Jody Wilson-Raybould en avance dans sa circonscription de Vancouver-Granville

La division du vote dans cette circonscription ne fait qu’accroître les chances de réélection de celle qui se présente désormais comme candidate indépendante, ce qui augmente les probabilités d’un gouvernement minoritaire à Ottawa en octobre prochain.

Photo : La Presse canadienne

Lundi dernier, l’ancienne ministre de la Justice et procureure générale Jody Wilson-Raybould a tenu une conférence de presse dans sa circonscription de Vancouver-Granville afin d’annoncer qu’elle se présentera aux prochaines élections comme candidate indépendante. Au cours des dernières semaines, de nombreuses suppositions pointaient vers une possible alliance entre Mme Wilson-Raybould et le Parti vert du Canada (de concert avec Jane Philpott), mais Mme Wilson-Raybould aura finalement choisi le chemin le plus ardu vers sa réélection.

En 2015, elle avait remporté facilement la circonscription de Vancouver-Granville avec une avance de 17 points sur sa rivale néo-démocrate. Toutefois, les sondages publiés ces derniers mois sur les intentions de vote fédérales en Colombie-Britannique contiennent d’importantes fluctuations, ce qui crée naturellement un haut niveau d’incertitude dans les données. En choisissant de se présenter comme candidate indépendante, Mme Wilson-Raybould ajoute donc à l’incertitude des projections actuelles dans Vancouver-Granville.

Afin d’y voir plus clair, nous présentons aujourd’hui un sondage exclusif des intentions de vote dans Vancouver-Granville. Ce sondage a été conduit par Recherche Mainstreet pour le compte de Qc125/338Canada. Mainstreet était sur le terrain les 29 et 30 mai dernier et, en utilisant la technologie IVR (appels automatisés), a recueilli les intentions de vote de 418 électeurs de Vancouver-Granville. Ce sondage est donc de nature probabiliste et offre une marge d’erreur d’un peu moins de 5 %, 19 fois sur 20.

Les répondants ont été sondés sur leurs intentions de vote d’abord selon leurs préférences de partis, puis une seconde fois avec une liste de candidats potentiels pour l’élection d’octobre prochain. Bien que nous ne connaissions pas encore la liste complète des candidats dans Vancouver-Granville, ce sondage devrait être interprété comme un outil afin d’estimer l’« électabilité » de Mme Wilson-Raybould comme candidate indépendante.

À la question « Si une élection fédérale avait lieu aujourd’hui, pour quel parti voteriez-vous? », les réponses suivantes étaient offertes aux répondants :

  • le Parti libéral mené par Justin Trudeau ;
  • le Parti conservateur mené par Andrew Scheer ;
  • le NPD mené par Jagmeet Singh ;
  • le Parti vert mené par Elizabeth May ;
  • la candidate indépendante Jody Wilson-Raybould.

Voici les résultats avec les indécis :

Malgré le fait qu’elle soit nommée comme candidate indépendante, Jody Wilson-Raybould (JWR) se trouve en tête de peloton avec l’appui de 28 % des répondants, soit trois points devant les libéraux. Toutefois, considérant la marge d’erreur de ce sondage, nous devons interpréter ce résultat comme une égalité statistique entre JWR et le PLC.

Les conservateurs se trouvent en troisième position avec l’appui de 17 % des répondants. Le NPD et les verts sont à égalité au quatrième rang. Finalement, 14 % des répondants se disent indécis.

Ces résultats pourraient être interprétés de moult façons, mais il semble évident qu’à la fois les libéraux et JWR profitent de l’effondrement des appuis néo-démocrates (en 2015, la candidate du NPD avait récolté 26 % des suffrages dans Vancouver-Granville). De plus, bien que JWR reçoive une part importante de soutien, les électeurs de la circonscription ne sont absolument pas unanimes quant à sa candidature — la marque libérale reçoit encore sa part du gâteau.

D’ailleurs, il n’est pas exclu que cette division du vote puisse ouvrir la porte à un autre parti qui pourrait ainsi se faufiler — dans le cas présent, ce sont les conservateurs qui pourraient en profiter.

Voici les résultats des répondants enclins et décidés :

Après une question de relance (« si vous êtes indécis, vers quel parti seriez-vous enclin à voter ? ») et une distribution proportionnelle des indécis, JWR récolte 32 % des répondants, contre 29 % pour les libéraux (encore une fois, il s’agit d’une égalité statistique). Il est particulièrement intéressant de constater que chaque parti reçoit sa part d’électeurs enclins, à l’exception du NPD qui demeure à 8 % (et ainsi se fait doubler par les verts).

Évidemment, comme l’échantillon de ce sondage est limité, nous devons faire preuve de prudence avec les sous-échantillons démographiques. Néanmoins, nous constatons que JWR reçoit un soutien considérablement plus élevé auprès des électrices, un écart important de 12 points (38 % d’appuis chez les femmes, 26 % chez les hommes). Auprès des femmes, JWR est en tête par 9 points devant les libéraux ; chez les hommes, elle tire de l’arrière par 4 points.

* * *

La deuxième moitié de ce sondage tentait de tester les appuis de JWR parmi une liste de candidats potentiels. Les options offertes aux répondants étaient :

  • Steven Kou, du Parti libéral mené par Justin Trudeau ;
  • Erinn Broshko, du Parti conservateur mené par Andrew Scheer ;
  • Mira Oreck, du NPD mené par Jagmeet Singh ;
  • Michael Barkusky, du Parti vert mené par Elizabeth May ;
  • la candidate indépendante Jody Wilson-Raybould.

Erinn Broshko, Mira Oreck et Michael Barkusky étaient tous candidats pour leur parti respectif dans Vancouver-Granville lors de l’élection de 2015. Quant à Steven Kou, il était le candidat libéral battu dans Vancouver-Kingsway (un district voisin de Vancouver-Granville) en 2015.

Voici les résultats après la question de relance parmi les électeurs décidés et enclins :

Mesurés parmi une liste de candidats, les appuis de JWR bondissent à 36 % des répondants, une avance de 10 points devant le candidat libéral potentiel. Parmi les femmes, l’avance de JWR grimpe à 20 points devant son plus proche rival (43 % à 23 %).

De plus, nous remarquons que les candidats libéraux et conservateurs perdent quelques plumes par rapport aux résultats de la première question qui ne nommait que les partis et les chefs (sans doute un effet du branding libéral et conservateur). Quant au NPD et aux verts, les candidats nommés ne font pas bouger l’aiguille de façon majeure.

Que devrions-nous conclure des résultats de ce sondage ? D’abord, ces chiffres nous indiquent que JWR pourrait l’emporter dans sa circonscription comme candidate indépendante. D’ailleurs, la forte division du vote dans cette circonscription ne fait qu’augmenter ses chances de réélection. Selon les chiffres présentés ci-dessus, environ un tiers des suffrages pourrait être suffisant pour l’emporter.

Toutefois, il est important de noter que les candidats indépendants ayant d’abord été élu au sein d’un parti n’ont pas une fiche reluisante depuis quelques décennies. Comme l’a mentionné Éric Grenier de la CBC, seulement quatre députés ont été réélus comme candidats indépendants depuis 1974. Ni JWR, ni Jane Philpott ne pourront profiter de la machine libérale lors de la prochaine campagne (qui les avait certainement aidées en 2015) — et, en conséquence, ne pourront probablement pas bénéficier de la même couverture médiatique.

Est-ce que la marque personnelle de JWR sera suffisante pour convaincre les électeurs de Vancouver-Granville de voter pour une candidate qui n’a virtuellement aucune chance de se trouver au sein du gouvernement ? Considérant à quel point les dernières projections se sont resserrées au cours des dernières semaines, ainsi que la probabilité bien réelle d’un gouvernement minoritaire après l’élection du 21 octobre prochain, il sera certainement intéressant de suivre la progression des intentions de vote dans cette circonscription au cours des prochains mois.

Après tout, chaque siège néo-démocrate, bloquiste, vert ou indépendant est un siège de moins pour le PLC et le PCC, ce qui augmente donc les probabilités d’un gouvernement minoritaire à Ottawa.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Pourquoi avoir choisit cette photo? Était-ce vraiment la meilleure? Ou était-elle la plus “intéressante”?