Jour 17 : Greta Thunberg s’invite dans la campagne électorale

La campagne électorale était en arrière-plan vendredi, alors que tous les yeux étaient tournés vers la grande marche sur le climat à Montréal et son invitée d’honneur, Greta Thunberg. De nouvelles promesses ont toutefois été dévoilées.

Photo : La Presse canadienne

Questionnée par les journalistes, la jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg a enjoint Justin Trudeau d’en faire plus sur le climat. Mais elle a dit ne pas vouloir personnaliser le débat et souhaite que tous les décideurs sur la planète se rendent compte de l’urgence climatique et écoutent ce que dit la science. « Mon message à tous les politiciens est le même : écoutez et agissez selon les meilleures données scientifiques disponibles actuellement. »

Durant la marche, M. Trudeau s’est fait apostropher par des manifestants qui lui reprochaient l’achat par son gouvernement de l’oléoduc Trans Mountain. « Pas de pipelines! », lui a-t-on crié. Le chef libéral s’est contenté de les remercier de leur présence. Des agents de sécurité ont toutefois dû intervenir pour empêcher un individu de lui lancer des œufs.

Plusieurs chefs politiques fédéraux et provinciaux ont été vus dans la manifestation à Montréal, dont Justin Trudeau, Yves-François Blanchet, Elizabeth May ou encore Manon Massé.

Plus de 140 manifestations au Canada

Dans le centre-ville d’Ottawa, la foule s’étirait sur plus d’une dizaine de quadrilatères. À Toronto, le rassemblement a pris place devant le parlement ontarien. « Systems change, not climate change », scandaient les manifestants, pour réclamer des changements d’ordre systémique.

Plus tôt en journée, des milliers de Néo-Écossais s’étaient réunis devant les quartiers généraux de Nova Scotia Power, à Halifax. Julia Sampson, une des organisatrices de la marche, âgée de seulement 17 ans, réclame un rehaussement du financement provincial des énergies vertes et une plus grande sensibilisation aux changements climatiques à l’école. À Saint-Jean de Terre-Neuve, une foule s’est amassée devant la tour de l’horloge de l’Université Memorial. Bon nombre de manifestants cherchent à dénoncer l’industrie pétrolière de la province. Ils devaient eux aussi se rendre devant leur parlement.

Trudeau s’engage à planter deux milliards d’arbres

Avant de se joindre à la marche sur le climat, Justin Trudeau a annoncé qu’un gouvernement libéral réélu s’engagerait à planter deux milliards d’arbres au Canada dans la prochaine décennie. Un objectif qu’il qualifie d’ambitieux, mais de réalisable. Ce chantier devrait créer 3500 nouveaux emplois saisonniers, a précisé M. Trudeau.

M. Trudeau, qui était de passage à Montréal pour participer à la grande manifestation sur le climat, s’est dit tout à fait d’accord avec Greta Thunberg qu’il faut en faire plus pour lutter contre l’urgence climatique. En conférence de presse, il a tout de même défendu l’achat du pipeline Trans Mountain par son gouvernement, qui permettra l’exportation de plus de pétrole et augmentera les émissions de gaz à effet de serre. Il dit que les profits générés par Trans Mountain seront réinvestis dans la transition énergétique.

Singh réclame de l’audace

Les Canadiens doivent être « audacieux » dans leur lutte contre les changements climatiques, a affirmé vendredi le chef néo-démocrate Jagmeet Singh, avançant qu’il faut avoir le courage de s’attaquer aux grands pollueurs et aux grandes entreprises qui continuent de polluer l’environnement.

M. Singh, qui devait participer à une manifestation pour le climat à Victoria, n’a pas voulu commenter l’entretien qui a eu lieu entre Justin Trudeau et Greta Thunberg en avant-midi, affirmant seulement que c’était le choix de la jeune militante d’accepter de le rencontrer.

Le chef néo-démocrate a commencé la journée avec une annonce sur la protection des collectivités côtières à Ladysmith, en Colombie-Britannique. M. Singh a indiqué qu’un gouvernement néo-démocrate créerait un fonds côtier pour protéger le saumon, renforcer la garde côtière et s’occuper des vaisseaux abandonnés.

Scheer veut s’attaquer au temps de déplacement

Seul des chefs des principaux partis politiques absent des marches sur le climat, Andrew Scheer a néanmoins trouvé les jeunes « inspirants ». Il a tenté de minimiser son absence en disant que certains de ses candidats étaient présents à ces marches. Mais comme chef, il a refusé de s’y joindre.

Un nouveau gouvernement conservateur va traiter en priorité les projets d’infrastructure importants qui réduisent les temps de déplacement comme notamment le troisième lien entre Lévis et Québec, a annoncé par ailleurs le chef conservateur. Les projets pouvant recevoir un financement sont entre autres : le remplacement du tunnel George Massey (Colombie-Britannique), le prolongement de la ligne de métro Yonge (Ontario), ou encore, le troisième lien entre Lévis et Québec (Québec).

Un nouveau gouvernement conservateur rétablirait aussi la transparence des dépenses pour l’infrastructure en éliminant la Banque pour l’infrastructure de 35 milliards de dollars, « qui ne fait que gaspiller l’argent des contribuables, ajouter une paperasse inutile, retarder des projets d’infrastructure absolument nécessaires et ne fait rien pour réduire les temps de déplacement ».

Le Bloc critique les annonces de Trudeau

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet, qui était également présent à la manifestation montréalaise, affirme que les annonces de Justin Trudeau en matière d’environnement ne sont que cosmétiques. « Faire une promesse qui va être mesurable longtemps après la retraite de celui qui fait la promesse, ça ne vaut absolument rien », a-t-il dénoncé.

« J’ai la prétention qu’au moins, chez nous, dans notre programme, c’est très clair. Il n’y a rien qui soit favorable à l’industrie pétrolière », a souligné M. Blanchet.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire