Jour 16 : en attendant la marche pour le climat

Protection des terres et des océans, affaire SNC-Lavalin, logement abordable… alors que se prépare de Victoria à Montréal la grande mobilisation pour le climat, les chefs ont poursuivi leur campagne. Le point sur les dernières promesses.

Photo : La Presse canadienne

Les chefs Justin Trudeau du Parti libéral du Canada, Yves-François Blanchet du Bloc québécois et Elizabeth May du Parti vert participeront à la grande marche pour le climat qui aura lieu demain dans les rues de Montréal. Jagmeet Singh du Nouveau Parti démocratique et Andrew Scheer du Parti conservateur seront eux en Colombie-Britannique; ce dernier confirmant qu’il ne participera à aucune marche pour le climat.

Scheer sur les terres de Trudeau

Le leader conservateur s’est rendu dans la circonscription de Justin Trudeau, jeudi, pour traiter ce dernier de menteur et de corrompu et promettre de lancer une enquête judiciaire sur l’affaire SNC-Lavalin s’il est élu. Présent au stade IGA, dans le comté de Papineau à Montréal, le chef conservateur a aussi promis de faire adopter une loi «anti-camouflage» qui permettrait à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) d’accéder à l’information protégée par la confidentialité du cabinet, mais seulement après en avoir obtenu l’autorisation de la Cour suprême.

En anglais, il a affirmé que «désormais, un premier ministre corrompu ne pourra plus être le gardien de ses propres crimes» («No longer will a corrupt prime minister be able to be the gatekeeper of his own crimes»), une formulation qu’il a considérablement adoucie en français, affirmant qu’une telle loi «empêchera un futur premier ministre de faire ce qu’a fait Justin Trudeau».

Andrew Scheer a par ailleurs confirmé qu’il ne participera à aucune marche pour le climat, vendredi, disant que son parti enverra plutôt des représentants. Il a tout de même précisé que «notre parti va soutenir ce genre de démonstration d’un désir réel d’action. Je sympathise vraiment avec les gens qui sont frustrés par l’échec de Justin Trudeau dans le dossier environnemental».

Les libéraux veulent protéger les terres et les océans du Canada

À Sudbury en Ontario, Justin Trudeau a rappelé que son gouvernement a mis un prix sur le carbone, mesure que son rival conservateur promet de faire disparaître. Il a également vanté son engagement à bannir les plastiques à usage unique.

M. Trudeau a, une fois de plus, exposé que le choix du 21 octobre se limite à deux partis, le sien ou celui des « conservateurs qui refusent d’agir pour contrer les changements climatiques et mettent donc pas seulement notre environnement en péril, mais notre avenir économique aussi ».

La campagne libérale a organisé le premier événement de la journée au bord d’un lac, offrant des images de M. Trudeau ramant dans un canot avant d’accoster sur la terre ferme pour faire sa promesse du jour et répondre aux questions des journalistes. Le premier ministre sortant a notamment promis d’assurer la conservation et la protection de 25 pour cent des terres et de 25 pour cent des océans du pays d’ici 2025, se donnant l’objectif d’atteindre les 30 pour cent en 2030.

Les libéraux, s’ils sont réélus, promettent également d’élargir un programme d’initiation au camping, permettant à tout enfant canadien d’apprendre à camper avant la fin de sa deuxième année d’école secondaire.

Toutes Les mesures annoncées jeudi devraient coûter 75 millions de dollars au budget 2020-2021 et 150 millions $ en 2023-2024.

Singh poursuit sa campagne sur le logement abordable

Au seizième jour de la campagne, le chef néo-démocrate était lui en Colombie-Britannique et parlait encore de logement abordable. Jagmeet Singh se concentre sur cette région du pays et sur cet enjeu qui peuvent lui rapporter le plus de votes.

Jeudi, il a promis non seulement qu’un gouvernement néo-démocrate construirait 500 000 logements abordables et sociaux, mais aussi qu’il offrirait une « allocation » pour les locataires, une aide financière qui pourrait atteindre 5000 $. Il a convenu que la construction de 500 000 logements prendrait du temps et veut donc aider financièrement dès maintenant les locataires pris avec des loyers trop élevés. Sa promesse, calcule-t-il, pourrait bénéficier à 500 000 familles.

Par ailleurs, M. Singh compte rester dans l’ouest du pays vendredi pour participer à la manifestation pour le climat à Victoria.

Il a dit qu’il n’était pas surpris que le chef conservateur Andrew Scheer boude les événements organisés à travers le pays. Il s’en est cependant pris au chef libéral qui, selon lui, n’a que des « promesses vides » à offrir à la jeunesse qui, elle, réclame des gestes concrets pour l’environnement.

Climat: les verts prêts à défaire un gouvernement minoritaire rapidement

À la veille d’une importante marche sur le climat à Montréal, le Parti vert du Canada a prévenu qu’il n’appuierait jamais un gouvernement minoritaire sans plan crédible et vérifiable en matière d’environnement. Cela comprend notamment la promotion de projets liés aux énergies fossiles comme l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain, a expliqué la chef de la formation politique, Elizabeth May, jeudi, de passage dans la métropole.

Mme May a affirmé que son parti ne pourrait « jamais accepter » un gouvernement qui n’affiche pas d’engagement profond à l’endroit des cibles du rapport publié en octobre 2018 par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) suggérant de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius.

Loi 21: le Bloc demande aux chefs de s’engager plus clairement

Le Bloc québécois a demandé aux chefs fédéraux de s’engager plus clairement à ne pas participer à une contestation de la Loi sur la laïcité de l’État. De passage à Québec, jeudi après-midi, le chef bloquiste Yves-François Blanchet a estimé que ses adversaires dans la course fédérale contournent la demande de François Legault en utilisant la langue de bois.

« Je veux entendre dire par chacun des gens qui aspirent à être premier ministre que leur gouvernement éventuel ne participera pas, ni directement ni indirectement ni financièrement, à une contestation de la loi. Je veux aussi entendre dire clairement que l’argent des contribuables québécois ne sera pas utilisé pour une contestation de la loi 21 », a-t-il déclaré.

M. Blanchet reproche notamment au chef libéral Justin Trudeau d’avoir laissé entendre qu’il pourrait intervenir éventuellement, en déclarant qu’il ne contestera pas « pour l’instant » la loi 21. Il critique également les chefs qui disent d’un côté qu’ils respectent la compétence du Québec tout en martelant de l’autre qu’ils s’opposent au principe de la loi québécoise.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire