Jacques Duchesneau frappe encore

Si vous vous demandiez pourquoi le chef de la CAQ, François Legault, a fait de la lutte à la corruption son ultime priorité en tout début de campagne, la réponse la plus probable se trouve ici: selon le Globe and Mail, Jacques Duchesneau annoncerait sous peu sa candidature pour la CAQ dans Saint-Jérôme.

Photo : Paul Chiasson/PC

On se souviendra que M. Duchesneau, ancien chef de la police de Montréal et ex-candidat à la mairie de Montréal, est surtout l’ex-patron de l’Unité anticollusion et auteur d’un rapport fracassant faisant état d’un «empire clandestin» de corruption et de collusion dans l’industrie de la construction.

En juin, témoignant à la commission Charbonneau, M. Duchesneau en avait ajouté une couche. Jusqu’à 70% des sommes levées par les partis politiques, avait-il avancé, serait de l’«argent sale». Qu’en dira-t-il à propos de la CAQ?…

Il faut dire que M. Duchesneau est connu pour ses déclarations spectaculaires. Tout récemment, il avait dit du très décevant maire de Montréal, Gérald Tremblay, qu’il n’achèterait même pas une «bicyclette usagée» de lui et qu’à bien y penser, le maire pouvait bien aller au diable…

Une grosse prise

De toute évidence, comme le veut la formule classique,  Jacques Duchesneau serait une très grosse prise pour François Legault et sa Coalition Avenir Québec.

Des rumeurs sur sa proximité avec la CAQ circulaient néanmoins depuis quelques mois déjà. En juin, La Presse rapportait d’ailleurs que cette année, M. Duchesneau avait  donné 1 000$ à la CAQ – soit le montant maximal permis par la loi. (En 2009, il avait versé 2 500$ au PLQ.)

Une moins bonne nouvelle pour le PLQ et le PQ

Travaillant très fort pour se positionner comme l’incarnation même de «la loi et l’ordre», que fera Jean Charest devant la nouvelle si elle devait se confirmer?

Même si M. Duchesneau jouit d’un capital certain de respect dans la population, l’attaquera-t-il néanmoins en doutant de son impartialité pour cause de candidature partisane et de don substantiel à la CAQ cette année-même?

Ou encore, parce que M. Duchesneau a reconnu devant la commission Charbonneau avoir coulé lui-même aux médias son propre rapport?

(Rappelons que la sortie impromptue du rapport Duchesneau avait embarrassé le gouvernement Charest à un point tel qu’il n’a eu d’autre choix que de créer cette fameuse commission d’enquête sur la corruption et la collusion qu’il refusait pourtant de mettre sur pied depuis avril 2009.)

Quant à Pauline Marois – qui tente, de son côté, de positionner le PQ comme l’alternative aux libéraux en présentant son parti comme celui de l’intégrité et de l’honnêteté -, un passage éventuel de Jacques Duchesneau à la CAQ lui ravirait-il une part importante de sa thématique électorale?

De plus, si le PLQ a besoin d’une CAQ flottant autour des 20% pour l’aider à diviser le vote francophone, le PQ, au contraire, préférerait voir les appuis caquistes descendre sous cette barre. Question pour le PQ de se retrouver dans une lutte à deux, ou presque, avec les libéraux. Ce qui, considérant le taux élevé d’insatisfaction envers le gouvernement sortant, pourrait avantager les péquistes.

Bref, toute vraie bonne nouvelle pour la CAQ n’en est pas une pour le PQ…

Une maison de verre?

Rappelons aussi qu’en juin. Jacques Duchesneau, toujours devant la commission Charbonneau, promettait aux Québécois un automne chaud en disant  s’attendre à des révélations dévastatrices lorsque la commission reprendra ses audiences publiques, le 17 septembre prochain.

D’où, on le comprend déjà depuis quelques semaines, la volonté de Jean Charest de tenir l’élection générale avant cette même date…

Or, sur la question centrale de l’éthique, la CAQ vivrait-elle, de son côté, dans une maison de verre? Et ce, malgré la candidature possible d’un Duchesneau.  La CAQ est-elle vraiment plus blanche que blanche? Du moins, sans être immaculée, l’est-elle tout au moins nettement plus qu’au PLQ et au PQ – ce que François Legault, comme le faisait Mario Dumont avant lui, appelle les «vieux partis»?

Plus tôt cette année, de nombreuses questions ont été posées sur le financement de la CAQ – avant et après sa métamorphose officielle en parti politique.

Aujourd’hui même, jour 3 de la campagne, François Legault perdait également son agent officiel, Marc Deschamps.

Actif dans le parti de Gérald Tremblay et l’objet d’allégations dans le dossier controversé du scandale du Faubourg Contrecoeur, M. Deschamps aurait démissionné pour ne pas «nuire» à la CAQ.

Le 8 août prochain, la sortie d’un livre signé par l’ancien journaliste Gilles Toupin pourrait également venir embarrasser la CAQ.

Dans «Le mirage François Legault» (VLB éditeur), M. Toupin allègue que dans les mois ayant précédé sa démission du PQ en 2009, François Legault aurait refusé d’attaquer publiquement Charles Sirois dans le dossier des FIER – un fonds de capital public substantiel pour le développement économique régional.

En 2009, toujours selon Gilles Toupin, le PQ aurait découvert que M. Sirois, «à la tête du holding Télésystème, est un acteur central des FIER au Québec» aurait tiré «partie des faiblesses du programme» avec une grande habilité.

Charles Sirois, un homme d’affaires riche et influent, était à l’époque un proche de Jean Charest et ex-recruteur pour le PLQ. Or, dès 2010, M. Sirois deviendra co-fondateur, avec le même François Legault, de la première mouture de la CAQ. C’est à ce moment même que M. Legault renonce à défendre l’option souverainiste.

Même si M. Toupin était reconnu pour sa rigueur journalistique lorsqu’il faisait ce métier, dans la mesure où nous sommes en pleine campagne électorale, que la lutte entre les partis sera féroce; que depuis sa retraite du journalisme, Gilles Toupin est devenu un proche du Bloc québécois et de Gilles Duceppe et enfin que son épouse, l’intellectuelle Djemila Benhabib, est maintenant candidate pour le PQ, le contenu du livre sera inévitablement remis en question de part et d’autre.

Il restera donc à voir si ces allégations feront ou non du tort à la CAQ. Ou si, au contraire, la candidature de Jacques Duchesneau, si elle s’avère, saura balayer tout doute sur le parti de M. Legault dans le département crucial de l’intégrité.

À lire aussi:

Alec Castonguay – La réaction du ministre Moreau (PLQ) à la candidature de Duchesneau >>

Chantal Hébert – Ouch! >>

Laisser un commentaire

Mme Legault, si (et je dis si parce que je pense encore que c‘est un coup de soleil) Duchesneau va à la CAQ, il vient de perdre toute crédibilité en ce qui concerne la commission d‘enquête. Le cynisme n‘ a pas encore quitté ma demeure.

Bonjour Mne Legault
Ce qui m’a paru curieux à propos du co-fondateur de la CAC Charles Sirois, c’est d’entendre à RDI François Legault s’en dissocier en disant qu’il avait pratiquement disparu du décord… Rien de moins.
Comme vous, je surveille les sondages. Le dernier en liste montrait le P.Q. et les libéraux en hausse au-dessus de 35% laissant les caquistes sous la barre de 20%, pas très crédible mais pas inconcevable.
Nous en avons déjà parlé, les anglophones risquent de rester chez-eux le jour du vote, c’est ce que crains le plus Jean Charest.

Il reste encore beaucoup d’impondérable jusqu’au 4 septembre mais mon voeux le plus cher c’est que la CAQ gruge des votes aux libéraux, pourquoi vous croyez?

Ça doit commencer à « shaker » au Parti québécois et chez les Libéraux…

Il a très certainement dû être sollicité par ces deux partis politiques mais il a décidé de se joindre à la CAQ…

Ja crois savoir pourquoi: il veut s’associer à des incorruptibles et non à des politiciens possiblement véreux!

La CAQ vient de frapper très fort avec le docteur Barrette à la santé et avec M. Duchesneau, perçu comme le M. Net, contre la corruption.

Le PQ et le PLQ vont probablement tenter de noircir M. Duchesneau mais, est-ce qu’ils vont réussir ?

La CAQ vient de prendre une sérieuse option sur le pouvoir provincial le 4 septembre prochain.

L’avocate du PQ, Mme Tremblay avait critiqué « agressé » vertement M. Duchesneau pendant qu’il noircissait le PLQ. Le PQ a lancé M. Duchesneau, directement dans les bras de la CAQ. Très grosse gaffe péquiste qui comme l’affaire des Yvettes ne peut plus être réparé. Trop dur de remettre la pâte dans le tube.

Peut-être que je me trompe, si ce n’est que j’ai l’impression qu’être sous les feux de la rampe est un peu comme une drogue et il y a des gens qui aiment cela. Il m’apparait que monsieur Duchesneau serait un peu de ceux-là lorsqu’il apprécie tout particulièrement d’être sous les projecteurs. Pendant que d’autres préfèrent être des travailleurs de l’ombre.

Ce qui m’ennuie justement, c’est qu’on cherche un peu trop à faire de la politique comme de tout un tas de choses désormais : des spectacles. J’ai personnellement une autre opinion du travail au service de la nation. Alors il faut des candidates et des candidats vedettes, des gens qui font déplacer les médias et qui viennent alimenter les grands bulletins d’information.

C’est pourtant au pied du mur qu’on voit le maçon, les maçons intègres n’ont pas besoin de limousines, ni de protection rapprochée pour se déplacer. Je pense que ce ne sont pas les personnes les plus intègres qui passent le plus souvent à la télévision. Et les personnes les plus corrompues n’y passent d’ailleurs pas souvent non plus !

Mme Legault, de plus j’ajouterais que, connaissant les Jérômiens (de la circonscription de St-Jérôme) là où, selon la rumeur, J. Duchesneau se présenterait, une candidature parachutée, provenant en plus de Mtl, sera très malvenue.

Cela va quand meme etre utile au PQ, car Duchesneau a une tres grande notoriété aupres de la population. Tout ce qu’il va dire va pouvoir etre repris par le PQ.

Ce Duchesneau prouverait qu’il est un homme de droite en s’associant avec un parti néolibéral comme la CAQ adéquiste. La méthode de financement de la CAQ comme organisation en fin d’année et comme parti en début d’année a soulevé des doutes sans parler du profil de certains donateurs.

Le PQ a connu un financement stable au gouvernement et dans l’opposition, un point qui a suscité l’indifférence de Duchesneau qui n’en n’est pas moins avéré.

Le cheminement de Duchesneau prouve qu’il connaît ses zones d’ombre, politicien dans l’âme depuis le début, ex candidat à la mairie de Montréal dans une ville de tradition laxiste sur l’intégrité. Le policier court après bien des choses.

Sa candidature pré annoncée ne ferait que prouver aussi la coupure forte au Québec entre droite et gauche, souveraineté et fédéralisme. Un parti comme la CAQ qui est né directement des milieux d’affaires encouragé par la droite médiatique de Québec, la dite capitale nationale.

Cette candidature associé à la CAQ comme cheminement personnel n’a rien d’impressionnante pour ceux qui suivent l’actualité et ne sont pas des conservateurs. Duchesneau ne fait que d’ajouter sa voix à un parti de type traditionnel du genre CAQ et PLQ.

Reste à voir si le candidat Duchesneau va prendre la parole à la place du chef Legault beaucoup moins populaire.

Duchesneau resterait un candidat dans cette campagne pas le chef de la CAQ. C’est évidemment une mauvaise nouvelle celle là possiblement mais pas seulement pour les libéraux, les péquistes également pour la croissance anticipée de QS. Puisque QS trouve son identité entre autres par sa volonté d’éthique supérieure.

Gratter le vernis de cette candidature devra se faire, C.Sirois associé à la naissance de la CAQ adéquiste n’a pas un profil éthique exemplaire.

La montée appréhendée de la CAQ, avec l’arrivé de M.Duchesneau, fera mal au PQ et au PLQ. À cela, ajouté l’impact du populiste et fonceur Dr.Barette et vous avez un début d’équipe solide autour de M.Legault.

L’intégrité en politique est une question qui doit être abordée.C’est un enjeu important et aussi longtemps que cette question restera comme ligne maîtresse pendant la campagne, elle servira l’intérêt des québécois. En cela, les engagements de la CAQ sont un début intéressant. Il serait utile pour le PQ de pousser un peu plus loin ses engagements en matière d’intégrité s’il veut se démarquer.

Pourquoi ne pas donné au ministère des transports un outil de contrôle qui pourrait s’appeler le bureau national de la soumission? Il pourrait aussi s’occuper d’estimer, de façon aléatoire, les travaux soumissionnés par les villes et municipalités.

Quelle déception que d’apprendre que l’homme supposément droit et sans reproches se présente avec la CAQ qui, comme parti, vient de congédier l’agent officiel, rôle majeur et primordial, pour problème d’honnêteté. Une tristesse de lus pour le citoyen qui, bien naivement, croit en la droiture de quelques hommes publics, comme Jacques Duchesneau.

Là où Jean Charest se trompe et ça commence à paraître, c’est qu’il ne peut pas continuer à faire la campagne électorale à lui-seul; ses genoux commencent déjà à plier alors Marois et Legault peuvent compter sue des candidats-vedettes tous en pleine forme sur le terrain.

Sur l’affaire Duceppe-Khadir, un lien intéressant sur ce qui a déclenché les hostilités.

Dans une lettre ouverte au Devoir publiée le 14 mai dernier, Amir Khadir se confiait: «Aurais-je voté pour la candidate du NPD si j’avais su que mon député et ami Gilles Duceppe était en danger dans sa circonscription? Sans doute pas.» M. Khadir n’a pas pleuré longtemps. En fait, il n’a pas pleuré du tout. Il s’en est même réjoui dans cette lettre ouverte: «Aujourd’hui, je m’en confesse, je n’ai aucun regret.»
http://www.ledevoir.com/politique/quebec/323691/libre-opinion-amir-khadir-demasque

Ce pourrait-il, même avec les votes des anglos et des allophones qui par tradition vont fort majoritairement vers le PLQ, qu’avec la présence de Duchesneau à la CAQ, nous assistions à un transfert massif des intentions de vote du PLQ vers la CAQ ?

Si c’était le cas et qu’il s’avérait que le PLQ pourri et son chef tout aussi douteux soient rejetés par la population, j’en serais fort heureux.

Évidemment je préfèrerais que le PQ soit porté au pouvoir et que son expérience soit mis à contribution pour nettoyer les écuries gouvernementales. Mais une bonne opposition non libérale serait tout à fait de mise.

Bref, la dernière chose que je souhaite c’est d’être encore gouverné pendant 5 ans par les adeptes de la collusion et de la corruption.

En terminant, nous devrions bien noter que depuis maintenant plus de 2 ans, selon les chiffres fédéraux, le Québec est en queue de peloton au Canada dans le domaine économique. Faudrait tout de même le faire remarquer aux citoyens et au PLQ.

«Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.»
[Benjamin Franklin]

Maintenant qu’on sait qu’Amir Khadir a appuyé le NPD lors de la dernière élection fédérale, est-ce qu’il y en a parmi vous qui savent si Thomas Mulcair va lui retourner l’ascenseur en suggérant aux québécois de voter pour QS le 4 septembre?

@ Mario Goyette # 13

Excellente question M. Goyette. Mais pouvons espérer une réponse de Mulcair ? Personnellement je n’y crois pas trop. Les sens uniques ne se retrouvent pas uniquement sur les routes !

L’analyste politique Sébastien Bovet affirme à RDI que Gilles Duceppe a commis un faux-pas à l’endroit d’Amar Khadir car cela allait diviser le vote souverainiste.
Tiens donc, n’est-ce pas cela qui est en train d’arriver même si Gilles Duceppe n’avait pas dit un mot?

Ho L.DION , quelle subtilité , que penser du PLQ avec tout les démissions de ministres ,dont certain , ont transféré au privé dans un temps record . scandales interne , commission bastapiaste qui nous a donné un début d’éclairage , sur son financement , avez-vous déja oublié . beaucoup d’amis es du parti a des postes public et privés .
Certain sous ministres , ont transféré au privé , dans le même domaine de compétences qu’ils avaient , dans leur ministère .

Déclarer une élection , juste avant les début des travaux de la commission Charbonnaux , ne me dite pas que c’est un hasard ca .

Le chef , c’est donné un score de 8 sur 10 sur la corruption , donc , minimum il en manque 2 pour être 10 sur 10 .8 sur 10 , est-ce vraiment logique et réel , a vous de nous le prouver .

La venue de Duchesneau va plus nuire au PLQ,car avec ce que Duchesneau a comme information, il va s’en servir pour nuire à Charest et ce sera plus percutant que de s’en prendre à Marois.
Donc,complètement en désacord avec vous que la CAQ va enlever des votes au PQ.
Il y a maintenant des libéraux fragilisés par les magouilles de leur chef, que ceux-ci vont voter CAQ quand les sondages démonteront que le PLQ sera en diminution dans les intentions de votes.
Surtout du côté anglephone et allophone,la grand source de votes du PLQ à Montréal.
Reste la ville de Québec ou Charest a accordé plus de $500 millions depuis un ans,d’argent public.La CAQ a tout à gagner à Québec car le PQ a un seul comté et il va le conserver.

Monsieur Serge Pelletier,

Tout à fait d’accord avec vous sur le triste bilan de corruption que l’on attribue au PLQ dirigé par Jean Charest.

Jacques Duchesneau est reconnu pour sa volonté de vouloir mettre un terme à la corruption dans la milieu de la construction. C’est pourquoi j’ai du mal à accepter qu’il s’allie à la CAQ qui doit renvoyer son agent officiel, rôle majeur dans une organisation politique, pour avoir été très près d’actions douteuses pour lesquelles Frank Zampino est dans le colimateur de l’UPAC. De plus, rappellez-vous que la CAQ ne semble pas avoir fait montre d’une véritable honnêteté lors de sa première campagne de financement.

S’il ne se fait pas un parti des anglos comme le PLQ s’est toujours qualifié, toute candidature et programme politique de la CAQ ne feront jamais changer la très grande majorité du vote des anglos et allos pro Liberulls (70%); le PLQ demeure toujours le seul parti dévoué à la protection des intérêts et privilèges accordés à ces derniers, ceux allant à l’encontre du plein épanouissement de la majorité francophone.

Jacques Duchesneau serait-il en train de couper l’herbe sous le pied du P.Q. lorsqu’il prétend s’attaquer au monopole d’Hydro-Québec?
De là à en faire un vice-premier ministre, François Legault va un peu vite en affaire.

Je n’ai absolument aucun problème que Charles Sirois ou tout autre homme d’affaire ait pu exploiter les faiblesses de la loi.

Si elle peut être contournée c’est que c’est une loi mal faite.

C’est une loi de la nature, tout le monde se spécialise dans sont domaine. Par définition l’intelligence se défini en exploitant son environnement à son meilleur. La compétence c’est justement de bien comprendre son domaine et tout les recoins. On ne peux pas reprocher aux financiers de se spécialiser et se sophistiquer.

La concurrence a ça de bien qu’elle pousse les gens à s’améliorer. Dommage que nos gouvernement ne se font pas plus compétitions pour faire des lois qui se tiennent.

C’est au gouvernement d’engager des gens compétent pour faire de bonnes lois.

Entre Jean Charest qui s’attribue une note de 80% et Jacques Duchesneau qui lui accorde plutôt une note de 20%, à qui l’opinion publique fera-t-elle confiance? Le niveau de satisfaction de la populace à l’égard de Jean Charest stagne depuis des mois à 30%; alors qu’il est perçu comme le chef d’un parti corrompu jusqu’à la moelle, Jacques Duchesneau, lui, flotte sur sa réputation d’incorruptible.

Duchesneau, c’est le pire cauchemar de Jean Charest. D’où cette réaction qu’il a eue: Duchesneau fait de la démagogie, dit-il.

De la part du zoizeau qui manie si bien l’amalgame entre « carré rouge », « désobéissance civile », « casseurs » et autres gugusses sémantiques, ça fait plutôt pathétique, cette dénonciation de la démagogie!

Mais bon, c’est d’la politique…

Lundi , 6 août 2012, après avoir lu la »grosse Presse du samedi et celle du lundi , j’ai le feeling que l’équipe éditoriale a décidé de larguer J Charest pour la CAQ . Peut-être qu’ils se sont rendu compte de l’impossibilité de défendre l’indéfendable , le parti libéral, Je n’aime pas Duchesneau un arriviste , que les kodacs et la politique dévore depuis longtemps. Le plan »C » des fédéraux contre la prise de pouvoir du PQ

Je prédis un changement de chef à la CAQ d’ici le 4 septembre prochain. Duchesneau prendra la tête de la CAQ suite à une délégation par Legault de tous les pouvoirs revenant à un premier ministre au vice premier minstre.

Les plus populaires