Je ne parle pas le croyant

«Est-ce que je suis mal à l’aise avec le voile intégral ? Autant qu’avec le calcul intégral. Je n’ai jamais rien compris des deux.» Un billet de Mathieu Charlebois.

Photo : Ametxa/Flickr
Photo : Ametxa/Flickr

PolitiqueOn a eu la commission Bouchard-Taylor. On a eu le débat sur la Charte. Entre les deux, on a eu des discussions de famille malaisantes et lu des commentaires sur Facebook qui prouvent que l’intolérance n’aime pas se tenir trop proche des dictionnaires.

J’espère que vous n’êtes pas trop fatigués d’en parler, parce que c’est reparti pour un autre tour ! Le débat autour des tissus religieux — du hijab à la burqa en passant par la jaquette bénite et les bobettes de mormons — est reparti, et c’est au tour des politiciens fédéraux de s’y mettre. Dans une année électorale, en plus.

Yé.

En tant que blogueur-chroniqueur, je suis censé avoir une opinion là-dessus. Je devrais même écrire des textes coup de poing sur le sujet. Un titre, trois ou quatre phrases «punchées», quelques majuscules, une pelletée de points d’exclamation et je serais parti pour la gloire du commentariat.

Or, trop souvent, je ne sais pas quoi en penser.

Voyez-vous, je me méfie des débats pour lesquels je ne comprends qu’un seul côté. Je peux bien faire un débat de type «pour ou contre les pierogi ?» avec un Polonais, mais la seule chose qui me donnerait l’impression d’avoir raison, c’est de ne pas comprendre un seul mot de mon opposant.

Quand on parle de religion, je suis un peu dans la même situation : moi, le non-croyant, je ne parle pas le croyant. Je ne comprends pas pourquoi on veut porter autour du cou la version miniature de ce qui faisait office de chaise électrique il y a 2 000 ans. Je ne comprends pas plus pourquoi un dieu d’amour et de bonté t’enverrait faire du porte-à-porte plutôt que de servir la soupe populaire.

Et plus on va dans l’extrême, moins je comprends.

Le Tout-Puissant en haut te demande de TUER tous ceux qui ne croient pas en lui ? Es-tu certain de ça ? Parce que, personnellement, si j’étais un être tout-puissant, les gens qui croient que je n’existe pas seraient le dernier de mes soucis. Je ne suis qu’un simple blogueur et je me fiche pas mal de ceux qui commentent pour dire que je ne suis pas drôle, alors…

Est-ce que je suis mal à l’aise avec le voile intégral ? Autant qu’avec le calcul intégral. Je n’ai jamais compris rien des deux.

Est-ce une pratique antifemme ? Sans aucun doute. Les religions sont comme le rêve mouillé d’un masculiniste, le seul endroit où l’on peut encore dire haut et fort que les femmes ne devraient pas avoir les mêmes droits que les hommes et qu’aucune d’elle ne mérite d’occuper le poste le plus élevé de l’organisation. Partout ailleurs, il faut se contenter de le faire sans le dire.

Mais est-ce que je crois que l’État devrait avoir le droit d’interdire un morceau de vêtement partout, tout le temps ? Est-ce que c’est vraiment le meilleur moyen d’aider ces femmes, si tant est qu’elles aient besoin d’aide ? Je résumerai l’ensemble de mes certitudes sur le sujet en disant : «gnish».

Mon «gnish» risque malheureusement d’être minoritaire, perdu au milieu d’un déluge de «Ç’a pas d’allure !», de «Moi, je l’ai lu le Coran, pis c’est terrible !» (essayez l’Ancien Testament, pour le plaisir) et de tous ces gens qui savent plus que les principales concernées pourquoi elles se cachent les cheveux ou le visage.

Pendant ce temps, plutôt que de leur demander ce qu’elles en pensent, nous allons les réduire à un bout de tissu, en décriant à quel point il est inhumain… de les réduire à un bout de tissu.

* * *

À propos de Mathieu Charlebois

Ex-journaliste Web à L’actualité, Mathieu Charlebois blogue maintenant sur la politique avec un regard humoristique. On peut aussi, lire ses anticritiques culinaires sur le blogue Vas-tu finir ton assiette ? et le suivre sur Twitter :@OursMathieu.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

30 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Oh que j’aime donc ça! Bonne idée la prudence. Bonne idée d’avouer ne pas avoir d’idée précise de la bonne chose à faire. Et l’intolérance envers les juifs dans les années 30, elle a mené où? Bonne idée finalement de dire que ça ne serait pas nécessairement une bonne idée de conclure le sujet en ajustant ses oeillères et en regardant ailleurs… en comptant ses votes supplémentaires, genre!

D’après moi, cette histoire de point Godwin a été inventée par un internaute qui ne connaissait et ne comprenait pas grand-chose aux fascismes. « Définir le fascisme, c’est en écrire l’histoire. » (Angelo Tasca, ‘NAISSANCE DU FASCISME’, 1938).

Lorsqu’on s’efforce d’observer les cultures en général. Il est possible de s’apercevoir que toutes les cultures reposent sur des croyances. En ce sens nous sommes tous croyants sans aucune exception. Peu importe que nous en ayons conscience ou bien pas.

Ce qui peut devenir un problème dans la vie humaine, c’est notre confrontation avec l’autre. L’autre étant ce qui est différent de moi. Nous connaissons tous : « l’enfer c’est les autres » issu de la pièce de Jean-Paul Sartre : « Huis clos ».

Cela veut-il dire que si l’enfer c’est les autre, eh bien le Paradis, c’est moi ?

Évidemment pas ! Mais certains le croient. Alors comme l’union signifie en quelques sortes la force. Il devient intéressant d’abandonner ma croyance première pour embrasser la croyance dominante.

Nous comprenons bien que dans ce « petit jeu-là », le port du niqab ou encore de la burqa deviennent autant d’armes politiques qui servent essentiellement à résister à la culture environnante pour fin d’imposer aux autres une vision des choses qui ne fait pas consensus.

Dans ce cas, on cherche à nous affaiblir, nous manipuler, nous culpabiliser, puis ultimement nous anéantir pour faire triompher un concept qui n’a rien à voir avec Dieu.

Pour le bien public, il est de notre devoir de résister à ces résistances.

Il est fort dommage que ce soient des femmes dont on se serve dans cette lutte fratricide. Quoi qu’il en soit, on ne peut se servir de qui que ce soit sans obtenir de consentement, fusse-t-il implicite.

Ainsi ce sont ces femmes qui fièrement ne montrent aucune complaisance et ne consentent pas, qu’il faut soutenir dans cette lutte qui seulement nous importe : celle de la liberté. Ce sont celles qui précisément choisissent de devenir canadiennes pour tourner la dos au niqab qu’il faut soutenir et non les autres qu’il faut tolérer au nom du droit et des Chartes de liberté.

Il n’y a aucun concept religieux fondamental dans le port quelconque d’aucun de ces objets prétentieux, la loi n’a dans ce cas pas à en tenir compte. Un choix administratif est parfaitement tolérable lorsqu’il ne contrevient pas aux lois. Cela s’applique bien évidemment pour les immigrants lors de la prestation de serment pour le Canada.

« Pendant ce temps, plutôt que de leur demander ce qu’elles en pensent, nous allons les réduire à un bout de tissu, en décriant à quel point il est inhumain… de les réduire à un bout de tissu. »

Exactement… Je suis pour l’égalité des genres. Alors oui, selon moi, le voile est une façon de contrôler les femmes et ce n’est donc pas une bonne idée dans une société. Mais comme c’est une pratique qui vient d’une autre culture, je ne juge pas celles qui l’embrassent. Elles ont de bonnes raisons de le porter, sans quoi, elles ne le porteraient pas.

Ce qui fait que non, je ne suis pas pour le voile de quelque forme que ce soit. Mais cet accessoire ne change en rien la relation que je peux avoir avec une personne qui le porte. Je ne m’empêche pas de sourire, de parler, de travailler, de devenir amie avec une personne parce qu’elle porte le voile. Comme je me fiche qu’on porte un crucifix, une kippa, un turban, une moustache…

« Elles ont de bonnes raisons de le porter, sans quoi, elles ne le porteraient pas. »

L’ostracisation est toujours une bonne raison!

Vous écrivez « Je ne m’empêche pas de sourire, de parler, de travailler, de devenir amie avec une personne parce qu’elle porte le voile ». Tout-à-fait d’accord mais il ne faut pas oublier qu’ici il s’agit du niqab lors d’une cérémonie d’assermentation pour devenir citoyen canadien… Ça n’a rien à voir avec des amitiés ou le port de cette pièce de tissu dans un lieu public.

Ben moi, ça me dérange! Comment peuvent-elles me rendre mon sourire? Je sens du rejet de la part de ses femmes qui se cachent derrière un voile, une fermeture aux autres et ça m’irrite. Non, je ne suis pas portée à leur adresser la parole. Mais je ne les attaquerais pas non plus.

Ce que une majorité du peuple veux c’est que l’espace publique devienne laïque. Décrocher le crucifix du salon bleu.Un peuple de débiles qui au vingtième siècle accepte que dans so enceinte démocratique un instrument de torture (crucifix) soit affiché est un peuple de peureux, car ce peuple ne peu pas interdire des signes religieux pour les autres religions sans commencer par appliquer a lui même ces interdictions. Pauvre petit peuple de chi…
Personne ne veux interdire la pratique religieuse, la religion c’est comme le sexe cela doit se pratiquer en privé.

« … peuple de débiles », « …peuple de peureux », « Pauvre petit peuple de chi… », parlez-vous du peuple dont vous faites partie?! Si c’est le cas Monsieur Brodeur, faites-vous soigner. L’autodétestation mène souvent à l’automutilation. Je suis certain que nous sommes nombreux à vous aimer… Joignez-vous à nous; nous ne serons que plus persuasifs pour faire prévaloir le gros bon sens et nous élever contre les principes qui voudraient que des individus masqués deviennent une norme pour le peuple qui les accueille.

Je comprend M.Ricard que la réalité peu en ébranler certain, Malheureusement c’est le cas avec tous ces accommodements raisonnable que nos politiciens accordent. Les locaux de nos cegep qui servent a endoctriner des jeunes, les locaux que nos universités accordent pour la prière. C’est malheureux mais nos politiciens sont des peureux qui sous prétexte de la liberté de religion accordent tous ces droits à certaine minorités.

Voici un peuple qui n’a pas peueueuere…
USA: vive polémique après un serment d’allégeance récité en arabe dans un lycée
La fidélité au drapeau US exprimé en arabe a provoqué la colère de plusieurs associations

C’est dommage que du haut de votre prudence, vous ne réalisez pas qu’on ne put pas demander aux victimes de lavages de cerveaux ce qu’elles en pensent. Quand on subit un lavage de cerveau (dès 2 ans quand on a des parents religieux) on ne pense pas. C’est pour ça que c’est à nous, société d’accueil, d’arrêter cette hantise de l’enfer enseignée dès la petite enfance en enlevant les symboles visuels qui servent de trigger. Tant mieux pour celles qui vivent bien avec cet état, ce n’est pas une raison pour les autoriser à accabler ceux et celles qui s’en sont sauvé.

Oui, l’endoctrinement religieux se rapproche du lavage de cerveaux. Ça devrait être interdit aux moins de dix-huit ans!

Libre aux adultes de se servir de béquilles psychologiques (que sont les religions) s’ils en ont vraiment besoin pour vivre. Pourvu que ces béquilles ne soient pas truffées de bâtons de dynamite…

c’est ca le probleme.que ces bequilles ne deviennent des batons de dynamite,bien caches sous tous ces bouts de tissus..ce n’est pas un compliment a nous faire mais c’est exactement la question nous avons la frousse ,une terrible frousselLa peur est ,elle bonne conseillere.Ca c’est la grande question/

Si les gouvernements pensent que la population est terrorisée, ils réagissent (projet de loi C-51). Est-ce que la population canadienne est terrorisée à ce point? Je ne crois pas. Ces terroristes en herbe (Saint-Jean-sur-Richelieu et Ottawa) devraient plutôt être considérés comme une nuisance publique au même titre que les maringouins. A-t-on besoin d’un projet de loi pour contrôller les maringouins?

Effectivement. En fait ce sont de vulgaires criminels qui doivent être traités comme tels et les lois actuelles suffisent grandement à la tâche.

on n’a pas de projets de loi pour se defendre contre les maringoins mais ‘ un tas de trucs dangereux pour s’en defendre,mauvais pour la sante ‘l’environnement etc »….et souvent sans succes.alors que proposez vous pour lutter contre le terrorisme.car la face cachee de notre peur ce n’est pas le visage d’une femme sous un voile ,c’est le terrorisme/

Je suis pour le respect dans un premier temps … Un peu d’histoire … Isabelle de Castille et Ferdinand D’Aragon les très catholiques ! La Grande Place de Lisbonne sent encore l’odeur de la chaire humaine brûlée … Chaque dimanche l’Inquisition brûlait les hérétiques et les infidèles … Les hérétiques étaient des libéraux de culte comme nous !!!
Le respect … Différence entre Burka, Hijab simple foulard … Il faut surtout rester rationnel !

Je comprends très bien que plus nous nous informons sur leurs pratiques et moins nous nous comprenons. La raison est fort simple ! C’est qu’ils ne se comprennent pas eux-même. Un musulman me disait l’autre jour qu’il était comme nous catholique ou protestant ou autre parce qu’il était modéré. Je lui répliquait aussitôt que si je serais baptisée dans un mouvement religieux et que je m’apercevrais que ca s’entretus entre eux dans ma communauté religieuse et qu’ils forgeraient des lois à partir d’un livre qui atteste que ses dites pratiques sont endossées par le chef Mohameth ….bien c’est ben d’valeur que je vais me débaptiser assez vite merci. Ce sont des lois d’hommes qui ne tiennent pas debout. Leurs lois sont forgées que pour leur bon plaisir pas pour le plaisir de Dieu. Il se défendait en insinuant que c’est des intégriste qui agissait comme ca mais pas lui puisque qu’il sont modéré ici. Il ajoutait qu’ils étaient tellement fous que si un de ce genre le verrait sans la barbe il pourrait bêtre tué juste pour ca. Étant donné qu’il a pas compri ce dont où je voulais en venir avec leurs lois de fou je lui ai conclu ca en lui pressant de se la faire pousser parce qu’il n’y a pas d’endroit sur pour vivre sur la terre avec les musulmans intégristes ou pas. Et je m’en remet à Dieu avec ce charabia parce que l’humanité court tout simplement à sa perte sans l’aide du vrai Justicier que seul lui a le droit et le pouvoir de faire un cleanup dans tout ca.

Rassurez moi, Suzanna ( quel joli prénom, en passant ),

Quand Vous écrivez: » Et je m’en remet à Dieu avec ce charabia parce que l’humanité court tout simplement à sa perte sans l’aide du vrai Justicier que seul lui a le droit et le pouvoir de faire un cleanup dans tout ca. »

C’est une blague, n’est-ce pas ??? Un propos satirique. !!!

T’as pas compris Réflecteur, elle parle de son Dieu, tu sais le bon vieux « mon Dieu est Plus meilleur que le tien ».

(toujours satirique)

Bravo! C’est important, je crois, de comprendre à quel point les non-croyants ont de la difficultés à bien saisir le pourquoi de certains agissements de personnes croyantes. Et vice versa, d’ailleurs. Et avec les 2 côtés qui ont peurs l’un de l’autre, rien pour arranger tout ça! Ce n’est pas avec une attitude hautaine du genre « moi je sais, toi tu te trompes » qu’on va réussir à émanciper l’humanité de ces vieilles béquilles sociales que sont les religions. Et pire, je ne suis pas sûr qu’un croyant soit vraiment intéressé à parler le non-croyant. Et vice versa, d’ailleurs.

il est paradoxal M. Charlebois que vous n’osier pas vous mouiller dans une interprétation de la religion quand il s’agit des accessoires vestimentaires, mais que vous interprétiez sans hésiter la croix chrétienne comme étant simplement un instrument de torture. Mais comment vous en vouloir puisque la cathéchèse a toujoirs été mal enseignée au Québec. Pour votre information, la croix chrétienne ne symbolise pas la mise à mort d’un homme, mais la résurrection et la rédemption qui délivre les âmes du Malin.

Heu non …la croix nous rappelle que Jésus est mort pour la résemption de nos péchés^^……donc un instrument de torture vu que sa mort n’a pas été une mort sereine…mais une morte dans des douleurs extrême après de multiples tortures…..

J’ai fais mon cathéchèse avec les soeurs du saint nom de Jésus et Marie 😉

Quelle proportion de la population est intéressée à se promener à travers ces ZOMBIES encapuchonnées de façon à ne laisser voir que les yeux??? Les croyances n’ont aucune place avec ces accoutrements.
Il serait tout à fait simple de régler le problème: DÉBARRASSONS NOUS DE LA CHARTE À TRUDEAU et il n’y a plus de problème mais les avocats ne serons pas contents – on va leur couper une trop grande source de revenus.

Un peu d’humour gentillet sur un sujet qui en manque cruellement n’est certainement pas une mauvaise idée. D’ailleurs, la meilleure preuve que Dieu a décidemment un sens de l’humour très aiguisé est qu’IL a créé l’Homme.

À voir comment « l’Homme » traite sa mère la Terre (avec un grand T) on peut en conclure que Dieu est la quintessence de l’humour noir…

La question qui me chicotte dans tout ça c’est pourquoi des gens qui décident de laisser leur pays, leurs familles, leurs cultures et souvent même leurs langues, viennent dans un pays d’accueil qu’ils doivent connaître à l’avance puisqu’ils l’ont choisi, veulent-ils répliquer ici les mêmes conditions que dans leurs pays d’origine? Et qui plus est, souvent ils veulent même imposer leurs croyances aux autres gens dans leur pays d’accueil… Est-ce que les gens qui ont toujours vécu ici (en particulier les peuples autochtones qui sont ici depuis des millénaires) ne pourraient pas vivre leur propre culture en paix, sans se faire imposer des dogmes étrangers qui, il faut se l’avouer, sentent souvent très mauvais? Est-ce que la liberté de religion, y compris la liberté de manifester sa foi, prévaut sur l’égalité entre les sexes? Quand 2 libertés fondamentales s’affrontent, qui gagne et qui perd?

Excellent texte ! Merci pour l’humour qui permet d’aider à réfléchir 🙂

Pour avancer le débat j’ajoute mon grain de sel : la religion n’est qu’un prétexte pratique pour ceux qui veulent imposer une culture. Pire, les tabous sont très présents même chez nous mais ils se vivent autrement sans la religion : combien de femmes sont capables de sortir jambes poilues au vent ? Quel homme ou femme oserait se promener nu dans la rue ou se passer de déodorant ? Le voile pour certaines, c’est comme notre déodorant. Presque personne ne va à l’encontre des dictats les plus forts de la culture dans laquelle elle baigne. C’est en se frottant à une autre culture qu’on réalise que les dictats peuvent être différents dans d’autres régions du monde ou même du pays.