Jocelyn Dupuis et son train de vie

Selon la poursuite, Jocelyn Dupuis a obtenu des remboursements de dépenses de 225 000 dollars de la FTQ-C, pour une courte période de 43 semaines en 2007 et 2008. En moyenne, il réclamait 5 200 dollars par semaine pour ses frais de séjour et de restauration, ainsi que pour ses déplacements.

PolitiqueDemain, c’est promis. Je me la coule douce pour la pause du midi. Assez les économies de bouts de chandelles, les demi-sandwichs et l’infect café filtre. Je m’offre un traitement royal. Un traitement à la Jocelyn Dupuis avec une entrecôte juteuse, une bouteille de Château-quelque-chose dans les trois chiffres et même un café brésilien… ou deux.

J’ai compris une grande leçon de vie au procès pour fraude et fabrication de faux de l’ex-directeur général de la FTQ-Construction (FTQ-C), qui a commencé mardi au Palais de justice de Montréal. C’est vrai, quoi. Il faut profiter de la vie.

Selon la poursuite, Jocelyn Dupuis a obtenu des remboursements de dépenses de 225 000 dollars de la FTQ-C, pour une courte période de 43 semaines en 2007 et 2008. En moyenne, il réclamait 5 200 dollars par semaine pour ses frais de séjour et de restauration, ainsi que pour ses déplacements.

Des repas qui avaient coûté 42 dollars dans d’obscurs restaurants en bordure de la métropolitaine devenaient des festins de 442 dollars par la magie d’un coup de crayon.

Lors de son témoignage à la commission Charbonneau, M. Dupuis s’est présenté comme un ardent batailleur, un fier défenseur des droits des travailleurs de la construction. Il était prêt à remuer ciel et terre pour eux, comme en font foi ses allocations de dépenses.

Par exemple, il a déjà parcouru 1 400 kilomètres une seule semaine, réclamant au passage 500 dollars en frais de déplacement à la FTQ-C. L’exploit est d’autant plus remarquable qu’il est resté principalement dans la région de Montréal cette semaine-là. C’est 22 fois l’aller-retour entre le siège social de la FTQ et sa résidence dans Lanaudière.

M. Dupuis a également dit à la commission Charbonneau qu’il se devait de suivre les entrepreneurs lors de copieux soupers d’affaires au cours desquels il était question de relations de travail. Si un employeur commandait une bouteille à 300 dollars, il se devait de lui rendre la pareille, au risque de faire passer la FTQ-C pour une association de pingres et de démunis. Il avait le souci du rapport de force, jusque dans son analyse de la carte des vins.

Le vernis syndical de Jocelyn Dupuis a paru bien mince au lendemain de sa comparution à la commission Charbonneau. Même si le procès n’est pas joué, il risque bien de perdre le peu de lustre qui lui reste.

* * *

À propos de Brian Myles

Brian Myles est journaliste au quotidien Le Devoir, où il traite des affaires policières, municipales et judiciaires. Il est présentement affecté à la couverture de la commission Charbonneau. Blogueur à L’actualité depuis 2012, il est également chargé de cours à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). On peut le suivre sur Twitter : @brianmyles.

Laisser un commentaire

Un autre bougon qui abuse de notre système. Mais cette fois-ci c’est l’argent dûment gagné par les travailleurs de la FTQ Construction qu’il a volé. Après on nous casse les oreilles que ce n’est que le PLQ qui est corrompu… Pfffff!

Vous croyez VRAIMENT que les bougons nous coûtent si cher que cela….?? Lisez donc : LES MILLIARDAIRES: Comment les ultra-riches nuisent à l’économie. Par Linda McQuaid et Neil Brook.

Et donnez m’en des nouvelles !!!! ( 😉

Pauvre François, C’est le pouvoir politique des ultra-riches qui ne cherchent qu’en s’enrichir personnellement, souvent au détriment de la collectivité, par du crédit prédateur ( entre autre ) qui EST menacant…..

La CRÉATION de la tichesse pour la collectivité québecoise est autre chose; Comme l’illustre le livre:
Éloge de la richesse. Des idées pour donner au Québec les moyens de ses ambitions…

Il me semble que TA réalité est polluée par la propagande belliqueuse de ton site préféré, bien dénommé: antagoniste….

Si tu avais lu ce livre tu aurais sûrement compris la différence entre le concept « de rapport à l’argent » et celui de » un $ = un vote » ….

Et SURTOUT, ne prends pas la chance d’invalider TA réalité en COMPRENANT les notions expliquées dans : LES MILLIARDAIRES: Comment les ultra-riches nuisent à l’économie. Par Linda McQuaid et Neil Brook

Je te suggère de LIRE le livre que tu suggéres ( et pas seulement le titre…) Tu sais les Connaissances ouvrent la conscience sur des enjeux qui DÉPASSENT la simple rivalité Fédé-Souverainiste….

Fait à noter: Le livre dont tu parles a été écrit avant la crise de 2008, en plein boom boursier… Il voguait joyeusement dans UNE RÉALITÉ prospère !!!!!

AVANT que les « bienfaits » de la mondialisation aient frappés de plein fouet plusieurs pays ( même les USA), alors, plusieurs économistes ont revisé leurs théories…

Les temps changent mais le bon vieux système capitaliste est le SEUL a avoir traversé l’épreuve du temps.

TOUS les autres systèmes sont disparus ou sont en voie de l’être et vous savez pourquoi? Parce que le capitalisme est le SEUL qui honore les choix individuels, respecte la LIBERTÉ et qui récompense l’effort. Tous les autres systèmes sont en porte-à-faux avec les élans fondamentaux de la personnalité des humains.

Aujourd’hui François, il n’est plus question de socialisme ou de communisme, tu as raison….

C’est le « capitalisme prédateur et débridé » qu’il faut endiguer par des règlementations adéquates… Lorsque le capitalisme nord-américain a été mis de l’avant par les Pères Fondateurs des colonies américaines, ils ont veillés à le contenir à l’intérieur des bases morales de l’époque. Mais, il a dégénéré jusqu’à la Grande Crise des années 20.

Le Président Roosevelt a légiféré… avec le New Deal… Les oligarchies ( les Ultra-Riches ) sont lentement revenues à la charge et un virement spectaculaire s’est installé à partir des années 80 avec Reagan…

Aujourd’hui, même la démocratie s’en trouve menacée…. Tu es très actif sur les blogues… si tu t’informais sur ce sujet, ton aide deviendrait utile pour tes concitoyens.

La société québécoise ( tout comme celles des Pays Bas ), par ses affinités sociales-démocrates, est bien placée pour freiner ces dérives vers un capitalisme TROP vorace…

De plus, tu écris : « Tous les autres systèmes sont en porte-à-faux avec les élans fondamentaux de la personnalité des humains »

Attention de mettre TOUS les humains dans le même panier !!! Pour vivre à l’époque des Cro-Magnons, la mentalité de loup prédateur fût bien utile…. Aujourd’hui, même si la génétique progresse que très lentement, la culture et la civilisation évoluent à vitesse grand V…

Il devient primordiale de faire en sorte que les Hommes ne soient pas des loups pour les autres hommes…. Même si nous avons tendance à tous s’IMAGINER en Maître-Loup et tout près d’accéder à la meute suprême….

Le mythe de la mobilité sociale ( naitre en bas de l’échelle et accéder aux sommets par les efforts personnels et par nos gènes supérieurs !!!!) est un grand MENSONGE, surtout aux USA, : C’est WARREN BUFFET (le muti-millionnaire) qui disait: Une guerre de classe est en cours depuis 20 ans… et c’est ma classe qui a gagné !!! )

Boff, une autre page d’histoire qui s’écrit à la Commission Charbonneau. Dans le fonds le Maclean’s avait bien raison de publier que le Québec était la province la plus corrompue du Canada. Et le pire c’est qu’on en est fier car 41% des électeurs ont voté pour le parti le plus corrompu de l’histoire du Québec. Ce même Québec dont certains voudraient en faire un pays, il faut le faire. C’est désolant, tout ce qui compte ici c’est le sport…oups excusez-moi, le Canadien de Montréal. Le sport lol et relol!

Serge, pourquoi ne cesserions-nous pas de cracher sur notre peuple? Pourquoi focuser sur ceux qui nous volent quelques centaines ou milliers de dollars et oublier ceux qui nous volent des MILLIONS et des MILLIARDS ???

Comment intéresser les citoyens à EXIGER la transparence des moeurs politiques, ici et au Canada ? Surement pas par le simple cynisme et la conviction que : Tant qu’il y aura de l’Homme….ect.

L’incongruité de l’arnaque de Jocelyn Dupuis est que les victimes sont principalement des hommes forts, supposément un groupe peu affecté par des injustices de tout genre, avec des salaires au-dessus de la moyenne, soit les travailleurs de la construction. Finalement, nous réalisons – à travers d’autres révélations de la Commission Charbonneau – que ces hommes s’occupent assez peu de leurs affaires, qu’ils sont peu critiques de leurs conditions de travail et surtout de l’utilisation de leurs contributions syndicales. Ces travailleurs sont juste forts physiquement, et c’est ce que la société leur demande, mais ils mériteraient d’être plus éduqués et instruits, davantage capables de communiquer entre eux pour exiger des comptes de leurs instances syndicales autant que de leurs dirigeants. Cela profiterait à tous.

Les plus populaires