La démocratie en Afrique: essais, erreurs et essais

Je poursuis dans l’émission Planète Terre ma série d’entrevues avec des experts africains. Après l’impact de l’esclavage la semaine dernière, mes deux invités cette semaine, les spécialistes Luis Villalon et Roland Marshal, discutent de l’évolution de la démocratie sur le continent depuis les indépendances il y a 50 ans jusqu’à aujourd’hui.

En plus de nous faire comprendre, ils offrent des raisons d’espérer.

Laisser un commentaire

Ce que vous appelez les indépendances n’ont pas été des indépendances. Le seul pays qui a vraiment décidé de devenir totalement indépendant, la Guinée-Konakri, a été sévèrement puni, oublié et en souffre encore aujourd’hui.

Pour les autres, les dictatures se sont installées, avec l’encouragement et les menaes des anciens colonisateurs. Et dans les pays qui n’ont pas été dociles, les chefs d’État ont été renversés.

Et les anciens colonisateurs ont continué, jusqu’à aujourd’hui a y exporter toute une gamme de produits, à des prix subventionnés, y inclus des produits que les paysans et artisans locaux pourraient produire ou produisaient déjà.

Un rapport du Sénat canadien, en date de février 2007, intitulé 40 ans d’échec, constate que le programme d’aide du Canada n’a pas donné de résultats durables.

Le Mali et la Côte d’Ivoire sont des pays où la démocratie s’installe tant bien que mal, mais surtout en dépit des obstacles imposés par les pays anciens colonisateurs.

Je crois que la présence et les actions des États-Unis, de la Chine et du Canada ont eu des effets positifs sur l’équilibre des influences extérieures et sur les efforts de démocratisation.

Attention. Les intérêts politiques, économiques et stratégiques des grandes puissances et ex-grandes puissances sont toujours des menaces pour l’indépendance de nombreux pays africains.

Voyez ce que disait encore hier, le Président de la Côte d’Ivoire: Il a clairement attribué la rébellion de 2002 et la division du pays en deux zônes, à des forces extérieures. Et il a ajouté ceci:
« En novembre 2004, quand les soldats français ‘’se sont trompés’’ de chemin pour se retrouver dans les environs de ma résidence, vous avez également permis à notre pays d’éviter le pire. »