Justice : le retour au Far West?

S’il faut en croire le ministre fédéral de la Justice, Rob Nicholson, tirer un coup de feu d’avertissement est un acte raisonnable d’autodéfense et pourrait se justifier en certaines circonstances. Il a tenu ses propos alors qu’il témoignait le 7 février dernier devant le comité permanent de la Justice qui étudie le projet de loi C-26 portant sur l’«arrestation par des citoyens et moyens de défense relativement aux biens et aux personnes».

L’opposition a rapidement dénoncé ces déclarations. Selon le chef intérimaire du Parti libéral, Bob Rae, on risque ainsi d’encourager les gens à se faire justiciers. Il aurait pu aller plus loin et noté qu’une telle bénédiction du ministre à se servir d’une arme à feu peut aussi encourager des gens à s’armer pour assurer la défense de leur personne ou de leurs biens.

Le ministre a nuancé en ajoutant devant le comité que les tribunaux ne toléreraient pas qu’un tel acte soit posé sans raison, que tout dépendait du contexte et du lieu. Selon lui, «ce qui est raisonnable dans une communauté isolée du Nunavut ne passerait pas le même test au centre-ville d’Ottawa». Mais il n’a pas rassuré ses critiques.

Le projet C-26 est en partie inspiré par un incident survenu à Toronto en 2009. Le propriétaire d’un petit commerce alimentaire, le Lucky Moose Food Mart, a attrapé, ligoté et détenu un voyou qui l’avait dévalisé à plusieurs reprises dans le but de le confier à la police. À l’indignation générale, dont celle de sa députée néo-démocrate Olivia Chow, il a été accusé entre autres d’assaut, d’enlèvement et de séquestration. Mme Chow a rapidement présenté un projet de loi destinée à clarifier les règles entourant les arrestations faites par des citoyens.

Le gouvernement a attrapé la balle au bond et promis en campagne électorale de mettre à jour et d’éclaircir les dispositions sur la légitime défense, ce que bien des juristes, policiers et groupes de femmes souhaitaient depuis longtemps. Le volet du C-26 qui porte sur les arrestations des citoyens pose toutefois problème pour à peu près tout le monde, sauf les agences de sécurité. L’Association du Barreau canadien est un des groupes qui préférerait que cet aspect du Code criminel ne soit pas modifié étant donné, entre autres, les dangers que de telles arrestations peuvent faire courir à ceux qui s’y risquent.

Laisser un commentaire

Normalement au Québec nous devons disposer de notre à arme de feu séparément des cartouches. Faut avoir une vitesse digne de Lucky Luke pour courir après un voleur et prendre une arme qui est sous clé et des cartouches. Un projet de loi inutile, mais fait sur mesure pour la base conservatrice. Quand tu entretien la peur et la menace même si les statistiques sur les crimes prouves le contraire, mais là encore la perception est plus importante que les faits. Une grande jubilation contre la rationalité scientifique se propage depuis un certain moment pour affirmer une individualité sans limites qui tombe trop souvent dans le délire, comme admettre l’information fait sous la torture dans des circonstances précises – même sous la torture j’avouerais que j’ai déjà voté conservateur pour vous dire ma tolérance à la douleur – mais comme nous admettons pas la torture dans notre vie démocratique au Canda notre gouvernement Harper va admettre les informations admis des pays dont la légitimité démocratique est le moins questionnable puis là nos prudent conservateur se fabrique une nouvelle loi contre le terrorisme visant avant tout les radicaux particulièrement les écologistes façon de dire qu’on donne les facilités pour notre police pour limité restreindre et intimidé les radicaux défini par les fait ou par choix idéologique ? Est-ce que le projet précise la définition…

Autre moment délirante quand le député conservateur Larry Miller fait un rapprochement entre la création du registre des armes à feu et le régime nazi. Pourquoi réservé de nazi qu’on contrôle des armes à feu…

On peut sortir nos «red necks» du «Far West», mais pas le «Far West» de nos valeureux «red necks»!

Ahhhh, nostalgie d’un mauvais temps passé quand tu nous tiens.

Pis l’Association du Barreau canadien n’a pas de leçon à donner.

Cette association vouée à la défense de la «primauté du droit», a perdu toute crédibilité à mes yeux, depuis qu’elle nie l’« égalité réelle » des deux langues officielles devant la Cour de dernière instance du pays par sa Résolution 10-03-A et refuse que les juges formant l’ultime interprète de la législation canadienne, le sommet du système judiciaire canadien, soit apte à comprendre les deux versions des lois du Canada. Les deux versions de la loi ayant un statut égal et chacune des deux versions n’étant pas une simple traduction de l’autre.

Le commerçant a très bien fait, il faut arrêter de toujours prendre la défense des « pauvres petits voyous à la Villanueva ». Les gens honnête devraient avoir le droit de se défendre eux et leur propriété.

J’ai un fusil chez moi et si quelqu’un tente une intrusion de mon domicile, je ne serai peut-être pas aussi rapide que Lucky Luke pour citer Ubu mais si j’ai le temps, loi pas loi, droit pas droit, je vais me dépêcher à charger mon arme même si mon armoire est fermé à clé et que mes cartouches aussi le sont.

De toute façon, arrêter de paniquer pour rien, la criminalité est à son plus bas dans l’histoire de l’humanité et des situations où les gens vont avoir le temps de se défendre vont être très très rare.

Il ne faut pas être conservateur pour défendre sa famille, il faut aimer sa famille point final. Je suis certain qu’il y a plusieurs âmes bien pensante qui aimerait avoir un fusil pour se défendre SI la situation le permet.

Je n’ai pas un fusil pour me défendre, je fais du pigeon d’argile et un peu de chasse. Mais si un jour j’en ai besoin et que j’ai le temps de m’en servir, il se pourrait que je m’en serve dans l’espoir de faire peur, sinon de tirer dans les jambes.

Je suis contre le délire paranoiaque des fuckés comme Boisvenue et autres conservateurs qui voient des criminels lynchable à tout les coins de rue, je tente souvent de convaincre les gens qui m’entourent que nous sommes dans la période de l’histoire de l’humanité la plus sécuritaire, mais j’ai quand même le droit de me défendre si un jour ça s’avère nécessaire.

«Le propriétaire d’un petit commerce alimentaire, le Lucky Moose Food Mart, a attrapé, ligoté et détenu un voyou qui l’avait dévalisé à plusieurs reprises dans le but de le confier à la police. À l’indignation générale, dont celle de sa députée néo-démocrate Olivia Chow, il a été accusé entre autres d’assaut, d’enlèvement et de séquestration.»

Mais qui donc a eu l’insensibilité et le culot de porter de telles accusations?

Je veux bien croire que la «loi» confère à la police l’exclusivité de l’usage de la violence mais alors, on fait quoi si on est attaqué par des malfrats? On les laisse nous malmener tout en les priant d’appeler le 911 à notre place, quand ils auront fini leur «travail»?

J’adorerais être membre du jury dans une telle cause mais je suppose que je serais disqualifié d’office.

Les plus populaires