Jour 10 : plus de pétrole canadien et moins d’armes d’assaut

En ce 10e jour de campagne électorale, la course a repris son court (presque) normal après l’épisode des blackfaces de Justin Trudeau. Le point sur les dernières promesses.

Photo : La Presse candienne

Trudeau veut interdire toutes les armes d’assaut

De passage à Toronto vendredi matin, Justin Trudeau promet d’interdire toutes les armes d’assaut s’il est réélu, et aussi de restreindre l’accès aux armes de poing. Un prochain gouvernement libéral travaillerait « de concert avec les maires et les premiers ministres de tout le pays pour leur donner la capacité de restreindre davantage – et même d’interdire – les armes de poing ». Les Villes de Toronto et Montréal demandent de pouvoir interdire ces armes sur leur territoire.

Mais la promesse libérale n’a pas réussi à éviter au chef libéral de nouvelles questions sur ses trois épisodes de blackface. Depuis Washington, l’homme qui a souvent attiré l’attention internationale pour des déclarations et des gestes embarrassants, Donald Trump, a dit vendredi matin qu’il était « surpris », et « même encore plus surpris du nombre de fois » que M. Trudeau s’est prêté à la pratique du blackface.

Invité à réagir à cette nouvelle critique, M. Trudeau a répondu qu’il se concentrait sur les Canadiens issus de communautés minoritaires et qui subissent de la discrimination. C’est à eux, a-t-il dit, qu’il voulait s’excuser et il a assuré qu’il continuerait à être leur allié au pays et sur la scène internationale.

Scheer continuera de soutenir l’industrie pétrolière

Pour Andrew Scheer, le monde a besoin d’un plus grand volume de pétrole canadien. C’est en substance ce qu’a déclaré le leader conservateur ce vendredi, annonçant que les subventions à l’industrie des combustibles fossiles – que veulent éliminer les verts et les néo-démocrates, ne feront pas partie des coupes qu’il a l’intention de faire dans l’aide aux entreprises et les allègements fiscaux.

« Aussi longtemps qu’il existera une demande internationale pour le pétrole et le gaz naturel, le Canada devra être un fournisseur, a déclaré M. Scheer lors de son passage à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. Selon les prévisions, la consommation future du pétrole et du gaz naturel ne fera qu’augmenter. Il vaut mieux pour le monde et pour notre environnement que cette énergie soit fournie par le Canada. »

Andrew Scheer s’est par ailleurs engagé, vendredi, à investir 1,5 milliard de dollars pour l’achat d’appareils d’imagerie par résonance magnétique et de tomodensitométrie pour remplacer l’équipement vieillissant et réduire du même coup les temps d’attente pour les patients. Il a aussi rappelé qu’un gouvernement conservateur ne réduirait pas les transferts fédéraux pour les soins de santé et l’éducation. Au contraire, il s’est engagé à les augmenter d’au moins 3 pour cent par année.

Enfin, au moment où son rival libéral multiplie les actes de contrition pour se faire pardonner les blackfaces de son passé, le chef conservateur refuse de s’excuser pour un discours passé que la communauté LGBTQ juge offensant. Pour la deuxième journée consécutive, Andrew Scheer a préféré contourner la question lorsqu’on lui a demandé pourquoi il ne s’était toujours pas excusé pour un discours fait en chambre en 2005.

Les verts clarifient leur position sur le pétrole

En entrevue avec La Presse canadienne, le chef adjoint du Parti vert du Canada (PVC), Daniel Green, admet que le plan d’action climatique du parti n’a « pas été bien communiqué » dans les derniers mois et « portait à confusion ».

Le plan d’action climatique dévoilé en mai dernier par la chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, proposait notamment que les Canadiens consomment du pétrole produit au Canada en attendant de s’affranchir totalement de cette ressource.

Cette position avait fait réagir le chef du Parti vert du Québec, Alex Tyrrell, entre autres, qui dénonçait la position « controversée et incohérente » de Mme May. Il a fait campagne pour récolter des appuis tout l’été afin de forcer ses homologues fédéraux à changer de position. M. Green dit maintenant qu’il n’est pas question que sa formation politique touche au pétrole des sables bitumineux de l’Ouest canadien. Resterait-il donc dans le sol? « Oui »», a-t-il répondu sans hésiter.

Le Bloc demande le transfert des fonds des infrastructures

De passage dans l’Est de Montréal, vendredi, le chef bloquiste Yves-François Blanchet a déclaré vouloir réclamer du gouvernement fédéral qu’il transfère au Québec les fonds destinés aux infrastructures sur son territoire. Il a dénoncé la tendance des gouvernements fédéraux successifs à garder le contrôle de ces fonds et à imposer des conditions pour leur versement.

Il a ainsi dénoncé la lenteur d’Ottawa à s’avancer sur les projets de développement du transport en commun dans l’Est métropolitain et sur les sommes requises pour la décontamination des terrains de ce secteur.

Dans ce dernier cas, par exemple, il a souligné l’engagement du gouvernement provincial à investir 200 millions $ pour la décontamination alors que la contribution fédérale se fait attendre. M. Blanchet demande à Ottawa de s’engager à y investir au moins l’équivalent.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire