Jean Charest: En route vers un 4e mandat!

Jean Charest est un homme combatif, cela ne fait aucun doute et c’est une grande qualité. Il nous annonce avoir « du ressort » – on le croit – et se préparer pour affronter à nouveau ses adversaires lors d’une prochaine élection.

Que le capitaine Charest ait l’énergie qu’il faut pour se rendre jusque-là, c’est plausible. Mais le véhicule du Parti libéral du Québec, sa marque de commerce, ne sont-ils pas trop endommagés pour tenir jusque là ? On peut légitimement se poser la question en constatant l’ampleur des dommages causés au bolide par ce que M. Charest appelle « l’annus horribilus » 2010…

Remarquez, tout l'avant du véhicule est encore intact! Il ne faut pas exagérer, comme le font trop souvent les médias et l'opposition!
Remarquez, tout l'avant du véhicule est encore intact! Il ne faut pas exagérer, comme le font trop souvent les médias et l'opposition!
Laisser un commentaire

Je suis un libéral et je pense que Jean Charest a toute ses chances pour la prochaine élection si Pauline Marois reste la chef du PQ d’ici là !

Gilles Duceppe est, selon moi, la plus grande menace pour le PLQ !

Un jeune militant du plq, William Weinberg !

Je ne crois pas que Jean Charest se rende même jusque là!Il n’aura pas le temps, car on (les hautes instances du Parti Libéral) va lui faire comprendre qu’il est préférable pour le bien de tous et surtout pour celui du Parti qu’il trouve une bonne raison de retraiter.
Mais, comme les Québécois on la mémoire longue, du moins je le souhaite ardemment, c’est déjà trop tard pour le Parti Libéral. Il va prendre une dégringolade historique, encore pire que celle sous Bourassa en 1976. Dommage que, juste sur un entêtement pour avoir raison, Charest rende la politique partisane si malsaine. Mais comme je dis souvent tout finit par se payer,surtout l’arrogance.

M. Lisée,
Vous connaissez comme moi la mémoire des électeurs … M. Charest fera quelques bons coups à la veille de déclencher les prochaines élections … les gens auront oublié l’année 2010 et penserons que Charest est tellement bon pour le bon peuple Québécois … je ne peux pas croire que les gens l’éliront pour un autre mandat, ça se peut pas …
Mais si M. Charest a un peu de bon sens, il quittera avant la fin de son mandat … lorsque les sondages recommenceront à être un peu plus positifs envers lui, il pourra ainsi faire place à la relève.
Ma suggestion: comme aux USA, pas plus de 2 mandats …

La seule chose qui fera quitter le Premier ministre John James Charest de son nom de naissance est une bonne opportunité à Ottawa.
Si une telle situation arrivait son remplaçant se rendrait jusqu’au bout du mandat du gouvernement les ti cadeaux de corruption l’obligeant.

L’histoire du 4e mandat n’est à mon avis (comme je l’ai dit sur d’autres forums) qu’une simple manoeuvre de « marketing » pour éviter d’apparaître comme ce que nos voisins du sud appellent un « canard boiteux » (un président dans ses deux dernières années de son deuxième (et donc dernier) mandat). Ce qui diminuerait le poids de ses décisions, mais surtout qui tirerait le signal des magouilles dans son dos autour d’éventuels successeurs.

Je n’ai même pas regardé l’émission hier.
Découragé d’avance par la faiblesse des questions et l’absence de suite de l’animateur (J’aimerais donc voir un Benoît Dutrizac griller Monsieur Charest … mais je rêve!)
Et par ce que je savais d’avance ce que Monsieur Charest allait répondre!
Surtout dégouté par ce que ce triste simulacre de premier ministre représente, c.-à-d. ce qu’il y a de plus vil en politique : l’affairisme, l’opportunisme, le refus d’assumer (« C’est la faute au PQ » … même après 8 ans au pouvoir! Calv…) …
Surtout dégouté par l’innommable indécence de ces politicailleux libéraux, parfaitement illustrée par le ministre Fournier la semaine dernière qui déclarait, sans rougir, que les propos tenus par Yves Michaud il y a 10 ans étaient tout aussi inacceptables aujourd’hui. Faut le faire!
Mentez! Mentez! …
Malheureusement, tout comme Diane Ialongo je crains que le bon électeur moyen ait tout oublié dans 3 ans et, qu’après avoir reçu quelques bonbons, Monsieur Charest, ou son/sa successeur soit réélu!
Pour vous en convaincre, aller seulement voir cette caricature de Chapleau publiée dans la Presse du 31 mars 2005.

Une grosse baloune qui explose, dans un spectaculaire feu d’artifices, Wow!…

N’ayant plus nul part où aller, il s’incrustera, parasitaire comme ses semblables, jusqu’à ce que nous lui indiquions la sortie!

Comme dans Kamouraska-Témiscouata où ils ont vu fondre une avance de presque six-milles voix, obtenue lors du précédent scrutin.

Nul n’est à l’abri de la justice populaire!

Par chez nous, on appelle ça « se faire virer ».

Assez c’est assez!

Les Américains ont bien réélu George W. Bush. Il y a sûrement près de 40% de la population aux É.-U. qui ne semble pas comprendre encore le coût de l’hypothèque qui leur a laissée.

Notre George W. à nous, se prénomme John J. Je suis certain qu’il y a au Québec au moins 20% des électeurs encore prêts à voter pour lui, peu importe les coûts. C’est suffisant pour craindre le pire.

Je dirais que M. Charest a un peu plus d’un an pour trouver le parachute de ses rêves. Autrement, il n’aura d’autre choix que de se représenter.

Salutations cordiales

Afin de permettre au « Grand Timonier » du Hindenburg libéral de bien débuter l’année 2011, je suggère de commencer la nouvelle année en lui demandant de diffuser publiquement les
11,592 pages encore non-publiées du rapport (mai 2007) de la Commission d’enquête du Juge Grenier sur Option Canada.

Ces 11,592 pages non-publiques de témoignages sont – étrangement – encore frappées par une ordonnance de non-diffusion, de non-communication et de non-publication, à perpétuité! Elles contiennent pourtant les transcriptions des « aveux » de plus de 90 témoins entendus, dont de nombreux ex-fonctionnaires fédéraux et ceux du premier ministre John James Charest lui-même, lequel était en 1995 Vice-président du Camp du Non… Pourquoi une telle censure? Comment peut-on justifier cette décision de la part d’une commission d’enquête québécoise payée par les deniers publiques des payeurs de taxes québécois et portant sur un exercice référendaire collectif (1995) d’une grande importance?

Certaines « méchantes » langues suggèrent que la substance des informations contenues dans la partie censurée du rapport Grenier pourrait en contredire les conclusions publiques timorées (un petit 100 pages « stérilisées »)…concoctées par un ex-juge libéral nommé par un gouvernement libéral dans le but spécifique de désamorcer la « bombe politique » que constituait les documents secrets sur Option-Canada qu’un informateur anonyme avait fournis inopinément un beau jour de décembre 2005 à Normand Lester et à Robin Philpot…

La consultation de ces 11,592 pages de témoignages censurés pourrait sans doute constituer un bon départ pour un exercice futur visant à faire TOUTE la lumière sur les dessous du référendum de 1995 et préparer la suite des choses.

Il va sans dire que 78% des québécois ne verseraient pas beaucoup de larmes si la seconde partie du Hinderburg libéral se « désintégrait » en 2011 à la suite de nouvelles révélations mettant en lumière le régime de mensonges institutionnalisés mis en place par John James Charest…

RZ

P.S: Pour les amateurs d’histoire, on se souviendra que Robin Philpot publiait en 2005 « Le Référendum Volé » et en début 2006 avec Normand Lester, « Les Secrets d’Option Canada » dans lequel, en conclusion, ils réclamaient une commission d’enquête publique québécoise de la part du Directeur général des élections sur les agissements du camp du Non lors du référendum de 1995.

Le 13 janvier 2006, le Directeur général des élections du Québec (Marcel Blanchet) réagissait rapidement à la « bombe politique » que constituait ce livre en annonçant une commission d’enquête sur Option Canada et nommait Bernard Grenier, juge à la retraite de la Cour supérieure du Québec, à titre de commissaire responsable d’examiner les documents fournis par Lester et Philpot. Il est intéressant à cet égard de noter que les juges de la Cour supérieure sont nommés par le gouvernement fédéral (conformément à un processus des plus obscur) et que Bernard Grenier fut « conseiller spécial » des ministres fédéraux de la justice Martin Cauchon et Irwin Cotler en 2003…

Le 29 mai 2007, le Commissaire Grenier déposa publiquement un maigre rapport d’une centaine de pages qui atténuait considérablement la portée des gestes posés par le Camp du Non lors du référendum de 1995. À la lumière de la partie visible du rapport du Commissaire Grenier, John James Charest (il faut bien l’appeler par son vrai nom) concluait immédiatement à un «pétard mouillé » en parlant des révélations de Lester et Philpot. Peu de personnes savaient alors que 11,592 pages du rapport Grenier avaient été commodément censurées par le « bon » juge et que celles-ci contenaient le témoignage compromettant de nul autre que du Capitaine Canada!

@ William :
décembre 6, 2010 à 15:41
« Je suis un libéral et je pense que Jean Charest a toute ses chances… »

En voilà un autre qui est fier que le gouvernement de son parti ait donné les gaz de chistes aux étrangers.

Et qu’on va ti être riche « talleur » en tab…

À moins de truquer les futures élections, J.J.Charest ne pourra s’offrir contre toute attente de quatrième mandat.

Toutes les démocraties corrosives que nous connaissons parce que carencées dans leur source en accordant un pouvoir ultime de décision à un individu ne le sont démocratiques que médiocrement. Le pouvoir ultime de décision d’un individu en démocratie empêche les discussions à n’en plus finir entre dirigeants. Très bien, le revers de la médaille toutefois c’est de voir au pouvoir des individus comme Sarkozy et Charest rejeté par 75 à 85% de la population citoyenne.

Par ce -pouvoir ultime de décision-, J.J.Charest n’a en présence des médias qu’à user du monologue, d’une intonation vocale marqué dans une parole fermée pour se défiler en permanence devant l’opposition populaire. Défilement d’un premier ministre qui ne se sait pas aimé parce que l’ensemble de son œuvre, corruption incluse, mérite un retentissant 2.5 sur 10 depuis 2003!!

Une opposition substantielle au PQ et la croissance-déclin de l’ADQ avec essor partiel de QS dans l’électorat francophone aura permis à un Charest moyennement populaire jamais adulé de rester P.M depuis presque 8 ans. Il est temps que ça cesse, la première condition étant que le PQ retrouve une crédibilité populaire stable ce qui n’est pas connu depuis au moins 10 ans.

C’est pourquoi si madame Marois veut rester chef, elle devra apprendre à reconnaître des erreurs comme celle envers Yves Michaud dont elle est l’une de celles qui ne sont pas excusées dont la député Nicole Léger de Pointe aux Trembles. Les libéraux dont Charest agitent l’épouvantail du nationalisme ethnique face à la motion de réparation de A.Khadir pour Y.Michaud et que fait le PQ en réaction? Il devient confus, il ne sait comment réagir et laisse Charest définir le patriotisme québécois comme malsain.

Il est possible pour les citoyens internautes d’écrire dans Contact sur le site du PQ afin d’inviter P.Marois tout au moins en tant que chef d’écrire sa lettre d’excuses envers Yves Michaud par justice et pour elle même dans le but de montrer que son leadership est crédible.

Quant à Radio Canada, la chaîne générale devra mettre fin à TLMEP et faire l’adaptation québécoise du talk show français de France 2: On n’est pas Couché, formule réunissant un animateur populaire avec un journaliste politique et un chroniqueur plutôt qu’un humoriste. C’est France 2 qui est d’aujourd’hui qui mélange mieux la variété avec l’information que Tout le Monde en Parle de SRC. Pourquoi pas un ONPC québécois réunissant un journaliste souverainiste de gauche avec un journaliste ou chroniqueur fédéraliste de droite. Adapter On n’est pas Couché ferait t-il peur à Radio Canada?

Un lien ici pour donner une idée de l’émission pour ceux qui ne connaissent pas:

http://pq.org/

http://on-n-est-pas-couche.france2.fr/

Diane Ialongo a très bien résumé la stratégie de Jean Charest. Ce dernier va laisser passer la tornade pour ensuite donner quelques bonbons aux électeurs, qui n’y verront que du feu aux prochaines élections.

Jean Charest applique à la perfection une loi non écrite de la politique canadienne et surtout québécoise, celle de se moquer de la population pendant trois ans et, un an avant l’appel aux urnes, d’amadouer les électeurs avec quelques sucreries.

À cet égard, Jean Chrétien a fait ses preuves en la matière. Il est en quelque sorte la référence ultime de cette pratique.

Au fait, ne méritons-nous pas ce genre de politicien?

Il est fascinant de constater que personne parmi ceux qui ont écris les 10 commentaires pour crucifier Jean Charest n’ont parlé de la belle Pauline qui ne fait rien d’autre que cracher son venin stérile sur le premier ministre à chaque apparition publique. Elle n’a pas de plan. Ah! oui, pardon, une commission d’enquête publique pour donner l’immunité aux criminels et salir la réputation d’innocents et s’assurer que le tout arrive seulement dans 2 ans pour permettre à la corruption de continuer un peu. Et ensuite, peut-être la souveraineté mais on attend le moment stratégique pour celle-là.

Nous sommes à mi-mandat. S’il fallait qu’il y ait une reprise de l’opération « Printemps » (2001) 122 arrestations pour meurtres et gangstérisme ou encore l’opération « Colisée » (2006) 90 arrestations et condamnation de mafieux, avant la fin du présent mandat; Pauline Marois devra aller se cacher dans son château et regarder l’élection à la télévision.

4 mandats? Oui.

Bonjour,
Le Parti Libéral et Monsieur Jean Charest n’ont qu’à laisser passer la grogne nationale comme une maladie contagieuse dont le nationalisme québécois en est la source. La maladie nationale de roter sur tout et sur rien. Et ce n’est pas la première et la dernière fois dans l’Histoire du Québec que des greffons s’agglutinent à cette masse difforme qui origine de ceux qui le soir du 8 de Décembre 2008 étaient là derrière la meneuse de claque pour simplement brasser de la mar…. ! A mentir et à déformer les faits, des greffes se sont ajoutées au groupuscule initial. Monsieur Jean Charest n’a qu’à tenir le cap face à un tel TROUPEAU DE MOUTONS qui se révoltent à la sauce québécoise du condamnons et pendons le illico, drette là sur le champ. Et pour illustrer mes propos sur cet esprit de meute ou : ON EST-Y FORTS EN GANG ! Mais PISSOU tout seul ou à deux, voici quelques strophes de PISSOU DE Monsieur Jean Pierre Ferland….
Maudit qu’on critique,
Maudit qu’on rouspète,
La buée dans les barniques,
La broue dans l’toupette,
Mais par en arrière,
Mais par en dessous,
On prend son trou,
On est pissou, pissou, pissou,
On est fier de nous,
On se pète de la broue,
Mais par en arrière,
Mais par en dessous,
On est des pissous, pissous, pissous….
Et en allant sur GOOGLE, toutes les paroles de PISSOU de Monsieur Jean Pierre Ferland qui décrit bien les nationalistes québécois en rogne qui grognent comme des déchaînés de temps en temps. Que Madame Pauline Marois se méfie de ceux qui par en arrière, qui par en DESSOUS veulent lui faire la peau en vrais pissous de péquistes…… Au plaisir, John Bull.

Moi je suis de ceux qui pensent que les Québécois sont pas mal plus fort pour chialer que pour agir. Il faut assister à quelques manifestations pour voir qu’il y a beaucoup plus de chialeux que de personne prêt à agir.

Faut pas que ça demande trop d’effort, une pétition en ligne OK, mais plus que ça….

Le Canadien gagne, le printemps va bientôt se pointer le bout du nez et les espoirs de coupe Stanley vont bientôt remplir les conversations de tous.

Une enquête publique va innocenter les coupables, ou au mieux les pointer du doigt. Est-ce que Chrtétien a été responsable de quelque chose en 95 ? Très difficile de croire que non. Tous les politiciens ont été blanchis. Seuls les chefs d’entreprise ont payé. Je suis plutôt d’accord avec M. Charest sur ce point (et c’est rare). Cependant, il continue d’user de non-transparence et nous promet des nouvelles mesures pour empêcher que ça se reproduise. Où sont-elles ? De quel ordre ? Sans tout nous dire, ça pourrait ressembler à quoi ? S’il les tait, c’est peut-être parce qu’elles pourraient empêcher son entourage de profiter de leur position actuelle d’élus. Ou alors qu’il n’a aucune idée quoi faire. Dans un cas comme dans l’autre, il n’a plus notre confiance.

Vous voulez des mesures concrètes ?

1) imputabilité des élus sur leurs propres biens face aux dépenses de l’État dont ils sont responsables.

2)Séparation claire et étanche des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

3) Centre comptable national qui vérifie et contre-vérifie chaque chèque et chaque entrée de toute administration publique (mairies, Sociétés d’État, ministères, etc.), des comptables aussi imputables.

4) Centre national d’appel d’offres avec des critères précis et transparents sur l’attribution des contrats.

5) Création d’une Haute Cour de Justice avec des juges élus par les pairs pour traduire en justice les élus soupçonnés de corruption, de copinage ou de conflits d’intérêts.

6) DGE et Vérificateur Général rattachés au pouvoir judiciaire et indépendants du Gouvernement.

7) Financement des partis politique uniquement par l’État via le nombre de votes et par un don uniquement en remplissant une case dans le rapport d’impôt.

8) Révision du mode de scrutin, le premier combat de Lévesque qui a été rejeté depuis toujours par le PQ. Quand on en profite, on a peur d’en devenir victime…

http://www.quebecrenouveau.qc.ca

C’est fou ce que la confiance en soi peut faire, notamment chez Jean Charest! Après TLMEP, une amie me disait «il est pas si pire». Il EST SI PIRE. Il se comporte comme un canard. L’eau lui coule dessus sans laisser de trace. Avez-vous déjà observé le comportement d’un canard? Suffisant et bête. Le Québec mériterait mieux pour le gouverner.

Avec ses commandités il peut reprendre sans fin le pouvoir car suite au vol du référendum de 1995 nous n’avons pas eu le courage de l’exclure de l’Assemblée Nationale pour viol de notre loi référendaire

« Il est fascinant de constater que personne parmi ceux qui ont écris les 10 commentaires pour crucifier Jean Charest n’ont parlé de la belle Pauline qui ne fait rien d’autre que cracher son venin stérile sur le premier ministre à chaque apparition publique. »

Il est fascinant que la seule défense de Jean Charest (reprise ad nauséam par ses partisans) soit de « cracher son venin stérile » sur Pauline Marois.

Je n’aime pas particulièrement ce qu’est devenue Pauline Marois, ni ses idées imprégnées de néo-libéralisme, je n’ai pas voté pour elle aux dernières élections et il est certain que je ne voterai pas pour elle non plus aux prochaines élections.
Mais:
1) C’est Jean Charest qui est présentement au pouvoir, pas Pauline Marois. Que ses admirateurs nous donnent des raisons de ne pas être en colère contre ses 7 ans de règne (et ce qui s’en viens).

2) Le gouvernement Charest est, et c’est une opinion bien pesée, le pire gouvernement que le Québec ait connu depuis Duplessis. J’ai détesté le 2e mandat de Lévesque et le 2e règne de Bourassa, été catastrophé par celui de Lucide Bouchard. Mais je doit admettre que Jean Charest est bien le pire de tous, à tous les points de vue. La liste est trop longue pour que je la dresse ici (j’en en tracé de longs aperçus dans le passé sur plusieurs forums et dans des lettres aux journaux), mais (nonobstant les bêtises du passé) il y a trois choses que la majorité des Québécois lui demandent présentement:

1) Une commission publique élargie, indépendante et crédible sur le milieu de la construction, l’attribution des contrats et permis de tous les paliers du gouvernement (incluant municipaux) et les liens entre tout cela et le financement des partis politiques.

2) Un moratoire sur l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste le temps qu’on connaisse vraiment, par des études sérieuses (pas seulement par les assurances des gazières et la foi en ceux-ci de Mme Normandeau), les conséquences possibles de cette technologie qui n’existait pas il y a trois ans encore.

3) Que les Québécois soient vraiment consultés sur le « nouveau pacte social » qui nous a été imposé par le budget Bachand (qui semble préparé encore pire).

Présentement, seuls le PQ et Québec Solidaire préconisent ces mesures, le minimum demandé par la grande majorité des Québécois. C’est quand même un programme plus vaste que ce que vous insinuez.

Pour mémoire, ces trois points se retrouve sur la pétition en ligne de l’Assemblée Nationale qui a battu tous les records des pétitions de l’histoire au Québec (on approche des 250 000 signatures):

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-1123/index.html

P.S. Profitez-en pour la lire et la signez si ce n’est pas déjà fait.

« Diane Ialongo a très bien résumé la stratégie de Jean Charest. Ce dernier va laisser passer la tornade pour ensuite donner quelques bonbons aux électeurs, qui n’y verront que du feu aux prochaines élections. »

Je ne crois pas. La tendance est trop lourde pour qu’il puisse espérer remonter la côte. Il y a des limites que même le marketing ne peut dépasser. Sa déclaration de sa volonté d’un 4e mandat n’est, à mon avis, qu’une mesure pour éviter de se faire pousser trop vite à la porte.
S’il déclarait qu’il quitte dans deux ans, que pensez-vous qu’il se passera ? Une pression très forte pour qu’il parte encore plus vite et des magouilles dans son dos autour des successeurs hypothétiques.

Si les québecois veulent toujours avoir un premier ministre qui ne fait rien, eh bien!, c’est probablement à leur image. Après les élections de décembre 2008 et que beaucoup de québecois ne se sont pas occupés de leurs affaires et qu Jean Charest leur avait demandé d’avoir les deux mains sur le volant, j’avais écrit que quelqu’un qui ne s’occupe pas de ses affaires, quelqu’un d’autre le ferait. Vous voyez maintemant, non seulement Jean Charest a les deux mains sur le volant et s’occupe des affaires des québecois et a de plus l’audace de mettre ses deux mains dans les poches des québecois, ceux-ci en semblent très heureux et pourraient le reporter au pouvoir car Pauline Marois et le PQ, ça ne prend plus dans la population. Je comprends que nous manquons de leaders charismatiques actuellement mais j’espère un tout petit peu que les québecois vont se réveiller et s’occuper de leurs affaires. Sinon, de grosses questions seraient à se poser à savoir si les québecois sont innocents, paresseux, insouciants ou pas intelligents. Je pense que ce devrait être une réflexion que tout québecois devrait faire avant de s’imaginer de faire de grandes choses seulement virtuelle. Quant à Jean Charest, il faut le retourner dans ses terres profondes afin de ne plus nuire à notre porte-feuille.

Si animateurs se substituent aux journalistes comme interlocuteurs du PM, un 4ème et 5ème m andat sont probables.

La perte de 40 milliards et plus à la Caisse et la nomination de son ami ontarien pour finir de vider celle ci suffirait à démettre John James Charest, mais une nation mal informée est appelée à disparaître aux mains de ses ennemis . C,est ce que nous subissons avec les collecteurs de fonds de Charest et avec l’Omerta ambiante des fédéralistes

Si Jean-Charest obtient un autre mandat de la population québécoise, c’est que cette population est incapable d’aller au-delà de la vision qu’elle a de la chef de l’opposition. Or, je ne suis pas moi-même un fervent partisant de Mme. Marois, mais honte sur moi si je vote pour un parti politique qui tente de nous convaincre que faire le ménage dans l’industrie de la construction ne servirait pas à grand chose et même que cela couterait trop cher. Les arguments sont tellements insignifiant que c’en est ridicule. De dire par exemple que les personnes qui témoignent le font sous immunité, cela ne veut absolument pas dire qu’il ni aurait pas de résultat car ce sont les dénonciations qui permettent de frapper les têtes dirigeantes des groupes criminels. De plus, les milliards que nous donnons en surplus pour les travaux d’infrastructures ne nous coutent pas assez pour que refusions de les récupérer?

Bref, réélisez Jean-Charest et sa clique si vous voulez, si vous êtes trop obtus pour voter autrement que par pure partisanerie, si vous avez peur d’un autre référendum ou de prendre votre destinée en main, si vous n’aimez pas Pauline Marois, mais prenez conscience que vous aurez alors ce que vous méritez.

Contrairement à monsieur Alain Morneau, je ne crois pas que ce soit la solution que de voter pour Pauline Marois car cette dernière a eu l’occasion de prouver au cours des 30 dernières années ce qu’elle pouvait faire lorsque son parti était au pouvoir et les résultats ne sont pas très éloquents. Même si elle peut crier à qui veut l’entendre qu’elle ferait mieux que Jean Charest, je n’y crois pas du tout. D’ailleurs, son programme nous apporte absolument de nouveau et de cohérent. Pour moi, la solution est d’essayer l’ADQ avec Gérard Deltell et je suis convaincu que ce dernier ne peut pas faire pire que Jean Charest et Pauline Marois et contrairement à ceux qui pensent que l’ADQ est morte, ce parti est en réorganisation très sérieuse et offrira un programme peut-être pas idéal mais certainement mieux que le parti libéral du Québec et du parti québecois qui eux ne veulenet que le pouvoir et ce à n’importes quelles conditions et non dans l’intérêt des québecois.

Les plus populaires