Justin, ça allait pourtant si bien !

C’est fou mais, les Francs Tireurs à Télé-Québec nous offrent constamment certaines des meilleures entrevues, en profondeur, de la télé québécoise. (Il fallait voir l’autre jour Richard Martineau travailler Julius Grey au corps et le pousser dans ses derniers retranchements accomodationnistes!)

Dans la dernière émission, on a l’impression d’assister à une réhabilitation de Justin Trudeau, par lui-même. Patrick Lagacé lui pose toutes les questions difficiles sur toutes les déclarations controversées de sa jeune carrière politique — le bilinguisme, la nation, le vidéo franglais, Ignatieff. Justin T. admet son manque de sagesse, relativise, révise, opère des retraites stratégiques.

À un moment, le souverainiste que je suis se dit dans son for intérieur: Hmmm, s’il continue à prendre de la maturité, il va finir par être dangereux celui-là.

Heureusement, Lagacé pose la question qui tue (la crédibilité). Et Justin fait probablement pleurer ses conseillers en communications. Je ne vous en dis pas plus, il faut voir pour le croire: (Regardez bien le visage de Pat Lagacé quand Justin T. raconte l’anecdote de l’hôtel!)

https://www.youtube.com/watch?v=3xyiiR2ZSNs

Laisser un commentaire

Voyons, l’entrevue de Martineau avec Julius Grey était vraiment épouvantable! J’ai rarement trouvé Martineau aussi détestable (et c’est pas les occasions qui manquent!). Un festival de sophismes et de mauvaise foi. Il ne le laissait pas parler, le ridiculisait comme s’il s’agissait du pire des hurluberlus, se scandalisait inutilement, faisait plein de raccourcis imbéciles et croyait avec condescendance coincer Grey alors que ses propres arguments jouaient plutôt en sa défaveur. Non franchement, Martineau s’est rarement autant ridiculisé. Qu’on soit d’accord ou non avec le libéralisme de Julius Grey, Martineau n’a vraiment pas eu le dessus d’aucune façon.

La vie de la Nation Québecoise ce n’est pas sérieux et il est prêt à toutes les falsifications comme son père pour y mettre fin
Voilà ou est son combat et il y a des Québecois qui votent pour ça

L’entrevue avec Julius est une pièce d’anthologie qui, hélas, est passéeinaperçue. Monsieur Accommodement (c’est lui qui a parti le bal avec le jugement sur le Kirpan en Cour Suprême) se portait à la défense d’un célèbre cinéaste pédophile. Rien de moins. Banalisation totale du viol de l’enfant il y a 30 ans. C’est 1000 fois plus gros que Michaud et la souffrance des Juifs, pourtant ca passé comme une balle même si Martineau se tordait de douleur devant l’immensité de la chose.

Pas certaine que ce soit si mauvais pour sa carrière que ça… Les gens en ont marre de la langue de bois. Je me souviens de ses commentaires concernant son manque de jugement et de maturité en début d’entrevue et je me disais: » bla bla bla… encore un autre qui cache ses opinions pour plaire au plus grand nombre ».
Certes il n’a pas l’air intelligent, mais on doit se l’avouer, cela l’humanise.

Bin quoi,
Les USA ont eu un pas trop brillant président Bush, pour ensuite avoir bien pire avec un de ses fils. Pourquoi, une fois de plus, le Canada ne copierait pas son voisin dans ses niaiseries les plus pires?
Allez, Trudeaumania II, the Sequel!

J’ai déjà pensé, il y a plusieurs années que le besoin qu’avait Pierre E. Trudeau d’attirer l’attention, me faisait souvent imaginer l’enfant-roi, capable de cracher dans la soupe ou de donner des coups de pieds sur les jambes des adultes pour avoir de l’attention.

Justin Trudeau ne fait pas grand effort dans son entrevue avec Patrick Lagacé pour me démontrer le contraire.

Salutations cordiales.

Bonjour,
Trop c’est trop ! Le brillant et incomparable intellectuel que fut Monsieur Pierre Elliot Trudeau ne doit quand même pas obliger son fils Monsieur Justin Trudeau a de telles prouesses de cascadeur. Il est bien vrai que les nationalistes québécois vouent une haine sans bornes à cet homme de gauche que fut l’illustre paternel mais de là à se casser la gueule en voulant l’imiter, il y a une marge et surtout à Télé Québec.
Monsieur Justin Trudeau a beaucoup plus d’atomes crochus avec sa mère Madame Margaret Sinclair qu’il en a avec le paternel avec sa Raison avant la Passion ! Je verrais beaucoup plus en politique l’autre fils du couple, soit Monsieur Alexandre Trudeau, un cinéaste engagé, ayant étudié en philosophie et qui semble rationnel comme le père. Mais celui-ci semble fuir les feux de la rampe. Quoi qu’il en soit, faire une telle pirouette digne d’un vrai cascadeur prend UN FRONT DE BOEUF. J’espère que ce Monsieur Justin Trudeau va se calmer le pompon avec ses deux enfants qui grandissent et qui en ont bien besoin….. Peut-être bien que bien des gens seront émerveillés par ces prouesses de casse cou, mais tant qu’à moi, j’aimerais bien qu’il essaye de dépasser le père autrement surtout sur le plan intellectuel comme fut Monsieur Pierre Elliot Trudeau à l’époque de CITÉ LIBRE ! Quelle panache il avait avec autant d’outrecuidance que même plus de 50 ans plus tard, les nationalistes québécois n’en sont pas revenus. Au plaisir, John Bull.

J’ajoute ma voix à celle de M. Dagenais: l’entrevue de Richard Martineau avec Julius Grey était une très mauvaise entrevue, à moins que l’on considère que couper son interlocuteur et lui crier par la tête en transformant chacune de ses positions en homme de paille (plus facile à attaquer que la position réelle) constitue une bonne entrevue. On peut tout à fait critiquer les positions libérales (au sens philosophique et non partisan du terme) de Julius Grey, mais on doit le faire sur la base d’une discussion de ses arguments. Or, Martineau, dont les chroniques sont jour après jour une illustration de son refus de se soumettre aux règles de l’argumentation valide, se contente de crier au scandale en évoquant Hitler (vraiment cheap). Peut-être êtes-vous heureux M. Lisée de voir un de vos adversaires idéologiques se faire engueuler par le sophiste officiel de l’empire Québecor, mais vous le seriez alors surement si Martineau s’était contenté de lancer des dards sur une photo de Me. Grey, puisque son entrevue, d’une point de vue rationnel, en était l’équivalent.

En règle générale, dans le cadre des Francs-Tireurs, M. Lagacé est de beaucoup supérieur à M. Martineau lorsque vient le temps de mener des entrevues.

Je ne suis pas libérale et quand j’ai regardé l’entrevue à la télé. Je me disais que j’allais probablement voir un personnage tout faux avec des répliques écrites d’avances. Un acteur qui a appris son rôle par coeur, comme son intervieweur qui se positionne bien au dessus de la masse et se proclame intellectuel, cultivé… pour pas dire ti-jos connaissant qui habituellement aime bien envoyer ces invités sous le tapis. et humilier les autres. Il devrait prendre des notes. Car cette fois-ci, c,est l’autre qui s’y est envoyé et la regardé dans le yeux la tête haute.
EH! bien j’ai eu une grande surprise en découvrant en Justin un homme simple, qui malgré une excellente éducation ne se met pas au dessus du monde et le plus humblement du monde est prêt a tout pour faire craquer sa blonde de rire, se mettre a genoux pour montrer qu’il peut être le bouffon s’il le faut, le ridicule ne tue pas.
Je respecte ça car je me dis que ce genre de personne à suffisament de maturité émotive pour admettre ses erreurs et se mettre a genoux s’il le faut pour garder la sympathie de son public. Son égo il est capable de l’envoyer lui-même sous le tapis pour servir des causes plus nobles. Plus facile a faire et comprendre pour des femmes que pour un homme(plus gros égo). Et tout a fait séduisant ça n’est pas une preuve de faiblesse mais de force. Si vous pensez que les grands entrepreneurs qui ont subi de gros échecs se seraient reconstruient sans avoir se genre d’humilité et bien non. C’est de résilience dont on parle ici. Selon moi c’est une qualité essitielle en politique car a tour de rôle on perd, on gagne et il faut savoir rire de soi et ne pas toujours se prendre au sérieux. Si on ne vaut pas une risée, on ne vaut pas grand chose.
Je pense que peut importe se que fera ses enfants, sa femmes, ses électeurs il gardera la tête haute et les soutiendra. Comme quoi les personnes et leurs sentiments c’est bien important que les conventions. Il se mouillera s’il le faut ils ne tournera pas les talons pour sauver son égo. Une attitude de chef, il quittera certainement le navire le dernier. S’il arrive a renouveller les idées de ce parti, a faire une mise a jour en profondeur et se donnant les moyens de ses ambitions ou en réduisant les ambitions pour des objectifs réalistes, réalisables et raisonnables, c’est à voir. Un pied de nez au protocolaires.

Perte de crédibilité? Pas vraiment. J’dirais plutôt une simple humanisation (sic) d’un personnage politique.

Moi, je pense que ça allait bien et que ça va encore mieux.

Les Québécois dont je suis, trouvent irrésistible la franchise et une personne qui ne se prend pas pour une autre. Et il le démontre.

D’après moi, il s’est fait plus mal qu’il ne le prétend. La fierté est là, et l’impulsivité aussi, il n’a pas pris le temps de jauger cet escalier, ma foi, assez abrupt.

Ça prouve seulement que Justin Trudeau est capable de faire n’importe quoi pour épater la galerie, n’importe quoi pour prendre la vedette, n’importe quoi pour attirer l’attention des électeurs. Ça promet …

Olivier Guimond avait fait sa célèbre chute d’escalier lors du Byebye de 1970 (sur le perron de Denis Drouin qui jouait le riche Anglo) Est-ce qu’on va demander à Justin de reprendre le sketch?

Bonsoir,
Avec un conseil d’ami à ce Monsieur Justin Trudeau ! Ne vous cassez surtout pas la gueule en voulant faire du cabotinage pour dérider les pures laine à Télé Québec. De toute façon, peu importe ce que tu dis et que tu fasses, les nationalistes québécois te détesteront jusqu’à la mort, tout comme ils firent avec le paternel Monsieur Pierre Elliot Trudeau qui méprisait le nationalisme québécois mais en adorant les québécois en voulant les protéger de ce fléau. Le nationalisme est l’émotion la plus dévorante d’entre toutes, ne l’oublions pas ! Au plaisir, John Bull.

Martineau nous faisait une démonstration, lors de son entrevue avec Julius Grey, à quel point il ne mérite pas le tiers de l’espace médiatique qu’on daigne lui accorder. À part Éric Duhaime, je n’ai jamais vu un chroniqueur québécois qui se complaît autant dans son simplisme idéologique, dans ses caricatures brossés à coup de gros marqueur noir Staples et dans sa démagogie qui alerte tout cégépien qui a au moins réussi à passer son cours de philo I.

Non mais quel… (je vais me taire). Grey adopte des positions, nous dirons, surprenantes et controversées sur différents sujets au cours de son entrevue, certes. Mais restons sur la forme: il donne, au final, l’impression d’un gentleman bien élevé et humble alors que son interlocuteur avait l’air d’une brute qui cherchait plus à ridiculiser que d’avoir une discussion entre adultes.

Sinon pour Trudeau… bah, c’tait pas nécessaire. Il fallait qu’il fasse son show de boucane. C’est révélateur de l’homme: il ne se prend pas au sérieux (ce qui n’est pas mauvais en soi) mais ne semble pas plus vouloir être pris au sérieux non plus.

Si les blagues de Justin sont d’un gout un peu douteux il sait quand même y faire pour se faire aimer. J’aimerais mieux le voir se faire « ramasser » pour ses idées politiques que de le voir démontrer ses talents de cascadeur

Un clown !

Après Gomery, c’est bien d’un clown qu’aurait besoin le PLC. Les dynasties s’établissent généralement avec des personnes ayant un minimum de qualités dans un environnement social où les citoyens n’ont pas grands mots à dire sur leur sort. Si son père n’était pas PET, où serait ce pauvre mec ?

Remarquons que le scénario avait été bien préparé avec caméra et éclairage dans le sous-sol. Et Lagacée qui fait le surpris. Très agaçant, voire ridicule, ne trouvez-vous pas?

«La bêtise est infiniment plus fascinante que l’intelligence. L’intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n’en a pas.»
[Claude CHABROL]

Ah franchement! Ça s’appelle chercher des poux pour rien.

Je préfère 1000 fois avoir un politicien simple qui ne joue pas un personnage que d’avoir un politicien rigide qui essaie de démontrer son sérieux.

Justin Trudeau est un humain comme tous les autres et ce n’est pas parce qu’il est en politique qu’il doit s’empêcher d’être lui-même.

Disons que ce n’est pas très constructif de critiquer un homme sur une facette anodine de sa personnalité plutôt que ces idées.

Il faudrait plutôt se demander pourquoi l’émission Franc-tireur à garder cette séquence au montage, car ce n’est pas très pertinent.

Étant indépendantiste depuis toujours, je n’ai jamais aimé Trudeau père, ce qui ne m’a jamais empêché de constater qu’il était doté d’un charme certain lorsqu’il voulait séduire et d’une désinvolture déconcertante (ce qui peut agacer mais auusi, parfois séduire) en d’autres occasions. Justin Trudeau est le fils de son père. Il n’est pas conventionnel et c’est tant mieux. Je ne voterais pas pour lui, mais je suis certaine que sa femme et ses enfants s’amusent bien !
M. Lisée, j’aime beaucoup votre blog, mais je crois, que vous devriez sourire et rajeunir un peu !

Bravo Justin!!

Les gens en ont plus que marre des politiciens robot emprisonné dans un moule drabe qui répète toujours la même cassette.

Un comportement comme celui la est plus humain qu’un robot comme Charest ou Marois.

En tant que souverainiste je veut cet homme à la tête du Parti Libéral du Canada !!!!

Le plus drôle c’est que nos très patriotico-nostalgiques citoyens du « Rest Of Canda » risquent
un jours de réaliser mon souhait ……

comme si le ROC était le génie de la lampe !!!

« Le vrai visage de Pierre Elliot Trudeau »

http://www.lesintouchables.com

Voir l’essai à la fois psychanalytique, anthropologique et politique au sujet de ce dernier: « Le vrai visage de Pierre Elliot Trudeau » par François-Xavier Simard, éd. Les Intouchables, 2006. ISBN : 2-89549-217-4.

Ce médecin conclu que l’hostilité de Trudeau contre la nation Québécoise s’expliquerait par son conflit œdipien et des identifications familiales.

Vu le questionnement identitaire de Justin, ce livre pourrait peut-être lui être d’une certaine utilité.
———————————————–
« René Lévesque devait le [Trudeau] qualifier de « notre plus grand criminel de guerre en temps de paix. » » (Jean Dion, Le Devoir, 29 septembre 2000). P.367.

Je me surprends d’être presque en accord avec un des 2 commentaires de « Jean Boeuf », commentaires 9 et 20.

Cependant, historiquement, il ne faut pas oublier que le père Trudeau n’a pas toujours été « fair-play ». N’allez pas me dire que la nuit des longs couteaux, c’est Chrétien. Un bon canadien-français de service comme Chrétien connaissait assez son maître pour aller au devant de lui, en allant chercher les pantoufles quand il rentre à la maison.

Ce qui me tique, c’est que malgré cette énormité qu’est le nationalisme selon « Jean Boeuf », on travaille autant a ne pas nous laisser la chance d’être en tant que peuple/nation/pays/souverrain.

D’après moi on a la clé et on peut aller voir derrière la porte. Ça ne sera pas des cadavres des ex-femmes de Barbe-Bleue derrière…

Ceci me réconforte dans mes idées et mes valeurs car, comme le dit le fils dans l’entrevue, sans le Québec, on retrouverait l’Amérique du Nord avec le Mexique, le Québec et les USA avec 50 étoiles blanches et entre 4 et 9 « canadian red maple » sur le « Star and Stripes ». Ça me dit qu’on a pas tout faux en tant que dangeureux nationalissssssssssssse.

Au plaisir

Tel père, tel fils!
C’est le truc, distrayons la galerie, elle en redemandera; pendant ce temps, derrière leur dos (celui des Québecois), au moment où ils s’y attendront le moins on préparera les longs couteaux, pour leur y enfoncer plus facilement.

Olivier Guimond sors de ce corps!

Cette partie de l’entrevue se voulait une ouverture du politicien vers l’homme.

Justin Trudeau nous démontre tout simplement qu’il existe plusieurs facettes à un être humain.

Comme il le dit: La vie est trop courte pour être plate.

Et je suis content de voir qu’il a hérité de l’audace de son vieux chenoque de père.

Bonsoir,
La nuit des longs couteaux, ce qualificatif emprunté à la 2ème Guerre Mondiale pour avoir un effet boeuf est tout simplement de la mythologie nationaliste. La fin justifiant toujours les moyens, les nationalistes québécois ont souvent fait mentir l’Histoire pour arriver à se cueillir quelques raisins de la colère. Et pourquoi pas que pendant la supposé Nuit des longs Couteaux ne se déroulait pas une partie de Poker mémorable de l’autre côté de la rivière des Outaouais des péquistes sur place dans une beuverie mémorable surnommé la Nuit des LONGS GOULOTS où tous ceux présents avaient vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué….. Ainsi va la vie car la rivière des Outaouais en bave encore aujourd’hui ! Au plaisir, John Bull.

Je ne souhaite pas de malheur à personne, mais une bonne fois, il va se casser la gueule comme il faut et il va arrêter de faire ses conneries. 2 sur 10.

C’est l’étoffe d’un grand. la vie n’est pas que du sérieux tout le temps.

On reconnaît bien le fils à papa.

Bravo Justin, c’est bien humain….

Dans les années 70 PET alors PM du Ca est venu faire du ski alpin à Sutton, il a skié, guidé parle pro de la place ; Jean Lessard qui avait skié pour le Ca aux olympiques de Sqaw Valley en 1960.
Alors toute la journée, PET un bon skieur de Tremblant a été poursuivi par ses gardes du corps de la GRC qui ne réussissaient pas à la suivre tellement lui Trudeau et Lessard faisaient les délinquants à skier partout à grande vitesse.

Une solution pour sortir de plate vie officielle de ne pas conduire et de toujours être trop sage…

Ho wow! Honnêtement, peut importe vos convictions politiques, que ce sois nationaliste, fédéraliste,FLQistes ou no matter what! tu ne peut rester indiférent face a ce geste d’humilité de justin trudeau! ca nous ontre que pour survivre dans cette jungle d’étiquette et de traditions, il faut savoir rester humain et de ne pas avoir peur du ridicule!

Bah!

C’est rigolo, puis comme il dit, la vie est déjà assez sérieuse, il faut rire un peu.

Mais comme pour d’autres, son côté trop fédé et qui renie sa « québécoisité » me fait mal. Ça prend de tout pour faire un monde…