Jeunes Québécois: « Canada, adieu ! »

Vous connaissez la rengaine: les jeunes Québécois sont « ailleurs » / l’indépendance était le rêve des babyboomers / la souveraineté n’est plus pertinente pour une génération branchée sur le monde. On nous l’a beaucoup servie à la fin des années 1980, puis à la veille du référendum de 1995, puis sans discontinuer depuis 2000.

Les jeunes québécois ne baignent pas dans la canadianité...
Les jeunes québécois ne baignent pas dans la canadianité...

C’était faux à chacune de ces étapes. C’est encore plus faux aujourd’hui.

Nous avons vu dans le billet précédent que les Québécois dans leur ensemble s’identifient désormais à 60% comme « Québécois seulement » ou « Québécois d’abord ». Il s’agit d’un record historique, 20 points plus élevé qu’au référendum de 1980 et 10 points plus élevé qu’à celui de 1995.

Or, chez les 18-24 ans, cette autoidentification québécoise atteint: 68%. Pour le reste, 13% se disent également Canadiens et Québécois et seulement 14% se disent « Canadiens d’abord » ou « Canadiens seulement ».

Chez les francophones de 18-24 ans, le niveau est de 77%. (13% égal et 8,4% Canadiens)

Ces données sont tirées de l’enquête Léger mise-en-marché (ma traduction) réalisée en décembre auprès de 1 000 répondants pour l’Association des études canadiennes, dont le directeur est Jack Jedwab.

On s’attache au Québec, on se détache du Canada

Ces chiffres attestent de la très claire décanadianisation qui s’opère dans toute la société québécoise, mais en particulier chez les plus jeunes Québécois. Certes, plusieurs jeunes ne « vibrent » pas à la corde nationaliste québécoise. Mais c’est parce qu’ils ont intégré la québécitude. C’est leur état normal.

La canadianité, elle, n’est plus leur état normal — elle l’est de moins en moins. Et s’ils doivent un jour choisir entre Québec et Canada, il est évident que les liens qui ont retenu leurs parents et grands-parents à l’univers canadien sont très étiolés dans la nouvelle génération.

En plus de poser cette question d’autoidentification, Jack — qui a été gentil de me transmettre ses données — a spécifiquement testé « l’attachement » des répondants à plusieurs éléments: le monde, le Québec, le Canada, etc.

Voici d’abord le palmarès de ceux qui se sont dit « très » et « assez » attachés à ces éléments, chez la totalité des 18-24 ans du Québec, de toutes langues. (Notez, ils n’avaient pas à choisir entre les mentions, ils pouvaient les choisir toutes s’ils le désiraient.)

Votre religion: 22%
Votre groupe ethnique: 50%
Le Canada: 53%
Votre ville: 79%
Le monde: 79%
Le Québec: 81%

Dans le cas du Canada et du Québec, l’attachement croît avec l’âge. Mais il est intéressant de noter que les 18-24 ans sont 11 points moins attachés au Canada que leurs aînés de 25-44 ans, mais qu’ils sont seulement 5 points moins attachés au Québec que  ces aînés.

Pour ce qui est des seuls francophones de 18-24 ans, il est tout à fait vrai qu’ils sont attirés, davantage que leurs aînés, vers le monde. Mais lorsqu’on isole les réponses où ils disent qu’ils sont « très attachés » à quelque chose, cela donne le palmarès suivant:

Votre religion: 6%
Le Canada: 18%
Votre ville: 28%
Votre groupe ethnique: 29%
Le monde: 34%
Le Québec: 61%

Le niveau de « fort » attachement au Canada des 18-24 ans est de 5 points inférieur à celui de la tranche 25-64 ans. Les francophones de 65-74 ans sont 39% à se dire « très attachés » au Canada, taux qui grimpe à 64% chez les plus de 74 ans!  À l’inverse, les jeunes francophones de 18-24 ans sont 18% à se dire « pas attachés du tout » et 31% « pas très attachés » au Canada, pour un total de 49% de détachement, le plus haut taux de tous les groupes d’âge.

Un prédicteur, pas une affaire conclue

Ces nouvelles sont évidemment très bonnes pour la souveraineté. La montée de l’identité québécoise, l’étiolement du lien canadien, sont des conditions nécessaires de son futur succès, mais non suffisantes.

À mon avis, dans l’écheveau de toutes les variables en jeu, il faut dégager trois éléments principaux:

1) l’accélérateur

Il s’agit des progrès de l’identité québécoise. C’est ce qui porte, principalement, vers la décision de se choisir un pays qui concorde avec son identité

2) le frein

Globalement, le frein constitue le sentiment d’infériorité, surtout économique, hérité de l’histoire. Il est en train de fondre, comme je l’ai montré ici. Les arguments économiques étaient la principale variable qui a convaincu à voter Non, en 1995, des électeurs autrement enclins à voter Oui.

Plus les Québécois savent qu’ils se comparent, également ou avantageusement, aux autres sociétés occidentales en matière économique, moins ils sont freinés de voter Oui. La bonne tenue de l’économie québécoise pendant la crise est en train de faire ce travail.

3) le bouchon

Cet élément est tiré de l’expérience politique vécue par les électeurs. L’échec des deux premiers référendums a convaincu une partie significative des Québécois, y compris souverainistes, que le projet est voué à l’échec. Leur sentiment se décline et s’exprime comme suit:

– la peur légitime de l’échec du vote référendaire
Puisqu’il n’y a pas eu de majorité les deux premières fois, il n’y en aura jamais. Les Québécois sont comme ça. Alors, à quoi bon…

-la peur légitime de l’échec de la transition
Même si on vote Oui, le fédéral va tout faire pour nous empêcher de réaliser la souveraineté (c’est exactement ce à quoi sert la loi C-20), et les Québécois vont se dégonfler. Alors, à quoi bon.

Toute nouvelle stratégie souverainiste doit prendre en compte ces trois facteurs.

Il faut savoir aussi que, bien que les éléments structurants du vote souverainiste se déplacent en faveur du Oui (davantage d’accélération, moins de frein), le thème de la souveraineté est très loin du centre de l’attention des Québécois.

C’était le cas lorsque M. Parizeau a pris le pouvoir en septembre 1994. Il a fallu un effort colossal pour remettre la souveraineté au centre du jeu (ce que j’ai décrit ici).

Les militants souverainistes d’aujourd’hui, qui baignent dans cette question constamment, sous-estiment généralement l’ampleur de cette difficulté. Elle est surmontable, comme le montre l’exemple de 1994-1995. Mais il faut savoir qu’il faut la surmonter.

(Demain, l’attachement au Québec des non-francophones.)

Laisser un commentaire

Vous gagnez votre vie avec ça M. Lisée. J’en ai tellement marre de vous voir étirer, déformer, allonger, interpréter les moindres lueurs statistiques! Ces braves Québécois ont élu Jean Charest. JEAN CHAREST! Tu parles d’une belle jugeotte politique! Arrêtez donc avant de sombrer si profondément dans le ridicule que vous ne pourrez refaire surface. De grâce!

Ne le criez pas sur les toits (c’est entre nous) mais entre le 1 juillet et le 30 septembre 2010, y’a seulement 1055 Québécois qui sont allés vivre en Alberta. Pendant ce temps là, 1292 Albertains venaient (ou revenaient puisqu’on se doute que ce sont surtout des Québécois) vivre au Québec.

http://www.finance.alberta.ca/aboutalberta/population_reports/2010-3rdquarter.pdf

Ne le criez pas sur les toits mais l’Alberta, avec à peine 40% de la population du Québec, zéro dettes et à peu près zéro programmes sociaux, a un déficit supérieur à celui du Québec.

@Michel Plante

Par combien de % de la population, capitaine Canada à-t-il été élu déjà ?

Il suffira que les Québécois convaincus votent !

Les résultats semblent positifs pour la souveraineté. Si l’on est l’avocat du diable toutefois.

Ceci par rapport à cette étude, pourquoi ne pas avoir inclus cette question? Dans notre monde moderne (dont le sous entendu signifie de haute technologie et de diversification), vous vous identifiez en premier lieu comme citoyen, précisément plutôt à un patriote associé à une identité nationale ou religieuse commune ou en tant qu’individu libre de ses appartenances et de ses attachements?

C’est une question importante parce que l’individualisme défini grossièrement comme la voie de l’autonomie individuelle en phase d’accélération perpétuelle semble synonyme de conformisme social dans les vieux pays industrialisés comme si la possession individuelle des derniers gadgets Ipod et Ipad en définissant un rapport grandissant entre l’individu-sujet et l’objet-service envoyait promener les anciennes appartenances communes durables à moins bien sûr de vivre dans des communautés religieuses monothéistes orthodoxes, isolées juives ou musulmanes.

Dans le groupe des jeunes Québécois précisément francophones de souche, leurs coeurs balancent t’ils entre l’identité québécoise et l’individualisme radical?

En se rappelant que les films de Denys Arcand, le Confort, l’indifférence, le Déclin de l’Empire, les Invasions barbares tout comme les comédies grinçantes de Pierre Falardeau sur Elvis Gratton ont déjà posé ce problème sur la difficulté d’une véritable identité commune et sur son corollaire: l’activisme politique ou tout au moins le désir de participation électorale afin d’élire un gouvernement!

Dans l’ensemble, cette série d’articles pousse la réflexion néanmoins cette étude aurait t’elle oublié l’impact de l’égo? Cet égo qui favorise le statu quo existant dans tous les États occidentaux.
Pas d’optimisme sans pessimisme dévastateur! Je souscris tout à fait donc à la section préventive de l’article: -Un prédicteur, pas une affaire conclue-.

Monsieur Plante,

Afin de me convaincre, j’aimerais beaucoup connaître les avantages de continuer à se faire vider les poches par le PLQ :
-les permis de conduire doivent être payés 1 fois par année plutôt qu’aux 2 ans;
-la TVQ en hausse de 1 %;
-les hausses des coûts pour les garderies;
-les hausses des coûts pour le régime de congés parentaux;
-les hausses des taxes scolaires;
-augmentation du coût du régime d’assurance-médicaments
-augmentation du prix d’électricité
Mais c’est vrai qu’il a été élu.

Aussi, j’aimerais connaître les avantages que vous trouvez à rester au sein du Canada. Parce que, sincèrement, je n’en vois aucun; mais vous en avez sans doute un ou deux.

Merci et au plaisir d’avoir l’argumentaire factuel du clan du non svp.

Bonsoir,
Mais qu’est-ce que l’on se bidonne ici ? Et dire que le Parti Québécois a mis l’Article UN sous le boisseau à en parler que furtivement lors des congrès de nos amis les péquistes ! Et pour plutôt choisir l’affirmation nationale et l’autonomisme de l’Union Nationale de ce bon vieux temps béni comme si le mot indépendance était une maladie honteuse ! Vite, les péquistes, levez vous en allant chercher votre carte de membre en apportant par précaution votre sac de couchage car des dizaines de milliers de québécois comme vous se bousculent au portillon ! Faites nous une démonstration de force pour une fois en gonflant le merbership du Parti Québécois à au moins 4 millions de membres afin d’avoir une victoire claire ! Allez, les nationalistes et vite une carte de membre pour le seul véhicule qui peut éventuellement vous amener au Grand Soir….. Au plaisir, John Bull.

On on voit, qu’à mesure que le Canada se définie sans le Québec, nous on se définis d’abord comme Québécois, donc sans lui.

Il est à penser que le fait pour le Québec de se doter d’une Constitution d’État pourrait, structurer et consolider cette tendance et lui donner des assises formelles et définitives:

(…)

» Cette Constitution pourrait être adoptée, dans un premier temps, sous réserve des articles 41 et 45 de la Constitution canadienne ; elle contiendrait une clause de rupture à être activée en temps opportun.

Certains pensent qu’il faut plutôt attendre le lendemain du Grand Soir pour se doter d’une Constitution d’État, sinon on s’enferme soi-même dans la cage à castor canadienne. Il faut plutôt être d’avis que la vaste consultation publique menant à l’adoption de notre propre Constitution d’État (et non de province, j’insiste) serait l’occasion d’un exercice pédagogique extraordinaire, lequel permettrait au peuple de dessiner les contours plus précis d’un État souverain ; un pas concret vers la rupture.

Il est entendu que l’Assemblée nationale postulerait que notre Constitution a préséance sur la Constitution canadienne, suivant en cela la posture prise dans l’adoption de la Loi 99 qui répudiait la Loi C 20. Il est à prévoir que cela mènerait à un conflit de légitimité entre les deux Constitutions. C’est ici que la clause de rupture prend toute sa pertinence ; le peuple aurait alors à trancher entre une Constitution qui lui fut imposée, rejetée unanimement par l’Assemblée nationale, et celle qu’il se serait donnée démocratiquement. La démocratie étant l’adhésion raisonnée et volontaire à l’État, le choix n’aura jamais été aussi clair.

En s’assurant une majorité d’appui durant le parcours, on isolerait ainsi les forces du statu quo. Il y aurait là un avantage stratégique déterminant pour la suite de l’histoire, obtenu sans grand risque. »

(…)

http://www.vigile.net/Le-difficile-changement-de

Que les 18-24 ans se comportent ainsi, c’est de bon augure pour le Québec.

La rengaine « d’une génération branchée sur le monde » ne me disait pas grand chose. Mais, je crois avoir trouvé un début de réponse. Une étude dont a fait état la télévision récemment, nous disait que 43% des Québécois étaient des Tanguy, c’est-à-dire ces jeunes qui demeurent avec leurs parents jusqu’à 30 ans. C’est énorme.

Et pourquoi les Tanguy restent-ils avec leurs parents plutôt que de construire leur propre nid? Ils sont « branchés sur le monde » C’est l’adolescence allongée d’une douzaine d’années.

Reste à voir ce que cette génération nous apportera de neuf au cours des vingt prochaines années. Et les 18-24 deviendront-ils des Tanguy?
Peut-on bâtir un pays avec des Tanguy?

Salutations cordiales

Je ne crois pas ces chiffres. Ça n’est pas ce que je vois. Les jeunes que je cotoient y compris quand j’ai fait de la suppléance au secondaire, parle plus angalsi que ceux qui ont précédés. Ils sont nombreux a être allée travailler dans l’ouest, plusieurs y sont resté plusieurs années. Ils sont nombreux a parler franglais. Combien étaient-ils aux olympiques en colombie britanique? Non je n’y croit pas. Ou bien c’est l’échantillonage, ou la tournure des questions. Vous verrez même un engouement pour le mariage du province william auquel ma génération serait resté indifférent.
Évidement on est pas allée questionner tout ceux qui sont en ce moment dans l’ouest, de même qu’ailleurs dans le monde.
Même l’armée recrute énormément au québec… des fantassins sur la ligne de feu pour servir leur pays. Non je ne crois pas a cette histoire. C’est de la désinformation. Alors que les jeunes magasinent sur le net, comme plusieurs de leurs parents, traversent les lignes et passent de plus en plus leurs vacances ailleurs qu’au québec.
Le québec n’échappe pas a la mondialisation et avec l’émigration nous aménent des immigrants qui passent par l’ouest comme autre porte d’entrée. C’est quoi aujourd’hui maintenant la proportion de la population qui vit au québec qui capable de s,exprimer en français et qui l’utilise.
J’ai COMPRIS, vous utilisez la baise de CHAREST pour essayer de faire du capital politique pour la séparation. Pas rapport, ça n’est pas parce que des gens sont mécomptent qu’ils sont aveugles. De la corruption il y en aura aussi avec un autre parti. C’est le système qui est cancéreux pas juste un parti.

@Rod Qu’est-ce que vous insinuez que les québécois sont allés se faire un gros chômage pour venir faire la profiter de leur été sur la plage. Ça se peut bien. Mais j’ai plutôt tendance a croire que plusieurs d,entre-eux étaient immigrants.

Jean-François Lisée tire de ses observations des conclusions qui n’ont aucun rapport avec la réalité. Que les jeunes, et même de moins jeunes se disent Québécois ne devrait amener personne à conclure qu’ils voteront tous pour le PQ et ensuite pour l’indépendance du Québec.
La même logique s’applique pour les gens qui se disent Montréalais. Même si un majorité de citoyens de l’Ile de Montréal et mêmes des banlieues se disent Montréalais, il n’est pas permis de conclure que ces gens sont en faveur de la fusion que le PQ a voulu leur imposer.

Le principal élan de promotion du sentiment Canadien provient des sports télévisés (d’ailleurs Radio-Canada en est très conscient). Les jeux olympiques de Vancouver et le CH en sont les meilleurs exemples.
Plus que quelconque action politique, la création d’équipes québécoises olympiques (surtout de Hockey) ferait vibrer la corde nationaliste suffisamment forte pour créer l’appuie nécessaire a indépendance.

Pas surprenant que les Québécois se sentent plus Québécois.

Il y à 20 mois 49,2% disaient oui pour que le Québec devienne un pays indépendant.

C’est très contraire à ce nous affirment François premier et M. Bull et les fédéralistes québécois.

@ Georges Paquet #14

Voulez-vous dire que les Québécois qui se disent Canadiens avant tout ont autant de chance de voter séparatiste que les Québécois qui se disent Québécois avant tout?

Hé ben!

Euh, la création d’équipes sportives favoriserait la montée du nationalisme? Je pense qu’on parle plutôt ici de l’avenir économique, politique, culturel (et sportif) d’un pays du Québec pour ne nommer que ces caractéristiques. De s’organiser afin de bâtir un projet commun! Pas seulement d’encourager des joueurs autour d’une bière!?

Baser ses observations sur les jeunes de notre entourage pour conclure qu’ils s’identifient au Canada plutôt qu’au Québec? Les principes statistiques sont plus rigoureux que ça : monsieur Lisée indique que « [c]es données sont tirées de l’enquête Léger mise-en-marché (ma traduction) réalisée en décembre pour l’Association des études canadiennes, dont le directeur est Jack Jedwab. »

Et monsieur Jedwab est fédéraliste d’opinion politique. Quand on aura la même rigueur à interroger les jeunes qu’on côtoie de sorte que l’échantillon comprennent des hommes, des femmes, des gens plus aisés, moins aisés, francophones, anglophones, etc. On s’en reparlera.

J’attends toujours mes arguments factuels (autrement dit, pas d’émotion, ni de « je vais perdre mes rocheuses et mon passeport ») pro Canada.

Je voudrais sincèrement et sérieusement les connaître les arguments du non. Ça m’aiderait à confirmer mon opinion pour le oui.

Merci de votre collaboration.

Je suis mystifié comment quelqu’un pourrait penser que le Québec ne puisse pas être un pays. En un coup d’œil, on s’aperçoit que le Québec se situe quelque part entre l’Autriche et le Danemark en termes de population et de PIB. Pas pire.

https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/region/region_eur.html1

http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/referenc/qcem/principale.htm

Et le mythe très au courant dans la communauté anglophone québécoise que le Québec serrait tout de suite annexé par les États-Unis est tout à fait débile et franchement un peu offensant pour un Américain dont j’en suis un. Le Québec nagerait facilement avec les gros poissons sans problème.

@Georges Paquet

Il y a ce paragraphe que vous avez de toute évidence manqué:
« Ces nouvelles sont évidemment très bonnes pour la souveraineté. La montée de l’identité québécoise, l’étiolement du lien canadien, sont des conditions nécessaires de son futur succès, mais non suffisantes. »
Ce n’est pas un peu beaucoup ce que vous tentiez de dire 2 fois plutôt qu’une? Dois-je en conclure que vous disiez n’importe quoi, selon votre propre analyse?

Cet article, c’est n’importe quoi! Rien à voir avec la réalité.

Au lieu de perdre votre temps à tenter d’amender une image de plus en plus floue de la réalité, pourquoi, Jean-François, ne convainquez-vous pas le Parti québécois de PARLER de séparatisme AU QUÉBEC?

Votre option est tellement esquintée que votre propre parti n’en parle plus, ni dans ses discours, ni dans son programme et votre Gilles Duceppe en parle partout sauf…au Québec!

Allez les péquistes…du courage et mettez bien en évidence votre énième référendum dans votre programme et exigez de votre Pauline qu’elle en fasse une priorité ABSOLUE lors des prochaines élections au Québec.

Ça prend du coeur et du caractère pour tout ça… En avez-vous???

Bravo les jeunes et il suffira de la manifester plus fermement dans vos activités de tous les jours . Désolant de voir des Plante détester le messager alors que les chiffres publiés lui déplaisent ……

Vous confondez identification québécoise et péquissse, vous confondez identification québécoise et séparatissse, vous confondez identification québécoise et syndicalissse.
Vous et moi monsieur Lisée savont fort bien combien pa cause syndicalissse vous tient a coeur, la majorité du temps que je met le mot syndicat dans mes com. vous ne les publiez pas.
Il y a plus de conservateurs que vous le soupçounez au québéc. En ayant ce vide politique (comme aux élections municipales des partis qui ne sont là que pour la forme et ne font aucune campagne)ça donne plus de votes aux péquissses mais ils ne sont pas assez engagés dans ce partis pour endosser leurs idéologies.
Je soupçonne et c,est une hypothèse que le québec est l’un des endroits dans le monde ou on porte le plus de noir. Pas parce qu’on est pas artistique ou conventionnels, non on apprécie le design sous toutes ses formes mais le conservatisme du noir réduit considérablement la facture. En ayant toutes les chuassures noires, les accessoires, les manteaux, et finalement on aime tellement ça que seulement quelques pièces de couleurs suffisent. Pas parce qu’on est cafardeux, ou dépressif, mais conservateurs dans nos trippes. Pratiquement tout nos vêtements noires deviennent intemporels, on peut les portez années après années et presque tout peut être mélangé. On est a la fois rationnels et irrationels.(comme les scientifiques une harmonie entre l’art la capacité de sortir du connu pour créer et la rationalité applications logique, comme des ingénieurs on utilise des connaissances rationnel et créer pour trouver des solutions fonctionnelles qui n’existaient pas). On a essayé autant comme autant d,imposer le brun, le bleu comme couleur de base au québec en mode ça n’a jamais marché, elles les gens veulent du noir, regardez le chateau, rudsak,etc. tapez designer quebecois dans google puis image et vous verrez. Quand vous pensez designer comment vous l’imaginez?? Vêtu de couleur?? Non au québec le fond de conservatisme est trop fort. Ça serait beaucoup plus payant pour l’industrie de la mode si on voulait bien changer tout a chaque années, style et couleur mais ça ne marche pas ici.
Conservateurs(dans la couleur) et avangardistes dans les idées (le design, la technologies, la sciences, la philosophie et la politique).
Alors des gens conservateurs et créateurs a la fois. On leur propose des idées d’avangarde, ça ne fait rien de révolutionner complètement leur mode de vie, sigeway, trensquebec, complexe immobilier qui implique lieux de travail, loisir et habitations mille fois réaménageable selon les besoins d’occupation, des vêtements transformables, des relations transformable mais dans une sécurité physique et économique (armée, pension, dollard canadien) qui leur permette d’avoir de répondre a leur besoin plus conservateur qui les confortent aussi au plan émotionnel. La capacité d,adaptation aux changements prend différentes formes. Pour les babyboomer il n’y a jamais eu d’insécurité. Née dans le boom économique de l’après guerre, ils ont pu faire les études qu’ils voulaient, eu la sécurité d’emploi, de santé et de retraite alors de jouer la sécurité civile, sociale et économique de notre population les amusent. Ils ont toujours été des adulescents. Plusieurs d’entre-eux on divorcé plusieurs fois, fumes encore leur joint, sont échangistes, des libertains après moi le déluge. Je veux toute, je veux me défoncer, ce qui arrive après, je m’en fout.
Pour la génération x qui a eu sont lot de contrat, sa première voiture a 25 ans, son premier enfant a 30ans. On aura pas encore terminé les d’assumer les frais des études de nos enfants qu’ils vont nous demander de les prendre en charge dans nos 2 générations. Alors la sécurité économique et politique on en a bien besoin. Nous le font de pension on s,est fait dire a partir de l’école secondaire de ne pas y compter. Comme on est en train de repousser l’age de nos retraitre car il faudra bien que quelqu’un paie pour les retraites des babyboomers, non seulement on en aura pas mais on va devoir travailler jusqu’à ce que mort s,en suive. Comme on a de moins en moins accès a des services de santé, je ne sais pas trop dans quel état on sera a 70 ans pour aller travailler. Y vont ben nous trouver des vitamines et des vaccins pour nous faire produire comme des poules pas de têtes.

Ces chiffres sont probablement tirés d’un sondage qui n’a pas été fait seulement dans l’école où lagentefeminine travaille. Si vous demandez à un jeune s’il est Québécois ou Canadien, si vous sortez des quartiers multiethniques ou montréalais, vous vous rendez compte que les jeunes sont très attaché au Québec, mais pour cela il faut élargir les sondages, ce que l’équipe de la Gazette a probablement fait, et si leurs répondants viennent majoritairement de l’île de Montréal, les résultats sont encore plus parlant !!

La réalité ce sont les politiques et les décisions des gouvernements en place. Harper et Charest vous inspirent-ils plus de liberté et d’engagement ?

@lagentefeminine :
Chere madama ce n’est pas parce que vous ne voulez pas voir la réalité en face que cette réalité est fausse comme vous l’affimer.
J’ai 63 ans je me débrouille en anglais et j’essaie toujours de l’améliorer. Nous avons trois enfants et je les encourages à perfectionner leur anglais.Je suis présentement dans un pays de langue espagnol et je déplore le fait de ne pas le parler. Mon ouverture sur le monde me conforte toujours et de plus en plus dans mon orientation souverainiste.
J’ai traversé le Canada plusieurs fois, j’ai des amis canadiens dans presque tous les provinces qui connaissent fort bien mes aspirations ils me comprennent et me respecte comme je les respectes. J’ai visité plusieurs pays et je continurai à le faire tant que ce sera possible. Être souverainiste se n’est pas se fermé sur le monde. Bien au contraire c’est s’ouvrir sur le monde, être reconnu par eux. C’est surtout être comme le disait Jean Lesage »Maître chez nous » Répondre aux désirs, aux besoins aux valeurs du peuple Québecois. En terminant vous dites »C’est le système qui est cancéreux pas juste un parti »
Vous avez parfaitement raison. Mais quand on décèle un cancer on opère ou on laisse mourir le patient?

@Claude Lanthier: ce que vs dites est très juste. Le PQ, un parti de profs et de fumeurs de pipe, n’a jamais compris, en 43 ans d’histoire, toute l’importance du sport dans la construction du nous collectif. Ottawa, lui, l’a bien compris.

Selon moi l’égarement politique au niveau fédéral est aussi responsable de cette évolution.

Il est possible de réaliser un fédéralisme inclusif pour le Québec. Mais il est à noter que le gouvernement fédéral actuel gouverne pour le reste du Canada, et ne gouverne pas le Québec.

Conséquement comment s’étonner de voir un désatachement des Québecois envers l’appareil fédéral?

Comme beaucoup de Québécois je suis attaché à un Canada qui fait la promotion des mes valeurs.

Si ces valeurs n’intéresse pas la gouvernance actuelle, alors nous sommes seuls pour en faire la promotion. Pourquoi alors s’enbêter à vouloir porter le fardeau d’une classe politique férérale non-représentantive?

Ce n’est pas un argument fort pour la souveraineté j’en conviens, mais ce n’est certainement pas un argument pour le fédéralisme.

Il faudra en effet conclure un jour et tourner la dernière page du chapitre du Québec au sein du Canada. Ces chiffres me donnent espoir; nous en sommes peut-être pas si loin après tout. Juste assez pour donner le temps à nos amis fédés, en commencant par John Bull, de se faire à l’idée.

Ou de préparer leur déménagement.

Personne en bas de 50 ans dans mon entourage ne s’intéresse à la sécession du Québec. Ce n’est pas parce que les jeunes se sentent attachés au Québec qu’ils veulent reprendre le vieux projet des baby boomers. Encore du pelletage de nuages.

Et propagande Canada sait qU,une seule génération qui cesserait d’être indépendantiste et qui s’angliciserait mettrait fin au mouvement vers l’indépendance du Québec .
Les commandites d,Ottawa sont toutes adressés aux jeunes
Mais heureusement les jeunes s’informent concernant les crimes commis contre la Nation Québecoise et la liste est très longue

@M. Tremblay il faut effectivement traiter le cancer, je ne suis pas libérale, pas péquisse non plus, l’option conservatrice qui réponderais mieux a mes attentes n’existe pas. Mais au delà des opinions politiques, on ne change pas un foie cancéreux par un autre foie cancéreux. Il faut changé la possibilité de corrompre les politiciens et nos fonctionnaires, que ce soit fédéraux, provinciaux ou municipaux. Enlever des pouvoir aux syndicats qui paralyses les entreprises qu,elles soient publiques ou privées.
Il y a trop de ménage a faire dans nos institutions politiques pour leur confier la destiné de notre sécurité civile.
Je vois parfois des com. a l,effet que les canadiens voudraient garder le québec par intérêt économique… il y a davantage la sécurité civile dans le haut de la liste. A partir du moment ou il y aura partition du pays, la porte sera ouverte a tous a chacun de venir s,approprier en tout ou en parti ce grand et riche territoire qu,est le canada d’un océan a l’autre.
Il n’y a pas de problème dans votre beau sénario si le reste du canada restait soudé et gardait le même poid poltique a l’internationale pour protéger nos frontières, notre environnement et l’exploitation de nos ressources.
Admettons que le québec se sépare, comment pourrez-vous assurez que les territoires autochnones n’en ferons pas autant. Ça n,est pas les canadiens qui s,approprie le contrôle du québec se sont de facto les américains, des européens et de plus en plus de chinois.
A qui appartient hydro-québec selon vous? Qui le contrôle? Dans quelle proportion les profits reviennent au québécois?
A qui appartient les droits d’exploitations miniers selon vous quelle est la proportion de profits qui revient aux québécois?
A qui appartient les droits pétroliers au Québec? Quel est la proportion des profit qui revient au québécois.
A qui appartient les droits forestiers…, Bombardier…, les centre de recherche…, les ressources maritimes…, votre épicerie…, votre institution financière…, vos assurances…etc. etc.etc.
Que pensez-vous que vous allez controler de plus en vous séparant? Les dettes du Québec??? A-t-on vraiment le choix de changer de prêteur quand notre cote de crédit sera aussi basse???
Vous avez toujours vécue a crédit l’augmentation de la valeur de votre maison et maintenant vous voulez la vendre…vous aller vivre comment après?

Est-ce que je suis le seul ici qui a remarqué que, selon le sondage présenté ici, les jeunes francophones ne sont attachés au Québec qu’à 51%, mais que les jeunes toutes langues confondues y sont attachés à 30 POINTS DE PLUS!

Ça signifie quoi? Que les jeunes Québécois francohpones ne s’identifient pas fortement à quoi que ce soit? Qu’ils sont individualistes, non politisés, socialement apathiques? On ne bâtit pas un pays avec des gens comme ça, peu importe leur ressentiment pour le Canada.

Peut-être que le politicien qui mènera le Québec à l’indépendance, dans 50 ans, sera… Nord-Africain?

@Mathieu R.
Le premier chiffre ne réfère qu’à la réponse « très attachés » et est en fait de 61%.
Le second réfère à l’addition des « très » et « assez attachés ».
jfl

@ lagentefeminine

Chère madame, SVP descendez de vos grands chevaux, vous semblez toute prête à péter une crise cardiaque.

Je ne suis pas un chantre de la séparation à tout prix et je pense également que les québécois ne son pas prêt à faire l’indépendance à toute prix, mais je ne pense pas non plus qu’ils sont prêt à demeurer au Canada à n’importe quel prix. Surtout pas au prix du statu quo ou de l’assimilation.

I’m fluently bilingual and I don’t consider myself as a Canadian first neither.

C’est drôle que vous assimiliez tous les séparatistes, indépendantistes ou souverainistes à des unilingues francophones finis. La plupart d’eux eux ont une connaissance plus que fonctionnel de l’anglais. Je trouve vos affirmations réductrices.

J’ai bien plus tendance à faire confiance à des données recueillies par un directeur de recherche d’une association pan-canadienne qu’à vos simples perceptions.

Toutefois, attention, je ne dis pas non plus que l’analyse de M. Lisée est parfaite et sans reproche. C’est certains qu’elle est subjective et teintée de son allégeance politique, mais c’est ça qui est beau dans notre société libre et démocratique, c’est que toute analyse censée ait le droit de citer et que personne ne s’arroge la vérité incarnée.

Prenez un temps de repos et pratiquez le détachement.

Même des Québécois anglophones universitaires et cégépiens commencent à envisager cette solution pour parer au déséquilibre parfois paranoïaque de ce pays.

@Sensrugeux, je suis capable de débattre de point de vue sans affecter mon rhytme sanguin.
Alors soyez raisonnable, je ne vois pas pourquoi vous semblez vous sentir attaqué.
Relisez a 2 fois avant de réagir de manière aussi impulsive.
Je suis d’une nature calme et posée et n’ai rien dit pour vous attaquer. Au moins mettez en citation ce qui vous fait réagir a ce point.

@ Marilène Pilon

Mme pilon,

« J’attends toujours mes arguments factuels (autrement dit, pas d’émotion, ni de “je vais perdre mes rocheuses et mon passeport”) pro Canada. »

Voyez-vous Mme Pilon les jeunes de mon entourage, dont mon fils qui a vécu dans les rocheuses l’Ouest, se foutent complètement des rocheuses et des grandes plaines comme l’explique le Billet de JF Lisée. Aussi ils ne sont absolument pas impressionnés par le mot SÉPARATISTE OU SÉPARATISME comme François 1 se plait à le souligner pour faire peur. Les jeunes n’ont pas besoins de caractère spécial ou de cœur au ventre pour parler de séparatisme, c’est normal chez eux.

Ils n’ont pas peur de la situation économique actuelle et future. Ils n’ont pas peur du genre de discours de lagentefeminine et de John Bull. En fait ils sont complètement indifférents à ce genre de propagande très ennuyeuse pour eux. D’un autre côté les plus vieux susceptibles d’avoir peur de cette propagande sont de moins en moins nombreux.
———-
« Le Québec nagerait facilement avec les gros poissons sans problème.” (René Muhammad Martin)

Justement c’est l’OMC qui permet aux petits poissons dans le monde de nager parmi les gros. De plus en plus de petits pays développent leur économie sans êtres écrasés par les gros. Dans le monde de plus en plus de régions se séparent de leur pays pour en devenir un avec succès. L’OMC enlève souvent du pouvoir aux grandes puissances malhonnêtes favorisant tous les pays petits ou grands.

L’OMC est l’organisme qui favorise plus que jamais la souveraineté des pays.

Ici au Québec ceux qui crient le plus fort sont les peureux qui paniquent, ou ceux qui se sont vendus pour faire de la propagande pour certains grands blocs d’intérêts.

Je ne me souviens plus qui quelqu’un a déjà dit la vérité se trouve au milieu entre québec solidaire et québec lucide. Je m’en souviens…

@Jean-François Lisée
Merci de la précision/correction.
Reste que ma curiosité est piquée au sujet de l’attachement au Québec des non-francophones. Je lirai avec intérêt la suite dans la série.

@Jean-François Lisée
Je regarde l’étude à l’instant et je lis que le pourcentage de jeunes francophones très attachés au Québec est bien de 51%. C’est l’attachement à la langue française qui atteint 61%.

HEuuu… Si la nouvelle génération s’identifie si fortement au Québec, pourquoi l’option souvrainiste traine dans les bas fonds de tout les sondages? Pourquoi le PQ a si peu de succès? Combiné aux gaffes à répétition des libéraux, le PQ devrait flotter dans les sondages.

Je crois que les gens s’identifie « culturellement » au Québec mais n’on pas besoin d’un pays pour l’affirmer. Ils apprécient leur comfort et considèrent le Canada comme une entité économique viable qui nous apporte beaucoup tout en nous donnant toute la latitude pour protèger et promouvoir notre langue et notre culture. Good deal. No risk.

Bonjour, juste vous dire que je suis en secondaire 5, et qu’en secondaire 3, il y avait des élections et fédérales, et provinciales, dans le même temps à peu près de l’année (avant les fêtes).

On a fait des votes (secrets, évidemment), et sur 103 élèves de secondaire 3, le PQ gagnait haut la main avec 53%, puis suivait le PLQ avec 26%, le Parti vert arrivait en troisième et à égalité avec l’ADQ. On avait pas ris en compte les autres tiers partis.

Évidemment, je suis dans les Cantons de l’est, donc le profil n’était pas à prendre vraiment en compte. Il y a quelques anglophones, sans plus, assez pour que ce soit négligeable.

Puis pour le résultat au fédéral, c’était encore mieux (ou pire, tout dépendant!!!), puisque le Bloc québécois arrivait en premier avec 73%. Les autres, je ne m’en souviens même pas.

Et avec le passage sur l’Identité québécoise, les résultats étaient encore plus concluants : 76% s’identifiaient à la province de Québec, venait en deuxième la ville, puis le pays (Canada).

Ce n’est pas très très crédible, ce n’est pas vérifié non plus. Ce n’est pas un sondage de Léger marketing non plus.

Mais entéka, je suis certain que c’est moins biaisé qu’un sondage CROP !!!!

@ lagenteféminine : Madame,

Je vous suggère très très fortement le livre de monsieur Jean-François Lisée : « Pour une gauche efficace ».

Je vous jure que je n’affiche pas ce titre ici parce que nous sommes sur son blogue et que, franchement, je suis une vraie fan! Je vous le conseille parce que ce livre dissipera vos craintes; TOUTES vos craintes. Il couvre TOUS (et je pèse mes mots) TOUS les sujets de vos questions : la dette, Hydro-Québec, l’assurance-emploi (qui serait administrée par Québec à ce moment-là), plein de réformes extraordinaires pour l’emploi, l’entreprise et j’en passe! C’est 276 pages. Ça vaut la peine!

Ça sera de grosses réformes sans hausser les coûts puisque le gouvernement prélèvera des taxes et impôts de manières différentes pour qu’au global, les contribuables ne paient pas plus cher et que les riches paient des taxes et impôts (oui, oui, c’est fantastique comme ouvrage! Mais on a du travail à faire; ça ne fait rien : un pas à la fois!)

@Youlle : tant mieux Youlle. Je faisais de l’ironie quand même quand je parlais de Rocheuses et de passeport. Sauf que Jean Charest est sorti en 1995 en conférence de presse avec son passeport à la main. Je lançais le tout à la blague, mais je ne suis pas si loin de la réalité; malheureusement.

Et j’attends toujours les arguments factuels du clan du non. Il doit bien y en avoir : on vote oui en sachant pourquoi; il doit bien y avoir quelqu’un qui vote non en sachant pourquoi aussi!? Pas émotivement, je veux des raisons basées sur des faits.

J’y tiens, je veux savoir. Sinon, voter non sans savoir pourquoi, *soupir*…

On a TOUT ce qu’il faut pour devenir un des meilleurs pays du monde. C’est une belle aventure et je souhaite de tout mon coeur pouvoir vivre ce moment!

@Luc Poirier

Les sondages se font-ils par ligne téléphonique terrestre ou par cellulaire ?

Les jeunes ont-ils des lignes terrestres ou des cellulaires ?

Vous y aviez pensé ?

Bon, pas très étonnant comme nouvelle. Les jeunes québecois de 18-24 ans vivent dans un contexte politique où l’on vote contre un parti et non pour; ils sont de part leurs âges enclin à vouloir du changement parce qu’il rêve d’un monde qui rejoint leurs idéaux de renouveau et les partis en faveur de la souveraineté l’ont bien compris. C’est une des raisons pourquoi on retrouvait même dans les écoles secondaires ( où les jeunes n’ont pas droit de vote) des slogans pour la souveraineté lors du dernier référendum. Je serais curieuse de voir une étude longitudinale sur la question afin de vérifier si ces jeunes demeureront en faveur de la souveraineté en vieillissant.

@ Luc Poirier (# 41):

Vous avez entièrement raison de poser ces questions qu’éludent tous les séparatistes qui hantent ce blogue. On en est rendu chez ceux-ci de parler de séparatisme partout sauf…au Québec! C’est tout dire…

@ Marilène Pilon (# 43):

Les mots « gauche et « efficace » sont des antonymes Madame!!!

« Toute nouvelle stratégie souverainiste doit prendre en compte ces trois facteurs. »

C’est pourquoi j’aime bien l’approche de Québec Solidaire: Une assemblée constituante élue qui déterminera les bases d’une future constitution québécoise. Cette approche a les avantages suivants:
1) La société civile et les citoyens pourront se prononcer sur le texte en cours de rédaction au lieu de devoir le faire sur un texte imposé par une petite clique (aussi bien intentionnée et compétente soit-elle). C’est beaucoup plus démocratique.

2) Elle permet de définir ce que veulent les Québécois sur tous les sujets: protection de la langue française, abolition de la monarchie, laïcité vs droits de religion, immigration et intégration, modèle économique, ressources naturels, environnement, pouvoirs que devraient avoir au minimum le gouvernement québécois et ceux qui peuvent être laisser à des instances étrangères (parlement canadien, OTAN, ALENA, ONU), etc.

3) Aucune option n’est rejetée à priori. Il est même possible, si l’assemblée constituante élue ne choisit pas d’emblée la souveraineté politique, que ce projet de constitution québécoise serve de base pour une négociation avec le Canada pour régler l’incroyable fait que depuis 29 ans le Canada ait sa propre constitution sans que le Québec l’ait signé.
Si le Canada rejette d’emblée l’offre du Québec, c’est une autre histoire; mais cela aura au moins le mérite d’éclaircir la situation. Dans le cas contraire, il est possible (même si j’en doute) que le fédéralisme soit vraiment « renouvelé » avec l’adhésion du Québec au Canada, ce qui rendrait caduque l’option souverainiste et règlerait aussi une fois pour toute la question.

4) Le référendum ne serait que le point d’orgue de la démarche: valider officiellement de manière démocratique le texte qu’aurait rédigé une assemblée tout aussi démocratiquement élue. Aucune peur d’échec à avoir (plus de « bouchon »).

Les souverainistes, comme monsieur Lisée, qui croit que les Québécois se définissent comme Québécois et non comme Canadien, ne pourront que se réjouir d’un processus qui permettra aux Québécois d’affirmer cette identification.
Les fédéralistes, qui croient que les Québécois veulent vraiment rester dans le Canada, ne peuvent s’opposer à une démarche qui permettrait de marginaliser pour très très longtemps le mouvement souverainiste s’ils ont raison.
Et même les partisans d’une obscure troisième voie pourront y voir un moyen de définir cette voie.

Bien sûr, il reste ceux qui croient que leur vision est la meilleure et sont convaincus que les Québécois sont trop gnochons pour le comprendre et qu’il faille imposer cette vision en écartant la démocratie.
Sinon, si on croit que notre vision est la meilleure, que les Québécois méritent de se prononcer sur ce qu’ils sont et que la démocratie n’est pas un simple slogan vide de sens, cette approche me semble prometteuse.

@ Marilène Pilon

« Et j’attends toujours les arguments factuels du clan du non. »

Humm! Vous n’en aurez pas.

Sa fait 40 ans que je demande aux fédéralistes pourquoi il faut l’être. Personne n’a pu me donner de réponse exception faite des élucubrations insignifiantes style François sa majesté ou des Bulls.
———

« Je faisais de l’ironie quand même quand je parlais de Rocheuses et de passeport. »

De l’ironie?

Rappelez-vous que c’est le grand PET qui dans un de ses discourt des plus sérieux sérieux l’a mentionné le premier.

Mes rocheuses, vont pas m’enlever mes rocheuses. Je l’ai entendu tellement de fois.

Ben voilà cet argument insignifiant a bien servi les fédéralisses. Aujourd’hui, c’est une chose que les jeunes ignorent.

« Si la nouvelle génération s’identifie si fortement au Québec, pourquoi l’option souvrainiste traine dans les bas fonds de tout les sondages? »

Et démon de satan d’enfer. Il faut répéter, répéter, répéter et puis répéter.

Les fédéralisses sont-ils moins instruits ou ont-ils des troubles de mémoire?

Je répète:

Il y a 20 mois selon un sondage fiable et très sérieux du Bloc Québécois, 49,2% des Québécois de toute origine répondaient oui à la question suivante:

« Souhaitez-vous que le Québec devienne un pays indépendant? »

Oui à 49,2% c’est un record et les fédéralisses nous disent que l’Option souvrainiste est à la baisse alors qu’elle n’a jamais été aussi haute.

Force de la jeunesse et de la fraternité.

«Voici qu’un peuple apprend à se mettre debout
Debout et tourné vers la magie du pôle debout entre trois océans
Debout face aux chacals de l’histoire face aux pygmées de la peur
Un peuple aux genoux cagneux aux mains noueuses tant il a rampé dans la honte
Un peuple ivre de vents et de femmes s’essaie à sa nouveauté»

Jacques BRAULT, Suite fraternelle, Déom, 1965

Bonjour,

Je suis un jeune de 21 ans et je suis indépendantiste. Le déclic pour moi a été fait lors de mon cours d’histoire de secondaire 4. Mon professeur n’était pas pro-propagande pour l’indépendance. J’ai simplement réalisé d’où je venais et que en tant que membre d’une nation, je souhaits que celle-ci se gère pour elle-même et devienne responsable. Bref, ce n’est pas la haine envers le Canada qui motive mon choix d’être indépendantiste. Ce n’est simplement pas mon pays.

Vive la liberté, vive l’indépendance.

Monsieur Lisée votre sophisme est innéficace.

Quand on veut vraiment faire quelque chose, on arrêtte de dire qu’on va le faire un jour et on le fait !

Un amant qui me dirait qu’un jour il me fera l’amour, après 40 ans, je n’y croirais plus !

Si on désire notre liberté, il n’y a qu’une façon de l’obtenir, personne ne nous la donnera sur un plateau d’argent, il faut la prendre car de plus on y a droit !

Ça fait le tournage en rond du PQ !

Paroles, paroles et paroles…

Article numéro 1 de la Plate-Forme du Parti Jeanne du Lys
Après avoir été vice présidente de l’ADQ en 2007, suite à ma démission en 2008 j’ai navigué dans les milieux souverainistes. Ce qui me guidait en premier lieu c’était l’économie et bien entendu la protection de notre langue et de notre culture.

Ma démarche m’a conduite à ceci :

» La Souveraineté Autonomiste »

La ‘’souveraineté association » du PQ étant une souveraineté ’’confédérationaliste’’ requérrant un référendum et menant à une autonomie réduite et négocier exclusivement avec Ottawa.

Tandis que la »Souveraineté Autonomiste » que je propose serait une souveraineté plus autonome requérrant une élection décisionnelle (référendaire)menant à une autonomie complète du Québec et permettant de négocier avec le monde entier.

J’ai rencontré à travers le mouvement souverainiste :

Monsieur René Marcel Sauvé

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l’auteur de Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires.

Qui suggère ce qui suit que je grefferais à ma Souveraineté Autonomiste si le PQ ne veut pas de la suggestion de monsieur Sauvé :

Souveraineté Autonomiste

VOUS VOTEZ POUR LE PARTI Jeanne du Lys, CETTE FOIS, C’EST PARCE QUE VOUS AVEZ PRIS CONSCIENCE ET DÉCIDÉ CE QUI SUIT :

1. Vous reconnaissez le Québec comme votre foyer national.

2. Vous reconnaissez le Québec comme votre État.

3. Vous ne reconnaissez plus Ottawa comme ayant autorité sur le Québec.

4. Vous autorisez le gouvernement du Québec à récupérer tous les pouvoirs d’État d’Ottawa et à agir comme tel.

5. Vous invitez sans ambages Ottawa à quitter le Québec.

6. Vous appuyez la démarche à venir du gouvernement de Québec de récupérer toutes les taxes, impôts et fiscalité d’Ottawa.

7. Vous appuyez la démarche à venir du gouvernement de Québec à exercer pleine autorité sur toutes les communications dans le territoire du Québec, comprenant chemins de fer, transports maritimes, routes, espace aérien, communications écrites et électroniques.

8. Vous autorisez le gouvernement du Québec à négocier d’État à État avec les autres provinces et les États américains, de même avec Ottawa, Washington et autres.

Sylvie R. Tremblay
Jeanne du Lys 1ière
Reine de la République Française d’Amérique

Souveraineté Autonomiste

En plus monsieur Lisée, ça ne vient pas de coûter 6 millions de dollars aux contribuables pour des commissions de çi ou de ça de recherches, ou bla, bla, bla bla bla…,etc.

Jeanne du Lys

@youlle
quelques notion de pédagogie
»Il faut répéter, répéter, répéter et puis répéter ».
Mauvaise méthode ça n’est pas en martelant le même discours que votre message va passer. Refaites vos devoir, ou bien votre arguementaire est inintelligible, ou bien il ne se tein pas mais chose certaine il ne convainc personne… selon vos propres dires.
Peut-être que si vous commenciez par vous ouvrir aux autres points de vue, mieux comprendre les gens a qui vous vous adressez au lieu de les prendre pour des endouilles parce qu’ils ne partagent pas votre option vous arriveriez peut-être a créer une ouverture et pouvoir semer des idées, si elles sont bonnes elles feront du chemin. Mais si c’était vous qui aviez tord???
En tout cas si ce n’est pas payant (pour reprendre vos allusions), vous êtes plus que généreuse de votre temps envers cette cause… perdue. Le deuil sera peut-être pénible mais vous y arriverai il y a pire que ça.
Regardez le globe terrestre l’étendue du Canada
Regardez une carte géomorphologique il est riche
regardez les endroits ou vous auriez pu avoir la malchance de naitre dans ce monde
Regardez l’environnement social dans certains pays on vous aurait crusifié depuis longtemps avec vos discours et vos exigences
vous demandez tout nêtes jamais satisfait
et croyez à la fée des dents
cette utopie auquelle vous croyiez non seulement est dépassée, mais n’est plus souhaitable dans un monde en destruction, ou les ressources en eau, énergie et céréales commencent a manquer
vous êtes là a marteler vos vielles rangaines quand ailleurs dans le monde on regarde la fonte des glaciers en envoyant prospecter et acheter terres et droits miniers.
Réveille-vous, vous avez perdu, le momentum est passé, et personne ne pourra plus le réaliser sans causer une catastrophe et plonger nos populations dans une précarité politique et économique sans précédent. J’arrête ici car en autruche que vous êtes vous concluerez a la propagande et à la vente d’idée de complot paranoia qui vous aveugle et vous empêche de voir rationnellement la réalité économique, sociale et politique mondiale dans laquelle nous vivons.

J’ai 19 ans et à ceux qui croient que ces chiffres sont faussés ou que J-F Lysée analyse mal les chiffres, vous allez être surpris quand ma génération va prendre sa place.^^

Bonsoir,
Avec votre passé de catholicisme, pas étonnant que vous êtes devenus nationalistes ! Car vous croyez aux miracles ! Je sais, je sais que l’on vous a raconté que la foi déplace les montagnes, n’est ce pas ? Mais ne soyez pas si dupes car, même avec la foi du charbonnier, en étant toute la gang, jamais au grand jamais vous ne réussirez à déplacer les Rocheuses dans le coeur des Canadiens qui forment la très grande majorité des québécois…… Cessez de rêver et tenez le pour dit ! Car vous ne pouvez continuer de souffrir ainsi…. Au plaisir, John Bull.

@Youlle : Et là là, j’ai quand même espoir de voir des arguments pour le non pour comprendre.

Si les adeptes de cette voie n’ont pas d’arguments factuels, ils se laissent convaincre par la peur? le statu quo? Il ne faut pas avoir une trop haute opinion de soi-même pour se laisser berner si facilement, selon moi.

Je nous suggère de continuer d’éduquer, d’informer et c’est vraiment bizarre que les gens ne lisent pas un livre de 276 pages qui leur donnerait toutes les réponses.

@François 1 : quand vous aurez lu le livre, vous prendrez l’opinion que vous voudrez. En attendant, ne parlez pas à travers votre chapeau, la gauche peut être efficace; point final.

@ lagentefeminine #57

« @youlle
quelques notion de pédagogie
”Il faut répéter, répéter, répéter et puis répéter”.
Mauvaise méthode ça n’est pas en martelant le même discours que votre message va passer. Refaites vos devoir,… »

Mme lagentefeminine allez donc raconter ce que vous dites aux entreprises Wallmart, McDonalds, pharmacies Jean Coutu et Rona.

Ils répètent bien plus que moi eux et sa rapporte.

« @Youlle Ils ont des arguements, prix, service etc quels sont VOS arguements. »

Vous confondez argument, raison et résultat.

Alors je répète en core.

Je n’ai jamais en 40 ans été capable de la part d’un fédéraliste d’avoir une une bonne raison pour être fédéraliste.

Aucune discussion sensée n’est possible avec ces gens.

Ça ne me surprend pas tellement de constater ce regain d’intérêt pour le Québec, constatant chaque jour l’écart idéologique de plus en plus profond entre le gouvernement conservateur au pouvoir et la tendance nettement plus démocrate des québécois. On sent une polarisation des tendances d’ouest en est ce qui me fait craindre le pire pour la prochaine élection fédérale. Moi qui ne soit pas à prime abord souverainiste, je sens que je vais « virer mon capot de bord » si nous sommes pris pour 4 ans avec ce gouvernement démagogique, manipulateur et obscurantiste !

En quelques années seulement, ce gouvernement a terni l’image du Canada sur la scène internationale durablement. Ce qui me désole encore plus c’est que la population a la mémoire bien courte et oublie que la dernière récession est due à ces chers gouvernements de tendance conservatrice. Ils ont déréglementé les marchés financiers, sous la pression des grands lobby, afin que seuls quelques uns s’en mettent plein les poches et que nous, « la populace », nous payions collectivement pour les pots cassés…

Moi, ce n’est pas dans une société qui prône la peine de mort, qui néglige ses devoirs envers les plus démunis et dont le gouvernement n’a aucune vision d’avenir que je veux vivre. S’il faut pour cela devenir souverain, alors allons-y ! Au moins, la responsabilité de nos succès et de nos échecs sera entre nos mains, selon nos valeurs à nous.

Quand on analyse les réponses des plus de 75 ans, qui sont plus attachés au Canada, il faudrait voir ce que ce dernier mot évoque pour eux. Je le dis en tout respect. Ma mère aurait 93 ans et, quand elle parlait du Canada, c’était celui dont il était question dans l’hymme national d’avant 1980 et dans les chansons de la Bolduc, une sorte de Canada de souche française.

Bonjour! Bloguistes de JFL. Déjà la fin de janvier
de la Nouvelle Année 2011 arrive avec un froid sibérien. Le Protocole le permet : Bonne et Solide Année. Je reviens au Blogue JFL, 17 jan’11: Jeunes québécois: « Canada,adieu! ». À chaque fois, c’était faux: les Jeunes du Québec se
fouts de tout et de rien. Puis, après moultes sondages plus poussés et qu’ailleurs de Léger sur-le-marché ou sous son trente-six, ou encore comme on disait » Sondage Léger, Léger; dans le temps du père Marcel et non du fils Jean-Marc sur l’international marketing français!

Donc,les Jeunes Québécois s’identifient à 60%. Du jamais vu: 20% de plus qu’en 1980 et encore 10% plus élevé qu’en 1995 lors de référendums. Et pourtant le mot « référendum » est honni de tous, selon les médiums, et synonyme du mot « élection ». Prenons alors la même façon qu’on a fait jadis lors de la « création politique » de la Fédération de 1867 qui remplacait le Dominion, créé en 1763 (Traité de Versailles ou de Paris)
. Par le vote dans les deux institutions du temps, à savoir les élu-e-s de la Chambre des Communes et des non-élus du Sénat.

Aspirant à la Liberté politique, les élu-e-s des partis politiques, majoritaires à l’Assemblée nationale du Québec à 50% et une voix, ayant pour objectif premier de réaliser l’Indépendance du Québec, délibèrent du moment d’une consultation démocratique, jugée appropriée par le Gouvernement en place.

Fini le chantage du ROC par la loi de la clarté Dion et sur le/la Chef de partis politiques voulant l’Indépendance du Québec, particulièrement lors de leur Congrès national qui exige plus que du 50% et une voix; selon la Presse canadienne,et signée dans leur Revue de l’Année en mi-décembre 2010. À la prochaine, CB.

chere Jean-Francois, je viens de lire votre autre billet La décanadianisation du Québec s’accélère
pour m’appercevoir que finalement il n’y a seulement que 31% des québecois qui ce disent seulement québecois, c’est donc dire que 69% des québecois ce disent a différent niveau québecois et ou canadien. Vous tentez de manipuler les chiffres mon chere dans votre billet actuel. Moi ma conculsion c’est qu’il y a donc seulement31% de souverainiste. C’est loin de votre conclusion ca monsieur.

David…

je ne connais pas les sources de mr Lizée…

mais c’est ta réponse qui est biaisée…

31% des québécois ne se sentent que québécois…

69% a différents niveaux québécois…

Je ne vois pas de contradiction entre autre qu’un québécois qui est en premier lieu montréalais, ou un québécois qui se considère aussi canadien a 10% ne vote pour la souveraineté.

votre analyse est de part trop simpliste.

« il est sur que les médias vont toujours dire que la souveraineté a aucun avenir, comme les québécois sont raciste. Mais si je me rapelle bien ce sont les gens de colombie Britannique qui ont accueillis les Sri lankais avec des banderoles pour qu’ils retournent chez eux… »