Jour 21 : le plan d’aide internationale de Scheer sous le feu des critiques

Armes à feu, aide internationale, scolarité et laïcité… la campagne a tourné au ralenti en cette 21e journée, les quatre principaux chefs se préparant pour le premier débat en français organisé par TVA mercredi. 

Photo : Twitter/AndrewScheer

Andrew Scheer était le seul chef à présenter une importante pièce de sa plateforme — coupant l’herbe sous le pied à ceux qui lui demandent comment il paiera pour ses promesses tout en retournant à l’équilibre budgétaire d’ici cinq ans.

De passage à Toronto, le chef conservateur a annoncé son intention de réduire l’aide étrangère de 25 % — soit 1,5 milliard de dollars par année — pour offrir des baisses d’impôt et des crédits d’impôt aux Canadiens. Il a justifié cette décision en disant que ces sommes sont versées « à des régimes corrompus et à des pays à revenu moyen et élevé » qui n’en auraient pas besoin.

Un autre 700 millions de dollars par année en aide internationale serait redirigé vers les pays qui en ont le plus besoin, comme ceux de l’Afrique subsaharienne. Les conservateurs déplorent que la politique d’aide étrangère actuelle offre de l’aide à « des pays ouvertement hostiles » aux intérêts canadiens, comme l’Iran, la Corée du Nord et la Russie.

Les autres chefs répliquent

En banlieue de Toronto, le chef libéral Justin Trudeau y a vu une autre preuve qu’un gouvernement Scheer ne combattrait pas les changements climatiques de manière globale. « Le plan sur le climat d’Andrew Scheer consiste à encourager de l’action dans d’autres pays autour du monde. Mais là, on voit qu’il veut limiter la capacité de ces pays-là de prendre des actions pour contrer les changements climatiques », a-t-il dit.

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh, en Colombie-Britannique pour une huitième journée consécutive, a déclaré que l’annonce de M. Scheer était une « distraction » pour éviter d’aller chercher l’argent là où il est — dans les poches des plus riches. M. Singh s’est pour sa part montré en faveur de se rapprocher de la cible de financement d’aide internationale de 0,7 % du PIB recommandée par l’Organisation des Nations unies (ONU). À l’heure actuelle, l’apport du Canada se situe autour de 0,27 % du PIB.

Enfin, Maxime Bernier, pour sa part, a dit qu’un gouvernement du Parti populaire du Canada se retirerait de toutes les ententes sous l’égide de l’ONU et réduirait au minimum son implication dans l’organisation.

Trudeau évoque à nouveau le contrôle des armes à feu

Après une rencontre avec des maires de la grande région de Toronto, mardi matin, Justin Trudeau a répété son engagement à donner aux municipalités l’autorité de bannir les armes de poing dans leurs communautés.

Son plan ne va toutefois pas jusqu’à imposer une interdiction des armes de poing à l’échelle nationale, une demande faite par des médecins et d’autres professionnels de la santé. Les maires présents au point de presse de mardi matin ont aussi été largement majoritaires à lever la main lorsqu’une journaliste leur a demandé s’ils aimeraient voir une interdiction à l’échelle nationale.

Le plan libéral interdirait les armes semi-automatiques AR-15 — utilisées dans plusieurs fusillades récentes aux États-Unis — et proposerait un programme de rachat pour récupérer les armes de ce type. Il ne va toutefois pas jusqu’à bannir les armes de poing. Le contrôle des armes à feu était au menu pour une deuxième journée consécutive pour Justin Trudeau, qui a à nouveau martelé à maintes reprises qu’un gouvernement libéral resserrerait ce contrôle, alors que ses adversaires conservateurs l’assoupliraient.

Laïcité : Singh salue les condamnations de certaines municipalités

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a salué la mobilisation de certaines municipalités canadiennes contre la loi québécoise sur la laïcité. Lundi soir, le conseil municipal de Calgary, en Alberta, a adopté une motion à l’unanimité qui condamnait cette loi interdisant le port de signes religieux à certains employés de l’État. Cette motion s’ajoute à celles déjà adoptées par les conseils municipaux de Montréal, de Toronto, Brampton et Kitchener en Ontario ou encore de Victoria en Colombie-Britannique.

M. Singh, qui porte lui aussi le turban sikh, croit qu’il est « bon » que des municipalités se mobilisent pour dénoncer cette loi, qu’il considère comme « discriminatoire » et qui le rend « vraiment triste ».

En matinée, il a rencontré de jeunes familles pour leur parler de son plan pour rendre la vie moins chère avec une assurance médicaments universelle et des logements plus abordables, entre autres.

La gratuité scolaire pour les verts

Également de passage à Toronto, Elizabeth May a promis qu’un gouvernement vert s’assurerait d’offrir la gratuité scolaire aux niveaux collégial et universitaire, ce qui rendra les études supérieures accessibles à tous. Cette mesure coûterait 16 milliards de dollars selon le Parti vert du Canada. Dix autres milliards seraient investis pour mettre les infrastructures des établissements d’études supérieures à niveau.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire