Jean Charest en direct de l’Élysée

Après être demeuré discret depuis sa défaite électorale du 4 septembre dernier, les nouvelles de l’ex-premier ministre Jean Charest se multiplient…

Ce lundi, pendant que le ministre des Affaires intergouvernementales se faisait questionner durement par les partis d’opposition, entre autres choses, sur le voyage controversé de la première ministre Marois en Écosse,  Jean Charest, lui, était reçu à l’Élysée par le Président François Hollande.

Détendu et visiblement «heureux» – comme il le soulignait lui-même la semaine dernière au Journal de Montréal – on aurait presque dit que M. Charest était encore premier ministre…

Photo: site de la Présidence de la République

Alors que la semaine dernière, en Écosse, le premier ministre Alex Salmond n’avait pas même daigné tenir un point de presse conjoint avec Mme Marois et que le site web de son gouvernement ne semble présenter aucune photo de sa rencontre privée avec celle-ci, Jean Charest, lui, a droit à une mention importante et à trois belles photos officielles sur le site web de la Présidence de la République.

On connaissait déjà amplement l’amitié qui unissait Jean Charest à l’ex-Président Nicolas Sarkozy, chef de l’UMP et un ardent défenseur de l’unité canadienne. En  2009, ce dernier avait même décerné à M. Charest le grade de Commandeur de la Légion d’honneur.

Et d’être reçu aujourd’hui à l’Élysée par le Président Hollande, du Parti socialiste, alors qu‘il n’est plus premier ministre, est exceptionnel et ne passera sûrement pas inaperçu. Du moins, au Québec… et qui sait, peut-être même au Canada anglais…

Photo: site de la Présidence de la République

Quoique, dans ce cas-ci, Pauline Marois l’aura précédé à l’Élysée dès après sa prise du pouvoir l’automne dernier, alors qu’elle y était reçue par le Président Hollande avec tous les égards, et plus encore.

Cela étant, on dirait bien que Jean Charest, sans vouloir jouer à la «belle-mère», comme il le disait si bien lui-même récemment, n’a de toute évidence aucune intention pour autant de se contenter de faire du 9 à 5 dans son bureau de McCarthy Tétrault.

En cela, il suit déjà les traces de son mentor politique, Brian Mulroney…

Laisser un commentaire

M. Hollande sait vivre, il reçoit correctement, pas comme le butor, M. Salmond d’Écosse qui est enligné directement pour perdre son référendum de l’automne de 2014 pour séparer l’Écosse du Royaume-Uni.

Il a peut-être des visés, tout comme Brian Mulroney, pour faire partie de des Conseils d’Administration. On dit que c’est payant et pas grand chose à faire, d’après les rumeurs, sinon quelques représentations annuelles ici et là. Je voulais voir comment on se sent, quand on joue à la «belle-mère».

Bonjour,

En voyant une telle luxure sur la photo coiffant ce billet, cela ne peut qu’attirer du dégoût face à cette classe de comédiens que sont les politiciens qui jouent du Grand Théâtre eux Autres. Tout en pensant à ces pauvres travailleurs français qui présentement s’échinent pour gagner « leurs sous » à ces resquilleurs de première.

En conclusion, ce faste et cette luxure me puent au nez autant que toutes les grandes comédies jouées par ces comédiens de politiciens « avec la main sur le coeur ». Une journée qui débute très mal avec une telle image… Bien à vous, John Bull.

M. Charest n’a peut-être plus les deux mains sur le volant, mais il est encore en selle.

Très révélateur cette photo. Il continue avec sa mission. Moins visible mais toujours efficace. M. Desmarais a de quoi se réjouir. Il avait misé sur le bon cheval.

Charest sait faire. 🙁

Soyons beau joueur. Voici que le Président de la République reçoit un Québécois, ex-premier ministre du Québec. N’est-ce pas un élément de plus du message au Canada et au monde : le Québec compte pour la France.

Sans doute que quelques esprits tordus et aux prises avec les affres de leurs habituelles idées fixes trouveront encore le moyen de profiter de l’occasion pour jeter tout leur fiel anti-souverainiste. Il n’y aura là rien de bien nouveau.

Moi j’affirme que plus il y a de Québécois ou de Québécoises reçus à l’Élysée, le mieux ce sera pour le Québec.

Et Vive le Québec ! Et Vive la France !

«Il ne faut pas juger un homme sur ses fréquentations. Ne perdons pas de vue que Judas avait des amis irréprochables.»

«Ernest HEMINGWAY»

À noter que Lucien Bouchard a aussi été honoré du grade de Commandeur de la Légion d’Honneur, le troisième meilleur grade des récompenses les plus honorifiques de la République Française, en Octobre 2002. Contrairement à monsieur Charest, il n’avait pas été décoré par le Président de la République en personne (qui était alors Jacques Chirac) mais par son Premier ministre Jean-Pierre Raffarin qui est un ami du Québec de très longue date.

On mentionnera pour la « petite histoire » que le président Hollande recevait le même jour que monsieur Charest le vice-président des États-Unis Joe (Joseph) Biden dans le cadre d’un déjeuner officiel (ici c’est l’heure du « lunch » ou du dîner), ce qui établit néanmoins que malgré les honneurs , qu’il existe encore une sorte de hiérarchie.

Avant son élection à la présidence, monsieur Hollande avait bien précisé que les relations d’amitié avec le Québec seraient restaurées contrairement à la ligne de l’ex-président Sarkozy plus pancanadienne. D’ailleurs, tous les membres de l’UMP (le parti de l’ex-président) se sont ralliés à cette approche plus pragmatique. En ce sens, en recevant monsieur Charest, le président Hollande fait honneur à ses engagements.

Pour en revenir au récent voyage en Grande-Bretagne de madame Marois, hormis le fait que le site web du Premier ministre d’Écosse Alex Salmond ne fait mention d’absolument rien ce que je trouve déplorable, pas même un simple fil de presse, on notera que le Premier ministre David Cameron n’a pas non plus reçu madame Marois. Ce qui montre bien que le Québec a encore beaucoup de travail à faire sur la scène internationale pour être perçu par le monde comme une nation.

Les dernières années de Jean Charest au pouvoir nous ont bien démontré qu’il avait su se forger un vaste réseau de contacts dans toutes sortes de sphères, mais à ce point…

Faisait-il de la prospection pour son nouveau cabinet d’avocats?

Il fait bon voir Monsieur Charest en pleine forme avec le président François Hollande.

Peut-être avons-nous jugé cet homme trop rapidement car il semble bien à sa place à l’Elysée.

Il a été accusé de tous les maux et n’a perdu ses élections que par moins de 1%, pour un homme fini, c’est quand même pas mal…………

@ John Bull

Bien sûr mon cher John en voyant que vous venez de vous prendre les pieds dans votre ramage je ne puis que vous rappeler qu’en français la luxure a un sens tout à fait différent de la luxuriance qui selon le Petit Robert, que j’ai sous les yeux, propose comme synonyme : abondant, surabondant. Tandis que la « luxure » est plutôt rapprochée à: impureté, lasciveté, lubricité.

Le décore dont vous faites état appartient à l’État français, autrement dit aux citoyens qui tiennent eux à démontrer aux visiteurs du monde entier que les Français sont fiers et que les décors luxuriants de l’Élysée sont à la hauteur de l’image et de l’opinion qu’ils se font de la France. Bien sûr …

«Si tu te fais ver de terre, ne te surprend pas si l’on t’écrase d’un pied»
[Emmanuel Kant]

Mais vous mon cher John, malgré votre prose grandiloquente, mais quelque peu archaïque, vous semblez être pour un petit pain.

Un ancien premier ministre du Québec a vu son invitation accepté par un président français socialiste conformiste poli où bien nous entrons dans la théorie du complot. S’il y a lieu il faut d’autres éléments. Ce qui est certain c’est qu’il est possible que la
négociation Europe-Canada -Libre échange ait été un thème traité.

Toute puissance de l’économie politique en réutilisant cette expression rétro.

Quant au conformisme de F.Hollande, le pire comme le meilleur peut en sortir comme aussi l’ordinaire ennuyeux. Loin d’un De Gaulle réformateur patriote ou autrement d’un Fidel Castro, jeune révolutionnaire ou d’un René Lévesque souverainiste en Amérique plutôt qu’en Afrique. Hollande doit nous surprendre mieux qu’en recevant d’anciens dirigeants au pouvoir.

Jean Charest est allé présenter les hommages de Paul Desmarais au président de la France tout en niaisant Pauline. Il revenait d’un voyage pour intérêt personnel au Inde, déguisé en invitation.

Bonsoir,

Bien sûr, il y a toujours chez certains la maudite jalousie qui finit toujours par les pogner « les culottes à terre avec les fesses nues tête ». Et dans mon commentaire, je traitais bien de la luxure et c’est bien ce que je disais au sujet des pauvres français qui « s’échinent » comme travailleurs pour gagner « les sous » de la racaille politicienne avec un couperet sous la gorge et une épée de Damoclès pendue au dessus des têtes. Avec un taux effarant de chômage dans l’Hexagone.

Et tant qu’au français, soit la langue celle là, il ne faut pas la profaner même par « jalousie en ayant la langue dans le vinaigre ». Tout comme le « DÉCORE dont vous faites état ». Please write décor ! Voilà c’est mieux…..

En conclusion, quoi de mieux qu’une citation de John Bull pour fermer la parenthèse soit :

Par amour pour la langue française et par respect pour l’auteur de la citation et de sa notoriété, nous ne devons jamais traîner une citation dans la boue en la profanant « par un texte sans substance et pas du tout à la hauteur » de cette citation. Surtout en essayant de faire le chien savant en compensant avec une citation d’un auteur connu pour essayer de « corser un texte sans substance et plein de fautes de français. ( John Bull ).

Et merci à toute la gang des commentateurs sur ce blogue pour l’ouverture d’esprit avec ce blogue qui risque de devenir le nec ULTRA en mettant l’épaule à la roue et non pas comme des politiciens chiants « avec un « lac à l’épaule ma chère »……. Avec plaisir, John Bull.

Bonjour,

Bien sûr que rien ne me retrousse plus qu’un commentaire mal fignolé avec une tournure de phrase alambiquée et souffrant de très près du « pléonasme des plus vicieux ». Dans mon commentaire No 14 en réplique au Commentaire No 11, la rectification se devait d’être faite sur le champ en l’honneur de cette langue belle, celle de Marianne et de Molière.

En corrigeant cette approximation du commentaire No 11 soit : » Le décore dont vous faites état appartient à l’État français » …… Primo décor. Ensuite quelle ignominie de phrase qui devrait être plus française soit : Le décorum ou le décor que vous mentionnez appartient à l’État Français. Sacrebleu, bien évidemment !

Ensuite, tout en revenant sur le fond du billet, nous sommes à peu de choses près en face de contradictions du nouveau président Monsieur François Hollande. Car ce Président du Parti Socialiste Français, cet héritier de Feu Jean Jaurès ne semble pas tout à fait à l’aise en ayant chaussé les souliers de Monsieur Nicolas Sarkosy l’ultra Conservateur. En ramenant la position du NI-NI, cette position de la droite française envers le Québec d’avant le septennat ou le quinquennat précédent.

Finalement, avec ce ni-ni que ne veut rien dire de plus que « Ni pour l’Un, ni pour l’Autre » dans ce langage codifié, dans cette belle langue de bois si ce n’est que « celle de coton » si chère à la diplomatie dans ce Real Politik…. Bien à vous, John Bull.

Quel chronique mal foutu sur une visite privée de l’ancien premier ministre Charest à l’Élysée. Nous savons tous votre préférence pour le PQ mais svp lorsque vous avez la chance d’écrire un article pouvez vous avoir l’intelligence de savoir partager la justification de cette visite. M. Charest a dirigé le Québec pendant 9 ans une entente doit être signé avec l’Europe et il est tout à fait normal que le président de la France est l’autre côté de la médaille de ce qui se passe au Québec et que ce dernier a été impliqué directement dans les négociations de ce traiter d’échanges avec le Canada et l’Europe. Avez-vous oublier que votre gouvernement PQ est minoritaire et que les français le savent que d’ici quelques mois Madame Marois pourrait ne plus être la PM compte tenu de sa façon de diriger le Québec (avance – recule)! Soyez honnête Madame M. Charest a une excellente réputation sur la scène international que cela ne vous plaise pas c’est votre droit mais d’essayer de diminuer l’importance de cette rencontre c’est très mal connaître le protocole français.

Cette nouvelle ne m’étonne absolument pas.

D’une part, plusieurs présidents de la République ont, au cours de l’histoire récente de la France, considéré les premiers ministres du Québec comme des chefs d’État à part entière, et ce, quel que soit la situation du Québec.

D’autre part, tout au long de ses années en politique, tant à Ottawa qu’à Québec, Jean Charest aura beaucoup voyagé. Quoi qu’on dise et quoi qu’on pense de ses idées politiques, ce dernier n’a jamais fait à l’étranger de déclarations idiotes nous plongeant dans l’embarras (on ne saurait en dire autant de Jean Chrétien, que voulez-vous). Il en aura donc sans profité pour se créer un impressionnant réseau, lequel aujourd’hui porte ses fruits.

@voyageur3

Franchement exagéré et tendancieux comme commentaire. À ce que je sache, M, Charest ne représente pas le Québec dans les négociations avec l’Europe au sujet du libre échange, c’est plutôt Pierre Marc Johnson.

Je trouve assez étrange moi aussi que M.Hollande recoive de manière aussi officiele M.Charest. M.Charest représente qui au juste? Agit-il déjà en représentation pour des clients de McCarty Tétreault? De quels sujets au juste ont-ils discouté?

Dans le contexte politique actuel du Québec et suite à la défaite du 4 septembre dernier de l’ex-pm John James, son entretien « privé » de 30 minutes avec François Hollande est plutôt inusité. Quelle en était la raison ? Lequel des deux l’a initié ? Si on ne voulait pas rendre publique cette visite alors pourquoi en publier une photo ?
Mystère et boule de gomme !!!

Pour ceux qui ont lu le commentaire # 16

« Pléonasme », voici ce qu’en dit le Petit Larousse en ligne:

«Répétition dans un même énoncé de mots ayant le même sens, soit par maladresse (par exemple descendre en bas), SOIT DANS UNE INTENTION STYLISTIQUE (par exemple Je l’ai vu, dis-je, vu, de mes propres yeux, vu [Molière]).» [Les majuscules sont de moi pour souligner.]

S’il y a pléonasme tel que le prétend l’auteur du commentaire # 16 ce ne serait évidemment que dans «UNE INTENTION STYLISTIQUE» bien entendu. 😉 Encore une fois c’est ce que j’appelle s’enfarger dans son ramage.

Mais je concède que le mot « décore » était évidemment une faute. Mais l’univers biblique nous a bien avertis, il est plus facile de «voir la paille dans l’œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien.»

Quand au reste du commentaire # 16, son auteur ne fait qu’énoncer dans son habituel style alambiqué des évidences si grosses qu’on n’a pas besoin de se piquer de lire Le Monde Diplomatique pour en être averti.

«Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi.»
[Éric-Emmanuel Schmitt; Le sumo qui ne pouvait pas grossir]

Jamais Jean Charest n’a été traité à l’internationale avec autant de hauteur et de mépris que Pauline Marois ne l’a été par l’Écosse. JAMAIS!

J’ai franchement eu honte d’être un Québécois et j’en veux à Madame Marois et à son Ministre des Affaires Internationales, J.-F. Lisée d’avoir si mal préparé une rencontre de première importance et d’avoir massacré pour longtemps nos relations internationales avec ce pays pourtant si proche du nôtre et qui nous a fourni plusieurs de nos ancêtres.

Que croyaient-ils? Que l’Écosse allait s’associer ouvertement avec des loosers qui attaquent tout ce qui parle anglais au Québec? Qu’ils allaient leur donner des conseils sur la façon de régair à un lamentable échec référendaire (deux dans le cas du P.Q.)?

Non mais quels apprentis-sorciers ces deux-là.

Avis aux péquistes: SVP ne la laissez plus sortir seule. Une fois aura grandement suffi.

Bonjour,

Quel était le but visé par l’Hexagone de « rendre public une telle rencontre au sommet » ? N’étant pas du tout un nationaliste québécois, je préfère de loin Notre Dame de Béton soit « l’original » qu’à Monsieur Jean Charest « le succédané » qui depuis 1998 joua tellement la carte nationaliste au Québec que pendant bien des semaines, celui ci semblait plus péquiste que les péquistes. Sûrement sous les conseils de Monsieur John Parizella, le faiseur d’image qui fabriqua une réplique soit Monsieur Jean Boubou Charest, celui qui pouvait fort bien s’accommoder d’être « assis» entre deux chaises au Québec.

En conclusion, serait ce que l’expertise de Maître Jean Charest est sollicité afin de faire du lobbying, en faisant du « damage control » concernant les impondérables à venir sur cette ouverture les portes grandes ouvertes à cette Europe de Maastricht ? Car de fortes inquiétudes surgissent partout au Québec présentement soit que ce Libre Échange amènerait des pans entiers de l’économie québécoise dans la dèche, dans une mouise invraisemblable….. Au plaisir, John Bull.

@ jack2 (# 15):

« Charest a été reçu parce que son gendre est français… » (sic)

Moi aussi j’ai un gendre Français…

J’peux donc me pointer là-bas et être assuré d’être reçu en grande pompe par Hollande?

Aussi simple que ça la diplomatie?

Eh ben…

Moi ce qui me fais rire, c’est que Monsieur capitaine Canada, qui defend bec et ongle l’unité Canadienne, et le fait que le Québec n’est qu’une province parmis les autre, est recut comme un chef d’état par les Francais… toute une contradiction de ses convictions qui se refuse a voir le Québec comme une nation. Ont pourrait lui demander ce qu’il fais la bas justement, vue qu’il n’a été que le PM d’une province. A moin qu’il accept finalemtn le fait que le Québec devrait être un pay. 😉 Mais ont sais tous ce qu’il fais la dans le fond, Charest est l’envoyé de Desmarais en quelque sorte. Le pire c’est les critique du PLQ a chaque fois que le PQ va voir a l’étranger d’autre chef d’étatr, comme si seulement eux ont le droit de le faire, qu’elle malhonnêteté de leur part comme d’habitude.

@ François 1 # 22

Encore une fois, vous êtes aux prises avec vos idées fixes en écrivant : «des loosers qui attaquent tout ce qui parle anglais au Québec […]».

Franchement je ne sais pas de qui vous parlez. Il existe bien ici et là au Québec quelques têtes brûlées qui correspondraient à votre pensée. Je vous fait remarquer qu’il doit aussi exister quelques têtes brûlées qui sont prêts à assassiner leurs filles pour sauver l’honneur de la famille ou qui suivraient Raël jusqu’au bout du monde.

Évidemment pour vous la seule façon de faire des relations internationales c’est sous le joug du fédéral. Sans doute pensez-vous ainsi pour ne pas nuire à votre vie parasitaire et continuer à profiter de ce que vous croyez être des largesses fédérales.

Belle mentalité de colonisé!

«Pour que le colonisateur soit complètement le maître, il ne suffit pas qu’il le soit objectivement, il faut encore qu’il croie à sa légitimité. Et pour que cette légitimité soit entière, il ne suffit pas que le colonisé soit objectivement esclave, il est nécessaire qu’il s’accepte comme tel. En somme le colonisateur doit être reconnu par le colonisé.»
[Albert Memmi]

@ Denis Drouin (# 22):

Belle tentative de diversion…

En tant que fier Canadien et Québécois, j’ai le droit de m’attendre de me faire représenter à l’internationale par quelqu’un de valable et de compétent et qui parle une langue compréhensible pour les interlocuteurs des pays visités ou, à tout le moins, d’avoir un interprète pour éviter les gaffes, or, il appert clairement à mes yeux qu’après la visite catastrophique de Pauline Marois en Écosse, visite préparée « avec soin » par son Ministre des affaires internationales J.-F. Lisée, que nous sommes, et de loin, mieux représentés par le « joug » Canadien que par cette triple buse qui a réussi l’exploit de nous aliéner l’un des rares pays qui nous ressemble à plusieurs points de vue.

Pour ce qui est de l’Anglais au Québec, presque tout ce qui bouge au Parti de Madame Marois veut explicitement réduire au minimum l’utilisation de cette langue au Québec. TOUT!

D’ailleurs, le peu de respect démontré envers cette langue par notre Première ministtre qui la baragouine comme un enfant de deuxième année du primaire en dit long. Ça fait 20 ans qu’elle veut devenir Première moinistre et elle n’a jamais trouvé le temps d’apprendre la langue la plus utilisée dans le monde? Ça en dit long sur son sens civique. René Lévesque, Jacques Parizeau et autres parlaient l’Anglais couramment, EUX!

Ce n’est absolument pas vrai que tout le monde du PQ veulent limité l’usage de l’anglais… Ou est ce que vous etes allez chercher sa Francois?? vous etes le fruit de la propagande anti-péquistes sa en est même pas drole. Ils disaient exactement la meme affaire de Levesques , Parizeau et tout le conseille de ministres de Levesque dans le temp… ils les traitent de : Xénophone, Anglophobe, reclu sur eux meme etc etc… meme affaire a l’époque.. malgré qua cette époque ils parlaient TOUS très bien anglais, la pluspart avaient des diplome universitaires internationnal fait a l’étranger, comme Parizeau avec ses diplome de Harvard… l’antithese de ce que ont essayaient de les accusé a l’époque…. comme c’est bizarre… ils démonises le mouvement souverainiste pour les discréditer. Le pire ces que sa marche, vous en etes la preuve. Bien que ce nest pas fort du côté de Madamme Marois, elle fais des effort , et ce nest pas parcequ’elle a de la difficulté que elle ne veux pas que personne parle anglais.. en plus vous dites tous ne veulent reduire l’usage de l’anglais.. vraiment??!! Lisé parle tres bien anglais, comme beaucoup d’autre. Les objectif du PQ est de protégé notre peuple tout simplement. Sans eux du temp de levesque le Quebec serait deja pas mal plus anglisisé… vous embarquer dans le jeux des federaliste qui veulent juste les discrédité.. protégé notre langue et culture na rien avoir avec l’abolition de l’anglais au Québec, cest une grosse connerie.

@ Stephane Tremblay (# 29):

« Renforcir » et « resserrer » la loi 101, Charte de la langue française renforcée, ça vous dit quelque chose?

C’est à peu près les seules et uniques phrases que l’on entend de la part des péquistes lorsq’ils prononcent les mots « langue anglaise » au Québec. Or, renforcir la loi 101 = RÉDUIRE l’utilisation de l’Anglais. Rien d’autre. Ils utilisent la peur de l’Anglais comme outil de propagande et se pensent rassembleurs avec cette idéologie jurassique.

On n’entend jamais ces mêmes péquistes parler de l’amélioration de la qualité de la langue française parlée ou écrite. JAMAIS! Juste des gros méchants Anglais.

Au P.Q. sectaire,on veut faire cesser les « écoles passerelles » vers l’Anglais qui touchent une poignée de Québécois, on veut empêcher un étudiant qui a fait ses études en Français d’aller à l’université anglaise, on veut réduire l’apprentissage de l’Anglais au primaire, on harcèle sans scupule les quelques commerces montréalais (la plupart petits et totalement inoffensifs!) qui osent répondre en Anglais à leur clientèle qui est composée…d’anglophones, et vous venez me dire que JE démonise le Parti québécois???

Le Parti québécois a choisi lui-même de se discréditer face aux pays anglophones et la dernière visite catastrophique de votre Pauline en Écosse en est une pétante preuve.

Ses « efforts » pour parler l’Anglais auraient dû être entrepris il y a 20 ans, lorsqu’elle a démontré un l’intérêt substantiel à la chefferie du parti et ainsi pour le job de Premier ministre.

Cette femme manque de conviction, elle est l’antithèse de toute forme de planification et de toute rationalisation et ne carbure qu’au « feeling ». Elle adopte l’opinion de la dernière personne à lui avoir parlé. Ça va comme députée d’arrière banc mais comme Premier ministtre, c’est un cataclysme ambulant.

François Hollande, qui n’avait aucun lien avec Jean Charest alors qu’il était premier ministre, si je ne me trompe, a reçu là un désormais lobbyiste de haut vol qui travaille en faveur de l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (AÉCG). C’est inacceptable et ils auraient dû se garder au moins une petite gêne alors que la société civile et des élus réclament depuis des mois la transparence et un vrai débat démocratique sur ces négociations dont les enjeux sont majeurs pour les populations.

re François 1

Si le gouverneur d’un État américain, disons l’Arizona ou l’Ohio par exemple se rendait à Québec ou à Paris, lui reprocherait-on son incapacité à s’exprimer en français ? Si étant quelque peu familier avec le français, par politesse envers ses hôtes, il tenait à s’y entretenir en français, tous admireraient sa volonté d’utiliser cette langue malgré les difficultés et les embuches qu’elle recèle pour un néophyte.

Alors quelle mentalité de colonisé ne faut il avoir pour décrier le fait que Mme Marois n’a pas parlé « fluently » la langue des maîtres !

Quand les parasites fédéralistes du Québec cesseront-ils de ridiculiser ceux et celles qui ont au moins le mérite de vouloir se lever debout et non pas de s’écraser devant une structure politique mise en place pour les maintenir dans l’état de parasitisme qui plaisent tant à certains ?

Sans doute jamais car il est tellement plus facile de se faire dire quoi faire par le maître que de prendre son propre destin en main.

Les fédéralistes québécois comme François 1 ne sont ni plus ni moins que des « tanguy » trop peureux et trop profiteurs pour oser se prendre un appartement où ils devront cesser de vivre aux dépends du ROC, comme des parasites.

«La lâcheté tend à projeter sur les autres la responsabilité qu’on refuse.» [Julio Cortazar]