Jour 24 : une nouvelle révélation vient freiner la campagne d’Andrew Scheer

La question de la double nationalité du leader conservateur a éclipsé quelque peu les promesses faites aujourd’hui par les différents chefs fédéraux. Le point sur ce 24e jour de campagne électorale. 

Photo : La Presse canadienne

Au 24e jour de la campagne fédérale, vendredi, Andrew Scheer était obligé de justifier sa citoyenneté américaine alors que Justin Trudeau et Jagmeet Singh lui reprochaient, à divers degrés, sa cachotterie.

Jeudi, le Globe and Mail a révélé que le chef conservateur détenait une double citoyenneté et qu’il ne cherche à révoquer l’américaine que depuis le mois d’août, un peu avant le déclenchement de la campagne électorale.

«Tout le monde qui (me connaît) moi et ma famille sait que mon père est né aux États-Unis», a répété M. Scheer, laissant entendre que «tout le monde» devait donc savoir que lui aussi possédait une citoyenneté américaine.

Il a alors été bombardé de questions: A-t-il voyagé avec un passeport américain lorsqu’il est allé aux États-Unis? A-t-il soumis une déclaration de revenus aux autorités américaines? S’est-il inscrit pour la conscription comme l’exige la loi pour tout Américain qui atteint l’âge de 18 ans? A-t-il révélé sa double citoyenneté lorsqu’il est devenu membre du Conseil privé au moment de prendre la responsabilité de chef de l’opposition?

Trudeau demande à Scheer de l’honnêteté

Le chef libéral Justin Trudeau a demandé à son adversaire conservateur Andrew Scheer d’être honnête avec les Canadiens et de prendre la responsabilité de ses erreurs. Il réagissait aux révélations sur M. Scheer, selon lesquelles il détient la double citoyenneté, canadienne et américaine.

Au cours d’une mêlée de presse dans un restaurant de Québec, entouré de ses candidats et partisans, M. Trudeau a affirmé que la double citoyenneté ne disqualifie pas un candidat. Cependant, l’honnêteté est de mise quand on veut devenir premier ministre, a-t-il laissé entendre. M. Trudeau dit avoir lui-même pris la responsabilité de ses erreurs passées et avoir présenté des excuses.

Scheer présente son plan pour un Canada plus sécuritaire

Andrew Scheer a tenté de son côté d’expliquer pourquoi sa citoyenneté américaine, qu’il cherche à révoquer depuis le mois d’août, n’était pas connue du public. Le chef conservateur croit en effet que tout le monde savait que son père était américain et que, donc, devait savoir que lui aussi possédait une citoyenneté des États-Unis.

Il a assuré qu’il n’a jamais renouvelé son passeport américain depuis qu’il est adulte. Il a dû dire qu’il n’a gagné de l’argent qu’au Canada, laissant entendre qu’il n’a pas eu à soumettre des déclarations de revenus aux autorités américaines. Il n’a pas pu dire s’il s’est inscrit aux États-Unis sur les listes de conscriptions, une obligation imposée à tout Américain lorsqu’il atteint ses 18 ans.

Par ailleurs, Andrew Scheer a pu dévoiler le plan conservateur pour lutter contre les nombreuses fusillades, véritable fléau notamment à Toronto. Selon lui, un gouvernement conservateur imposerait des peines minimales et plus sévères pour les membres de gangs. Pour ce qui est du contrôle des armes à feu, M. Scheer ne changerait rien à la liste actuelle des armes interdites ou restreintes. Il s’assurerait seulement que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) contacte toutes les références offertes par une personne qui demande un permis de possession d’armes.

Singh veut rassurer en Saskatchewan

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, était de passage en Saskatchewan vendredi matin, où il a tenté de convaincre les résidants qu’il allait travailler pour eux, au moment où on le critique dans la province pour une plateforme néo-démocrate jugée trop généreuse envers le Québec.

Questionné à ce sujet lors d’un point de presse à Saskatoon, le chef Singh n’a pas voulu s’attarder à ce qu’il prévoyait pour le Québec, axant plutôt son discours sur ce qu’il souhaite faire pour l’ensemble du pays, dont les Saskatchewanais. « Le Québec est différent, on est fier de ça », a-t-il noté avant d’énumérer les engagements qui, avance-t-il, bénéficieront aux résidants de la province de Scott Moe, notamment des investissements en soins de santé, une amélioration de l’accès aux services, une assurance-médicaments pour tous et un programme de soins dentaires.

Les verts en faveur d’une déclaration de revenus unique

À son tour, le Parti vert s’est prononcé en faveur d’une déclaration de revenus unique pour le Québec, en l’occurrence celle du gouvernement provincial.

Fidèle à sa philosophie, le Parti vert fait valoir que le dédoublement de la déclaration de revenus est  « non écologique », en plus d’être « une pratique coûteuse et dépassée ».

Selon la formation, un regroupement des deux exercices fiscaux pour les Québécois permettrait des économies de 425 millions de dollars dans le traitement de ces déclarations. La formation politique ne prévoit pas pour autant éliminer les emplois dédoublés de l’agence fédérale; au contraire, elle soutient que les « quelque 1500 à 2000 emplois de l’Agence de revenus Canada (ARC) devront être conservés au Québec par la création d’une unité spéciale de l’ARC sur l’évasion fiscale internationale et les paradis fiscaux ».

Par ailleurs, la leader du Parti vert Elizabeth May est revenue sur sa promesse de planter 10 milliards d’arbres en 30 ans. Le parti vert entend ainsi planter des arbres sur 30 000 hectares par année, jusqu’en 2050.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire