La CAQ avance sur tous les terrains

Le dernier sondage Léger laisse présager de durs lendemains pour les partis d’opposition. Tous reculent par rapport à leurs résultats électoraux de 2018. 

Montage : L'actualité

À l’aube d’une année électorale, non seulement la Coalition Avenir Québec (CAQ) de François Legault trône en tête des intentions de vote, mais son avance sur chacun des autres partis ne s’est pas estompée depuis le début de la pandémie, en mars 2020.

Le plus récent sondage de la maison Léger, publié la semaine dernière par les médias de Québecor, montre que l’automne mouvementé vécu par le gouvernement n’a eu aucun effet apparent sur l’électorat québécois. Ainsi, la CAQ récolte 46 % des intentions de vote (le parti avait obtenu 37 % des suffrages lors des élections générales de 2018). Cette domination est d’autant plus imposante que la CAQ reçoit l’appui de 52 % des électeurs francophones, une avance monstrueuse de 36 points sur son plus proche rival dans cette tranche de la population, le Parti québécois (PQ).



Le Parti libéral du Québec (PLQ) vient en deuxième place au niveau national, loin derrière la CAQ, avec seulement 20 % des intentions de vote, soit cinq points sous son résultat historiquement bas de 2018. Auprès des francophones, c’est l’hécatombe : seulement 9 % des répondants identifiés à cet électorat appuient le PLQ de Dominique Anglade. Si la cheffe libérale espère que le virage vert et plus progressiste du parti effectué lors du récent congrès inversera la tendance, le risque de perdre certains électeurs plus âgés avec une telle plateforme ne sera pas sans conséquence. Selon ce sondage Léger, le PLQ se trouve 33 points sous la CAQ auprès des électeurs de 55 ans et plus (54 % pour la CAQ, 21 % pour le PLQ).

Québec solidaire (QS), avec 13 % des intentions de vote, se situe lui aussi sous son résultat du dernier scrutin (il avait récolté 16 % des suffrages en 2018). Ni la visibilité supplémentaire de Gabriel Nadeau-Dubois à l’Assemblée nationale, à titre de chef parlementaire, ni le récent congrès du parti ne semblent avoir fait bouger l’aiguille en faveur de la formation de gauche. De plus, les données de Léger portent à croire que QS possède le moins de potentiel de croissance : 59 % des répondants affirment qu’il est impossible qu’ils se tournent vers QS aux prochaines élections, contre 55 % pour le PLQ et 57 % pour le PQ. Les porte-paroles de Québec solidaire prétendent peut-être qu’ils sont la réelle opposition officielle à Québec, mais le parti n’affiche aucune progression mesurable depuis les élections de 2018.

Le sondage Léger évalue les appuis au Parti québécois aussi à 13 %, à égalité avec QS. Toutefois, le PQ est quatrième dans la région métropolitaine et loin derrière la CAQ dans la Capitale-Nationale et en région. Or, sans une certaine concentration de son vote (comme c’est le cas pour QS dans les quartiers centraux de Montréal), le PQ pourrait essuyer d’importantes pertes de sièges l’an prochain si les chiffres actuels demeurent stables. Notons cependant que Léger était sur le terrain avant le congrès péquiste de samedi dernier, où le parti a présenté un nouveau logo et les grandes lignes de sa plateforme pour 2022.

Quant au Parti conservateur (PCQ) d’Éric Duhaime, ses quelques percées dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches (15 % dans la région métropolitaine de Québec, selon Léger) souffrent toutes de la domination de la CAQ dans ce coin de pays. Le dernier sondage Léger mesure les appuis au PCQ à 5 % dans la province, une baisse de trois points depuis octobre.

Nous ajoutons donc ce sondage à la projection québécoise Qc125. Si un scrutin avait lieu cette semaine, la CAQ serait favorite pour remporter pas moins de 97 des 125 sièges à l’Assemblée nationale (soit 23 de plus qu’en 2018).


Les deux grands perdants de cette projection sont les formations politiques qui ont dirigé le Québec en alternance pendant un demi-siècle. Le PLQ perdrait 14 sièges par rapport à 2018. À l’exception de Pontiac en Outaouais, toutes les circonscriptions projetées favorables au PLQ se trouvent à Montréal et à Laval. Autrement dit, le PLQ pourrait être chassé du Québec francophone.

Le Parti québécois perdrait 7 des 10 sièges gagnés en 2018. Les trois circonscriptions les plus susceptibles de demeurer dans le giron du PQ sont Matane-Matapédia, Joliette et Gaspé.

À moins d’un mouvement important du vote dans la métropole au cours de la prochaine année, les circonscriptions montréalaises de Québec solidaire ne devraient pas changer de couleur. Toutefois, la montée de la CAQ sur l’île depuis 2018 (particulièrement aux dépens du PQ) pourrait freiner les espoirs de QS d’enregistrer des gains à Montréal.



Les projections permettent à la CAQ d’espérer faire mieux tant sur l’île de Montréal qu’à Laval. À Montréal, outre Pointe-aux-Trembles et Bourget où elle a gagné en 2018, les circonscriptions d’Anjou–Louis-Riel, Verdun, Maurice-Richard et Marquette pourraient être en jeu pour la formation de François Legault. À Laval, alors que le PLQ avait remporté cinq des six circonscriptions en 2018, la CAQ pourrait arracher des sièges à la formation de Dominique Anglade — toutes sauf Chomedey sont présentement favorables à la CAQ (dont plusieurs courses serrées à prévoir).

Hors de Montréal, deux des quatre circonscriptions de Québec solidaire sont présentement projetées favorables à la CAQ, soit Jean-Lesage (à Québec) et Rouyn-Noranda—Témiscamingue. Les deux autres, Sherbrooke et Taschereau, sont des circonscriptions pivots entre la CAQ et QS.



* * *

Pour voir les détails de cette projection québécoise, visitez la page de Qc125. Pour la liste complète des 125 circonscriptions, consultez cette page ou cliquez sur les liens régionaux suivants :

Les commentaires sont fermés.

Certains auraient bu un peu d’eau et ils ne seraient pas morts !

La CAQ va baisser dans les sondages quand les gens vont savoir…

La gestion cahotique des courriels reçus par le Ministère de la Santé est une des causes des morts de soif et de non-nutrition en mars et avril 2020 !

L’opposition doit demander à la coroner Kamel qu’elle exige du MSSS d’obtenir tous les courriels qui lançaient, aux fonctionnaires et aux 2 ministres de 2020, une alerte pour leur dire que des gens mourraient de soif et de non-nutrition à HERRON, en mars 2020, parce qu’il manquait trop de soignants sur les étages ?

L’opposition au gouvernement doit demander aux personnes du public de donner à la Coroner une copie de leurs courriels vers les 2 ministres, si elles avaient envoyé un message d’alerte QUE DES RÉSIDENTS MOURRAIENT DE SOIF.

L’infirmière lanceure d’alerte du CHSLD Herron doit dire ce qu’elle a essayé de faire, et pourquoi ça n’a pas été efficace. La Coroner pourra garantir son anonymat.

Il faut dire aussi que plusieurs mois, pendant le début de la pandémie, le gouvernement n’a pas mis les ressources humaines nécessaires pour traiter l’avalanche d’appels et de courriels à l’aide des citoyens. En soi, c’est un scandale qui n’a pas été dénoncé… Même pas par la Protectrice des citoyens…

Aussi, le gouvernement aurait dû dire, en mars 2020, de ne pas chercher à communiquer par courriel pour une question de vie ou de mort. Que c’est un numéro simple comme le 811 qu’il faut faire. Ce message n’a jamais été émis d’ailleurs jusqu’à maintenant.

Quelqu’un devrait demander, au ministre Dubé, qu’est-ce qu’aurait dû faire les personnes qui s’étaient rendu compte que des résidents étaient en train de mourrir de soif par manque de présence au CHSLD Herron ?

Le plus important, c’est que chaque ministre et député dise quand exactement il a sû que des patients mourraient de soif au CHSLD HERRON ? Par quel courriel, fax, ou autre moyen il l’a sû ? Et qu’a-t-il fait alors ?

Il y a plusieurs mois d’ici à l’élection de l’an prochain et les choses pourraient changer, surtout si on enquête sérieusement sur ce qui s’est passé entre le gouvernement Legault et les CHSLD et l’hécatombe qu’on a connue.

Toutefois, je remarque aussi que les minorités religieuses et le Canada anglais vont probablement donner beaucoup de munitions à la CAQ dans les prochains mois. Il y a d’abord cette histoire de hidjab à Chelsea ce matin, 10 décembre, alors que le Canada anglais crie au meurtre et à la discrimination contre une société qui fait de la laïcité sa pierre angulaire. En passant, j’ai connu mes années d’école avec les robes noires et je ne souhaite pas ça à mes petits-enfants! Ceci dit, cette levée de boucliers au Canada anglais fait le jeu de la CAQ qui veut défendre les « valeurs québécoises » et la laïcité. Le village gaulois va se rassembler autour de la CAQ face à l’incompréhension bien anglo-américaine du ROC.

M. Legault doit aussi espérer que les tribunaux se prononcent encore une fois sur la loi 21 et que le fédéral s’en mêle, ce qui lui donnerait aussi beaucoup d’appuis dans les régions et pourrait carrément éliminer les autres partis si les gens sentent que leur culture et leurs valeurs sont menacées. Le seul bastion qui resterait à l’opposition serait celui des anglos et des communautés culturelles qui sont tous concentrés à Montréal, ce qui diminue leur poids politique.

Enfin, reste à voir si la question bien plus cruciale des changements climatiques va jouer face aux questions identitaires. La CAQ est vraiment le cancre dans la demeure en la matière avec son traitement de notre environnement, de nos caribous et avec un ministre des forestières qui n’en a que pour l’industrie et qui ignore complètement les forêts qui sont en péril. Cette question pourrait devenir le joker qui met le bâton dans les roues de la CAQ.

Le Québec a les yeux rivés sur la France. En 2004 une loi sur la laicité a été votée en France. On en voit aujourd’hui les résultats.. la montée de l’extrême droite qui agite l’épouvantail d’un grand remplacement alors qu’il n »y a que 7% de musulmans qui vivent sur le territoire français! Idem pour le Québec.. alors que les musulmans peu nombreux étaient parfaitement intégrés. Avec la loi 21 on a assisté à une montée de l’islamophobie alimentée par les Bock Côté et autres chroniqueurs.. Depuis la révolution tranquille l’État québécois s’était dissocié de la religion. Le statut de l’Etat québécois est depuis laïc.. Les Zemmour et Bock Côté ne cherchent qu’à redonner son lustre à la civilisation judéo chrétienne supposément menacée par les musulmans. Bonjour la laicité! Quelle hypocrisie! Les musulmans sont devenus des parias pour eux comme ce fut le cas pour les juifs jadis. En passant, il ne faut pas sousestimer l’admiration que voue notre Premier Ministre à Maurice Duplessis.. Les symboles religieux transformés en objets de patrimoine font que la religion catholique est toujours bien présente.. En France, il est question de prohiber le voile jusque dans l’espace publique.. Est ce que l’exclusion est vraiment l’héritage qu’on voudrait laisser aux génértions futures??

Et l’éthique dans tout cela?? Le PLQ a été cloué au pilori pour beaucoup moins! Fizgibbon a les deux mains dans l’assiette au beurre et les entorses à l’éthique ont beau se multiplier rien n’y fait.. Les Québécois se laissent guider une fois de plus par l’émotion… comme c’était le cas pour le NPD sous Jack Layton.. La machine de communication de la CAQ est rodée au quart de tour. Les Gobeil et Koskinen s »activent frénétiquement sur les réseaux sociaux à peaufiner l’image de Francois Legault.. ils ont réussi à ce que lui soit accolée une « perception » de bon père de famille.. Sous des sautes d’humeur de plus en plus fréquentes face à la critique, ce PM qui parle au « je » met de plus en plus en lumière un tempérament narcissique.. L’intéret des Québécois le motive? Permettez-moi d’en douter.. c’est sa Vérité à la Duplessis qui est en train de ramener le Québec en arrière.. Advienne que pourra!

Le problème c’est beaucoup la faiblesse de l’opposition. Anglade ne semble intéresser personne hors de Montréal. De nombreuses personnes ne savent même pas qui est le chef du PQ qui, depuis qu’il l’est devenu, n’a même pas cru bon de tenter d’entrer à l’assemblée nationale. Quant à QS, Lisée aura au moins fait ressortir le problème du chef. Si je vote pour eux, j’ignore qui sera premier ministre car on n’a jamais vu leur chef. En cas de victoire, Nadeau-Dubois ne pourrait pas être PM, il n’est pas chef de son parti. Avant de vouloir changer le système, pas le choix de le respecter pour se faire élire.