Jean Charest déclenche un Festival de l’humour… noir

Magie du web: cette parodie de la blague du Premier ministre a été mise en ligne tôt ce matin, par des gens (le comédien François Robitaille-Morin et l’auteur/monteur Claudy-Marc Moreau Duvivier) qui avaient aussi écouté l’émission Enquête de jeudi dernier et en font un savoureux amalgame.

Le trait d’humour de Jean Charest suscite d’autres vannes, comme celle de mon ami Facebook Robert. B:

Une fois c’est un gars qui disait qu’il avait les deux mains sur le volant…

Et aussi d’un certain Jean C.

J’ai été cité hors contexte !

Vous voulez participer au Festival ? Ajoutez vos jokes dans la section commentaires, je signalerai les meilleures. Vulgarité s’abstenir. Tout propos violent sera condamné sans nuance par le blogueur !

(merci à l’alertinternaute
Pierre M. pour ce signalement.)

Laisser un commentaire

Lu dans les commentaires d’un article sur les fameuses « blagues » : Jean Charest a perdu le plan Nord.

Que signifie être cité hors contexte ? Cela veux-t-il dire , sortir de mon texte et improviser ou faire le con pour plaire a l’audience déja préparée a rire de mes farces plates ……

Ce qui y ressemble le plus c’est Elvis Gratton quand il parle à Falardeau pendant la séance photo.

-Les professeurs qui endoctrinent nos jeunes dans les écoles
-C’est pas eux-autre qui vont m’empêcher d’envoyer mes enfants à l’école anglaise
-*Si y’en veulent des jobs, bin qu’arrêtent de cracher sur les Amaricains qui veulent investir icitte. Qu’y arrêtent de de nous mettre des bâtons dans les roues
-Si y sont pas content, qu’ils aillent vivre à Cuba
-Des pauvres, y’en aura toujours
-C’est ça qui manque aujourd’hui, de l’ordre
-Faut arrêter de se poser des questions
-Les révolutionnaires, on va leur mettre du plomb dans la tête
-Avec Groleau, M’A L’AVOIR MON PEMIS DE BIERE. YEAH!!!

http://www.tagtele.com/videos/voir/135

Une fois c’t’un gars qui demande à un mafioso de renoncer à la violence avant de parler affaires avec lui…

Paul Arcand présente ses deux nouveaux documentaires sur le gouvernement Charest : Les deux mains sur le volant et Dérapage.

« Après l’opération Gravier et l’opération Marteau, voici l’opération Matraque! »

« On n’a pas pu faire la passe sur le gaz de schiste, y nous reste quand même du gaz lacrymogène! »

« Certaines mauvaises langues ont affirmé que l’Aqueduc de Montréal perdait 50% de son eau. Comme les manifestants ont pu le constater, nos boyaux d’arrosage marchent encore très bien! »

«Chacun son domaine. M. Charest, laissez l’humour aux gens comiques. Est-ce que je vends le Québec à rabais aux Chinois, moi? Non.» – Laurent Paquin

DIALOGUE DE SOURDS

Jean C : Tu connais Girouette?
Jacquot : Ouais c’est Mario!
Jean C : Tu connais Slinky?
Jacquot : Ouais c’est Stéphane!
Jean C : Tu connais Jell-O »?
Jacquot : Ouais c’est Pauline!
Jean C : Eh puis MOI? Tu me connais …BADABOUM JE SUPPOSE…
Jacquot : Eh bein non Jean … toi tu es CAMÉLÉON
Jean C : Camé quoi?
Jacquot : Un caméléon Jean C … une une personne qui change de conduite, d’opinion, de langage, suivant les circonstances …
Jean C : Ah bon!
Jacquot : En plus, Jean C, un caméléon c’est un grand lézard, avec une queue prenante et un longue langue gluante … ouach …
Jean C : Bein là … je me reconnais pas …
Jacquot : Tu C Jean c’était juste pour rire … voyons toi, un caméléon … vraiment.
Jean C : Ouf j’ai cru un moment que tu me décrivais …
Jacquot : Bein non Jean t’es pire que ça … salut caméléon de malheur …

Ce qui est troublant dans les dernières 24 heures, c’est de voir à quel point cette stupide déclaration du premier ministre a mis sur la ligne de touche le plus important : des émeutiers ont pris d’assaut Montréal hier.

Rien, pas même l’indifférence du gouvernement face aux demandes des étudiants, ne peut justifier ce que l’on a vu hier.

Si on peut légitimement demander à celui qui nous dirige un peu plus de jugement, on devrait être à tout le moins être aussi intolérant devant le saccage et les actes répétés de violence qui ont été perpétrés hier après-midi. Et les condamner, haut et fort.

L’augmentation des frais de scolarité est la pièce maîtresse pour l’atteinte de l’élimination du déficit.

Comme les universités sont financés sur la base du nombre d’étudiant les fréquentant, il faut simplement réduire ce nombre, et l’argent économisé réduira le déficit d’autant.

Pour avoir moins d’étudiants dans les universités, on n’a simplement qu’à hausser les frais de scolarité.

Tout un comptable, ce M. Charest!

Pendant que M. Charest a les deux mains sur le cou des étudiants, on se demande qui tient le volant…

Qu’est-ce que ça donne d’avoir les deux mains sur le vollant si t’as toujours les deux pieds su « l’brake »? Pas drôle d’avoir toujours la plotte à terre.

C’est Sarkosy qui dit à Charest « Ça va mal , je pense que mon chien est mort. Il me reste un seul espoir ,fesser sur les arabes.

Charest répond : »Pareil pour moi ,sauf que c’est sur les étudiants qui faut que je fesse. »

Les deux en choeur « C’est mon oncle Paul qui va être déçu!

En tout cas vous avez toujours l’angle capitaliste électoraliste.
Ben facile de dire aux autres de régler ça. Plusieurs députés péquisses ont pris la parole pour dire r`gler ça, mais tout ceux qui se sont fait posé la question si EUX iraient discuter avec les représentants de la classes esquivent la réponse. Plus facile de blâmer que d’agir?

ATTENTION Si la tendance se maintient sa prochaine grande allocution humoristique pourrait bien être: « Just watch me! »

Ceci n’est que de l’humour déplacé, je répète, ceci n’est que de l’humour de mauvais goût, n’y voyez aucune menace réelle:
À quand un pont Lyne Beauchamp?

Les propos du premier ministre sont méprisants à l’égard des étudiants et aussi à l’égard des habitants du territoire dont les richesses naturelles seront exploitées par le biais de son Plan Nord.
L’humour douteux de l’ancien conservateur alors que des jeunes et des policiers s’affrontent à proximité et que des blessés dans les deux groupes sont rapportés m’indigne.

Le premier ministre est visiblement déconnecté de ce qui se passe au Québec.

La façon dont la crise à été gérée jusqu’à présent ne peut plus durer. Il est impératif que la discussion débute et que le gouvernement et les étudiants démontrent une volonté de négocier une solution à cette crise.

Les propos de M. Lafrenière du SPVM avaient plus de sens et étaient plus à propos que l’humour douteux du premier ministre.

En effet, en situation de crise, il faut éviter de démontrer de l’arrogance et du mépris à l’égard des groupes sociaux qui manifestent pour dénoncer une injustice.

Il est aussi important de faire la différence entre des manifestants et des casseurs.

C’est vrai que le Plan Nord, c’est un bon endroit pour le blanchiment d’argent. Blanc sur blanc, ça va mieux passer inaperçu.

Lu sur le mur d’un ami: « C’est en forgeant qu’on devient forgeron; c’est en charriant qu’on devient Charest » (un étudiant)

«Un fois, c’est une jouweur de badminton qui disait avoir fessé le volant à deux mains avec son racket.»

Un anglophone qui se dissocie des Libéraux

Le centre-ville de Montréal vandalisé.

Des cocktails molotovs retrouvés dans le palais des congrès.

Des casseur à l’entrée du tunnel ville-marie qui lance des blocs de béton aux voitures qui passent plus bas.

Une voiture transportant un bébé stoppé et vandalisé.

….

De tour ça qu’est ce qui indigne le plus Lisée? Une blague que Charest a fait pour d’étendre l’atmosphère.

La gauche au Québec devient plus honteuse chaque jour qui passe.

Une fois c’est un gars qui disait je suis prêt. Neuf ans plus tard on se demande encore ce qu’il voulait dire par la.

Une fois c’est un gars qui disait sans rire que son gouvernement allait faire 62% de l’effort budgétaire. Ha! Ha! Ha!

Une fois c’est un gars qui a investit plus de 800M $ en baisses d’impôts juste avant l’élection de 2008. Trois ans plus tard nous les CONtribuables lui remboursons cet argent. Ha! Ha! Ha!

Une fois c’est un gars qui a dit:- »au lendemain de l’élection d’un gouvernement du PLQ, nous réglerons les problèmes du réseau de la santé. » Ha! Ha! Ha! Il y en a eu des lendemains depuis ce temps!

Une fois c’est un gars qui déclenche une élection et ne la remporte pas. Ben quoi j’ai le droit de rever. Non?

Jean Bottari

Montréal

C’était une fois une chef péquiste frustré et saoul qui dit le soir d un référendum perdu (un 2e):
« On perdu a cause des ethnies et de l’argent. »
Est drole hein? est effrayante…
ha oui c’est vrai, c’est pas une blogue oups…

La gauche a préféré la joke de Jean Charest au lieu de condamner la violence inouïe de la manifestation.

Tristement révélateur de la radicalisation qui se généralise à gauche.

Une fois c’est un gars qui disait aux étudiants et aux CONtribuables qu’ils doivent faire leur juste part. Mais lui, fait-il sa juste part? Fait-il ce pourquoi nous l’avons élu? Soit s’occuper du bien commun et écouter un temps soit peu la population!

Une fois c’est un gars qui riait des étudiants qui étaient en grève depuis plus de deux mois parce que ils dénoncent les hausses des frais de scolarité. Ce gars n’a pas eu a trimer très dur afin de payer ses études et est vite devenu avocat et ensuite politicien. Ce gars ne sait pas ce que vivent les étudiants qui doivent trevailler les soirs, les fins de semaines et durant le congé estival.

Une fois c’est un gars qui a pris des années avant d’instituer une commission d’enquête, demandée par 80% de la population sur l’industrie de la construction mais n’a mis que quelques jours avant de poursuivre son ancien ministre de la justice et a constituer une commission d’enquête en u8n temps record portant sur les allégations de ce même ministre.

Comme il est drôle ce GARS!

Jean Bottari

Il était une fois qui dit à tout le monde qu’il était prêt, les jours avant cette déclaration solonelle, il à renouer avec ces amis de la constructions, Il a été voir son mentor dans son palais de charlevoix, il prit soin de recruter des personnes maléables pour en faire des ministres et c’est assurer que ces copain italien étaient pour le suivres. Il avait même trouver un moyen de s’ajouter un coussin de 75 000.

Bref Il était prêt à nous …

C’est l’histoire d’un gars, comprends-tu? qui a volontairement glissé sur une peau de banane tellement glissante qu’il en a perdu la face et toute crédibilité!

Il veut aller chercher les 20 pour cent d’ adéquistes sous Legault. Sa blague est la même quand il a inauguré les bureaux de GOOGLE à Montréal, il l’a paufinée et reprise car AVEC Google, L’EFFET A ÉTÉ NUL.… Amadouer la droite nationaliste québécoise qui a déserté le bateau libéral, aussi bien le faire par la culture populaire québécoise; l’humour. C’est comme un code, c’est plus sérieux qu’on le croit car cette blague aurait été innofensive si quelques jours auparavant, les jeunes leaders étudiants auraient été assis avec la ministre de l’éducation. Seuls les mouvements anarchiques auraient été sur place et les autres. On aurait alors parler d’une seconde crise. Plus facile de mettre sur le dos des étudiants la violence des anarchistes et ainsi leur faire faire la job du traitement de choc si la situation dégénère. Charest ne s’attendait pas à autant de violence sûrement. De lâ le malaise , il s’est montré un peu ébranlé et son communiqué a l’air de caché une ironie encore mal dissimulée. Mais il a déjà dit qu’il aime les situations de crise, il est à son meilleur. Il joue avec le feu. Cette blague se transforme ainsi en preuve de sa ligne de conduite; ligne dure, un clin-d’oeil pour sa base et ces nationalistes de droite égarés. En France ils sont moins hypocrites, ils disent leurs intentions crûment et sérieusement. Comme Sarkozy qui doit aller chercher l’extrême droite demain. Mais pour ce dernier, c’est perdu, alors que Charest, il a l’avantage de la glace. Charest est déjà en campagne électorale. LE TRAITEMENT DE CHOC en Outaouais a été ardu et sans gêne, mais à Montréal , il a été aidé par les anarchistes infiltrés. La population a peur probablement, mais à quel point, les sondeurs sont à l’oeuvre dans le camp libéral auj sûrement.Il a court-circuité en même temps LEGAULT dans les nouvelles.La campagne électorale est commencée.

une fois c’tun gars qui a déclenché des élections au mois de décembre,avant qu’un déficit de 40 milliards ne soit révélé,alors le gars s’est dit:

il faudrait des élections avant que la commission sur la corruption ne prouve a tout le monde que je suis plus corrompu que maurice duplessis,ouais ça va être le 11 juin ,ça presse……
et mon oncle paul me l’a exigé,maintenant qu’il a mis la patte sur le pétrole d’anticosti….tout est parfait et il va me donner une très belle job chez power…..

Dans toutes les manifestations, il se trouve des casseurs.

Dans tout gouvernement, il se trouve des fossoyeurs.

Suicide politique de Charest ! Il a une job a 500k/an qui l’attend chez une cie miniere !

Un faux-jeton est aussi un faux humoriste, un faux administrateur, un faux représentant du Peuple.

On est vraiment mal pris dans l’étau »charest-harper », l’horrible conséquence du vol du référendum de 1995, la dictature coloniale Ouasp.

À la Liberté !!!

Les humoristes ont bien saisi l’état des lieux. Le message sous-jacent qui est renforcé de semaine en semaine par la réalité c’est exactement ça: nous sommes affublés d’un gouvernement corrompu.

C’est pourquoi la satyre ne choque que les partisans fermes de de Charest et du PLQ. Tous les autres savent que c’est vrai.

Le parti frère fédéral est fini pour des générations et la plupart des gens ont le sentiment que ce gouvernement est probablement l’un des plus corrompus que l’on ait eu.

Même plus encore que celui de Bourassa première mouture, qui en plus s’est révélé être tricheur et naufrageur par la suite.

Quelle est cette guigne qui nous colle après ? C’est celle des vaincuss qui ne le comprennent pas et qui ne prennent pas les moyens qu’il faut pour en finir.

Vous rappelez vous d’un grand de chez nous qui disait.. » qui sème le vent, récolte la tempête.. ».

Un gag de Line Beauchamp ce coup-là, publié dans Châtelaine en 2008: (Châtelaine) « Pourtant, rien ne semblait vous destiner au ministère de l’Environnement. Vous avez étudié en psychologie et passé quatre ans à la tête du ministère de la Culture et des Communications. (Beauchamp) C’est vrai, j’ai failli être psychothérapeute. J’ai aussi une formation en psychologie organisationnelle qui m’aide à cerner les dynamiques de groupe, à comprendre pourquoi une situation est dans une impasse et comment la dénouer. » (Rires???) (http://fr.chatelaine.com/article/2192-line-beauchamp)

Le chef PQiste était frustré mais: pouvez-vous prouver qu’il était saoul?
Et vous protégez le chef actuel en accusant un autre des quelques années écoulées.
On appelle ça : créer de la distraction.

QUAND LES HOMMES VIVRONT D’AMOUR… IL N’Y AURA PLUS DE MISÈRE… Pouvez-vous faire parvenir cette chanson de M.Raymond Lévesque à Monsieur Charest. Je crois qu’actuellement il écoute la chanson de RBO, BONJOUR LA POLICE… BONJOUR LA POLICE…

paul robert,
qui sont ces casseurs qui lancent des cocktails molotov?
Des outsiders ?Une très faible minorité d’un groupe de plus de 200,000?
Qui fait des farces plates devant des rires gras? Le chauffeur de taxi du coin ou un pur quidam???

Base d’un dialogue
La démocratie est aussi un long dialogue.

La négociation est nécessairement une confrontation. Le dialogue ne peut se faire sans climat serein. La menace de fier à bras ne favorise pas le dialogue. Dialoguer, c’est d’abord tenter de comprendre et d’exprimer en toute Transparence la situation, sortir de l’émotion et du conflit d’intérêt (Abnégation), penser à l’avenir (Continuité), chercher des solutions applicables (Équilibre) dans le respect de la justice et de l’Équité. Mais, il reste aussi un principe qu’il ne faut pas oublier, celui de l’Efficience. Dans une société économique, le politique doit tenir compte à la fois de l’efficacité et de l’économie des moyens.

Nous proposons une démarche de dialogue basée sur des valeurs applicables.

Bernard Brault
Institut de Saine Gestion
Organisme (OSBL) non subventionné

Face aux leaders du boycott étudiant actuels, il devrait être obligatoire, ou au moins encouragé, même pour un premier ministre, de faire un peu d’humour. Voici ce que le chroniqueur très connu Andrew Coyne (on peut le voir à The National une couple de fois par semaine) pensent des leaders du boycott étudiant (1):

“If you were trying to make an argument against higher education, you could not do a better job of it than the striking students of Quebec. A more self-serving, self-satisfied, self-dramatizing collection of idiots could not have been assembled in one place without prolonged exposure to Foucault and Lacan.”

Face à de tels “idiots”, il devrait être effectivement obligatoire, même pour un premier ministre, de faire un peu d’humour.

PS: pour une introduction à Jacques Lacan, lire “Impostures intellectuelles”, de Sokal et Bricmont.

http://fullcomment.nationalpost.com/2012/04/20/andrew-coyne-overhauling-how-students-pay-for-education/

(1) Heureusement, seule une minorité des étudiants québécois se reconnaissent dans de tels “leaders” et favorisent le boycott. Mais les journalistes nous parlent si peu de cette majorité qui, en plus, fréquentes les facultés et les départements les plus sérieux et exigeants. Comme si l’excellence, la discipline et l’ardeur au travail de ces étudiants majoritaires n’attiraient pas les gens formés en journalisme, en sociologie, en sciences politique et en philosophie!

Hier, on a joué à un jeu oû on doit faire deviner des mots. Au moment de faire découvrir « corruption », le nom de Jean Charest a été énoncé…hum, étrange… 😉

@ mephistau

J’ai revu cet extrait du premier film qui date de 1981. 30 ans déjà. Le discours n’a pas changé d’un iota, il est resté outrageusement le même. On croirait entendre le credo des libertariens. Merci pour ce rappel.

Les étudiants sont intelligents. Ils savent que le Québec a une grosse dette. C’est malsain. Leurs parents ont aussi des cartes de crédit bien remplis, mauvais cela aussi. Alors ils demandent l’université gratuite, ils n’auront pas de dettes. C’est bien pensé.

@Philippe lessard
« “Il faut mettre le Charest devant les boeufs …”
Pascal Pilote ». Excellent. Mais cette fois, il a mis les beus devant lui !

@David#29
Vous avez bien raison, j’ai vu un freluquet à mains nus s’en prendre (ou était-ce l’inverse?) à trois beus casqués qui n’avaient que leur bouclier et leur matraque pour se défendre. Par bonheur, un quatrième s’est présenté avec une bonbonne de poivre. J’ai pas vu la suite, mais on m’a rapporté qu’un des policiers avait subi un violent choc nerveux. Quand même dégueulasse …

Une fois, c’est un gars qui faisait le singe parce qu’il sentait la fin de son régime (de bananes).

@Paul Robert
« Une voiture transportant un bébé stoppé et vandalisé ». Qu’est-ce que vous voulez insinuer ? Si vous voulez mal faire paraître la gauche, va falloir être plus subtil. Parce qu’avec ça, il n’y a que les cons que vous allez sidérés.

@lagentefeminine
« Ben facile de dire aux autres de régler ça ». Ben, c’est parce que c’est les autres qui sont au pouvoir …

Une fois c’est un gars comprends-tu qui faisait un discours. Tout a coup ce grand improvisateur drôle a en mourir se met à rire des étudiants. Les personnes dans la salle se mettent a rire. Coudonc il est drôle, disent-ils. Le gars regarde par la fenêtre et apperçoit une fumée blanche. Il cesse de parler. Médusé il regarde la salle et dit:- Voilà! Enfin la fumée blanche. J’ai été réélu! Comme il est drôle ce gars. Cette fumée était évidemment celle dégagée par les bombes lacrimogènes lancées par les policiers. Mais le gars s’en contrefiche car il pense être »Pape » des québécois pour cinq longues années encore. Viva il Papa!

Jean Bottari

Bis

On ne montre pas à un vieux singe à faire des grimaces.

Non ! On lui montre la porte !

Une fois s’tun gars qui dit: « Tant qu’à avoir de la misère à devenir premier ministre du Canada, j’t’aussi ben de devenir premier ministre du Québec qui a de la misère. »

La CLASSE a fait quelque chose que Lisée refuse obstinément de faire: dénoncer la violence…

Cher David, je croyais pourtant que vous me lisiez attentivement.
Mon billet du 17 avril, Fracture générationnelle, commence par ces mots:
« Le sondage Léger/QMI de ce matin est clair: l’appui populaire à la cause des étudiants s’effrite. Et c’était avant le vandalisme de ce lundi, que tous les leaders étudiants devraient condamner sans la moindre nuance. »
jfl

@David#62
«La CLASSE a fait quelque chose que Lisée refuse obstinément de faire: dénoncer la violence…»

Vous vous méprenez. Lisée a fait un billet exprès là-dessus, il y a peine 2 jours et portant pour titre : « Monsieur le Premier ministre: Arrêtez les matraques ! » Billet que vous avez vous-même commenté. Alors, ne venez pas dire qu’il refuse obstinément de dénoncer la violence ! Allez, faites un effort … le bouchon va décoller.

Pour tous les commentaires écrits sur ce blogue qui condamne M. Lisée pour ne noter que le dérapage de M. Charest et de ne pas parler sur ce blogue de la violence dans les dernières manifs, je leurs réponds ceci :

Pour faire deux poids deux mesures, pourquoi ces commentaires ne mentionnent-ils pas du même coup les vrais enjeux de ces manifs?

M. Charest par son entêtement à ne pas vouloir négocier avec les étudiants et trouvant n’importe quel prétexte pour ne pas le faire, fait en sorte que ce conflit dégénère. C’est pourquoi l’on assiste actuellement à ce genre de dérapage.

c’t’une fois une province qui décide de faire un grand bond en arrière de 100 ans en réélisant majoritairement un clown comme premier sinistre et qui ,le lendemain ,affirme ne pas avoir voter pour ça,lol

Je voudrais citer le premier ministre dans son contexte, ce dernier dénonce la violence et l’intimidation dans une société démocratique telle que le Québec et bien il a parfaitement raison c’est effectivement inacceptable que l’intimidation de la mafia envers les citoyens et les commercants de cette société soit tolérée ainsi que la criminalité, le crime organisé, le traffic humain etc… oui c’est inacceptable dans une société et vous devriez M. Charest continuez à crier haut et fort dans tous les médias que cela est inacceptable et ne doit pas être toléré plus longtemps… Bravo pour vos propos si à point!!!!

Il y a des gens qui parlent un moment avant que d’avoir pensé.

La Bruyère (Jean de), Les Caractères, De la société et de la conversation.

Moins on parle, et bien souvent mieux l’on pense.

Sainte-Beuve (Charles Augustin), Correspondance, à la princesse Mathilde, 8 février 1865.

Si la CLASSE doit dénoncer la violence parce que des gens font du vandalisme (culpabilité par association), est-ce que tous les libertariens doivent s’excuser à chaque fois que l’un d’eux diffame, utilise des stats hors-contexte ou fait des attaques personnelles?
Je dis ça de même…

@ Jean-François Trottier

C’est sur que les libertariens s’amusent à lancer des blocs de béton du haut d’un viaduc sur les voiture qui passe plus bas…

Milles mercis de propager mon vidéo 😀 !! C’est un très grand honneur !!!

Je vous l’avoue en exclusivité, j’étudie en humour! Donc vous m’encourager à continuer avec l’humour politique ! Merci encore ! Je vais garder cette page de blogue en souvenir 🙂 !

Et toute petite rétification, je l’ai « posté » le jour même, j’étais tellement faché que je devais faire de quoi.

Claudy-Marc Moreau Duvivier

@ Joanne Lavigne sur son commentaire no 68

Qu’est-ce que la mafia vient faire ici dans votre prétendue tentative de placer les propos loufoque de M. Charest dans son contexte.

S’il y a eu de la violence autour des manifs des étudiants, M. Charest n’a qu’à s’en prendre à lui-même, car c’est lui par son laissé faire et entêtement qui a conduit au dérapage que l’on a connu.

J’ose espérer que le gvt a compris et fera preuve d’ouverture pour les négociations qui vont enfin s’amorcer.

Je crois que l’humour est une chose trop sérieuse pour être confiée et/ou utilisée par des rigolos 🙂