La CAQ recule

La vague Omicron semble rebrasser les intentions de vote au Québec, faisant baisser la CAQ et monter QS et le PCQ, selon un nouveau sondage exclusif de Recherche Mainstreet, qui montre aussi que la moitié des Québécois sont en désaccord avec le couvre-feu imposé le 31 décembre.

Veronique Duplain / Getty Images

Un nouveau sondage exclusif de la maison Recherche Mainstreet indique que la CAQ a reculé dans les intentions de vote au Québec depuis les Fêtes. La formation politique de François Legault demeure confortablement en tête de peloton, mais il y a beaucoup de mouvement derrière elle.

Le sondage montre également que le couvre-feu entré en vigueur le 31 décembre — mais dont Québec devrait annoncer jeudi la levée prochaine, selon ce que rapportaient plusieurs médias mercredi soir — divise la population : selon Mainstreet, 52 % des électeurs désapprouvent l’application du couvre-feu, contre 47 % qui l’approuvent. Nous reviendrons au couvre-feu plus bas.

À l’échelle de la province, la CAQ aurait récolté cette semaine l’appui de 38 % des électeurs, une baisse de 10 points depuis le dernier sondage de Mainstreet mené en février 2021. Le CAQ détient maintenant une avance de 18 points sur le Parti libéral du Québec, qui fait du surplace avec 20 % d’appui.

C’est Québec solidaire qui semble d’abord profiter de l’effritement des appuis de la CAQ. La formation de gauche talonne le PLQ avec 19 % d’appui, une hausse importante par rapport à ses résultats dans les sondages de 2021. En effet, au cours de la dernière année, QS s’est maintenu en moyenne entre 12 % et 14 % dans les intentions de vote.




Le Parti conservateur du Québec, dirigé par Éric Duhaime, est l’autre formation qui paraît bénéficier du contexte actuel. Avec l’appui de 13 % des répondants de ce sondage — une hausse notable par rapport à la tendance récente —, le PCQ pourrait certainement venir brouiller le portrait des projections. C’est particulièrement vrai dans la région métropolitaine de Québec, où il se hisse au deuxième rang (à 15 points de la CAQ, tout de même). Il faut faire preuve de prudence avec les sous-échantillons régionaux (ils possèdent une marge d’erreur plus élevée), mais les sondages de 2021 indiquaient aussi que le PCQ performait mieux dans la région de Québec par rapport au reste de la province. Les appuis au PCQ allaient de 5 % à 11 % dans les sondages de l’automne 2021, alors il s’agirait d’une hausse considérable si cette tendance se confirmait.

Finalement, le Parti québécois et Paul St-Pierre-Plamondon paraissent embourbés. En effet, Mainstreet mesure des appuis stables pour le PQ avec 10 % des intentions de vote à l’échelle de la province. Tout au long de 2021, les appuis du PQ ont oscillé entre 9 % et 13 %.

Le récent sondage met donc en lumière que la « lune de miel pandémique » entre la CAQ et les électeurs québécois semble avoir atteint une limite. La volte-face du gouvernement Legault quant aux rassemblements de la période des Fêtes, en raison de la croissance exponentielle des infections à la COVID-19, puis l’annonce de mesures musclées pour contrer la propagation du virus (fermeture des restaurants, bars et salles de spectacle, interdiction des rassemblements intérieurs, couvre-feu) ont manifestement eu une incidence sur les intentions de vote.

Dans la région métropolitaine de Montréal (l’île de Montréal et le 450), la CAQ mène avec 34 %, une avance de 10 points sur le PLQ, alors que QS se hisse au troisième rang avec 20 %. Dans la région de la Capitale-Nationale, la CAQ conserve la tête avec 39 % des intentions de vote, tandis que le PCQ obtient 24 %. Finalement, dans les autres régions du Québec, la CAQ domine toujours avec 44 % d’appui, 25 points devant Québec solidaire. Attention toutefois : la marge d’erreur du sondage au niveau provincial est de ±3 %, mais elle est plus élevée pour les sous-échantillons régionaux.

Sans surprise, cette glissade de la CAQ dans les intentions de vote est accompagnée d’un léger recul de la satisfaction envers le gouvernement de François Legault. Lorsqu’on leur a demandé : « Dans l’ensemble, est-ce que vous approuvez ou désapprouvez la performance du premier ministre François Legault depuis 2018 ? », 57 % des répondants ont dit l’approuver, contre 41 % qui la désapprouvent. Même si ce taux de satisfaction est plus modeste que ceux enregistrés plus tôt par François Legault depuis le début de la pandémie, bien des premiers ministres provinciaux au Canada rêveraient d’obtenir de tels chiffres (notamment Doug Ford, en Ontario, et Jason Kenney, en Alberta).



En découpant ces résultats selon les intentions de vote, nous remarquons que François Legault fait presque l’unanimité au sein de son propre parti, et qu’une majorité des électeurs péquistes affirment être satisfaits de son travail. Environ un tiers des électeurs de QS et du PLQ approuvent la performance du premier ministre, alors qu’une forte majorité des électeurs du PCQ la désapprouvent.

Certaines décisions prises par la cellule de crise du gouvernement pour lutter contre la flambée du variant Omicron au Québec ont brusqué l’électorat. Ainsi, si l’outil du couvre-feu recevait l’aval des trois quarts des Québécois la première fois, en 2021, une majorité de citoyens s’y opposent cette fois-ci : 52 % des répondants du sondage désapprouvent la mesure, et 47 % l’appuient.



Il n’est pas facile d’ajouter un tel sondage dans les projections de sièges. Pourquoi ? Quand un sondage montre des chiffres qui sortent des intervalles actuels, deux scénarios sont possibles : soit le sondage est une aberration statistique, soit il est précurseur d’une nouvelle tendance. Cependant, si le récent sondage mesure bel et bien une nouvelle tendance, nous ne le saurons que lorsque d’autres instituts auront tâté le terrain. Le modèle Qc125 fonctionne avec une moyenne pondérée de sondages, mais ce coup de sonde de Recherche Mainstreet est le premier à mesurer les intentions de vote au Québec depuis la fin novembre. Il mesure des appuis stables pour le PLQ et le PQ, et détecte une baisse marquée de la CAQ au profit de Québec solidaire et du PCQ.

Tendance ou simple réaction spontanée de l’électorat à la suite de la dégradation de la situation sanitaire des dernières semaines ? Il faudra d’autres sondages pour le déterminer. Pour cette raison, la mise à jour de la projection de sièges ne peut s’appuyer que sur ce seul sondage. La projection sera réajustée si les tendances mesurées par Mainstreet sont confirmées par d’autres enquêtes.

En pondérant les chiffres de Mainstreet dans le modèle Qc125, la CAQ remporte une moyenne de 93 sièges. Si ce chiffre vous semble excessivement élevé, c’est un résultat direct de la forte division du vote non caquiste (et de notre mode de scrutin majoritaire uninominal à un tour). En effet, le CAQ domine toujours le vote francophone et se trouve encore en première place des intentions de vote dans chaque région à l’extérieur de l’île de Montréal. Résultat : comme le PLQ et le PQ se trouvent nettement sous leurs seuils respectifs de 2018, la CAQ enregistre des gains importants aux dépens de ces deux rivaux, alors que QS parvient à garder la majorité de ses acquis.

Il est important de rappeler que ces données de Recherche Mainstreet ont été récoltées avant l’annonce de la « taxe des non-vaccinés » par François Legault mardi après-midi. Est-ce que cette politique proposée par le premier ministre, dont les détails demeurent inconnus pour l’instant, arrivera à apaiser l’insatisfaction des Québécois quant aux nouvelles mesures de confinement ? Est-ce que la démission du Dr Arruda aura un quelconque effet dans l’opinion publique ? Nous le saurons bientôt.

* * *

Les données de ce sondage de Recherche Mainstreet ont été puisées du 6 au 8 janvier 2022 auprès de 1 105 électeurs québécois de 18 ans et plus. La marge d’erreur des résultats de l’échantillon complet du sondage est de ± 3 %, 19 fois sur 20. Les totaux pourraient ne pas toujours arriver à 100 % en raison de l’arrondissement des données. Pour consulter le rapport du sondage, visitez ce lien. Pour consulter la liste exhaustive des sondages québécois, ainsi que les projections de sièges du modèle Qc125, visitez la page de Qc125.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Soyez sérieux svp. Ce sondage est une vaste blague. Le PQ à 10% chez les anglos! La CAQ a égalité avec le PLQ sur l’Île de Montréal! Les femmes qui votent nettement plus que les hommes pour la CAQ! Ce sondage, c’est du grand n’importe quoi. Changez de maison de sondage ou, au moins, ne les publiez pas quand ils sont manifestement dans le champ. C’est une question de crédibilité.

Répondre

Juste voir QS à 19% et Duhaime à 13% démontre que ce sondage ne vaut pas grand chose. Je veux bien croire que la population commence à s’apercevoir que la CAQ n’est pas aussi « hot » qu’ils croyaient, mais de là à se tourner vers QS et Duhaime cela me semble particulièrement bizarre. Surtout QS qui ne propose pratiquement rien de réalisable. Le PQ qui fait du surplace alors qu’il est nettement la meilleure alternative à la CAQ m’apparaît aussi comme une aberration. On verra bien ce que les prochains sondages démontreront, mais à première vue celui-ci ne semble pas trop crédible.

Répondre

La CAQ est nettement un parti de droite, conservateur et il est intéressant de voir le PCQ être le parti qui appuie le moins les politiques pandémiques du PM Legault. Est-ce que ça veut dire que le PCQ n’est à la mode que pendant la pandémie car c’est ce qui semble le distinguer de la CAQ, à savoir qu’il veut moins de règles, moins de restrictions.

Quelle que soit la valeur de ce sondage, la «gauche» (ou ceux qui se prétendent tels, PQ QS) obtient environ 29% des appuis, la droite (CAQ PCQ) 51% et les libéraux, sorte de centre surtout appuyé par le vote anglophone se retrouvent en porte-à-faux entre les deux avec 20% des appuis.

On voit que le système électoral ne représente en rien les options des électeurs et que seule la CAQ en profite en ce moment – ceci expliquant cela, on voit bien que la promesse de réforme du mode de scrutin de Legault était un appât pour obtenir le pouvoir… après on peut aller paître!

Quant au couvre-feu, c’est une véritable farce car il n’y a aucune preuve que ça fonctionne dans un sens comme dans l’autre. Pour le reste, Legault est tellement préoccupé par sa réélection qu’il n’ose pas prendre les mesures qui s’imposeraient pour juguler la pandémie dont rendre la vaccination obligatoire (aucune charte ne s’oppose à ça) et à placer les malades de covid dans un endroit particulier tel que suggéré il y a longtemps par Dr. Liu. Il préfère faire à sa tête et cela risque de lui retomber sur le nez quand la menace sera moins virulente.

Répondre