé à subir le mantra médiatique prédisant notre déclin. Mais le mal s’aggravait. Alors que les adhésions au parti et notre mobilisation étaient de loin les plus fortes, que mensuellement les chiffres du Directeur général des élections attestaient de notre domination absolue en matière de financement populaire, que nos salles étaient pleines, qu’un électeur sur cinq nous restait fidèle, on nous tenait pour mourants.

Ça devenait caricatural. Paul St-Pierre Plamondon, l’orphelin politique qui a rejoint le PQ, revient-il d’une tournée qui lui a permis de recruter du sang neuf et de faire voter 90 % de ses recommandations de renouvellement du parti ? Marie-France Bazzo le reçoit en entrevue à la radio de Radio-Canada avec comme première question : « Lisée sera-t-il le fossoyeur du PQ ? »

Alexandre Cloutier, Agnès Maltais et Nicole Léger annoncent-ils leur départ après 11, 20 et 22 ans de service ? Le Journal de Québec parle d’une « hécatombe ». Lorsque 15 députés libéraux quitteront le navire ou que la moitié du caucus solidaire tirera sa révérence, ce mot ne sera pas repris.

Véronique Hivon, nommée vice-cheffe sous un torrent d’applaudissements, se présente-t-elle avec moi à La soirée est (encore) jeune, à la radio de Radio-Canada ? Fred Savard consacre sa chronique à l’évocation des funérailles du PQ.

Patrice Roy reçoit les quatre chefs en entrevue à Radio-Canada en juin. À Manon Massé, dont le parti stagne en quatrième place, il pose cette première question : « Comment allez-vous ? » (Elle s’est cassé une jambe en ski deux mois plus tôt.) À Philippe Couillard, à qui les sondages prévoient une défaite historique, il demande en ouverture : « À 100 jours du scrutin, qu’est-ce qui vous motive ? » Pour François Legault, le meneur — donc celui avec lequel les médias sont généralement les plus durs —, il ouvre avec : « Est-ce que, un peu comme un sportif qui est en avance, vous jouez fessier et avez hâte que ça finisse ? » Moi, j’ai droit à : « Est-ce que ça vous traverse l’esprit que vous pourriez être le dernier chef du PQ ? » Il enchaîne sur « l’agonie » du mouvement indépendantiste, qui a pourtant la faveur de près de 40 % de l’électorat, et termine en me parlant de ma réaction en cas de défaite.

La mort rôde.

Je raconte cela non pour accabler Marie-France Bazzo, Fred Savard ou Patrice Roy, pour lesquels j’ai beaucoup d’estime. Je crois qu’ils incarnent et relaient, comme des centaines d’autres, quelque chose de beaucoup plus grand qu’eux. J’en viens à la conclusion que le discours permanent sur notre mort prochaine est un puissant poison qui nous coupe les ailes. Il n’a rien à voir avec la qualité de nos chefs, candidats, actions, programmes ou slogans. Il est désormais si enraciné qu’il me semble surgir d’un mécanisme de défense de la société. Le souvenir de l’échec des référendums sur l’indépendance du Québec de 1980 et, surtout, de 1995 pousse nos concitoyens à imaginer une situation où cette douleur ne se répétera pas. À imaginer et à souhaiter des voies d’évitement.

Ce message sans cesse relayé se transforme en prophétie autoréalisatrice. Il s’installe dans les têtes. Disqualifie le PQ. Une leader de notre aile jeunesse me confia que ses amies lui posaient avec sollicitude cette question : « Que feras-tu après le PQ ? »

La stratégie de l’évitement est classique en psychologie. Elle est contre-productive. Plus on évite d’affronter un problème réel, plus notre peur du problème augmente, plus le problème paraît insurmontable, plus on devient dysfonctionnel.

***

Avions-nous une carte à jouer pour provoquer un électrochoc ? Le 29 juin, Véronique Hivon m’envoie un texto dans lequel elle me demande de la rencontrer le lendemain. Je réponds : « O.K. On parlera de Jacinda. »

La chose s’est passée en Nouvelle-Zélande, le 1er août 2017. Le chef travailliste constatait que son parti se dirigeait vers une défaite historique. Sept semaines avant l’élection, il a cédé sa place à Jacinda Ardern, nommée vice-cheffe cinq mois plus tôt. Ce changement a entraîné un renversement de tendance et propulsé le parti vers la victoire.

Sept semaines avant l’élection au Québec, cela donnait la mi-août, le début de la précampagne. On pourrait convoquer le caucus et le Conseil exécutif national du parti, instances nécessaires en cas de changement de chef. Certains des problèmes d’atterrissage de Véronique à la tête du parti, soulevés en décembre, ne se posaient plus. Son rôle de vice-cheffe était bien établi.

Lors d’un souper quelques semaines plus tôt, en avril, Véronique avait voulu savoir si je réfléchissais encore à la possibilité de me retirer. Si oui, il faudrait de la prévisibilité, disait-elle. En effet, la dernière occasion qui s’offrait à nous avant l’élection serait la tenue du Conseil national de la fin mai. Elle me demanda si j’allais rester jusqu’au bout. Je lui dis oui, ce qui était mon état d’esprit pendant tout le printemps. Elle avait formulé cela sur le mode interrogatif. J’en ai compris qu’elle voulait savoir si elle devrait faire face, à un moment ou à un autre, à une nouvelle offre de ma part.

Je n’ai appris qu’en comparant la mémoire que nous avions de cet épisode qu’elle voulait me signaler, en ce 11 avril, qu’elle était prête, si tel était mon choix, à prendre la relève. La loyauté étant pour elle une vertu cardinale, elle ne souhaitait en aucun cas que j’aie l’impression qu’elle voulait me pousser vers la sortie. Mon décodeur n’avait pas compris sa proposition. Autrement, j’aurais sûrement pris un moment pour y réfléchir, mais je l’aurais probablement déclinée. En avril 2018, je croyais encore pouvoir faire bouger l’aiguille.

Fin juin, 11 semaines plus tard, j’estimais que tout avait été tenté. Véronique serait notre Jacinda. Mon espoir était que son irruption au premier plan modifierait la dynamique. Sa présence aux débats désarçonnerait François Legault, Philippe Couillard et Manon Massé. Dans tous les cas de figure, je resterais comme soutien.

Elle y songea « intensément », a-t-elle dit, pendant les trois jours suivants, puis m’envoya sa réponse. Elle jugeait notamment qu’un changement de chef à ce stade tardif pourrait donner une impression de désorganisation et de panique. Ayant discuté et approuvé avec moi l’audacieux plan de campagne envisagé, elle croyait plus sûr de miser sur la remontée importante qui pourrait découler de nos efforts.

Je ne pus que lui envoyer trois mots : Alea jacta est (le sort en est jeté).

Ça me ramenait à ma responsabilité personnelle. J’avais choisi d’être candidat à la direction du PQ, je serais le capitaine jusqu’au bout. Il y avait là une logique du destin.

La campagne fantastique (août-septembre 2018)

Quel est le comble de l’audace en politique ? Un parti qui affiche sur les panneaux publicitaires des blagues sur lui-même ! « La différence entre un péquiste et votre connexion Internet ? Le péquiste ne lâche jamais. » « La différence entre un péquiste et un dentiste ? Les deux en arrachent, mais travaillent pour votre bien. »

Sur les routes, sur le Web, à la radio, la campagne d’autodérision a ouvert la saison électorale. Elle a fait rire, on l’a commentée, parodiée. Chaque blague portait son message : le PQ sait rebondir, franchir les obstacles. En un mot : le PQ est vivant !

Le succès, au-delà de nos espérances, eut pour effet de nous mettre de bonne humeur. Et si, sur la lancée, on faisait quelque chose de complètement différent avec l’autobus de campagne ? Le bus du PQ allait devenir un personnage en soi, 100 000 fois photographié.

Nous étions non seulement vivants, mais colorés, vivifiés. Les journalistes croyaient suivre un convoi funéraire ? Je décidai de consacrer les 48 premières heures à des circonscriptions à prendre. Un mort à l’offensive, allez expliquer ça dans les micros !

Nos militants étaient notre meilleure preuve de vivacité. Les six premiers jours de campagne se concluraient par autant de rassemblements. Jamais moins de 250 personnes. Le sixième soir : 1 200 ! Les autres partis ne pouvaient nous suivre sur ce terrain. Les journalistes comparèrent notre rythme de campagne avec celui de nos adversaires. Les mots « énergie » et « hyperactivité » ont émergé. Il n’était plus question de funérailles ou d’agonie.

Pour les discours du soir, je commentais l’actualité avec le sourire. Philippe Couillard avait donné sa parole au député François Ouimet que celui-ci serait candidat dans Marquette. Il maintenait avoir tenu parole en lui préférant l’ex-joueur de hockey Enrico Ciccone. « Les circonstances ont changé, a expliqué le chef libéral. Le nombre de candidatures de qualité a augmenté. »

« Pour mieux comprendre, disais-je pour dérider la salle, transposons cet événement dans la vie de couple. “Chérie, je sais que je t’ai donné ma parole que je resterais fidèle. [Premiers rires dans la foule] Mais les circonstances ont changé. [Deuxième vague] Je n’y suis pour rien, le nombre de candidates de qualité a augmenté !” [Déferlement général] » Il n’y avait rien à ajouter sur la crédibilité du chef libéral.

Le chroniqueur du Soleil Gilbert Lavoie, d’habitude blasé, rapportait : « Lisée ? Bien franchement, il était en feu ! Tout à l’opposé d’un chef de parti qui s’en va à l’abattoir. En fait, il y a longtemps que je ne m’étais pas amusé autant dans un rassemblement politique. »

***

La victoire n’était pas invraisemblable. L’élection fédérale de 2015 nous en avait donné la méthode. Le thème de cette campagne avait été : qui pouvait chasser Harper ? Au départ, le NPD de Thomas Mulcair était dans la même position que la CAQ. Nous étions dans celle de Justin Trudeau. À la mi-campagne, Mulcair a déçu, Trudeau a surpris. Les sondages ont indiqué à l’électorat que Trudeau rattrapait Mulcair et qu’il serait un choix plus sûr pour défaire Harper. C’était le moment magique, le point tournant de la campagne. C’est ce qu’il nous fallait.

Nous avions un outil pour nous faufiler en tête : la crédibilité. Notre slogan « Sérieusement » visait à montrer que le changement proposé par la CAQ n’était pas crédible. La campagne caquiste s’est enfargée au départ dans la tentative de recrutement de l’administratrice en santé Gertrude Bourdon, puis dans le retrait de son président et candidat Stéphane Le Bouyonnec.

Donald Trump s’est invité dans la campagne en menaçant de se retirer de l’ALENA si le Canada ne cédait pas sur le lait. Notre réaction : réclamer une rencontre des chefs pour manifester notre solidarité envers nos agriculteurs. L’Union des producteurs agricoles nous proposa le moment et le lieu. J’ai dit oui le premier, c’était notre idée. François Legault a décliné l’invitation, ne voulant sans doute pas se retrouver seul chef à mes côtés — parce que cela aurait rehaussé mon profil, je suppose. Le calcul partisan a primé, dans son esprit, l’enjeu national. Il s’est fait avoir lorsque Philippe Couillard a accepté, la veille, de se présenter à la rencontre, laissant Legault, l’absent, avoir tort.

La CAQ avait remporté la saison de la chasse aux candidats. Elle annonça aussi le retour-surprise de Christian Dubé [ancien député et vice-président de la Caisse de dépôt] et recruta [l’ex-PDG de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal] Danielle McCann en santé, pour remplacer ses candidats gênants. Bons points. Le parti de François Legault dévoila ensuite sa proposition de maisons des aînés, dont la construction s’étalerait sur 20 ans. Elle fut unanimement critiquée par les groupes d’aînés, qui souhaitaient une action immédiate. Le dépôt du cadre financier de la CAQ ne fut pas non plus un grand succès.

Puis, vint la séquence où le chef caquiste fut incapable de répondre à des questions de base sur l’immigration, son dossier prioritaire. À quelques jours du premier débat, les intentions de vote pour son parti se sont mises à dégringoler. Le sondeur Jean-Marc Léger annonça que la CAQ était dans « une spirale descendante ».

Commença à s’imposer l’idée que nous menions la meilleure campagne, malgré les difficultés que nous causaient aussi quelques-uns de nos candidats. Nous recevions en après-midi le rapport quotidien de nos sondeurs. L’écart qui nous séparait des caquistes en début de campagne était de 17 points de pourcentage. Pour arriver à notre moment magique, il fallait que nous montions d’environ 8 points et qu’ils baissent d’autant. Or, les électeurs pouvaient aimer notre campagne sans avoir encore pris la décision de nous choisir. Ils pouvaient aussi être critiques à l’égard de François Legault sans le déserter immédiatement.

Nous avions un indice précurseur : celui de l’opinion que l’électorat avait, chaque jour, de chacun des chefs. François Legault avait commencé la campagne loin devant moi : 24 points nous séparaient. Les chiffres étaient sans équivoque : ma cote montait jour après jour. Nous n’étions plus qu’à sept points d’écart. Si la tendance se maintenait, j’allais, après le premier débat, le remplacer au titre du chef de parti le plus populaire au Québec. Je n’en croyais pas mes yeux.

Il n’y avait qu’un problème avec cet indice. Il n’était précurseur de… rien. Nos intentions de vote restaient d’une stabilité à faire pleurer. Même les moments de grâce, comme la rencontre des chefs sur l’agriculture, ne provoquaient aucun sursaut. Les débats allaient-ils changer la donne ?

***

Au moment de prendre place derrière le lutrin de Radio-Canada, le 13 septembre, mes mains étaient moites. Depuis des mois, la pression était terrible. Quand tout allait mal, nos militants disaient : « Le chef va gagner les débats, il va manger ses adversaires tout ronds ! » J’essayais de calmer les attentes. C’était mon premier, tout de même !

Une fois le débat lancé, j’étais complètement concentré. Mes mains sont devenues sèches. Il fallait que je critique le chef libéral, pour montrer que je représentais le changement, mais surtout François Legault, pour faire des trous supplémentaires dans sa crédibilité. Le langage corporel du chef de la CAQ était clair : il me tournait le dos, ne voulait pas échanger avec moi, me donner de la place. Je ne me laissais pas faire.

Un de mes objectifs, pour ramener au PQ le vote indépendantiste, était de bien montrer comment François Legault était devenu fédéraliste. Le moment est venu lorsqu’il a repris des arguments à la Jean Chrétien [ex-premier ministre du Canada] sur les répercussions qu’aurait l’indépendance sur nos exportations de lait. J’ai alors pris mon plus beau sourire pour lui lancer : « Jean Chrétien, sors de ce corps ! »

Ce n’est qu’en retrouvant mes proches que j’ai compris que le compte était bon. Les spectateurs réunis par le quotidien La Presse me donnaient aussi clairement gagnant, comme plusieurs commentateurs. L’écart d’opinions favorables entre moi et François Legault, passé de 24 points en début de campagne à 7 points la veille du premier débat, était réduit à 0 quatre jours après. Le chef de la CAQ descendait, je montais. C’était le moment magique. Le croisement des courbes.

Sur les intentions de vote : rien. En fait, au terme de ces quatre jours, nous avions perdu un point. La CAQ restait stable. Le moment magique ne valait pas un vote. Le puissant poison était à l’œuvre.

***

Nul ne connaissait l’effet qu’aurait Manon Massé au débat. Nul ne la percevant comme une menace, nul ne la contredirait. Mais serait-elle crédible ? Juste après le premier débat, les courbes de QS et de Manon Massé commencèrent à s’élever. Un bon point par jour. Mais la montée resta dans sa marge d’erreur aux jours 1, 2 et 3. J’insiste sur le facteur temps, car il est essentiel. Ce n’est qu’au jour 4, le lundi, jour du débat en anglais, qu’on voit qu’il s’agit d’une tendance. Le jour 5, cela devient certain.

Bref, le clignotant « danger » que représentent les intentions de vote pour QS ne s’allume que le mardi en après-midi, à 48 heures du débat de TVA. Je prends alors pleinement conscience que, si la tendance se maintient, le PQ va se faire doubler par Québec solidaire. Nous serions ainsi, à une semaine de l’élection, dans une situation périlleuse. Je voyais déjà les titres : « Le PQ déclassé par QS. Le PQ en queue de peloton. » Le signal envoyé aux électeurs serait catastrophique : « À quoi bon voter PQ ? » Cet épisode, s’il survenait, allait mettre en péril la quasi-totalité de nos circonscriptions.

Le mardi est occupé par une tournée des Laurentides, de l’aube au couchant. Le mercredi à la préparation du débat du lendemain. On me fait des propositions de questions à poser à QS sur son programme irréaliste. Mais il ne sert à rien de reprocher à QS de vendre du rêve. Les rêveurs veulent rêver, et ils le font d’autant mieux qu’ils savent que QS ne prendra pas le pouvoir.

Ma décision se cristallise le mercredi. Il faut frapper un grand coup. Compte tenu de l’ampleur de la menace, il faut agir au moment de la plus grande écoute, pendant le débat à TVA, dernière chance de marquer de vrais points.

Mais comment s’y prendre ? J’ai appris de mon intérêt pour la lutte antitabac qu’il ne sert à rien de tenter de convaincre les jeunes que fumer est mauvais pour leur santé. Ils se croient invincibles. Les campagnes antitabac couronnées de succès portent non pas sur la nocivité du tabac, mais sur le fait que les jeunes sont les cibles de la manipulation des cigarettiers. Ne pas critiquer le produit, mais le producteur.

Pour semer le doute sur QS, il ne fallait pas débattre des promesses ou des personnes, mais du pouvoir caché et des éléments de programme dont le parti ne parlait pas. Comment attirer l’attention des électeurs là-dessus ? En posant une question simple : « Nous sommes à un débat des chefs, vous êtes co-porte-parole et m’avez déjà dit qu’il vous fallait en référer à votre “patron”. Qui est le chef de Québec solidaire et pourquoi n’est-il pas ici ? »

La question serait controversée à plusieurs niveaux. D’abord, elle sortait du cadre normal des enjeux, car il n’était pas question de programme, mais de légitimité. Ensuite, ce serait la première fois qu’une question difficile serait posée à Manon Massé. Elle avait, en quelques jours, revêtu une aura d’intouchabilité. Crever cette bulle serait, en soi, un événement critiqué.

Je me décide le mercredi, la veille du débat. Dois-je consulter ? Contrairement à une légende tenace, je juge indispensable, avant de prendre une décision, d’entendre tous les points de vue, de tester toutes les idées, d’être présent à toutes les réunions et de lire tous les avis qu’on m’envoie. Dans ce cas précis, je dois faire une exception. Je sais très bien qui appeler pour me faire dire que c’est une bonne idée et qui appeler pour me faire dire que c’en est une mauvaise.

Une bonne équipe de conseillers est formée de compteurs (des gens qui proposent des idées) et de gardiens de but (des gens qui font le tri et tempèrent les ardeurs) ; de colombes (qui veulent une campagne positive) et de faucons (qui veulent en découdre avec l’adversaire). Ainsi nourri de conseils souvent contradictoires, le chef rend les arbitrages, prend ses décisions. Mon entourage en 2018 était exceptionnel de dévouement et de talents. Mais je me retrouvais conseillé par des colombes. (Il y avait des faucons au caucus et chez les militants, mais pas dans l’appareil de campagne.) C’est ma faute, c’est moi qui ai choisi ces personnes.

Mais j’ai la certitude qu’une consultation, à 24 heures du débat, va générer une activité intense sur le thème de « peut-être faut-il faire quelque chose, mais autre chose, et on ne sait pas quoi, et de toute façon, on n’a pas le temps ». Et le moment sera passé.

Je devais faire face à ma responsabilité. J’avais postulé pour cet emploi, je l’avais obtenu, 92,8 % des délégués m’avaient exprimé leur confiance un an plus tôt. J’étais le chef. Je devais assumer. Seule ma compagne, Sylvie, fut mise au parfum.

***

Le débat du 20 septembre à TVA s’appelait Face-à-face. J’aurais des périodes d’échanges directs avec chacun des chefs. Ce serait la seule fois de la campagne. Pourquoi choisir de poser ma question à Manon Massé en début de débat, plutôt que d’attendre le segment sur la souveraineté ? D’abord, nous ne savions pas qu’il y en aurait un. Et si on veut demander à quelqu’un s’il est normal qu’il soit là, il faut le demander au début.

La politique est un sport de glace étrange, où tout se passe très vite entre plusieurs équipes patinant simultanément dans le même espace, avec cette difficulté supplémentaire que les arbitres (les médias) sont nombreux et qu’il leur arrive de prendre la rondelle ou même de plaquer un joueur.

C’est ce qui m’est arrivé avec Pierre Bruneau. Mon attente (vœu ? espoir ? folie ?) était qu’un animateur, voyant un événement inattendu se dérouler pendant une période de face-à-face entre deux chefs, laisse le débat se faire, même s’il est hors normes. C’est bon pour les cotes d’écoute.

Lorsque Pierre Bruneau ouvre notre période de débat, à Manon Massé et à moi, il nous interroge sur les médecins. Je réponds qu’il faut décharger les médecins en donnant davantage de pouvoirs aux infirmières, pharmaciens et autres professionnels. Manon Massé renchérit sur l’importance des CLSC, que QS veut ouvrir même la nuit. Nous consacrons au thème choisi deux des quatre minutes prévues. C’est alors que j’enchaîne en prenant mes précautions : je lui demande la permission de lui poser une question.

« Sur cette vision des CLSC, on n’est pas très loin, lui dis-je. Mme Massé, j’aurais une question à vous poser, et il y a beaucoup de gens qui ont dit : “Ben, pose pas des questions trop difficiles à Mme Massé.” Mais moi, je dis : ma mère est féministe et a toujours demandé à ce qu’on soit traités à égalité. On est d’accord ? »

Manon Massé répond : « Ben oui. » C’est alors que je pose la question maintenant célèbre.

Pierre Bruneau m’interrompt une fois. J’insiste. Il m’interrompt une deuxième fois, appuyé par Manon Massé, qui souhaite changer de sujet, mais je réussis à illustrer mon propos. À la troisième interruption, le temps imparti est de toute façon écoulé. J’estimais que j’avais fait le maximum. La mèche était allumée, la suite se déroulerait dans l’espace public.

Mais en me coupant la parole à répétition, Pierre Bruneau avait mis son énorme crédibilité dans la balance. Son signal était : « Lisée fait quelque chose d’incorrect. » J’étais un peu surpris, mais pas déstabilisé.

Quelques minutes plus tard, toujours dans le bloc Santé, Pierre Bruneau laisse François Legault développer pendant 36 secondes une très belle attaque contre moi, qui ne porte absolument pas sur la santé mais sur le gaspillage et les taxes. Je tente de répondre sur le fait que sa baisse de taxes scolaires profitera aux millionnaires, mais le modérateur me coupe après quatre secondes. L’injustice est flagrante, je résiste. Il me coupe la parole encore et encore. À ce moment, je me dis : « Je viens de perdre le débat. » J’ai gardé mon calme et j’ai pu, par la suite, présenter mes idées. Mais le mal était fait.

Qu’on me comprenne bien : Pierre Bruneau n’a pas créé l’onde de choc. C’est moi qui l’ai voulue et mise en œuvre. Mais par son attitude, il l’a amplifiée.

***

Comme je l’avais prévu, une fois le débat de TVA terminé, trois choses se sont produites. D’abord, l’échange avec Manon Massé est devenu le principal élément retenu. Ensuite, on me déclara inconscient, hors sujet. Simultanément, on demanda : « Au fait, qui est le vrai chef de Québec solidaire ? »

La mèche est bien allumée. Les réseaux sociaux s’en mêlent, les chroniqueurs en parlent, la question nous est posée, à Manon Massé et à moi, juste après le débat. Je tiens le cap et demande aux journalistes d’aller au fond de cette affaire de chef. La co-porte-parole est prise d’assaut et répond : « Il n’y a pas de chef à QS, il y a deux co-porte-paroles qui partagent le pouvoir. » C’est faux. Au sein de l’instance suprême de QS, les deux co-porte-paroles n’ont aucun privilège particulier. Une seule personne a un statut plus élevé : le secrétaire général.

La pression devient si forte que le lendemain, QS doit sortir son secrétaire général, Gaétan Châteauneuf, qu’on présente comme celui qui, essentiellement, colle les timbres. QS gère la crise au mieux mais n’est plus, pour quelques jours, porte-parole du rêve. Il devient l’objet du débat, sur la défensive.

Autour de moi, je dois faire face à beaucoup d’incompréhension et de déception. Je saisis parfaitement. Cela m’est arrivé, comme conseiller, de voir mon chef prendre des initiatives sans nous consulter. On se sent forcément exclu.

Je ne suis pas surpris que, pour certains d’entre eux, mon intervention soit vue comme une erreur de parcours qu’il faut rectifier immédiatement ou dans laquelle il ne faut surtout pas persévérer. Je pense exactement le contraire. Lorsqu’on introduit un argument controversé dans une campagne, il faut survivre à l’onde de choc, puis ajouter des éléments pour consolider et normaliser le changement et ainsi modifier durablement l’opinion. La pire chose à faire est de rebrousser chemin.

Nous avons d’abord attiré l’attention sur la volonté de QS de prendre le contrôle du tiers de l’épargne des citoyens dans les CELI. Cet élément fut repris par plusieurs journalistes, mettant encore QS sur la défensive. J’ai mis ensuite en évidence que ce genre de question n’était pas posée à QS, car, contrairement aux autres partis, aucun journaliste ne le suivait au quotidien. Les solidaires avaient une « partie gratuite ». Après quelques jours, TVA décida d’assigner une journaliste à la tournée de QS.

J’ai surtout attiré l’attention sur le fait que le programme de QS comportait une proposition lourde de sens : « socialiser les moyens de production », ce qui signifie nationaliser toutes les grandes entreprises. C’est mot à mot la définition du programme économique marxiste. QS fut alors forcé de confirmer que ces nationalisations massives étaient au programme, mais « pas pour le premier mandat ». Utile précision.

C’est Manon qui a mis un terme au débat sur le marxisme de QS en avouant en anglais au sujet de son programme : « If you call it marxism, yes it is ! » C’est devenu chez elle une habitude : elle dit une vérité en anglais, puis affirme ensuite s’être trompée.

Je ne dis pas que ces journées ont été faciles. Je ne dis pas que j’étais complètement certain d’avoir raison ou que j’étais convaincu que ça marcherait. Du terrain, on recevait des indications contradictoires sur les réactions des électeurs. Mais que disaient les indicateurs ? Dans les premiers jours suivant le débat, la progression de QS décélère. Le lundi 24 septembre, quatre jours après le débat, la montée de QS est bloquée… à quelques décimales de franchir la ligne du PQ. Puis, QS se met à baisser assez fortement. Ça a marché. J’ai eu chaud ! Nous avons évité, de très près, le pire.

Mon intervention au débat a « rompu le charme » autour de QS. L’effet sur Manon Massé est net. Sa chute après quatre jours est vertigineuse. Elle perd 12 points. Évidemment, j’ai aussi « rompu le charme » que nous avions créé autour de notre campagne.

Je savais que pour atteindre mon objectif au débat, j’allais dépenser une partie du « capital politique » que j’avais accumulé. J’avais grimpé de 24 points en matière d’opinions favorables depuis le début de la campagne, j’en ai perdu 10. La question n’était pas de savoir si j’allais finir comme le chef le plus populaire, mais si je pouvais garder le PQ à flot pour la suite.

Ma version des faits ne satisfera jamais tout le monde. Il s’en trouvera pour prétendre que si j’avais offert la même performance au troisième débat qu’aux autres, les intentions de vote auraient fini par décoller. Aucune donnée crédible ne peut soutenir ce point de vue. Mais j’accepte que cela reste un débat ouvert. Si vous éliminez un danger visible à tous, on vous en attribuera le mérite. Mais si, par votre action, vous écartez un danger que personne ne voit, soyez modeste dans vos attentes de reconnaissance.

***

L’étape QS étant derrière nous, la bonne humeur est revenue. Bien que rompu à l’analyse des tendances, à aucun moment je n’ai cru la victoire impossible. L’espoir est le carburant du candidat. Même s’il voit lucidement la situation, il s’accroche à la possibilité qu’arrive un sursaut. Le fait que ces surprises existent le conforte dans son énergie. Pendant la dernière semaine, le nombre d’électeurs caquistes et solidaires pour qui nous étions le second choix était toujours élevé, comme le nombre de sondés affirmant pouvoir changer d’avis.

C’est pourquoi les derniers jours d’une campagne sont encore plus importants que les premiers. De plus en plus de gens écoutent, s’interrogent, comparent. Léger a mesuré que 36 % des électeurs se sont décidés pendant les sept derniers jours de la campagne 2018, dont 11 % pendant la dernière fin de semaine et 11 % dans l’isoloir.

Traditionnellement, la dernière semaine est consacrée aux discours généraux, aux bilans et à l’appel au vote. Nous avons rompu avec cette tradition pour ramener en fin de course des thèmes chers au PQ : famille, environnement, jeunesse. Surtout, je martelais le thème du rassemblement. Le PQ, entre la CAQ et QS, était le seul à pouvoir rassembler. C’est dans sa nature. C’est le legs de René Lévesque.

En région comme à Montréal, nos salles étaient pleines. À la veille de l’élection, un accord catastrophique sur l’ALENA est survenu. Le PQ est reconnu par une majorité de l’électorat comme le meilleur défenseur des intérêts du Québec. J’ai martelé ce thème toute la journée du dimanche et le jour du vote. Mon message Facebook sur le sujet a été vu plus de 180 000 fois. Finir sur notre point fort, on ne pouvait rêver mieux. Le dernier mot n’est-il pas le plus important ?

Non. L’événement le plus important depuis le débat allait se produire l’avant-veille du vote, le samedi. Léger annonçait que la CAQ et le PLQ étaient nez à nez, 32-30. Voyant cela, bon nombre de Québécois sont revenus à la question de départ : « Comment se débarrasser des libéraux ? En votant CAQ ! » Le sondage, à l’exposition médiatique massive, a provoqué un déplacement de votes vers la CAQ, à notre détriment.

***

Être chef est la pire façon de suivre une soirée électorale. On n’est pas confortablement installé à suivre non-stop le déroulement de la soirée. Je tenais à écrire moi-même le discours et je m’étais laissé de la marge pour l’adapter. Lorsque nos premiers députés ont mordu la poussière, je voulais leur parler pour leur faire partager ma réelle tristesse. Et comme il y en avait de plus en plus… Lorsque le vainqueur a été déclaré, il a fallu le féliciter. Ma conversation avec François Legault s’est déroulée sur deux tons. Il avait de la peine pour moi et voulait me consoler ; j’étais content pour lui et voulais le féliciter. Je l’ai invité à nous piquer nos bonnes idées. Il n’a pas dit non.

C’est ensuite que j’ai su que je perdais dans Rosemont. Je m’étais toujours engagé à rester député pendant quatre ans (au moins) si on ne formait pas le gouvernement. Je pensais, si j’étais élu, ne rien annoncer au sujet de mon leadership ce soir-là, mais me donner quelques jours de réflexion. Les électeurs de Rosemont ont accéléré le processus.

Mon état d’esprit ? La déception, oui, un peu. Mais la résignation, surtout. J’étais prêt à toutes les éventualités. Comment accepter la défaite dans le discours tout en rassurant nos militants et nos électeurs et en gardant l’avenir ouvert ? Notre tâche, ai-je dit, avait été de remonter les chutes du Niagara à la rame. Pendant que d’autres, dans nos circonscriptions, tentaient de nous arracher nos rames. Nos candidats avaient été emportés par une vague. Lorsque la vague se retirerait, on les retrouverait, debout et vaillants, prêts à défendre le Québec.

Je prononce mon discours sur un ton calme, suscitant même, à deux reprises, des sourires. Des blagues pendant un discours de défaite, je crois que c’est une première. Lorsque je dis : « Je prends ma très grande part de responsabilité dans la défaite », de nombreux militants dans la salle crient « Non ! Non ! » Il me traverse l’esprit de leur dire : « On va prendre un vote si vous voulez ! » Je me retiens. Mais ça fait plaisir.

La suite (octobre 2018 et après…)

Si ce texte a une valeur, elle tient dans une prise de conscience. Vous ne serez pas surpris si j’affirme que le PQ incarne à mon avis la meilleure synthèse de ce qu’est le Québec et la meilleure façon de traduire ses aspirations en actions. Si le PQ n’était pas indépendantiste, il aurait davantage de succès aux urnes. Mais il l’est et doit l’être. C’est, avec la justice sociale et la défense du français, sa raison d’être. Il ne peut incarner l’identité et l’ambition québécoises sans être indépendantiste, puisque l’indépendance est l’aboutissement de l’identité et la forme achevée de l’ambition.

La volonté d’une grande partie de l’électorat d’éviter la répétition d’un processus référendaire se traduit par une réticence à voter PQ, ce qui est compréhensible. Mais elle génère dans les médias, je le crois vraiment, le narratif incessant, injuste et malsain du décès annoncé du PQ et de son option.

En mettant en lumière cet évitement et cet absurde discours mortuaire, j’espère les faire reculer de quelques centimètres.

« Le pays rêvé nuit au pays réel », déclarait François Legault au lendemain de l’élection de 2014. Le pays rêvé, pour lui, est le pays indépendant. Mais l’élection de la CAQ permettra peut-être de changer le sens de la phrase. Car il y a un autre pays rêvé. Le pays dans lequel un gouvernement nationaliste de la CAQ pourrait faire avancer la laïcité sans provoquer une collision frontale avec le Canada. Le pays dans lequel son gouvernement pourrait obtenir justice pour la Davie, et retrouver les 20 milliards de dollars qu’on nous subtilise pour engraisser les chantiers navals de Halifax et de Vancouver. Le pays où le respect pour le Québec — et les Franco-Ontariens — renaîtra de ses cendres.

François Legault a quatre ans pour transformer son pays rêvé en pays réel. Comme Jean Lesage, Robert Bourassa et Philippe Couillard, il échouera. Cet échec pourra être vécu par les Québécois avec une molle résignation, ou générer une nouvelle volonté d’affirmation. Personne ne peut prévoir le climat dans lequel se déroulera l’élection de 2022.

En cette première moitié de 2019, en pleine lune de miel caquiste, cela pourra vous sembler incongru. Mais la principale variable de l’élection de 2022 sera la proportion de citoyens déçus de la CAQ. De ce pays rêvé qui ne sera pas arrivé. Des promesses intenables qui n’auront pas été tenues. La CAQ ne sera plus, en 2022, l’incarnation du changement, le parti qui n’a jamais gouverné.

En 2018, la soif de changement faisait que l’offre politique du Parti québécois n’était pas la réponse à la question posée par l’électorat. Celle qui sera posée en 2022 sera fondamentalement différente. Peut-être découvrira-t-on là que, pour l’essentiel, l’offre péquiste actuelle est la réponse à cette nouvelle question ?

***

Moi ? Pendant les jours qui ont suivi la défaite, j’ai appelé chacun des 125 candidats pour les remercier, en consoler certains, et les encourager tous pour la suite. Avec mon indispensable directrice de circonscription, Véronique Bergeron, nous avons veillé à ce que le nouveau député de Rosemont trouve dans ses classeurs tous les dossiers nécessaires pour bien servir ses citoyens.

À l’Assemblée nationale, l’ensemble des conseillers et du personnel était réuni une dernière fois. Lorsque je suis entré dans la pièce, l’accueil a été si chaleureux, si fraternel, les applaudissements si intenses que ma carapace a craqué. Ma voix aussi. Ce n’est pas la défaite que mes sanglots exprimaient, mais la fin abrupte d’une intense aventure commune.

Pour le reste, je ne suis ni dans le déni, ni en colère, ni à la recherche de boucs émissaires. Des semaines passées avec mes enfants m’ont reconnecté avec les petites joies de la vie quotidienne. La rédaction de ce texte m’a fait du bien. Pour la suite, j’ai plein de projets, plein d’idées.

Depuis des années, je répète à mes enfants : « L’important, au fond, ce n’est pas d’échouer ou de réussir. L’important est d’avoir donné le meilleur de soi-même pendant la tâche, d’avoir grandi, d’avoir appris, de s’être dépassé. » Parfois, cela mène à la victoire. Sinon, cela mène à la satisfaction du devoir accompli. Ce n’est pas aussi bien. Mais ce n’est pas si mal.

Voilà pourquoi je vais bien.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

9 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Oui, c’est flagrant, les journalistes aiment mordre sur l’os qui passe. C’est moins fatiguant que de poursuivre la proie. Ça ne demande pas trop d’analyse, ça suit la ligne du jour. Et ça en ajoute d’autres. Pourrait-on imaginer s’éveiller un matin sans le pet Net de Donald Trump?

Avis aux Qsistes, le PQ a fait rêver. Et il en est puni. Il a soulevé la fierté en faisant vibrer les câbles du ring. On ne lui a jamais pardonné ses défaites. Et les défaites d’un grand boxeur, c’est ça – et uniquement ça – qui finit par alimenter les lignes de questions.

Monsieur Lisée, vous racontez parfaitement la dernière campagne électorale, j’ai peu à ajouter là-dessus. J’étais un de ces milliers de bénévoles qui travaillaient le meilleur des candidats dans mon comté. Mais les gens avaient les yeux rivés sur la girouette du changement. Leur détestation du PLQ était telle qu’ils lisaient le vent plus que les programmes. Et ce jusque dans l’urne, j’en ai été presque témoin.

Votre question à Manon Massé a détourné le regard des journalistes de l’image ésotérique de la blonde madone marchant sur les eaux de la gratuité. Dommage que Pierre Bruneau n’ait rien compris à ce qui se passait.

« L’offre politique du Parti québécois n’était pas la réponse à la question posée » encore cette fois-ci. Mais, à mesure que la CAQ va compter les dodos qui l’éloigneront du 1er octobre, cette interrogation va finir par l’obséder: combien peut-elle accumuler de refus fédéralistes pour qu’un NON deviennent un OUI à une prochaine question référendaire ?

Mais si des causes plus profondes rendaient plutôt compte de cette déconvenue du PQ.

Je les développe ici succinctement :

1. La désaffection d’une large part de la génération qui était trop jeune pour voter lors du référendum de 1995. Je développais ce point de vue en 2015 dans ce texte : https://grop.ca/wp-content/uploads/2018/03/Quelques-contributions-%C3%A0-lexamen-de-la-question-nationale.pdf

2. L’incarnation par François Legault des attentes de la population des périphéries (pour reprendre le terme utilisé par Christophe Guilluy dans « No Society, la fin de la classe moyenne occidentale ») et dont ces textes en dessinaient les contours : https://lautgauche.com/2018/04/caq-pq-retours-sur-une-analyse-datant-de-deux-ans/ et https://lautgauche.com/2018/02/limpasse/

3. L’abandon du PQ par ses sympathisants pour représenter leurs « rêves » après l’intermède décevant du gouvernement Marois. Voir cette analyse dévastatrice déposée en juin 2013, soit près d’un an avant l’élection de 2014 : https://grop.ca/wp-content/uploads/2017/08/Rapport-danalyses-du-panel-de-mai-2013-version-4.pdf

Est-ce qu’un changement de chef à la dernière minute aurait pu contrecarrer ces causes bien plus profondes qu’une causalité conjoncturelle? Je ne le pense pas. Il aurait fallu pour arriver à contrer cette érosion du vote plus que des changements de joueurs sur la patinoire.

Remarquable et impeccable article signé Jean-François Lisée qui me fait attendre avec impatience son ouvrage que j’ai commandé ce matin.

Je reviens ici sur le segment relatif à la convergence échouée en 2017 et le retour stratégique qu’a fait Lisée sur ce point lors du Débats des chefs sur TVA à l’automne 2018.

Je me souviens parfaitement de ce troisième et dernier débat de la Campagne et de mon irritation de plus en plus grande devant le manque de professionnalisme de l’animateur Pierre Bruneau, d’abord, et qui a culminé avec le refus de faire un vrai débat en déboutant Lisée. J’entends encore sa réaction (en mes mots) : « C’est un débat des chefs, ici, alors laissez-moi parler! » J’ai applaudi.

Mais je verrai surtout et ce jusqu’à la fin de mes jours le non-verbal de Lisée juste avant de sauter dans la question qui tue.

Lui, habituellement tantôt olympien tantôt bouffon était visiblement très nerveux. Il se passait la langue sur les lèvres, regardait intensément Manon Massé… Je regardais intensément, cherchant à comprendre ce qui se passait. J’interprétais le tout comme une irritation, similaire à la mienne, mais en pire, devant la mauvaise animation de Bruneau.

Quand il a posé la question, j’ai toutefois cru qu’il y avait été d’instinct, mais l’article dit ici que c’était stratégiquement planifié, même si non concerté. Pour ma part, j’ai applaudi et j’applaudis encore comme je le fais depuis ce débat aux dés pipés. J’ai maintenu souvent depuis que Lisée avait posé la question, qui devait impérativement être posée, au seul moment charnière où il pouvait et devait le faire.

Tout le monde lui a reproché d’avoir fait ça là, mais c’était (et il le confirme ici dans son article) le seul moment où il pouvait marquer le coup, inscrire la question dans l’Histoire. Car un Débat des chefs ne s’occulte pas comme une chronique ou une dépêche. On ne peut faire une mise à jour du texte, avec ou sans mention (de mise à jour) pour réécrire ou moduler un fait. Et la ‘chute’ relative du PQ aux élections qui ont suivi rend l’événement et le momentum encore plus décisifs et percutants. Pas sur le coup, peut-être, mais ‘c’est écrit’ et personne ne peut en faire l’économie, ‘oublier’ les causes réelles de l’échec de la convergence, rappelée ainsi sur TVA, à même la question en soi inoubliable. Québec Solidaire moins que quiconque.

Par la suite, j’ai continué et continue à dire que si cette question, interprétée comme bavure par la majorité et certains chroniqueurs à la sobriété parfois douteuse, a effectivement fait en sorte que le PQ chute dans les sondages et se ramasse en 3e opposition – et même presque 4e à un moment donné – cela devait se faire. Je maintiens ma conviction que Lisée a perdu la bataille, mais pas la guerre. J’ai toujours dit aussi, quand les couteaux volaient si bas pour accentuer la thèse de la division du PQ et ainsi la dynamiser (créer la division), ‘chef passera, mais pays restera’ et je le maintiens.

Cela dit, pour moi, Lisée reste et restera un chef remarquable, d’un courage et d’une maturité politiques, intellectuelles et personnelles hors du commun.

Michèle Lévesque

Correction : j’ai écrit plus haut dans mon commentaire (3 mars 2019, 8 h 53 min) « se ramasse en 3e opposition – et même presque 4e à un moment donné ». Il faut lire plutôt, respectivement : « 2e » et « 3e ».
Merci

Il est, certes, toujours intéressant de lire ce genre de témoignage. Qu’il soit anecdotique ou profond, il sait toujours satisfaire, jusqu’à un certain point, notre « voyeur intérieur ».
Jean-François Lisée possède une excellente plume. Il sait jouer des mots et des formules. On ne s’ennuie pas à le lire. Dans ce document, il livre la marchandise : il nous donne à manger autant sur le fond que par les anecdotes.
Et ce faisant, je dois avouer que JF Lisée me donne raison sur tout ce que j’ai pu penser de lui depuis son accession à la chefferie du PQ : il pense la politique essentiellement en termes de stratégie, bien davantage qu’en termes de contenu. Dans la politique 101 version Lisée, c’est comme si les idées politiques servent à peine à alimenter la stratégie politique. Je me prends à penser que JF Lisée pourrait faire une campagne électorale entière sans défendre la moindre idée, sinon qu’en façade et en surface (parce qu’il le faut bien). Tout pour JF Lisée semble n’être qu’interprétation de sondages et stratégie de communication médiatique. Sur les réseaux sociaux, je me plaisais à surnommer Lisée le « grand stratéguerre » (personnages de Goldorak). Son témoignage ne m’a pas amené à revoir ce sévère jugement.
Pour le journaliste que je ne suis pas, il est assez savoureux de voir à quel point Lisée, l’ancien journaliste, est indulgent envers ses (ex) confrères et consoeurs. Où je vois de l’incompétence crasse, Lisée voit seulement un(e) journaliste qui accomplit un boulot qu’il aurait préféré voir effectuer autrement. C’est assez déconcertant.
Au bout du compte, JF Lisée me confirme dans mon interprétation du résultat de la dernière élection : le PQ est vidé de toute substance, ce vide résultant de la dilution homéopathique d’idées sociales et économiques porteuses qu’il est contraint de faire afin d’accommoder, dans un invraisemblable fouillis de positions insipides, autant les souverainistes de gauche que les souverainistes de droite. Tant que le PQ n’admettra pas que la souveraineté de 2019 est affaire de progrès social, environnemental et économique avant d’être une affaire d’identité, il est voué à mourir – les souverainistes de droite devant à peine former 10% de l’électorat. Bref, c’est une triste fin que celle de ce qui fût probablement le meilleur parti politique de l’histoire du Québec.

François Gendron (élu en 1976 et réélu à maintes reprises) disait que la souveraineté politique est la mère de toutes les souverainetés. Selon moi, c’est elle qui encadre «le progrès social, environnemental et économique». Je crois qu’un peuple normal possède ou aspire à posséder sa pleine et entière souveraineté politique. Serait-ce qu’on n’est pas un peuple normal? Le sera-t-on un jour?

Merci M. Lisée pour votre engagement. Vous êtes un politicien, un vrai comme on aimerait qu’ils le soient tous.

Bonjour M. Lisée

Déjà en l’an 2000, dans Sortie de secours, vous parliez d’opinion sous verrou.
Encore récemment, cette réalité a guidé votre stratégie électorale;
Durant cette campagne, c’était encore le cas et je vais essayer d’attirer votre attention sur ce point
(Pour rester dans mon sujet, je ne m’attarde donc pas au rejet des libéraux et au désir de changement avec l’ACAQ)

Je me rappelle de la perte de pouvoir de Jean Lesage.
Les gens étaient tout étonnés de bénéficier de tant de changements.
M. Johnson père répétait que tout allait trop vite.
Et les électeurs qui étaient très satisfaits des innovations ont mis un frein à ces changements en élisant M. Johnson père.
Ce que les électeurs ignoraient c’est que Johnson allait refuser les démissions des sous-ministres en leur disant: ”on continue comme avant”

Cette élection-ci s’est produite dans une période où les gens sont encore tout étonnés de bénéficier de tant de changements.
En effet, depuis quelques décennies, le Québec a développé de nombreux services très appréciés de la population et ce à l’intérieur de la confédération.

Moi, le premier, je suis très fier de nos réalisations.
Enfin, on peut être fiers de nous: 26e économie mondiale, nous sommes forts,
confiants, multilingues, ouverts sur le monde et sans complexes face aux autres nations.

Par analogie, je dirais que le Québec est comme une compagnie dirigée par des entrepreneurs agressifs qui ont réussi à bien implanter leur compagnie chez-eux.
Maintenant que cette compagnie va bien, qui pourrait croire que ces entrepreneurs conquérants vont s’écraser et refuser d’occuper d’autres territoires? (Fin de l’analogie)

A mon avis, – et j’espère avoir raison – les développeurs du Québec vont tout naturellement s’intéresser aux nouveaux défis qui s’offrent à eux.
Bien sûr, ils vont encore développer quelques aspects de la vie québécoise
à l’intérieur du cadre actuel.

Mais bientôt, nos développeurs habitués à faire reculer les frontières découvriront que les limites rencontrées à l’intérieur du statut de simple province ne leur conviennent plus.
Ces mêmes développeurs utiliseront leur influence pour convaincre les québécois de la nécessité de ce changement.

Et là, les verrous sauteront.

J’espère de tout coeur que vous serez de la partie.